La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Organisation du système de santé pour la prise en charge de la personne âgée en Tunisie Dr BACCAR Sondos Unité de gériatrie de lAriana CEC gériatrie CEC.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Organisation du système de santé pour la prise en charge de la personne âgée en Tunisie Dr BACCAR Sondos Unité de gériatrie de lAriana CEC gériatrie CEC."— Transcription de la présentation:

1 Organisation du système de santé pour la prise en charge de la personne âgée en Tunisie Dr BACCAR Sondos Unité de gériatrie de lAriana CEC gériatrie CEC gériatrie octobre 2012

2 INTRODUCTION La Tunisie voue une attention particulière aux personnes âgées, à travers la mise en place de divers programmes d'encadrement, couvrant tous les domaines et la promulguant de lois pour la protection de leurs droits conformément à une approche avant-gardiste en vue de l'instauration d'une société cohérente et solidaire, offrant les conditions du progrès et du bien-être, à tous ses membres, en particulier aux personnes âgées.

3 CADRE REGLEMENTAIRE DE LA PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES EN TUNISIE Larsenal juridique tunisien en faveur des personnes âgées sarticule essentiellement autour des principaux textes suivants : 1. La Loi n° du 31 Octobre 1994, relative à la protection des personnes âgées qui affirme, entre autres, la responsabilité de la famille dans la protection de la personne âgée et la satisfaction de ses besoins (article 2). Cette loi prévoit également que les pouvoirs publics prennent les mesures nécessaires pour faciliter laccès aux soins, au logement, aux transports publics, aux prestations administratives et à lintégration dans la vie sociale

4 2. Le Décret n° du 27 mai 1996, fixant les conditions et les modalités de prise en charge par les familles des personnes âgées sans soutien. 3. Le Décret n° du 27 mai 1996, fixant les conditions dhébergement dans les établissements de protection des personnes âgées. 4. Le Décret n° du 30 septembre 1996, fixant les conditions et le montant de la contribution de la personne âgée ou de sa famille aux frais des services sociaux et sanitaires fournis à domicile.

5 5. Arrêté du ministre des affaires sociales du 30 septembre 1997, fixant le montant de laide matérielle attribuée aux personnes âgées nécessiteuses et les conditions doctroi de cette aide. 6. Arrêté du ministre des affaires sociales du 30 septembre 1997, fixant le montant de laide matérielle accordée à la famille daccueil dune personne âgée nécessiteuse et les conditions doctroi de cette aide.

6 En Tunisie 50 gériatres privés, Ministère de tutelle: ministère de la femme et la famille ( direction des personnes âgées) SOS PA : n° vert : tel : ; Programme National de protection des PA Journée mondiale de la PA le 1 er octobre. 11 centres dhébergement des PA : Mannouba, Grombalia, Menzel bourguiba, Beja, Sousse, Sfax, Gendouba, El Kef, kairouan, Gasrine, Gafsa. Unités mobiles PA (13 gouvernements : unités mobiles daide aux PA à domicile).

7 LA POLITIQUE SANITAIRE DES PA I- INTRODUCTION -Le MSP sest inscrit depuis longtemps dans la politique de solidarité avec nos aînés -Dans ce cadre plusieurs programmes et initiatives sont mis en place en vue daméliorer de façon continue létat de santé des PA - Citons en particulier le programma national de la santé des PA qui a fixé comme priorité la promotion de la qualité des prestations des soins et services qui sont offerts à ces PA.

8 La politique sanitaire des PA 1- Le cadre législatif: -Loi n°54/114 du 31 Octobre 1994 relative à la protection des PA: - Respect des droits fondamentaux des PA - Socle commun des acquis et réalisations dans le domaine sanitaire et social -Circulaires du MSP (renforcement de la qualité de laccueil, orientation, hébergement, PEC Dg, ttt et prévention des PA dans les structures sanitaires publiques:

9 Circulaire n°38/91 du 4 mai 1991 relative au renforcement de la prise en charge sanitaire des personnes âgées au sein des hôpitaux et des structures sanitaires publiques ; Circulaire n°92/92 du 27 octobre 1992 relative à laccueil et à la prise en charge des personnes âgées dans les établissements sanitaires ; Circulaire n°27/02 du 23 mars 2002 relative à la célébration de la huitième journée maghrébine pour lamélioration des conditions daccueil et dhygiène dans les structures sanitaires ;

