La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Îles-de-la-Madeleine Portrait et perspectives Présentation aux représentants de larchipel de Saint-Pierre et Miquelon.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Îles-de-la-Madeleine Portrait et perspectives Présentation aux représentants de larchipel de Saint-Pierre et Miquelon."— Transcription de la présentation:

1 Les Îles-de-la-Madeleine Portrait et perspectives Présentation aux représentants de larchipel de Saint-Pierre et Miquelon

2 Un écosystème fragÎle Larchipel des Îles-de-la-Madeleine est composé dune douzaine dîles dont sept sont rattachées par des dunes et des ponts. Ces îles sétirent sur 65 km et couvrent une superficie totale de 202 km 2. Larchipel des Îles-de-la-Madeleine est localisé au centre dun haut- plateau marin de moins de 100 mètres de profondeur. Les marées y ont un cycle particulier avec une amplitude plus faible quailleurs dans le Golfe; elles participent toutefois activement à lérosion des berges ainsi quau déplacement des sédiments. Larchipel bénéficie de linfluence océanique avec un hiver moins rude que sur le continent, mais un été plus frais et un peu plus court. Les milieux naturels très diversifiés et parfois spécifiques à larchipel sont autant dhabitats pour une faune et une flore très riches, dont certaines espèces sont considérées menacées ou vulnérables. Six territoires protégés couvrent 66 km 2 et de nombreux aménagements assurent la protection.

3 Une population dynamique mais vieillissante Après une décroissance dramatique de 1990 à 2002, la population connaît une légère croissance, remarquable aussi pour les ans Elle connaît un vieillissement 2 fois plus rapide que la moyenne québécoise

4 Une occupation inégale du territoire La décroissance et le vieillissement sont plus marqués aux deux extrémités ainsi quà lÎle dEntrée. Ces phénomènes sont accompagnés dune décroissance des effectifs scolaires posant des difficultés quant au maintien de certaines écoles primaires. RÉPARTTION DÉMOGRAPHIQUE Source : Institut de la statistique du Québec (ISQ) % -11% à -20% -6% à -10% -1% à -5% 0 à +1% +1% à 5%

5 Logement et inflation foncière De 2001 à 2007, la croissance de lindustrie touristique a entraîné une augmentation significative de la valeur des résidences unifamiliales dans certains secteurs et cause des difficultés daccès à la propriété pour les jeunes familles. Cette augmentation a aussi touché la valeur des terres qui sont ainsi plus difficiles à acquérir pour les producteurs agricoles.

6 Un niveau de vie à améliorer Lécart entre le revenu disponible par habitant aux Îles-de-la-Madeleine et au Québec sest réduit significativement passant de 23% à 16% en quatre ans. Le coût de la vie est en moyenne 9% plus élevé quà Québec Le pouvoir dachat des Madelinots est de lordre de 25% plus bas que celui de la moyenne québécoise

7 Une structure économique saisonnière La structure économique de larchipel est tributaire des saisons. Entre mai et septembre, les industries de la pêche et du tourisme emploient plus de 50% de la population active totale.

8 Des PME au cœur de la structure entrepreneuriale La structure économique de larchipel repose en grande partie sur les PME. Plus encore, les très petites entreprises représentent 56 % des près de 800 entreprises de larchipel (à lexclusion des entreprises de capture) et génèrent 24% des emplois. Une TPE à de 1 à 5 employés Une PE à de 6 à 10 employés Une ME a de 11 à 50 employés Une GE a plus de 50 employés Répartition des emplois TPE PE ME GE Public, parapublic et sociétés d'états

9 Une main-dœuvre à former Plus du tiers des entreprises de cinq employés et plus ont des difficultés à recruter leur main- dœuvre. Ces difficultés croissent en fonction de la qualification et de compétences exigées Le développement de certains secteurs sen trouve limité. Les employés de ans représentent plus de la moitié des travailleurs Il faut noter que le niveau global de scolarisation est nettement inférieur à la moyenne québécoise, bien quen légère remontée sur les îles centrales.

10 Lexploitation des ressources halieutiques: le cœur de notre économie Les pêches Cest 80 millions $ de retombées directes et emplois (1 100 pêcheurs et aides-pêcheurs et 800 travailleurs en usine) Cest 11,9 M $ de retombées indirectes et 300 emplois Cest le tiers des emplois de larchipel et 80% des emplois tant dans le secteur primaire que secondaire aux Îles Cest 381 entreprises de pêche commerciale, 16 acheteurs dont 5 sont des usines de transformation et 4 des entreprises maricoles. La mariculture Cest 50 emplois directs, 2 entreprises de mytiliculture, une de pectiniculture et une de myiculture La chasse au loup-marin Cest 1 M $ de retombées en 2004

11 Des débarquements importants En 2006, les débarquements de pêche représentaient: 34% de la valeur totale québécoise 15 % du volume total québécois La baisse significative du volume sexplique par la forte diminution des débarquements des poissons pélagiques (En 2002, ils représentaient 51% du volume des débarquements comparativement à 16% en 2006) La diminution de la valeur sexplique la forte baisse du prix des crustacés; le homard de 14% et le crabe des neiges de 40%.

