La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pol itique doc umentaire : Les conditions de mise en place Pour quoi? Pour qui? Comment? Pour quels résultats?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pol itique doc umentaire : Les conditions de mise en place Pour quoi? Pour qui? Comment? Pour quels résultats?"— Transcription de la présentation:

1 Pol itique doc umentaire : Les conditions de mise en place Pour quoi? Pour qui? Comment? Pour quels résultats?

2 Les questions à se poser : 1. Pour quoi ? : La finalité : les visées de changement social. 2. Pour qui ? : Létude de la population à desservir : les usagers et les non usagers 3. Quoi ? : Les besoins à déterminer en fonction du 1 et du 2 4. Comment ? et jusquoù ? : Loffre documentaire à construire en fonction du 2 du 3 et du 5 5. À quel coût ? : Les moyens dont on dispose et / ou dont il faudrait disposer en fonction du 4 6. Pour quels résultats ? : Lévaluation : impact, effets Une démarche pragmatique au service de laction

3 Eviter le flou sur les missions Eviter la dérive techniciste : Poldoc Science exacte! Limplicite doit devenir explicite Lintuitif doit saccommoder d'exigence méthodique Lapproche subjective doit devenir une approche scientifique Et surtout Faire preuve de bon sens recommandations

4 Le logement et urbanisme (48%) La petite enfance : crèches et école (45%) La protection de lenvironnement (34%) La circulation et les transports (33%) La sécurité (33%) – pour les villes de plus de habitants la sécurité est en 3 e position - La fiscalité locale (32%) Lemploi (20%) Laide sociale (13%) Les personnes âgées (12%) La propreté et la lutte contre le bruit (7%) La culture dont les loisirs, le sport, les festivités (5%) La lutte contre le racisme et lantisémitisme, la démocratie participative et les nouvelles technologies. Priorités des maires 4e baromètre AMIF-JDD (2 décembre 2007) Priorités de politique publique des maires dIle- de-France Pour quoi?

5 Favoriser linsertion dans lemploi; Créer un Contrat Educatif Local ; Organiser des « assises de la jeunesse » Favoriser un service public « développement durable » Développer des services à la personne Soutenir les projets intergénérationnels Renforcer le lien social et citoyen ; (Extraits du programme du maire sortant et réélu) Les politiques publiques locales

6 Public et publics Destinataires potentiels (population à desservir) ; Usagers (déjà acquis ); Publics-cibles (mercatique). Pour qui? Les composantes de population définie comme cible doivent constituer des catégories identifiables et quantifiables (âge, lieu de résidence, cursus scolaire, universitaire ou professionnelle, etc.) La segmentation de la population à desservir ne doit pas être confondue avec la catégorisation des usagers (ethnologie « les publics » des bibliothèques) Elle est tournée vers la population à desservir (et non vers les seuls usagers) ! Elle est associée à des objectifs (elle vise à répondre à des besoins) !

7 Données géographiques Données économiques Données culturelles Données démographiques La foule, Florence de Fremond

8 Essonne Fresnes Antony Sceaux Données géographiques Classe prépa et IUFM Lakanal Cachan Ecole Nationale Supérieure Créteil Fac Bibliothèques spécialisées 12 Fonds départementaux

9 260 entreprises, emplois sur la commune. Les grands secteurs du bassin de lemploi : Transports, logistique Hôtellerie-restauration Nettoyage Secrétariat, bureautique Vente Services à la personne Le tissu économique : la plate-forme aéroportuaire dOrly; le M.I.N. de Rungis; le parc daffaires de la SILIC ; le centre commercial régional « Belle Epine » Données économiques

10 284 associations. Etablissements culturels: 1 Ecomusée, 1 Ecole nationale de musique, 1 Conservatoire darts plastiques et des arts de la scène, 1 Centre socioculturel, 1 Maison dart contemporain, 1 Maison des jeunes et de la culture, 1 salle de spectacle et 1 salle de cinéma, 1 compagnie théâtrale, 1 bibliothèque sonore. Structures éducatives : 6 écoles maternelles, 6 écoles primaires, 3 collèges, 1 lycée intercommunal (général, technologique et professionnel), 5 accueils de loisirs et de multiples antennes daide aux devoirs. Données culturelles

