La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SOINS ERGOTHERAPIQUES A DOMICILE : Une thérapie non médicamenteuse du malade Alzheimer C. BOSCHAT – ergothérapeute – CHU Rennes – SSIAD ASPANORD SANTE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SOINS ERGOTHERAPIQUES A DOMICILE : Une thérapie non médicamenteuse du malade Alzheimer C. BOSCHAT – ergothérapeute – CHU Rennes – SSIAD ASPANORD SANTE."— Transcription de la présentation:

1 SOINS ERGOTHERAPIQUES A DOMICILE : Une thérapie non médicamenteuse du malade Alzheimer C. BOSCHAT – ergothérapeute – CHU Rennes – SSIAD ASPANORD SANTE A DOMICILE-

2 Plan Alzheimer axes Equipes Spécialisées Alzheimer (mesure 6) recherche Information Réflexion éthique

3 Equipes Spécialisées Alzheimer = renforcer le soutien à domicile par lintervention de personnels spécialisés Equipes constituées: - dergothérapeutes et/ou psychomotriciens - dassistants de soins en gérontologie - dinfirmières coordinatrices Les ESA sont adossées à des SSIAD, SPASAD, ou coordinations libérales

4 ESA : 40 ESA en cours dexpérimentation (en Bretagne, 2 ESA) 2012 : 500 ESA = places

5 MISSION DES ESA accompagner les malades et leurs aidants dans le but de : Maintenir une qualité de vie du malade Alzheimer et de laidant Maintenir et/ou améliorer lautonomie et lindépendance de la personne Renforcer les capacités cognitives, sensori-motrices, sociales et de communication Compenser les fonctions déficitaires Prévenir, réguler les troubles du comportement Agir sur lenvironnement humain (aidants familiaux et professionnels) Agir sur lenvironnement matériel

6 PRINCIPE DINTERVENTION DE LESA Thérapie non médicamenteuse Intervention temporaire

7 LESPM : PREALABLES AU FONCTIONNEMENT Plan de communication (courrier aux médecins prescripteurs – réunions auprès des professionnels du domicile, professionnels libéraux, CLICS, équipes du CG) Protocole de fonctionnement (appellation – impératif du diagnostic- chronologie dintervention – accord de la personne – instances) Suivi de lexpérimentation outils dévaluation

8 LES MISSIONS DE LERGOTHERAPEUTE A LESPM Quelques principes … : Respecter le choix du patient Définir, auprès du patient et de laidant, les objectifs de notre intervention Etablir une relation de confiance Eviter les redondances Travailler en collaboration avec les partenaires (médecins – professionnels du domicile) Faire une évaluation systémique

9 LINTERVENTION ERGOTHERAPIQUE A LESPM Prescription de Prescription de Bilan ergothérapique soins ergothérapiques UN TEMPS DEVALUATIONUN TEMPS DE SOINS

10 LEVALUATION ERGOTHERAPIQUE Dossier patient « personnalisé » spécificité de la pathologie démentielle problématique de laidant. Evaluation auprès de : du malade Alzheimer (entretiens – mises en situation) de laidant familial, entourage proche (entretiens) des professionnels du domicile, des paramédicaux (entretiens au domicile – contacts téléphoniques – réunions de coordinations) des médecins traitants, médecins spécialistes (courrier – entretien – contacts téléphoniques – réunions de coordination). Evaluation systémique

11 LEVALUATION SYSTEMIQUE EN ERGOTHERAPIE Problème de santé (démence) Fonctions organiques et Structures anatomiques activités participation Facteurs environnementauxfacteurs personnels Tiré de « Classification Internationale du fonctionnement et de la Santé – Version complète 2000 » Equipe classification, évaluation, enquêtes et Terminologies – OMS – Genève Suisse - Modèle illustrant les interactions multiples.

12 LEVALUATION SYSTEMIQUE EN ERGOTHERAPIE Facteurs personnels Facteur environnemental humain Facteur environnemental matériel Autonomie - indépendance

13 LEVALUATION SYSTEMIQUE EN ERGOTHERAPIE Facteurs personnels – Diagnostic - antécédents – situation conjugale, familiale – habitudes et récit de vie – Fonctions cognitives – Fonctions motrices – Fonctions sensorielles et nociceptives

14 LEVALUATION SYSTEMIQUE EN ERGOTHERAPIE Facteur environnemental humain - aidant principal – environnement familial (notion de fardeau) - environnement social - intervenants professionnels

15 LEVALUATION SYSTEMIQUE EN ERGOTHERAPIE Facteur environnemental matériel Evaluation Du logement Des objets qui composent le logement De la périphérie du logement Déterminer les facteurs de risque

16 LEVALUATION SYSTEMIQUE EN ERGOTHERAPIE. Lévaluation de lautonomie et indépendance Situations à risque ? pour le maladepour laidant (fardeau) SADL Activités sociales et de communication IADL Activités instrumentales de la vie quotidienne ADL Activités de la vie quotidienne

