La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Se Déplacer, Travailler et Vivre dans les conditions difficiles des missions humanitaires Photo UNHCR Dr Michel Baduraux Colloque Bleu, Montréal 11- 12.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Se Déplacer, Travailler et Vivre dans les conditions difficiles des missions humanitaires Photo UNHCR Dr Michel Baduraux Colloque Bleu, Montréal 11- 12."— Transcription de la présentation:

1 se Déplacer, Travailler et Vivre dans les conditions difficiles des missions humanitaires
Photo UNHCR Dr Michel Baduraux Colloque Bleu, Montréal Avril 2013

2 Travailler dans l’humanitaire
est « attractif » Chaque année, des milliers de personnes, originaires de tous les pays de Monde, s’engagent, à titre bénévole ou à titre professionnel, pour venir en aide aux personnes en détresse, qu’elles soient victimes de conflits ou de catastrophes naturelles. Jeunes ou… moins jeunes

3 Motivation ? Obligation professionnelle
(Organisation internationale, Organisation Non Gouvernementale, Politiques, Militaires, Employés compagnies privées, Missions religieuses / associations caritatives Individuels (associations) Mécènes, « People », et … touristes de Catastrophes,

4 pressions physiques et psychologiques importantes et inhabituelles
L’observation, sur le terrain, de ces « secouristes » montre qu’ils sont soumis, au quotidien, à des pressions physiques et psychologiques importantes et inhabituelles qui, si elles sont méconnues ou mal évaluées, par les intéressé(e)s peuvent nuire à court, moyen ou long terme, temporairement ou définitivement, à leur état de santé.

5 > 35 % des « humanitaires » ayant accomplis des missions
Selon certaines études (Organisations Internationales, Organisation Non Gouvernementales) > 35 % des « humanitaires » ayant accomplis des missions de longue durée reconnaissent que leur état de santé s’est aggravé durant la mission.

6 Comportements à risques chez les expatriés (étude du CICR sur 1250 personnes au retour de mission)
Lors de l’expatriation les individus changent souvent de comportement, sans s’en rende compte, et prennent des risques qu’elles ne prendraient pas en temps normal. 11% excès d’alcool 9% conduite automobile dangereuse 7% rapports sexuel non protégés 4% un changement de partenaire fréquent 2% pratique de sport à risque

7 Les risques plus spécifiques aux humanitaires
Etude parmi les membres de la CROIX ROUGE (CIRC) 10% victimes de blessures par accidents 16% victimes de blessures dues à la violence Etude parmi les Volontaires des PEACE CORPS Parmi les causes de décès: 70% sont dus à des suites de blessures par accident 17% sont dus à des homicides 14% sont dus à des maladies

8 Changement rapide de certains repères qui altèrent les rythmes biologiques et qui peuvent contrarier les défenses immunitaires altération de la notion du temps, des jours qui passent (travaille 24h sur 24, en urgence), altération du rythme veille –sommeil (travail; décalage horaire), altération du rythme de l’alimentation (négligence ou oubli de manger régulièrement, par fatigue), altération de l’hygiène corporelle (difficultés pour se laver correctement, régulièrement; négligence vestimentaire) altération de la « normalité » des choses (notion du bien et du mal; respect de la sécurité) Etc.

9 Le voyage et l’arrivée à destination
Arrivée rapide, (grâce aux transports aériens) sur le lieu du drame, Immédiate impression de l’ampleur (chaos)du travail à accomplir, Adaptation rapide nécessaire au nouveau climat, Adaptation rapide nécessaire aux us et coutumes locales (langue locale, langue de travail), Adaptation rapide nécessaire au nouveau lieu de vie (nécessaires réflexes de survie) Adaptation rapide aux longues heures de déplacement franchissant barrages (confrontation avec les problèmes omniprésents de sécurité) et frontières, de la zone de résidence vers le lieu de travail Adaptation aux premières frustrations liée au nouvelle environnement et au travail fourni (mythe se Sisyphe) Premières prises de conscience des risques…pour sa santé

10 le travail et la vie en mission
Il est tout à la fois potentiellement enthousiasmant, déconcertant, fatiguant, harassant, gratifiant et déprimant, traumatisant… La vie en mission: Elle oblige à se remettre en question, à vivre avec l’essentiel, faisant oublier les facilités de la vie moderne ; Il faut savoir s’installer avec le minimum et vivre correctement ; Il faut savoir garder à l’esprit certains principes de précaution; il faut savoir rester rationnel, tout au long de la mission pour revenir sain et sauf au pays d’origine…

11 Partir en mission humanitaire
c’est comme pour tout long voyage hors de chez soi C’est d’abord, bien se préparer, avant le départ

12 Évidence et statistiquement démontré:
Une bonne évaluation des conditions physique et mentale du sujet avant le départ ainsi qu’une bonne information et une bonne préparation du sujet sur les conditions de vie et de travail au lieu(s) de destination(s) réduit de façon très significatives les possibilités de maladie ou d’accident et d’évacuation médicale lors du séjour en mission.

13 Connaître les risques…
C’ est d’abord s’informer, au départ, auprès de sources fiables C’est ensuite évaluer sa capacité physique mentale à survivre dans un environnement hostile, par rapport à ces risques

14 Le bilan de santé (de dépistage) avant le départ est nécessaire, incontournable
A partir d’un questionnaire médical (il a ses limites mais est souvent , poser les bonnes questions) ou d’un interrogatoire ciblé, A partir d’un examen clinique général (il est souvent utile) A partir d’examens médicaux et para médicaux spécialisés (biologiques, dentiste, gynéco., dermato., cardio, psy, internistes, etc.) en cas de pathologie pré existante. Ils doivent être conseillés au moindre doute par le professionnel de Médecine du Voyage.