11 Parcours scolaire 8% des jeunes quittent lécole sans qualification chaque année 60% des collégiens ne peuvent pas être aidés par leur parents ; 80% des lycéens 16% de la population dâge scolaire sont des élèves immigrés ou filles ou fils dimmigrés (estimation) 90% des enfants de cadres atteignent le niveau Bac contre 51% des enfants douvriers Bac 2009 : taux de réussite 86% soit 66,4% dune classe dâge (ils étaient 25% il y a 30 ans) Daprès le Dictionnaire des inégalités scolaires, ESF 2007; et le site du ministère de lEducation nationale 2009

12 Parcours universitaire Un quart des entrants quitte l'université après un an. L'échec à l'université concerne essentiellement le premier cycle. Seulement 46,2 % des étudiants passent en deuxième année L'échec concerne d'abord les bacheliers professionnels, mal préparés par leurs études antérieures à s'engager dans une formation universitaire générale de premier cycle, et, dans une moindre mesure, les bacheliers technologiques, notamment lorsqu'ils sont issus des séries tertiaires. Rapport Dupont

13 Données démographiques : Population stable et équilibrée, plus jeune que la moyenne nationale. Taux de chômage 8,8%. Population active 47,50% Etudiants 8,11%. [1] [1] Sources INSEE. Enquêtes annuelles de recensement de Habitants : Ou

14 Niveau détudes supérieur à la moyenne nationale. Représentation importante des cadres et des professions intellectuelles et intermédiaires. 8% des employés sont agents de ladministration pénitentiaire (ce qui explique le différentiel avec la moyenne nationale ). Activités 23,30% 15,50% 3,50% 16,40% 27,20% 37,10% 15,80% 18,20% 6,40% 27,10% 13,70% 47,50% 29,90% 22,10% 12,10% 11,60% 25% 45,20% Actifs Retraités Jeunes scolarisés Autres personnes sans activité Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers FresnesMoyenne nationale

15 Au sein dun territoire Les Usagers /

16 Comparaison des usagers « Actifs » en 2005 Source enquête Crédoc de 2006 Usagers actifs? « La population des bibliothèques municipales a tendance à vieillir… » Discours… et expertise

17 Collégiens Lycéens Étudiants Enquête sur les usages sur place: 2008 Échantillon de 668 usagers Usagers scolarisés qui travaillent à la bibliothèque Représentation des sondés par niveau détude

18 Demande Besoin Quoi? Besoins liés à lenvironnement Mais aussi : Besoins exprimés par les usages et les comportements Besoins exprimés par les usagers

19 Besoins exprimés par les usages et les comportements La bibliothèque est perçue comme un espace culturel plutôt que simple lieu demprunt. Elle est utilisée de plus en plus comme lieu de lecture sur place. L'accès aux collections par le catalogue devient l'exception. La fonction documentaire diminue. Le besoin de convivialité se développe. 9 % des adultes ayant été scolarisés en France sont en situation dillettrisme ; [1] Le livre perd son statut dobjet de savoir. Laccès à Internet devient un outil démocratique de communication et de savoir. Lautonomie face aux nouvelles technologies de linformation devient un facteur important dintégration. [1] Sources : Agence nationale de lutte contre lillettrisme ; enquête 2004 ministère de léducation /DEP. Médiation, accompagnement, formation, expertise.

20 Plus des deux tiers de la population (69% exactement, soit 67% des adultes et 92% des ans ) sont désormais équipés dau moins un ordinateur à leur domicile. 89% des ans sont connectés à Internet à domicile 58% pour les 18 ans et plus 85% des élèves de 12 à 17 ans déclare disposer dun accès à un ordinateur sur leur lieu d'études. Forte expansion dune offre en ligne (bibliothèques numériques, bases de données et autres sources et services en ligne: ePress, elearning) qui complète, voire parfois remplace, loffre documentaire traditionnelle Développement des Blogs, wikis, tags Développement de la bibliothèque virtuelle et de services personnalisés ; formation des usagers; formation du personnel. page 41

21 En formation : En 2007, le secteur de la formation continue a poursuivi sa forte croissance : 10,8 millions de stagiaires (+7 % par rapport à 2006). Une action de formation sur cinq a visé un niveau bac +2 ou supérieur. Lorientation et laccompagnement ont représenté 12 % des prestations. Les dix spécialités de formation les plus suivies sont essentiellement des formations dans les domaines des services, de formations générales ou ayant trait au développement des capacités.

