La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SROS PRS Volet hospitalier Eléments de doctrine et de cadrage régional Conférence de territoire de Paris – 12 juillet 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SROS PRS Volet hospitalier Eléments de doctrine et de cadrage régional Conférence de territoire de Paris – 12 juillet 2012."— Transcription de la présentation:

1 SROS PRS Volet hospitalier Eléments de doctrine et de cadrage régional Conférence de territoire de Paris – 12 juillet 2012

2 Le plan stratégique a été arrêté le 11 octobre Il définit les lignes d'orientations des divers schémas et programmes. Lensemble constitue le projet régional de santé qui sera arrêté en fin dannée. Schéma dorganisation sanitaire, volet hospitalier, plan stratégique et projet régional de santé

3 3 Les objectifs du plan stratégique 1. Assurer à chaque Francilien un parcours de santé lisible, accessible et sécurisé 2. Améliorer la qualité et lefficience du système de santé 3. Conduire une politique de santé partagée avec tous les acteurs au plus près de la réalité des territoires

4 4 Une transparence Transmission des documents Les documents ont été mis à dispositions de tous ceux qui souhaitaient les consulter sur un espace de partage virtuel Lien de téléchargement : Hospitalier html

5 5 Evolutions récentes du contexte parisien hospitalier

6 6 Données générales Une offre dense et diversifiée, de proximité et de recours, incluant des centres de référence régionaux et nationaux avec un rôle majeur denseignement et de recherche Des mutations au long cours touchant divers sites hospitaliers publics et privés, et affectant lorganisation de plusieurs disciplines (psychiatrie, MCO.) Un rattrapage du retard en équipement en soins de suite et de réadaptation Des coordinations insuffisantes (amont/aval) mais encouragées par la mise en place progressive de filières et de parcours de soins Pour lactivité de court séjour lAP-HP représente : - 28 % de lactivité de la région ; - 57% de lactivité parisienne.

7 7 Loffre hospitalière: évolutions récentes Des restructurations qui impactent loffre de soins: – Constitution de 8 groupes hospitaliers au sein de lAP-HP, avec, pour certains, des établissements installés dans la petite couronne; fermeture de site de Saint Vincent de Paul et transfert dactivités (maternité, pédiatrie, brûles, hématologie,…) – Un relatif statu quo dans le secteur privé malgré des fermetures récentes (clinique Bien Naître, Clinique Vinci) – Constitution en cours dun ensemble hospitalier de 5 établissements autonomes sur le site de St Joseph ( paris 14 ème ) échéance 2014 – Poursuite des rapprochements des hôpitaux de jour non sectorisés (psychiatrie) avec amélioration de loffre

8 8 Loffre de soins: évolutions récentes Des réorganisations qui poursuivent des objectifs defficience et de qualité des soins: – Permanence des soins en établissements de santé: Mise en place dun organisation avec 7 établissements pour les activités nocturnes en chirurgie viscérale et orthopédique (hors continuité des soins) – Poursuite de la mise en place déquipes de psychiatrie de secteurs dans les services durgences (Bichat, Lariboisière, Hôtel-Dieu, Tenon, Saint-Antoine) – Finalisation de linstallation des lits dhospitalisation complète en psychiatrie sectorisée dans Paris – Communauté hospitalière de territoire: projet associant les 5 établissements parisiens en charge de la psychiatrie adulte sectorisée – Mobilisation des acteurs sanitaires dans le projet relatif aux parcours de santé des personnes âgées - 9, 10, 19èmes arr. (ANAP)

9 9 Loffre de soins: évolutions récentes Une offre de soins en SSR : – renforcée (ouverture notamment de 2 établissements en 2010 et 2011), – et complétée pour répondre à des besoins spécifiques : – SSR périnatal : pour des jeunes mères vulnérables sur le plan médico-psycho-social (2010) – SSR addictologie (ouverture 2013) – SSR Hématologie: en 2010, le seul sur Paris

