La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Brigitte Thévenot Chargée de mission régionale, Direction Régionale Jeunesse et Sport et Cohésion sociale Maintenir les savoirs de base tout au long de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Brigitte Thévenot Chargée de mission régionale, Direction Régionale Jeunesse et Sport et Cohésion sociale Maintenir les savoirs de base tout au long de."— Transcription de la présentation:

1 Brigitte Thévenot Chargée de mission régionale, Direction Régionale Jeunesse et Sport et Cohésion sociale Maintenir les savoirs de base tout au long de la vie et sécuriser les parcours professionnels entreprise

2 Sous l autorité de la Préfecture de région Intégrée à la DRJSCS depuis le 1er janvier 2010 au pôle Cohésion sociale confiée à une chargée de mission à 0,5 ETP

3 3 sources principales de données : Les chiffres de la Journée dAppel Défense, sur la classe d âge de 17 ans (données annuelles) En Auvergne, ces chiffres sont en progression depuis 3 ans consécutifs Létude PISA de l OCDE de 2006, concernant les élèves de 15 ans Lenquête IVQ (Information Vie Quotidienne) de l INSEE de

4 9 % de la population française métropolitaine âgée de 18 à 65 ans, cest-à-dire personnes, sont touchées par lillettrisme, soit près de personnes en Auvergne 53 % des personnes touchées par lillettrisme en France ont plus de 45 ans, soit personnes en Auvergne Près de élèves âgés de 15 ans en Auvergne seraient des « lecteurs inefficaces » Plus de jeunes âgés de ans en Auvergne seraient en situation d illettrisme

5 57 % des personnes en situation d illettrisme sont dans lemploi, 59 % sont des hommes et 41 % sont des femmes 49 % des personnes touchées par lillettrisme en France vivent en zone rurale 74 % des personnes en situation dillettrisme parlaient uniquement le français à la maison à lâge de 5 ans 15 % des demandeurs demploi sont en situation dillettrisme

6 Mise en place des plans régionaux de prévention et de lutte contre lillettrisme. Multiplication des accords cadres avec les milieux professionnels et les réseaux déducation. Développement dexpérimentations sociales dans des domaines prioritaires : les actions éducatives familiales, la prévention des ruptures des contrats dapprentissage.

7 Les plans régionaux de prévention et de lutte contre lillettrisme. LAuvergne sera très prochainement dotée de cet outil stratégique (janvier 2011) Le dispositif compétences clés. Il sadresse principalement aux adultes et aux jeunes demandeurs demploi Financement : DIRECCTE et FSE ­ Les Centres Ressources Illettrisme ­ Les actions directes ou connexes à la lutte contre lillettrisme développées par les collectivités territoriales ­ Laction en direction des salariés développée par les OPCA ­ Apprentissage et savoirs de base : des expérimentations dans 4 régions ­ Les Actions Educatives Familiales (AEF)

8 Vous ? Mieux connaître et comprendre lillettrisme en Auvergne Informer et mobiliser les acteurs de la région autour de la lutte contre lillettrisme Coordonner les dispositifs dédiés à la maîtrise des savoirs de base Elaborer un plan régional pour la période qui intègre le plan de prévention de lEducation Nationale

9 1.Renforcer loffre en matière de prévention et de formation aux savoirs de base 2.Sensibiliser et former les acteurs de la lutte contre lillettrisme (professionnalisation) 3.Optimiser la connaissance: de l illettrisme, des besoins des publics 4.Mettre en réseau et coordonner les acteurs de la lutte contre lillettrisme pour une meilleure réponse aux besoins 5.Garantir un pilotage efficace du plan au niveau régional pour rendre compte des avancées 6.Assurer une meilleure communication et information sur la lutte contre lillettrisme

10 Les services déconcentrés de l Etat Les collectivités territoriales Les OPCA Les organismes de formation Le CARIF/OREF Le secteur associatif Le Centre Ressource Illettrisme (CRI) - auvergne.org

11 Mise en œuvre des accords cadres entre lANLCI et les OPCA Appui aux OPCA et aux entreprises Sensibilisation des décideurs et des acteurs