10 Circulaire n°89/08 du 30 septembre 2008 relative à la prise en charge des résistants dans les structures sanitaires publiques; Circulaire n°52/08 du 14 juin 2008 relative à laccueil et à la prise en charge des personnes âgées dans les structures sanitaires publiques. Cette dernière constitue un véritable plaidoyer de la PEC de la PA dans sa globalité; elle traite les conditions de laccueil, de lexamen physique, de lhospitalisation, de la consommation de médicaments, de la PEC psychologique, de lEPLS…

11 - Autre droit important : La gratuité des soins pour les PA démunies afin dassurer légalité daccès de toutes les franges de la population à des soins et services de santé de qualité.

12 Le programme National de la santé des PA -Lélaboration dun PN dédié exclusivement à la promotion de la santé des PA est une preuve indéniable de limportance accordée par le MSP à nos aînés. -Mis en place depuis plus dune dizaine dannées, il constitue un outil stratégique dont le but est lallongement de lEspérance de vie sans incapacité. -Il offre une très large palette de mesures et de prestations qui relèvent dune approche intégrée et pluridisciplinaire.

13 STRATEGIE NATIONALE DE PEC SANITAIRE DES PA OBJEIF GENERAL Améliorer la qualité de vie des personnes âgées pour un Allongement de vie sans incapacité.

14 OBJECTIFS INTERMEDIAIRES Dépister précocement les pathologies les plus fréquemment rencontrées chez les personnes âgées Assurer un suivi correct et régulier des pathologies afin de réduire les complications et les handicaps Assurer une éducation sanitaire en matière de règles hygiéno- alimentaires de la personne âgée Encourager le maintien à domicile des PA Promouvoir lintégration sociale de la personne âgée Prévenir la dépendance par une bonne prise en charge du handicap et une réhabilitation de la PA.

15 AXES STRATEGIQUES I- Intégration des soins aux PA dans les SSB Ces structures assurent des prestations sanitaires à caractère préventif et curatif : - Application des PN - Contact fréquent avec le patient - PEC globale et spécifique - Orientation vers les structures spécialisées

16 Ces prestations sont orientées vers une PEC faisant intervenir les différents intervenants sanitaires, sociaux et communautaires. Plusieurs PN contribuent à promouvoir la santé physique et mentale des PA : – - PN/ Santé Mentale – - PN / HTA & DIABETE – - PN / Santé Oculaire – - PN / CANCER …

17 II- La formation du personnel médical et paramédical : Formation de base : introduction de la gérontologie et de la gériatrie dans lenseignement des Fac de Médecine, chirurgie dentaire, pharmacie et dans les écoles supérieures de santé. Une initiative mérite dêtre citée: création au sein de lécole supérieure des sciences et techniques de santé de Sfax dune filière visant la formation de « Techniciens supérieurs en soins généraux aux PA » Certaines ONG sont très actives dans le domaine de la FC gérontologique et la recherche (Association daide aux grands handicapés, association Alzheimer Tunisie).

18 Formation spécifique post-universitaire : /MASTER de 2 ans de gériatrie à la Fac de Médecine de Sfax depuis 1995 et à la Fac de Médecine de Tunis depuis Master de gériatrie de, 2 ans à la fac de médecine de Sousse. CEC de gériatrie à Monastir depuis 2012 Master de géronto-psychiatrie à Monastir

19 Formation continue : de multiples séminaires, colloques, congrès et ateliers sur les différents aspects sanitaires, sociaux et infra structuraux relatifs aux PA ont été réalisés pour les médecins et les para médicaux: Journée scientifique pour la Célebration de la journée mondiale de la personne âgée ( DSSB) Congrés national de gériatrie ( INS)? Journées franchophones (2004) Journée de gérontologie à Sfax ( ATUGER) Forum méditéranéen de gériatrie (Sousse) Célebration de la journée mondiale de la personne âgée par une journée scientifique régionale àlAriana. Formation diplomante en gériatrie ( société de médecine de famille)

20 Participent à ces formations continues dans le cadre de séminaires, conférences, congrès, forums…des différentes catégories professionnelles de santé plusieurs organismes : LINSP, la DSSB, la DGSSP, les DR de santé, le Centre National de Formation Pédagogique des Cadres de la Santé, les structures de la CNSS et les ONG concernées Plusieurs médecins des secteurs privé et public ont bénéficié de bourses et daides diverses de stages de perfectionnement dans des services de gériatrie en France.

