La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

EVALUER. POURQUOI ? COMMENT ? « il nest pas inconvenant de faire remarquer que les esprits des enfants souffrent parfois dune trop grande sévérité dans.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "EVALUER. POURQUOI ? COMMENT ? « il nest pas inconvenant de faire remarquer que les esprits des enfants souffrent parfois dune trop grande sévérité dans."— Transcription de la présentation:

1 EVALUER

2 POURQUOI ? COMMENT ? « il nest pas inconvenant de faire remarquer que les esprits des enfants souffrent parfois dune trop grande sévérité dans la correction, ils désespèrent, saffligent, prennent leur travail en grippe et ce qui est le plus fâcheux, à force de craindre nentreprennent plus rien ….il faut louer certaines choses, en laisser passer dautres, en changer certaines en expliquant pourquoi on fait ainsi. Chaque âge doit être amendé à sa manière, et le travail examiné et corrigé selon ses forces… » Quintilien « de institutione oratoria » 1 er siècle

3 Le mot valoir vient de valere et apparaît au XIème siècle avec deux sens puissant être fort coûter, signifier Mots proches value (XII) disparu sauf plus value (XV) et moins value (XVIII) valable (XIII) qui remplit les conditions requises qui a du mérite de la valeur (XV) Qui donnera évaluer (XIV) et vaurien (XVI)

4 Mesurer une performance par rapport à un référent non contestable et commun ?. Ou estimer une performance dans son contexte ? Apprécier une performance par rapport à des attentes ? Faire un bilan détape ou final par rapport à des objectifs dapprentissage ? Parle-t-on de la même chose ?

5 « Mesurer une valeur » Mais aussi en rejoignant Charles Hadji accepter le sens de « donner de la valeur » Il sagit donc de trouver une évaluation pertinente à la fois : par rapport aux intentions poursuivies mais aussi à lusage social attendu et donc de réguler laction pédagogique

6 Nos évaluations sont elles de lordre de la mesure, ce que vaut le travail et (ou) de ce que vaut l élève ? Les résultats dune évaluation doivent être justes : exacts et justes Les bases de la docimologie sont posées depuis longtemps avec les travaux de Henri Pierron et lon sait que la notation est difficilement incontestable.

7 Mesurer : cest associer un nombre à une performance avec pour modèle les sciences exactes. Estimer : cest par défaut de mesure attribuer un nombre en ayant en tête un référent construit dans lespace social (lexpert.) Apprécier : renvoie à une idée de référent qui diffère dun individu à lautre, on séloigne du quantitatif pour aller vers le subjectif. Comprendre : plus de recours à un référent mais recherche dune interprétation de la réalité en sintéressant à lévolution qui a conduit à cette réalité.

8 dont les objectifs sont bien distincts : Lune de lordre du normatif et du social Lautre de lordre du formatif

9 La première évaluation dite sommative mesure une performance par rapport à une norme et on peut donc classer. Le système est alors piloté par la haut. La note tient plus au modèle attendu quà la performance réalisée par lindividu.

10 Cette seconde évaluation mesure donc une performance par rapport à un apprentissage identifié. Le système est alors piloté au plus près de lélève. La note mesure la performance réalisée par lindividu dans un processus dapprentissage.

11 On apprécie une performance par rapport à : un référent : lobjectif dapprentissage (savoirs, savoir-faire…) Un individu (évaluation diagnostique nécessaire, le but est de faire progresser.) Une durée de laction pédagogique (une séquence, une année, un cycle…)

12 Lévaluation formative devient un élément central de lapprentissage de lélève : Compréhension des procédures utilisées Communication à lévalué des critères utilisés et du niveau dobjectif atteint

13 Indiquer des objectifs en début dheure ne suffit pas car lélève ne peut les comprendre que lorsquil les aura acquis ! Ne pas donner a priori une définition qui est lobjectif dapprentissage Donner des outils intellectuels qui fonctionnent dans des situations réelles. Donner un statut à lerreur Activité médiation pour atteindre lobjectif donc nécessité de sa pertinence Notion de tâche et critères de réussite Action faite et réussie Action non faite Action faite et non réussie

14 Trois temps Évaluation diagnostique au départ Evaluation formative (formatrice si autoévaluation) en cours Evaluation sommative possible à la fin avec le contrôle du degré dacquisition.