17 EVALUATION ANALYSE de linfluence des ACTIVITE PERFORMANCES Facteurs internes personnels Facteurs externes environnementaux Proposition dobjectifs de soins ergothérapiques EN FONCTION DES BESOINS ET SOUHAITS EXPRIMES PAR LE MALADE ET/OU LAIDANT

18 SOINS DACCOMPAGNEMENT ET DE REHABILITATION OBJECTIFS Maintien, voire lamélioration de lindépendance et de l'autonomie dans les activités quotidiennes (SADL – IADL – ADL) Soins de stimulation cognitive et sensori-motrice Accompagnement du malade Alzheimer sinspirant des psychothérapies cognitives et approches psychosociales Accompagnement et soutien psychoaffectif, formation et information de l'aidant Aménagement de lenvironnement matériel et préconisation daides techniques Suivi médical

19 SOINS DACCOMPAGNEMENT ET DE REHABILITATION Renforcement des capacitésmise en place de compensations résiduelles Formation/information aménagement de de laidant lenvironnement matériel relais aux services Maintien/amélioration de lautonomie, lindépendance dans les activités de vie quotidiennes

20 SOINS DACCOMPAGNEMENT ET DE REHABILITATION Orientation :Mémoire Personnesautobiographique Tempsépisodique Espacesémantique Actualitéprospective de travail Langage Praxies attention Gnosies planification geste sens calcul – logique déambulation Soins de stimulation cognitive et sensori-motrice

21 SOINS DACCOMPAGNEMENT ET DE REHABILITATION Supports utilisant des activités générant de la motivation Activités quotidiennes activités de loisirs Activités dévocation activités utilisant des supports adaptés Activités activités stimulant la à composante motrice sensorialité Soins de stimulation cognitive et sensori-motrice

22 SOINS DACCOMPAGNEMENT ET DE REHABILITATION Orientation àvalidation La réalité réminiscence attitude du soignant Accompagnement du malade

23 SOINS DACCOMPAGNEMENT ET DE REHABILITATION Ecoute Information concernant la pathologie Impact sur laidant stimulation cognitive écologique Conseils D aménagements information concernant les structures de répit, daccompagnement Accompagnement Soutien In/formation de laidant

24 SOINS DACCOMPAGNEMENT ET DE REHABILITATION Compenser les fonctions limiter les troubles Déficientesdu comportement Sécuriser maintenir Lenvironnement lautonomie/indépendance Aménagement de Lenvironnement matériel

25 SOINS DACCOMPAGNEMENT ET DE REHABILITATION MOYENS exploiter des activités « significatives » sappuyer sur les habitudes de vie utiliser les ressources environnementales

26 SOINS DACCOMPAGNEMENT ET DE REHABILITATION ECHEANCIER intervention temporaire bénéfices de lintervention entretenu par lentourage suivi à distance en fonction de lévolution de la maladie

27 CAS CLINIQUE : Mme R. Facteurs personnels Maladie dAlzheimer diagnostiquée en 2005 (altération +++mémoire autobiographique) Humeur dépressive +++ ATCD de chute syndrome post chute modéré instabilité posturale Veuve, 6 enfants dont 1 DCD 1 fils vivant avec elle (pathologie psychiatrique) Femme au foyer – mari gendarme très croyante-investie dans la vie paroissiale DC d1 fils, d1 petite -fille

28 CAS CLINIQUE : Mme R. Facteurs environnementaux humains Vit avec son fils (PMD) – assure une présence – nintervient pas les activités quotidiennes Enfants assurant une présence régulière (visites – courses –finances) -inquiets/perte dautonomie -1 femme de ménage (2 fois/semaine) – entretien de la maison – linge -Relations sociales : messe le dimanche – courses avec les enfants

29 CAS CLINIQUE : Mme R. Facteurs environnementaux matériels Propriétaire dune maison, de plain pied, en campagne Équipement électroménager (gazinière – micro-ondes) Baignoire – WC hauteur standard - Ø barre dappui Lit médicalisé – matelas mousse classe 1A – siège garde-robe Téléphone à grosses touches – absence de téléalarme

30 CAS CLINIQUE : Mme R. Autonomie – indépendance SADL IADL ADL Converse aisément discours informatif Répond au téléphone Lecture ++ Écoute radio ++ Va à la messe 1 f/sem Commerce 1 f/sem avec filles Prépare les repas (menus et élaboration simplifiés++) Préparation médicaments par lIDE Gestion finances par les enfants Entretien domestique par la femme de ménage Ø transports Marche autonome - PM Transferts non sécurisés Négligence +++des soins dhygiène et dhabillage Gestion aléatoire de la continence Prise autonome des repas Surveillance du fils/prise médicamenteuse

