La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Association française des ingénieurs et responsables de maintenance ACHETER POUR ECONOMISER UN PARADOXE NON ! Gilbert BRIGANDET.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Association française des ingénieurs et responsables de maintenance ACHETER POUR ECONOMISER UN PARADOXE NON ! Gilbert BRIGANDET."— Transcription de la présentation:

1 Association française des ingénieurs et responsables de maintenance ACHETER POUR ECONOMISER UN PARADOXE NON ! Gilbert BRIGANDET

2 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 2 ACHETER POUR ECONOMISER UN PARADOXE NON ! GESTION DES STOCKS & DES ACHATS TECHNIQUES

3 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 3 LA FONCTION ACHATS TECHNIQUES zSA POSITION DANS LA MAINTENANCE zSON COUT GLOBAL zLES ACTIONS POUR MINIMISER LE COUT GLOBAL zLES REACTIONS A MAITRISER SON PLAN DE PROGRES

4 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 4 LE COUT GLOBAL DE LA FONCTION MAINTENANCE CEST LA SOMME DE 5 COMPOSANTES : COUT DES INTERVENTIONS MAINTENANCE : CIM COUT DES DEFAILLANCES MAINTENANCE : CDM1 COUT DES DEFAILLANCES MATERIEL : CDM2 COUT DES STOCKS MAINTENANCE : CSM AMORTISSEMENT DES SURINVESTISSEMENTS MAINTENANCE : ASM

5 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 5 LE COUT DES INTERVENTIONS MAINTENANCE CEST LE COUT DES ACTIVITES DE MAINTENANCE : GESTION MOYEN ET LONG TERMES REFLEXION MOYEN ET LONG TERMES REALISATION DES INTERVENTIONS : ( PREVENTIF – CORRECTIF – CURATIF & REPARATIF )

6 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 6 LE COUT DES DEFAILLANCES LE COUT DE DEFAILLANCE (CDM) CORRESPOND AUX CONSEQUENCES DES DYSFONCTIONNEMENTS DES MATERIELS AYANT ENTRAINE : UNE PERTE DES QUANTITES BONNES PRODUITES

7 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 7 LE COUT DES DEFAILLANCES NOUS TROUVONS ESSENTIELLEMENT LES COUTS POUR REALISER LA PRODUCTION BONNE NON FAITE : SURCOUT MAIN DŒUVRE DE PRODUCTION SURCONSOMMATION DENERGIE PERTES MATIERE VENTES PERDUES SI SATURATION CES COUTS NAPPARAISSENT PAS DIRECTEMENT DANS LES COMPTABILITES ANALYTIQUES DOU DES DIFFICULTES POUR LES METTRE EN RELIEF

8 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 8 LE COUT DES STOCKS MAINTENANCE ACTUELLEMENT LE COUT ANNUEL DE STOCKAGE DUN ARTICLE EST DE 20 à 25% DE SA VALEUR MOYENNE DINVENTAIRE

9 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 9 AMORTISSEMENT DES SURINVESTISSEMENTS MAINTENANCE DE 50% à 70% DU COUT GLOBAL MAINTENANCE SE DECIDENT A LA CONCEPTION. PRENDRE EN COMPTE LES CONTRAINTES DE MAINTENANCE DANS LES PROJETS DINVESTISSEMENT ENTRAINE UN COUT DE SURINVESTISSEMENT QUI SE DECLINE SOUS FORME DAMORTISSEMENT :

10 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 10 COUT GLOBAL FONCTION MAINTENANCE CES 5 COMPOSANTES ONT DES EVOLUTIONS CONTRADICTOIRES : A CHAQUE FOIS QUE LON VEUT FAIRE BAISSER LE COUT DUNE COMPOSANTE, IL Y A DES RISQUES IMPORTANTS DE FAIRE MONTER LE COUT DES AUTRES.

11 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 11 COUT GLOBAL FONCTION MAINTENANCE UN COUT GLOBAL MINIMUM NE SOBTIENT PAS EN MINIMISANT CHACUNE DES COMPOSANTES MAIS PAR LANALYSE DES ORIGINES DU COUT GLOBAL ET LA MISE EN ŒUVRE DACTIONS ENTRAINANT DES GAINS SUPERIEURS AUX PERTES LIEES AUX REACTIONS.