15 Vérifier les carnets de vaccination
La prévention de certaines maladies transmissibles Les vaccinations obligatoires (Fièvre Jaune, Méningite à méningocoque (ACYW135) (Hadj) Les vaccinations recommandées (Hépatites A, B; Typhoïde, Diphtérie, Tétanos, Polio, Coqueluche, Méningite à méningocoque, Grippe.. Et d’autres: Encéphalite à tiques, Encéphalite Japonaises, rage… Vérifier les carnets de vaccination

16 Les conseils de base L’eau « potable »,
La nourriture (les tentations d’une cuisine nouvelle ou bien le risque de se limiter du à des habitudes alimentaires (végétarien), L’hygiène personnelle (« rester propre ») Les insectes (savoir se protéger) Les vêtements adaptés au climat et au cultures locales La sécurité (ne pas prendre de risques inutiles) La prévention contre les conduites aberrantes L’équilibre travail- « loisirs », la gestion du stress au quotidien

17 Ne pas hésiter à aborder des sujets « sensibles »
Alcool Sexe Drogue Et faire les mises en garde concernant leurs « abus » irraisonnés

18 Conseiller des cours de premiers secours, très utiles
quand on est loin de toute assistance médicale

19 Conseiller de contracter une « bonne » assurance »
En dehors des assurances « corporatives », peu de compagnies d’assurance couvrent les frais dans les zones de conflits ou de catastrophe en dehors des frais de rapatriement.

20 La pharmacie de secours
Anti douleurs (paracétamol, ibuprofen, aspirine) Anti acide Anti diarhérique (loperamide) Anti insomnie Antibiotique (macrolide, quinolone) Collyre en doses individuelles (désinfectants) Pansements, bandages de toute tailles Désinfectants doses individuelles (alcool) Couverture de survie Purificateur d’eau (micropur)

21 Protection et prophylaxie
Répellents anti moustiques (peau et tissus) Moustiquaire imprégnée / Mosquito dôme Médicaments anti paludisme (Malarone, Doxicycline)

22 La nourriture en mission
Eau (2 litre minimum) Barres de céréales Rations de survie de type militaire

23 Equipement de base « comme pour un treck »
Sac à dos étanche et ou valise « solide », cadenas, étiquettes, Sachets plastifiés de toute taille (contre humidité) pour tous documents; Lampe frontale (3 ou 4 led) et batteries de rechange, Couteau multifonction, gobelet, assiette, Tente Sac de couchage et matelas, Drap de couchage, Oreiller gonflable, Moustiquaire (mosquito dôme), Gourde hermétique / isotherme, Filtre pour l’eau, Multiprise, Allumettes, Etc.

24 Les équipements de communication et de loisir
Téléphone portable(« intelligent ») portable avec liste de numéro d’ urgence médicale, avec chargeur, Appareil photo numérique avec chargeur, Ordinateur portable, DVD, Prises multiples, Livres, Cartes à jouer Etc. Pas de signes extérieurs de richesse (montre, colliers, bagues) pour ne pas exciter les convoitises.

25 Durant la mission Restez en contact…

26 Différents types de problèmes de santé mentale rencontrés chez les expatriés (source CICR)
Stress de base lié à l’expatriation Stress cumulatif de l’expatrié Stress traumatique Décompensation psychique

27 Symptômes du stress cumulatif
Fatigue Troubles digestifs Troubles du sommeil Céphalées Irritabilité exagérée Hyperactivité non productive Signes d’alarme: Accoutumance au danger Comportement à risque Abus de substances toxiques Difficultés à prendre des décisions Insensibilité, apathie

28 Stress traumatique (source CIRC)
Ce stress est secondaire à un évènement violent imprévisible. L’intégrité physique et psychique de la personne, ou de celle d’un de ses proches immédiats, est brutalement menacée. Durant cet évènement violent la personne est confrontée à la réalité de la mort. Ceci provoque l’effroi et le sentiment d’impuissance. Le risque d’exposition au stress traumatique est plus élevé dans les situations de guerre, d’insécurité ou de catastrophe naturelle. Si les symptômes (culpabilité ou colère, sentiment de toute puissance, désorientation ou confusion passagère, troubles de la concentration, changement de caractère, cauchemars et troubles du sommeil, flash back, évitement, reviviscence…) on parle de stress post traumatique qui nécessite une prise en charge spécialisée.

29 Décompensation psychique
Arrive heureusement très rarement, nécessite une prise en charge médicale immédiate dans le pays d’expatriation avec Stabilisation suivie de rapatriement. Dans les cas aigus, le rapatriement doit se faire avec l’accord Des compagnies aériennes et la personne souffrante doit être Accompagnée par un professionnel de la santé. Il est essentiel de tenir compte des antécédents psychologiques Des personnes avant de valider une mission à l’étranger.

30 Le Retour Recommander un bilan de santé et éventuellement un « debriefing » psychologique

31 Au retour: - faite le bilan Conclusion - identifier les risques
Avant le départ: - identifier les risques - Informer - conseiller - préparer Durant la mission: - restez en contact - assister Au retour: - faite le bilan

32 Liens internet / lectures utiles « préparation des humanitaires »

33 Liens Internet / lectures utiles stress « travailleurs humanitaires et stress »
https://aidworkersecurity.org/sites/default/files/AidWorkerSecurityReport2011.pdf


Télécharger ppt "Se Déplacer, Travailler et Vivre dans les conditions difficiles des missions humanitaires Photo UNHCR Dr Michel Baduraux Colloque Bleu, Montréal 11- 12."

Présentations similaires


Annonces Google