31 CAS CLINIQUE : Mme R. SYNTHESE : Le tableau des fonctions cognitives est marqué principalement par une altération des capacités mnésiques (notamment autobiographiques) alors que lorientation reste bonne. A noter également une humeur à tendance dépressive pouvant expliquer en partie une perte de motivation et une négligence observée dans les activités quotidiennes. Le périmètre de marche a également diminué, en relation avec un syndrome post chute marqué par une appréhension à la marche en extérieur et des difficultés au transfert assisdebout. Laccompagnement des enfants et notamment la présence du fils au domicile contribue à entretenir sa participation aux activités telles que la préparation des repas, et ce, malgré la perte de motivation. Par ailleurs, son implication dans le domaine religieux contribue à maintenir un lien social.

32 CAS CLINIQUE : Mme R. OBJECTIFS. Stimuler sa participation à lactivité toilette-habillage. Valoriser ses capacités à préparer des repas. Améliorer les repères identitaires. Limiter les conséquences du syndrome post-chute (déambulation – transfert). Améliorer la gestion de la continence. Améliorer laccès aux numéros de tél. les plus couramment utilisés MOYENS valorisation narcissique autour de son image (aspect vestimentaire – soins dapparence) activité culinaire (gâteaux – entremets) menus établis sur la semaine en collaboration avec les enfants valorisation narcissique /capacités à cuisiner arbre généalogique marche en extérieur travail des transferts – aménagement SdB adaptation des hauteurs dassise choix du type de protections affichage clair et accessible des n° sur le mur ECHEANCES ET RYTHME 2 fois/semaine pendant 3 mois En collaboration avec les enfants

33 CAS CLINIQUE : Mme R. Actes délégués à lAssistant de Soins en Gérontologie OBJECTIFSMOYENS ________________________________________________________________________________________________________________________________ Maintenir les repères/personnes/temps se présenter (nom, appartenance, fonction, rôle) rappeler le jour, lheure du rendez-vous, lactivité prévue programmer sur le calendrier ou agenda le prochain rendez-vous (+ activité) Renforcer son estime delle-même autour de Anticiper pour le RV suivant - la recette à faire (recette simple) Lactivité cuisine - la liste des ingrédients (laisser la liste à disposition des enfants qui font les courses - tenir compte de ses goûts, de ce quelle aime faire à son fils Lors de lactivité - valoriser ses compétences de cuisinière - éviter les situations déchec (aider au déroulement de la recette) Evocation de menus pour la semaine - constitution dune liste que les enfants peuvent utiliser lors des courses (saider des livres de cuisine, publicité) Renforcer ses repères et valoriser son image valorisation autour de son rôle dépouse et de mère - exploiter les albums photos - établir un arbre généalogique, avec l aide de son fils EVITER : mises en échec (oublis de prénoms - lieu dhabitation) rappel douloureux (DC) Renforcer lactivité de déambulation marche en extérieur, en insistant sur lutilisation de la canne ANTICIPER verbalement les obstacles (gravillons – devers – marches – bordures)

34 CAS CLINIQUE : Mme R. Suivi de la prise en soins réunion de travail de lESPM réunion de coordination avec les différents partenaires (SSIAD – ADMR – Equipe du CG) contacts réguliers avec la famille

35 CAS CLINIQUE : Mme R. ESPMRELAIS ERGOASGAS du SSIAD guidance verbale – aide à la planification – valorisation/image douche 1 fois/semaine ASG préparations culinaires + élaboration menus famille(liste de courses) valorisation/talents culinaires aides à domicile de lADMR (repas – accompagnement) évocation/famille – rôle de mère famille + professionnels ERGO + ASGAS du SSIAD aménagement baignoire +chaise aides à domicile de lADMR chaussage adapté famille activité déambulation + travail / transferts ERGO choix du type de protections famille + professionnels préparation de la protection de nuit ERGO liste simplifiée, accessible famille OBJECTIFS. Stimuler sa participation à lactivité toilette-habillage. Valoriser ses capacités à préparer des repas. Améliorer les repères identitaires. Limiter les conséquences du syndrome post-chute (déambulation – transfert). Améliorer la gestion de la continence. Améliorer laccès aux numéros de tél. les plus couramment utilisés

36 QUELQUES REFLEXIONS… Délégation des soins aux Assistants de Soins en Gérontologie Formation des intervenants (ASG – ergothérapeutes – professionnels du domicile) Sensibilisation des médecins à la pathologie démentielle et laccompagnement des aidants Eléments médicaux partageables Limites des interventions de lESPM

37


Télécharger ppt "SOINS ERGOTHERAPIQUES A DOMICILE : Une thérapie non médicamenteuse du malade Alzheimer C. BOSCHAT – ergothérapeute – CHU Rennes – SSIAD ASPANORD SANTE."

Présentations similaires


Annonces Google