12 Les pêcheries reposent essentiellement sur les crustacés Le homard et le crabe représentent respectivement 74% et 18% de la valeur totale de la production madelinienne On constate dans les deux principales espèces une augmentation significative du niveau de transformation

13 De la capture à la transformation La flotte de bateaux de pêche sécuritaire et performante. Des mesures de soutien à la relève assurent la transition des entreprises entre les générations Les mesures de biomasse démontrent le succès des mesures de conservation du homard Les équipements de transformation sont modernes et répondent aux normes de salubrité et dexportation Mais, les coûts dexploitation sont à la hausse tandis que les revenus sont stables ou à la baisse plus particulièrement dans le contexte de la chute du dollar américain alors que les exportations vers les États- Unis représentent près de 80% de notre production. La marge bénéficiaire des entreprises est de plus en plus mince, ce qui limite les efforts de commercialisation

14 Le tourisme en plein essor Le tourisme occupe une place grandissante dans la structure économique de larchipel avec : des retombées économiques annuelles directes et indirectes de lordre de 50 M $ emplois directs et indirects, saisonniers, à temps plein en grande majorité plus de deux cents entreprises plus dune centaine dentreprises qui bénéficient des retombées indirectes

15 Un bon achalandage touristique visiteurs en 2007

16 Lagriculture et la transformation alimentaire en développement Essor considérable au cours de la dernière décennie: Retombées économiques annuelles de plus de 3M $ en entreprises ha en culture Une augmentation de 51% de la valeur totale des fermes entre 2001 et 2006

17 Lagriculture et la transformation 47 emplois annuels, 45% dans la filière charcuterie, viande, œufs 55 emplois saisonniers, 42% dans les productions maraîchères 15% des ventes sont exportées Les filières les plus rentables sont celles comportant le plus de transformation Source : MAPAQ, fiches denregistrement, 2005 Répartition des entreprises par secteur

18 Les arts et la culture Intégrés dans le mode de vie madelinot, les arts et la culture ne sont reconnus comme secteur économique que depuis une dizaine dannées Secteur soutenu par la Corporation culturelle Arrimage qui compte 250 membres Le Circuit des arts visuels et des métiers dart regroupe 14 entreprises. Le développement des arts visuels est en partie soutenu par Ad Mare. Le secteur des arts de la scène sest doté dun plan de développement. Le Vieux Treuil est reconnu à titre de diffuseur régional.

19 Les métiers dart et les arts visuels Retombées économiques directes de 3 M $ en Après avoir connu une forte augmentation entre 2000 et 2003, le secteur se stabilise. 47 emplois annuels et 80 emplois saisonniers. La majorité des artistes et artisans travaillent à temps plein et leurs activités artistiques sont leur première source de revenus Les revenus des artistes et artisans sont tributaires de lachalandage touristique

20 La politique culturelle En 2003, la Municipalité a adopté sa première politique culturelle ainsi quun plan daction 5 ans Parmi les réalisations, on remarque: Linventaire du patrimoine bâti, vivant et paysager La citation de 13 bâtiments par la Municipalité Laménagement du Centre darchives et du Centre dartistes en arts visuels AdMare La Municipalité vient dadopter le plan daction dont les enjeux sont: Laccès et la participation des citoyens aux arts et à la culture La protection, la promotion et le rayonnement de notre identité culturelle La vitalité de notre environnement culturel

21 Le commerce de biens et services Ce secteur représente emplois, essentiellement tertiaires Le secteur des services est particulièrement affecté par le manque de main-dœuvre qualifiée Le secteur des biens doit composer avec deux contraintes : Le coût de transport qui représente une moyenne de 9 % daugmentation des coûts (dans certains secteurs et à certaines périodes + de 40%) Les difficultés liées à linventaire (masse critique insuffisante et difficultés dapprovisionnement dues au transport)


Télécharger ppt "Les Îles-de-la-Madeleine Portrait et perspectives Présentation aux représentants de larchipel de Saint-Pierre et Miquelon."

Présentations similaires


Annonces Google