10 10 Au total: AtoutsDifficultés Expertises techniques et humaines (hôpital et ville) Lisibilité de loffre de soins Plateaux techniques les plus élaborés Continuité des soins Activités de recherche sous toutes leurs formes Coexistence dun premier recours fragile et peu organisé et dune réalité hospitalière hyper institutionnalisée Tensions extrêmes à concilier proximité et recours

11 11 Lévolution des besoins et des prises en charge Les besoins croissent dans la quasi-totalité des domaines : les cancers, les pathologies liées au vieillissement, le diabète, les maladies mentales et plus généralement les maladies chroniques, la prématurité, les besoins des adolescents, les suites des dépistage, la précarité etc. En parallèle de cette évolution des modifications qualitatives majeures – Peu de prise en charge par un offreur unique ; – Alourdissement global (vieillissement et chronicité) et intrication du problème médical et de la dimension sociale ; – Séquences de soins plus nombreuses et bénéficiaires plus diversifiés (patients, entourage, aidants).

12 12 Des SROS passés au SROS actuel Les corrections des déséquilibres géographiques ou entre activité étaient les objectifs principaux des schémas précédents ainsi que la mise en place dorganisations adaptées (AVC, cancérologie, périnatalité etc.) Laccroissement des implantations nest plus sauf exception à lordre du jour Les questions dorganisation et de coordination sont devenues majeures Dans deux domaines les incertitudes sont fortes : ressources économiques mobilisables et ressources en professionnels

13 13 Les enjeux Répondre aux défis de la démographie professionnelle Accompagner la mutation stratégique de lhôpital Garantir un maillage répondant aux besoins de la population et une gradation des soins adaptée

14 14 Lenjeu démographique en chiffres Une démographie médicale préoccupante – Entre 2012 et 2017, lÎle-de-France va perdre environ médecins dont 2/3 de spécialistes. – Elle va en former environ 4700 et 1000 autres viendront sy installer (provenant dautres régions et dautres pays) = médecins fin 2016 – Actifs en 2012 qui seront partis à la retraite dans 10 ans en Île- de-France : médecins généralistes = 40% (dont 2623 = 47% sur Paris) médecins spécialistes = 43% (dont 5566 = 44% sur Paris) TOTAL : départs en 10 ans, soit environ en 5 ans

15 15 Les réponses en débat Une responsabilisation territoriale des facultés de médecine Une coopération entre établissements attractifs et moins attractifs pour partager une responsabilité de recrutement et de temps médical Les réorganisations dactivité

16 16 Accompagner la mutation stratégique de lhôpital Lhôpital a longtemps été un acteur – De la prise en charge en aigu ; – De la prise en charge très longue (psychiatrie). Les prises en charge sont aujourdhui très différenciées : – Laigu demeure mais pour des prises en charge de plus en plus courtes voire ambulatoires ; – Les soins non programmés prennent une place croissante ; – Lurgence change de nature ; – Les pathologies chroniques se développent.

17 17 Des objectifs futurs Dans la prise en charge des maladies chroniques : les partenariats sont à installer ou à développer avant tout avec les acteurs du premier recours et du médico-social et lhôpital peut devenir acteur de la médecine de parcours Dans la prise en charge aiguë les partenariats sont plutôt inter hospitaliers : ils doivent améliorer la gradation des soins ( laquelle concerne aussi le SSR et dans une certaine mesure la psychiatrie) Dans lamélioration de la qualité les axes sont multiples : souvent dans lintra hospitalier ( aval des urgences ) mais aussi dans la gestion des entrées et des sorties notamment en appui au premier recours et au médicosocial

18 18 La gradation future des activités Dune manière globale elle est à poursuivre avec une probable différenciation : LIle-de-France est la région qui compte le plus de centres experts quelle quen soit la nature ; Les problèmes de rareté démographique (neuroradiologie) sont déterminants pour certaines activités Dans beaucoup de domaines un équilibre est à trouver entre lexpertise technique qui peut être concentrée et les besoins de continuité des soins Cest lune des raisons qui expliquent la baisse du nombre des implantations dans un certain nombre de domaines