15 EVALUation NOTation Notation, notacio, marquer par un signe, une observation La note, nota, le signe avec une évolution intéressante : dabord le signe musical qui marque un son puis le son correspondant. Puis la note consignée par écrit langage administratif. Montant à payer Enfin, Lappréciation donnée par le maître à lélève.

16 La croyance en une répartition naturelle des notes (courbe de Gauss) Poids de la note, surtout de la mauvaise Dans une situation normale dapprentissage le but est la réussite des élèves et lévaluation devrait refléter cet objectif

17 Quelques considérations sur la mauvaise note

18 Une mauvaise adéquation de lévaluation aux objectifs dapprentissage en terme de notions et de compétences. Identifiés comme tels par le professeur Explicités clairement pour tous Compris et intégrés par lélève …

19 Niveau de langue Vocabulaire Quantité dinformations nouvelles Intégration des acquis …

20 A-t-on recherché lessentiel ? A-t-on formulé la consigne clairement et lisiblement ? A-t-on demandé de réutiliser ce qui a été appris ou bien une nouveauté a-t-elle été introduite ? A-t-on bien mesuré les besoins en temps ? ….

21 Qui maitrise mal une situation nouvelle ? Qui maitrise mal des opérations intellectuelles et lesquelles ? répétition, conceptualisation, application, exploration, mobilisation, réinvestissement Qui na pas fait leffort nécessaire ? En classe ? À la maison ? Qui se trouve dans une situation peu favorable

22 Effet de fatigue ou d'ennui Effet de contraste Effet de halo Effet de relativisation Effet de contamination Effet de tendance centrale Effet de l'ordre de correction Effet de stéréotypie Effet dassimilation Effet de flou Effet de trop grande indulgence et de trop grande sévérité. voir

23 Dans la logique du socle commun, une évaluation formative semble indispensable, en un mot passer du jugement (qui oriente) à laide dans un apprentissage. Ce qui ne dispense pas dune évaluation terminale sommative ? Certificative ? Une question pendante, quel statut pour lerreur ?

24 Cest passer de quelque chose de très personnel, (c'est toujours personnel un apprentissage : c'est moi qui apprend, ce nest pas mon copain !), de quelque chose de très intime, de quelque chose de très divers, à un signe social global. Un diplôme, un concours, une unité de valeur, ce sont des signes sociaux. On a à passer de quelque chose d'individuel à quelque chose de collectif, la note, le diplôme, le concours, c'est de toute évidence nécessaire, le fonctionnement social demande ce type de repère, nécessaire mais difficile. R.F. Gauthier IGAEN

25 « les grilles font toujours des prisonniers » H. Laborit

26 Philippe Perrenoud ud/php.html ud/php.html Charles Hadji, lévaluation démystifiée, ESF, 1997 ; lévaluation, règles du jeu,ESF, 1995 ; lévaluation des actions éducatives, PUF, 1992 André Antibi, les notes la fin du cauchemar, MathAdore,2007 Jean Pierre Astolfi, lerreur un outil pour enseigner, ESF,1997 Jean Cardinet Evaluer sans juger, Revue française de pédagogie n°88 INRP Bernard Maccario, lécole à lheure de lévaluation, Sedrap éducation, 1996 Henri Pierron examens et docimologie, Puf, 1963 Pierre Rossano, Guide pratique de lévaluation à lécole,Retz, 1993


Télécharger ppt "EVALUER. POURQUOI ? COMMENT ? « il nest pas inconvenant de faire remarquer que les esprits des enfants souffrent parfois dune trop grande sévérité dans."

Présentations similaires


Annonces Google