12 Mise à disposition dun référentiel des compétences clés en situation professionnelle Poursuite du Forum permanent des pratiques et attribution du visa FPP-ANLCI - 25 kits du praticien - 3 grands domaines : Prévention Insertion des jeunes Evolution professionnelle La mise à disposition de guides et de référentiels pour agir

13 Mettre en évidence les compétences de base qui servent de fondement à lactivité professionnelle et qui constituent un noyau dur de compétences transversales dun secteur dactivité à un autre, en désignant comment les compétences clés peuvent être utiles à lemployabilité.

14

15 Le référentiel décrit les facettes dune même situation de travail (pôles de compétences, activités, degrés de capacité professionnelle. Trois pôles de compétences déclinés en sept activités : Réalisation Exécuter une tâche Comprendre et justifier Interaction Communiquer Participer à une décision Initiative Faire face à un aléa Apprendre, tirer parti de lexpérience Faire preuve dinitiative

16 Offrir une idée précise des compétences déjà acquises et de celles quil faudrait développer. Faciliter la construction de parcours de formation. Permettre lévaluation des actions de formation.

17 Un socle fonctionnel qui regroupe les compétences nécessaires dans la vie professionnelle pour lire un schéma, une consigne de travail ou de sécurité, des plannings, des horaires de travail, calculer des quantités et des tarifs, communiquer avec les clients et ses collègues, comprendre rapidement, anticiper sur le déroulement dune tâche …

18 Alsace : formations de salariés et solutions partenariales. Aquitaine : insertion professionnelle en zone rurale. Auvergne : formations de base sur mesure. Basse Normandie : réalisation de parcours FOAD en formation de base pour les demandeurs demploi Bretagne : formations de base pour les collectivités territoriales. Corse : réalisation de parcours dacquisition des compétences clés. Franche-Comté : mise en situation professionnelle pour faciliter la maîtrise des compétences de base. Guadeloupe : accès aux savoirs de base des ouvriers agricoles. Guyane : identification des besoins en formation de base depuis le poste de travail. Lorraine : mise en œuvre dun parcours de formation de base. Rhône-Alpes : formations aux savoirs de base en entreprise.

19 En 2009, 1 appel à projet porté par le Haut Commissariat à la Jeunesse Objectif : - sécuriser les parcours des apprentis - vérifier dans quelle mesure les actions concourant à la maîtrise des savoirs de base contribuent à prévenir les risques de rupture du contrat d apprentissage Action : -identifier ce qui marche, analyser, identifier les clés de la réussite et de la transférabilité - proposer une généralisation après une phase d expérimentation A ce jour: 4 Conseils régionaux impliqués, 40 CFA impliqués/1473 parcours dapprentis évalués

20 Proposition 1. Lacquisition et lentretien tout au long de la vie des savoirs fondamentaux - savoir lire, écrire, compter - doivent être proclamés comme un droit de chaque citoyen Proposition 2. Mener une campagne nationale pour promouvoir les formations aux savoirs fondamentaux Proposition 3. Mettre en place un comité de pilotage au niveau national avec création dun tableau de bord permettant dafficher les objectifs, le suivi, les résultats Proposition 4. Assurer au niveau national une cohérence des actions des organismes publics et sassurer dune utilisation optimale des crédits dédiés Proposition 5. Prévoir un renouvellement régulier de la mesure de lillettrisme dans lensemble de la population, ainsi que des études et analyses permettant de mieux comprendre les processus conduisant à des situations dillettrisme. Proposition 6. Disposer, au niveau territorial, de tableaux de suivi annuels du volume de formations contre lillettrisme Proposition 7. En complément des interventions réalisées par des professionnels, confier à lANLCI la mission de promouvoir lengagement citoyen en faveur de la lutte contre lillettrisme et didentifier et de mobiliser tous ceux (associations, militants, bénévoles, jeunes engagés dans le cadre du service civique, etc.) qui sont susceptibles de participer à la sensibilisation et à des formations aux compétences fondamentales