21 La formation au métier dauxiliaire de vie – Les ONG se sont investies en premier dans cette formation dauxiliaires de vie qui jouent un rôle très important dans laccompagnement au quotidien des PA à domicile – Societés de services privés – Lunité de formation des cadres relevant du MSP a entamé au sein de quelques instituts des sciences infirmières une expérience de formation diplômante de 2 ans au métier dAV sociale

22 Formation de base Perspectives de la formation: Formation de base : La gériatrie devra bénéficier dune part beaucoup plus grande au cours des études médicales, juxta- médicales et paramédicales de base. Les professionnels de santé qui auront à prendre en charge une part de plus en plus importante de PA, devront prendre conscience quun soin inadéquat, passif et sans attitude gériatrique peut conduire la PA à une perte dautonomie.

23 Préparation des enseignants et uniformisation de lenseignement gériatrique. Adaptation régulière des connaissances par une formation continue adéquate. Préparation aux 3 modes dexercice de la gériatrie : 1.La gériatrie hospitalière 2.La gériatrie institutionnelle 3.La gériatrie communautaire (soins et hospitalisation à domicile).

24 - Formation Continue - Formation Continue : Actualisation des compétences gériatriques des professionnels de la santé dans le cadre de formations continues accessibles au plus grand nombre dentre - eux ( (et non à une minorité dautant plus quelles sadressent à des professionnels nayant pas eu de formation initiale en gériatrie ).

25 Multiplier les conférences, les campagnes de sensibilisation, les séminaires, les forums de réflexion, les stages pratiques… Il est souhaitable dinscrire ces formations continues en gériatrie dans le cadre plus grand du programme national de formation continue. ( ATUGER)

26 Formation Post-Universitaires et Post-écoles de santé Formation Post-Universitaires et Post-écoles de santé : 1- Pour le personnel médical : Généralisation de la formation qualifiante ( reconnue par un Mastère à toutes les Fac. de Médecine et la standardiser Élargissement de cette formation qualifiante à dautres spécialités : neurologie, rhumatologie, cardiologie…) Comité pédagogique pluridisciplinaire.

27 2- Pour le personnel paramédical : Développement de formations qualifiantes post- écoles de santé encadrées par le centre national de formation pédagogique des cadres de la santé. 3- La formation des formateurs : Création de filière universitaire de formation en gériatrie ou à défaut formation à létranger des professionnels qui vont assurer lenseignement de la gériatrie.

28 III- Léducation pour la santé Objectifs : * promouvoir un mode de vie sain, * prévenir les handicaps et les dépendances * préparer la retraite et lutter contre lisolement et la solitude. Éducation : * de groupe et/ou individuelle * Mass-médias * Supports éducatifs Célébration annuelle de la JM/PA : Organisation de séminaires, rencontres, journées portes ouvertes …

29 IV- Collaboration inter sectorielle Promotion de la politique daide aux personnes âgées de façon générale. Promotion du programme de maintien à domicile, le programme de développement des services à domicile prodigués à ces personnes âgées. Développement des équipes mobiles ( unification et réorganisation de ces équipes et identification du type dintervention).

30 V- Évaluation : Système de recueil des données habituel ( registre dactivités, dossier médical, ordonnances…). Un système spécifique de recueil des données avec la fiche de liaison entre la 1ère ligne et les services de spécialités est en cours délaboration.

31 Enquêtes nationales sur létat socio-sanitaire des PA, sur les dépenses de santé relatives aux PA, lespérance de vie sans incapacité... Réalisées par lINSP. Enquêtes régionales et locales sur les pathologies des PA et la gestion des services et soins y afférents.