12 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 12 IMPACTS DE LA FONCTION ACHATS TECHNIQUES DANS LA FONCTION MAINTENANCE. EN MOYENNE DANS LE MILIEU INDUSTRIEL, LES ACHATS REPRESENTENT : PIECES ET FOURNITURES : de 50% à 60% du coût des interventions maintenance PRESTATIONS : variable selon la politique de sous-traitance retenue mais de 10% à 30%

13 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 13 LE BESOIN EN ACHAT TECHNIQUE LE PROCESSUS DACHAT PERMET DACHETER LE PRODUIT OU SERVICE CORRESPONDANT LE MIEUX AUX BESOINS DE LENTREPRISE AUX CONDITIONS OPTIMALES DU MARCHE LE PROCESSUS EST RELATIVEMENT LONG IL EST DONC SOUHAITABLE DE NEGOCIER DES QUE CELA EST POSSIBLE DES MARCHES ANNUELS

14 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 14 LE BESOIN EN ACHAT TECHNIQUE A. MOYEN EN FONCTION DES STRUCTURES DE LENTREPRISE UNE FONCTION ACHAT CENTRALE DES ACHATS PAR SERVICES

15 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 15 LE BESOIN EN ACHAT TECHNIQUE B. RESULTAT LOBJECTIF EN TERMES DECONOMIES PEUT SE SITUER A ENVIRON 3 % DU PORTEFEUILLE

16 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 16 LE BESOIN EN ACHAT TECHNIQUE C. IDENTIFICATION DU BESOIN PHASE ESSENTIELLE POUR LA FUTURE UTILISATION DU BESOIN LE ROLE DE LACHETEUR DANS LENTREPRISE SERA DAIDER LE DEMANDEUR A DEFINIR PRECISEMENT SON BESOIN DISCUSSION INTERNE EVALUATION DU BESOIN AU PLUS JUSTE

17 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 17 LE BESOIN EN ACHAT TECHNIQUE EVITER LA SOUS QUALITE EVITER LA SUR QUALITE ELEMENTS POUR CERNER LE BESOIN : QUOI ? POUR QUOI FAIRE ? COMMENT ? COMBIEN ? QUAND ? OU ? QUELLES PERFORMANCES ? SOUS QUELLES CONTRAINTES ?

18 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 18 LE BESOIN EN ACHAT TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES IL DOIT SE SITUER ENTRE DEUX LIMITES : DUNE PART : SUFFISAMENT CLAIR ET EXPLICITE AFIN DETRE COMPRIS PAR LES FOURNISSEURS SANS EQUIVOQUE POSSIBLE DAUTRE PART : PAS TROP PRECIS AU NIVEAU TECHNIQUE AFIN DE PERMETTRE AU FOURNISSEURS DE VALORISER LEURS COMPETENCES TECHNIQUES PAR LINNOVATION ET AUSSI : PLUTOT EXPRIMER LE BESOIN SOUS LA FORME DE FONCTIONNALITES ATTENDUES DU PRODUIT QUE SUR LES CARACTERISTIQUE DU PRODUIT

19 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 19 LA CONSULTATION A. LAPPEL DOFFRE IL SERA LE PLUS EXHAUSTIF POSSIBLE ET DEVRA COMPRENDRE : LA FOURNITURE LA DEFINITION DU BESOIN SES SPECIFICITES LES CONDITIONS GENERALES DACHATS LES CONDITIONS PARTICULIERES DACHATS

20 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 20 LA CONSULTATION B. LA RECHERCHE DE FOURNISSEURS LES CONNUS LEUR FICHIER LEUR DOSSIER LEUR FICHES CONTACTS LECHANTILLOTHEQUE

21 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 21 LA CONSULTATION B. LA RECHERCHE DE FOURNISSEURS LES POTENTIELS LUTILISATION DES MOTEURS DE RECHERCHE LES ANNUAIRES DE RECHERCHE LES ANNUAIRES FOURNISSEURS LES SITES DAPPEL DOFFRES LES SITES DE DIFFUSION LES FORUMS DE DISCUSSION

22 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 22 LA CONSULTATION C. SA PRESENTATION LE DOCUMENT DE CONSULTATION REGROUPERA A LA FOIS LEXPRESSION DU BESOIN DE LENTREPRISE ( LE CAHIER DES CHARGES ) ET LA SOLUTION PROPOSEE PAR LE FOURNISSEUR EN TERMES DE QUALITE, PRIX, ET AUTRES CONDITIONS IMPOSER UN DOCUMENT TYPE DE REPONSE A REMPLIR