21 Proposition 8. Mener des actions de sensibilisation des acteurs en contact avec le public à la détection des personnes illettrées Proposition 9. Des aides publiques devraient venir abonder les efforts des entreprises pour vaincre lillettrisme (notamment dans les régions). Proposition 10. Dans le cadre de leurs missions, demander à tous les OPCA d'intervenir auprès de tous les chefs dentreprise, et notamment les TPE et PME, pour les sensibiliser à la question de lillettrisme, et leur présenter les formations dont leurs salariés et leurs représentants peuvent bénéficier. Proposition 11. Mobiliser plus encore les outils de mutualisation du financement de la formation professionnelle Proposition 12. Dans les fonctions publiques, accroître les actions de lutte contre lillettrisme, notamment en direction des personnels recrutés sans concours. Proposition 13. Prévoir lobligation pour lEtat, les collectivités locales et les hôpitaux de proposer une formation aux agents dont la situation dillettrisme est détectée, notamment à loccasion dun entretien professionnel ou dune habilitation

22 Proposition 14. Proposer systématiquement un accompagnement aux jeunes sortis du système scolaire repérés en situation dillettrisme lors des journées dappel de préparation à la Défense (JAPD) Proposition 15. Pour les demandeurs demploi, accélérer la sensibilisation et la formation des conseillers de Pôle emploi à la détection des situations dillettrisme et proposer systématiquement un accompagnement et une formation à toutes les personnes concernées Proposition 16. A chaque fois que les partenaires sociaux négocient ou sont consultés sur la formation (négociations interprofessionnelles ou de branche, GPEC…), la situation des salariés fragiles et tout particulièrement de ceux qui sont en situation dillettrisme, doit être évoquée et traitée. Proposition 17. Dans lentreprise, les questions de lidentification des situations dillettrisme et des moyens dy remédier doivent être abordées à loccasion de lexamen du plan de formation. La présentation des actions de lutte contre lillettrisme doit être intégrée dans le bilan social de lentreprise.

23 Proposition 18. L'ANLCI doit mettre à disposition des chefs d'entreprise une liste d'intervenants compétents pour présenter, à eux et à leurs salariés et leurs représentants, les actions mobilisables. LANLCI doit également diffuser auprès des chefs dentreprise la liste des formations organisées dans leur commune ou à proximité, et cette liste doit être portée à la connaissance de lensemble des salariés. Proposition 19. En complément des chefs dentreprise, constituer un dispositif de repérage de lillettrisme et dalerte, prenant appui sur les différents acteurs en contact avec les salariés, en particulier les DRH, les IRP, ainsi que ceux avec lesquels les salariés peuvent nouer une relation de confiance, tels que les médecins du travail et les assistantes sociales. Proposition 20. La maîtrise des savoirs fondamentaux représente un enjeu pour la sécurité dans lentreprise. Les actions de formation ou de sensibilisation à la sécurité dans lentreprise doivent intégrer la problématique de la lutte contre lillettrisme. Lemployeur, et lorsquil existe le CHSCT, doivent sassurer que les consignes de sécurité écrites sont comprises par tous.

24 Proposition 21. Organiser une campagne dinformation auprès de tous les employeurs utilisateurs du CESU afin de les sensibiliser au problème de lillettrisme et de leur donner les moyens dorienter leurs salariés vers des dispositifs de formation. Proposition 22. LEtat en lien avec lANLCI et avec le concours des financeurs, doit élaborer une grille commune d'évaluation des formations. Proposition 23. Imposer à tous les organismes de formation de publier leurs résultats selon cette grille d'évaluation Proposition 24. Donner une plus large diffusion au forum permanent des pratiques initié par lANLCI. Proposition 25. Diffuser largement le référentiel des compétences clés en situation professionnelle (RCCSP)


Télécharger ppt "Brigitte Thévenot Chargée de mission régionale, Direction Régionale Jeunesse et Sport et Cohésion sociale Maintenir les savoirs de base tout au long de."

Présentations similaires


Annonces Google