19 19 La couverture territoriale Elle sest améliorée dans presque tous les domaines Deux grandes zones de fragilité – La grande périphérie (sauf exception) – La petite couronne en tout cas pour loffre spécialisée Dans le premier cas la réponse est dans la coopération quelle quen soit la forme ( fusion, CHT, autre) Dans la seconde, lARS souhaite prendre une initiative pour anticiper sur les évolutions attendues dans le cadre du Grand Paris

20 20 Les grandes tendances du schéma Les adaptations des parcours de santé et de soin Les principales réorganisations interhospitalières La qualité de la prise en charge Les implantations

21 21 Les adaptations des parcours de santé et de soins Un parcours plus orienté vers la prévention : cancérologie mais aussi IRC, AVC, insuffisance cardiaque etc. Un parcours mieux construit avec les partenaires du premier recours : suivi de la femme enceinte, VIH Un parcours en soutien du médicosocial ( soins palliatifs, hospitalisations évitables …) Un parcours avec une meilleure information : IVG Un parcours avec une offre renforcée : handicap lourd, imagerie, soins palliatifs

22 22 Les adaptations des parcours de santé et de soins Un parcours avec des circuits hospitaliers plus courts : aval des urgences Un parcours avec une offre diversifiée (hospitalisation de jour) : SSR /maladies chroniques Un parcours avec une meilleure accessibilité financière (imagerie, AMP etc…) Un parcours avec une nouvelle attention pour les personnes précarisées

23 23 Les évolutions selon les domaines Domaines où la stabilité prévaudra Urgences Cardiologie Obstétrique Assistance médicale à la procréation Diagnostic prénatal Génétique Domaines avec renforcement de loffre Chirurgie ambulatoire Prise en charge des adolescents et des maladies chroniques de lenfant Maladies chroniques de ladulte Personnes âgées Psychiatrie (dont sujets âgés) dont psychiatrie infanto-juvénile Gériatrie aiguë Soins palliatifs Imagerie HAD Par ailleurs : Activité de liaison, de coordination Prise en charge des populations précarisées Domaines avec réorganisation majeure Aval des urgences Partage médecine interne /médecine spécialisée Cancérologie ? Domaines avec réorientation vers lambulatoire Soins de suite Réadaptation Chirurgie Maladies chroniques Domaines avec réorganisation modérée Parcours de soins : obstétrique Néonatalogie /Réanimation néonatale AVC Réanimation /surveillance continue USLD

24 24 Les modalités de mise en œuvre Les autorisations et les reconnaissances La contractualisation Une animation territoriale renouvelée En débat : – Des appels à projet doffreurs groupés sur thématiques spécifiques transversales – Des programmes performance (aval des urgences, imagerie, handicapés etc.)

25 Les orientations pour Paris 2 - Les projets dimplantations

26 26 Principales orientations du SROS Hospitalier à Paris Inscrire loffre de soins hospitalière dans une approche territoriale permettant de développer les partenariats et les articulations avec loffre ambulatoire, et lensemble de partenaires Accompagner les évolutions de loffre hospitalière pour répondre: – aux besoins de proximité autour de la construction de parcours de santé, de filières de soins – aux besoins dactivités de recours et dexcellence Maintenir une offre hospitalière diversifiée et veiller à limpact des restructurations en cours ou à venir.