23 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 23 LE CHOIX A. LANALYSE DES PROPOSITIONS COMPARER UNIQUEMENT CE QUI EST COMPARABLE LES OFFRES DOIVENT REPONDRENT : DUNE PART EN TOUT POINT TECHNIQUEMENT AU CAHIER DES CHARGES EN TOUT POINT A LA REGLEMENTATION EN VIGUEUR EN TOUT POINT A LA SPECIFICITE DE LENTREPRISE

24 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 24 LE CHOIX A. LANALYSE DES PROPOSITIONS COMPARER UNIQUEMENT CE QUI EST COMPARABLE LES OFFRES DOIVENT REPONDRENT : DAUTRE PART LA CAPACITE DADAPTATION DU FOURNISSEUR SA CAPACITE FINANCIERE SA CAPACITE DE PRODUCTION

25 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 25 LE CHOIX B. LA NEGOCIATION ELLE SE DECOMPOSE EN TROIS PHASES : PREPARATION CE QUI DOIT ETRE NEGOCIE CE QUE LON VEUT OBTENIR CE QUE LON PEUT CONCEDER

26 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 26 LE CHOIX B. LA NEGOCIATION ELLE SE DECOMPOSE EN TROIS PHASES : DEROULEMENT CONNAITRE CONVAINCRE CONCLURE

27 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 27 LE CHOIX B. LA NEGOCIATION ELLE SE DECOMPOSE EN TROIS PHASES : SUIVI : VERIFIER LES RESPECTS DES : DELAI QUANTITE QUALITE PRIX

28 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 28 LA FORMALISATION DE LACCORD LE CONTRAT DACHAT EST UN CONTRAT COMMERCIAL QUI PRECISE PAR ECRIT LES ENGAGEMENTS DE CHACUNE DES PARTIES PRENANT PART A LECHANGE DIFFERENTS TYPES DE CONTRATS CONTRAT ACHAT VENTE CONTRAT DENTREPRISE CONTRAT DE TRANSPORT CONTRAT DE LOCATION CONTRAT CADRE

29 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 29 LA FORMALISATION DE LACCORD A. LE CONTENU DE LA COMMANDE ELLE COMPRENDRA LES ELEMENTS SUIVANTS : LES PARTIES QUI SENGAGENT LES INTENTIONS DES PARTIES LOBJET DU CONTRAT LA DUREE DU CONTRAT LA QUANTITE LE NIVEAU DE QUALITE LE PRIX LE DELAI DE LIVRAISON

30 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 30 LA FORMALISATION DE LACCORD B. LE SUIVI IL PORTERA SUR LES POINTS SUIVANTS : DELAIS DE LIVRAISON QUANTITE COMMANDEE QUALITE CONVENUE PRIX NEGOCIES

31 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 31 LA FORMALISATION DE LACCORD C. LA LIVRAISON ELLE SERA VALIDEE PAR UN CONTROLE QUANTITATIF ET QUALITATIF TOUTE ANOMALIE CONSTATEE FERA LOBJET DUNE NOTIFICATION ECRITE IL EN SERA DE MEME POUR LES ANOMALIES LORS DE LUTILISATION

32 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 32 LA FORMALISATION DE LACCORD D. LITIGE CE SERA LACHETEUR QUI INTERVIENDRA DES QUIL Y AURA LITIGE ( INTERLOCUTEUR DU FOURNISSEUR )

33 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 33 LA FORMALISATION DE LACCORD E. LES CONDITIONS GENERALES ELLES CONSTITUENT UN CADRE LEGAL QUI REGIT LES RELATIONS DE LENTREPRISE AVEC LENSEMBLE DES FOURNISSEURS AVEC LESQUELS AUCUN CONTRAT DACHAT NEST SIGNE

34 CCI de BEAUNE le 9 octobre 2003 Gilbert BRIGANDET 34 LA FORMALISATION DE LACCORD E. LES CONDITIONS GENERALES LEUR CONTENU ACCEPTATION COMMANDE ACCUSE DE RECEPTION DE COMMANDE CONFIDENTIALITE ENGAGEMENTS DU FOURNISSEUR FACTURATION ET PAIEMENT LIVRAISONS ATTRIBUTION JURIDIQUE


Télécharger ppt "Association française des ingénieurs et responsables de maintenance ACHETER POUR ECONOMISER UN PARADOXE NON ! Gilbert BRIGANDET."

Présentations similaires


Annonces Google