32 VI- La recherche : : Le rôle de la recherche est important dans la prévention du vieillissement précoce, lidentification des facteurs pouvant favoriser le développement de pathologies incapacitantes et dans la conception et lévaluation des programmes de soins et de prévention destinés aux PA - Création dune unité de recherche sur le vieillissement au sein de lINSP qui a entrepris plusieurs enquêtes dont:

33 Enquête nationale médico-sociale sur l'état de santé et les conditions de vie des personnes âgées de 65 ans et plus vivant à domicile ; Estimation de l'espérance de vie sans incapacité (EVSI) de la population tunisienne âgée ; Etude sur la prévalence et les déterminants des démences au sein de la population tunisienne âgée de 65 ans et plus vivant à domicile ; Etude sur la situation actuelle et les perspectives davenir du Vieillissement en Tunisie ; Etude sur la prévalence et les facteurs de risque de la perte dautonomie au sein de la population tunisienne âgée ; Etude nationale sur la santé et les soins médicaux de la population tunisienne qui a accordé une place considérable à la description de létat de santé des personnes âgées………

34 4-3- La documentation: Le rôle de la documentation est important dans la formation professionnelle et dans lamélioration de la qualité et de la sécurité offertes aux PA (mise à jour et amélioration des compétences des professionnels de la santé La DSSB, lINSP, la DGSSP ont procédé depuis plusieurs années à la publication et à la diffusion dun grand nombre de documents, rapports de fin détudes, supports dEPLS destinés aux professionnels, PA et au grand public ainsi que des publications dans des revues scientifiques et des articles de presse.

35 INFRASTRUCTURE SPECIFIQUE Unité de gériatrie de lAriana Unité ambulatoire de gériatrie de lAriana: 4 gériatres, 2 infirmières, 1 assistante sociale, psychologue clinicienne, nutritionniste et tout le plateau technique de lhôpital Consultations matin et après-midi 6000 consultants/an 2002

36 Unité de gériatrie de lAriana Activités: Consultation médicales –(EGS, dossier gériatrique) Évaluation sociale Evaluation psychique Activités sociales: couvertures sociale, pensions,couches, médicaments, lunettes, dentiers, cataracte, chaise roulantes et mattelats antiescarres

37 Unité de gériatrie de lAriana Partenariat: association de protection des personnes âgées de lAriana et de Tunis, association Alzheimer Tunisie, Nadi el BASAR

38 INFRASTRUCTURE SPECIFIQUE2 Unité hospitalière de gériatre à lhôpital Habib Thameur Consultation de gériatrie à lhôpital La Rabta Equipe de médecine interne de Charles Nicolle Consultation de gériatrie à Nabeul Unité de gériatrie à Sousse

39 RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES MODES DE PEC DES PA Le renforcement de laide institutionnelle : en la ciblant sur les PA sans aucun support familial. Le renforcement de laide aux aidants : La famille tunisienne reste encore le principal soutien et la principale source de revenus de la PA. Pour éviter les risques de rupture il faut donc renforcer laide à ce réseau naturel dautant plus que laugmentation du nombre de PA saccompagnera inévitablement de handicaps lourds à prendre en charge.

40 Il nest plus à démontrer que : Le soutien à domicile est le meilleur moyen « dajouter de la vie aux années ». Intérêt collectif car il est moins coûteux que toute forme de placement. Permet du conserver lautonomie et de retarder, raccourcir ou éviter lhospitalisation.

41 Développement de lhospitalisation à domicile Le nombre de PA nécessitant une telle PEC progresse régulièrement et de manière significative. Donc besoin réel en HAD à satisfaire Avantages médicaux reconnus Contribue à diminuer les dépenses hospitalières Nécessité dapprofondir la réflexion en tenant compte des indications, des modalités dapplication, des coûts et des aspects réglementaires.

42 PERSPECTIVES Développement et renforcement de la spécialité gériatrique. Développement et renforcement des unités gériatriques. – Création de lhospitalisation de jour – Création des hôpitaux de gériatrie – - Implication plus effective de la communauté et du secteur privé – - Création de lhospitalisation à domicile. – Faire participer le secteur privé

43 CONCLUSION « La belle vieillesse est le progrès lent dun vieillissement qui nest à charge de personne » Aristote

44

45 Merci pour votre attention!


Télécharger ppt "Organisation du système de santé pour la prise en charge de la personne âgée en Tunisie Dr BACCAR Sondos Unité de gériatrie de lAriana CEC gériatrie CEC."

Présentations similaires


Annonces Google