27 27 Principales orientations du SROS Hospitalier à Paris Quelques chantiers prioritaires : – améliorer la santé des personnes en grande précarité – mobiliser le territoire autour des problématiques liées à la périnatalité – mieux prévenir et traiter les addictions – favoriser laccès à la santé des personnes handicapées – améliorer la prise en charge en santé mentale: constitution de la CHT, – améliorer le parcours de santé des personnes âgées et des personnes atteintes de maladies chroniques

28 28 Périnatalité 1- Organiser le parcours de santé de la femme enceinte sur le territoire de Paris. 2- Adapter les modalités dintervention aux populations précaires ; 3- Assurer une meilleure régulation des inscriptions en maternité ; 4- Renforcer la coordination du suivi en pré-natal et post natal de la mère et de lenfant ; 5- redistribuer les capacités de néonatologie pour réduire les prises en charge outborn dans la région. 6- Assurer la couverture de lensemble du territoire parisien par un réseau périnatal :

29 29 MEDECINE CHIRURGIE Optimiser la gestion des lits en aval des urgences afin de fluidifier le parcours des patients (temps dattente aux urgences): Développer les filières courtes de prise en charge à lhôpital Mieux répondre aux besoins de prise en charge des personnes âgées, des personnes handicapées, des personnes présentant des co-morbidités Odontologie et Stomatologie à développer dans le secteur public

30 30 GERIATRIE Améliorer la gouvernance et le suivi des filières de soins gériatriques Définir les missions des équipes mobiles gériatriques internes (EIG) et externes (EMG-E) Elaborer une réflexion pour rééquilibrer loffre dhospitalisation entre médecine interne, polyvalente et gériatrie aigüe Implantation dune USLD de 53 lits à lHôpital Rothschild (montée en charge en cours, ouverture de la moitié des capacités) Rapprocher la psychiatrie de secteur et les filières de soins gériatriques : – favoriser la prise en charge en EHPAD de patients psychiatriques vieillissants ; – élaborer et faire vivre les conventions entre EHPAD et secteurs psychiatriques ; – mise en place de référents gériatrie en CMP ; Labelliser les 6 MAIA Augmenter la capacité en place de SSIAD renforcés (en lien avec lHAD) Poursuivre les actions daide aux aidants et de prévention Prendre en charge la grande précarité vieillissante (personnes de plus de 70 ans sans domicile fixe ou suivies en LHSS, CHRS et Lits dAccueil Médicalisés)

31 31 Urgences Incertitude sur le devenir des activités de lHôtel-Dieu, et maintien des 12 autres sites daccueil des urgences dont 2 spécialisés en ophalmo et dont 3 pédiatriques. Optimiser le parcours de soins de 3 populations spécifiques : – lenfant : éviter laccueil des enfants en dehors de leur territoire en développant les unités de proximité pédiatriques en petite couronne ; – la personne âgée : optimiser la filière gériatrique ; – la personne présentant une pathologie mentale : accès à des consultations non programmées en CMP, visites à domicile par des équipes dédiées avec appui possible du CPOA, suivi coordonné des situations complexes, télépsychiatrie, … Evaluer le dispositif de présence des personnels des établissements de psychiatrie aux urgences (HEGP, St Joseph, Cochin, Bichat, Lariboisière, Tenon, St Antoine, Pitié…) Améliorer la disponibilité des lits daval.

32 32 Psychiatrie Mettre en place la communauté hospitalière de territoire (CHT) afin daméliorer laccessibilité de la prise en charge en santé mentale Dans ce contexte, poursuivre lamélioration de prises en charges spécifiques: – situations durgence et de crise – situation des enfants et des jeunes – personnes âgées – personnes en situation de précarité – patients au long cours – détenus Améliorer la prévention et laccès aux soins somatiques. Poursuivre les rapprochements de structures non sectorisées de petite taille

33 33 Calendrier dachèvement et dapprobation Début de consultation informelle : mi juin – Présidents conférence de territoire : 13 juin – Copil SROS 14 juin – Réunion des établissements par département (fin juin/début juillet) – Fédérations fin juin/début juillet Disponibilité du document pour consultation formelle : 20 septembre


Télécharger ppt "SROS PRS Volet hospitalier Eléments de doctrine et de cadrage régional Conférence de territoire de Paris – 12 juillet 2012."

Présentations similaires


Annonces Google