22 Variété française 19,4 Variété internationale 7,9 Pop-rock 31,7 Groove-RnB 17,9 Reggae-world 4 Dance 12,9 Rap 4,7 Jazz, blues et classique 1,5 Répartition des diffusions de 31 radios musicales en 2007 Répartition par genre en % Source : Observatoire de la musique/DEPS

23 Formation: oui 33% partiellement 23% non 3% Information : oui 64% partiellement 9% non 1% Culture : oui 77% partiellement 6% non 1% Loisirs : oui 68% partiellement 14% non 2% Pour vous, la bibliothèque répond-elle aux besoins de : Dépouillement dune enquête de satisfaction réalisée en 2006 Besoins exprimés par les usagers

24 Emprunter des documents 44% Travailler en salle de lecture 19% Rechercher une information sur place 15% Consulter des revues 13% Utiliser les cabines dautoformation 1% Utiliser lespace emploi 1% Consulter Internet 4% Autres 1% 54% de pratiques sur place Aujourdhui vous venez à la bibliothèque pour : (plusieurs réponses étaient possibles) Dépouillement dune enquête de satisfaction réalisée en 2006

25 Pour vos loisirs 48% Pour vos études 36% Pour votre formation professionnelle 11% Autres 4% Généralement, vous venez à la bibliothèque pour : (plusieurs réponses étaient possibles) Dépouillement dune enquête de satisfaction réalisée en 2006

26 Besoins documentaires exprimés par les usagers Usage général

27

28 Qui fait? Où?Comment faire? Quand? Répartition Tâches Responsabilités Compétences Implantations Aménagements Locaux Planification Ordonnancement Planning Méthodes Procédures Circuits Coût Comment?

29 Des valeurs partagées Environnement Orientations Programme daction Résultats Moyens Valeurs Objectifs de politiques publiques utopie souhaitable Qui déterminent les besoins Qui déplace les lignes des possibles Pertinence cohérence efficience efficacité influence Possible

30 Leffacement progressif des tâches dexécution au profit de linitiative, des coopérations et des spécialisations essentiellement intellectuelles, font du management de la connaissance ou « Management de lintelligence collective », un modèle de conduite déquipe particulièrement adapté aux bibliothèques, où la production (sélection et promotion de ressources documentaire, médiation de laccès à la connaissance ) Interagit avec la recherche dimpacts et deffets sur le public. Le développement de la technologie de linformation constitue une formidable opportunité de donner toute sa portée à cette vision du management en favorisant les flux relationnels et informationnels au sein de l'équipe Le développement de la technologie de linformation constitue une formidable opportunité de donner toute sa portée à cette vision du management en favorisant les flux relationnels et informationnels au sein de l'équipe. Une co-construction

31 1 conservateur en chef 1 conservateur 6 assistants qualifiés 2 assistants de conservation 1 rédacteur 1 technicien supérieur 1 adjoint danimation 4 adjoints administratifs GradeResponsabilités intellectuelles TGConservateur en chefresponsabilité intellectuelle du développement des ressources documentaires MVLConservateurLittérature française ; Psychologie, Enseignement ; Linguistique. Responsabilité intellectuelle des fonds littéraires et artistiques NDAssistante qualifiéeRomans pour la jeunesse, Géographie et voyage, Sciences de la terre. Coordination des acquisitions documentaires destinées à la jeunesse. IRAssistante qualifiéeBD ; Sciences de la vie. ; Médecine ; Techniques appliquées. HMAssistante qualifiéeSciences de linfo et des bibliothèques VBAssistante qualifiéeApprentissage des langues, Droit éco gestion. ACAssistante qualifiéeAlbums, Religion. CPAssistante qualifiéeEthnologie, Contes, Arts du spectacle SBTechnicien supérieurPhilosophie, Sociologie, Histoire, Sciences Po. Responsabilité intellectuelle des sciences humaines GLAssistanteArts de la table et Techniques décoratives. AJAssistantInformatique NDRédacteurAlbum pour les 0-3 ans et Art contemporain ICAdjoint administratifBeaux-arts, Littératures étrangères et Romans contemporains PBAdjoint administratifSciences pures, Musique, Techniques photo VDAdjoint administratifSports et jeux CCAdjoint danimationReprendra les responsabilités de Madame L. : Arts de la table et techniques décoratives

32 Direction adjointe Martine Van Lierde Direction générale Thierry Giappiconi Droit, économie, gestion V.B Littérature, Musique Beaux-arts M.V L Sciences humaines S. B Doc. Jeunesse N. D Sciences T.G I. C N. D P. B I. R M. V L C. P V. B Tous les acquéreursI. R P. B Organigramme de la bibliothèque Collections LogistiqueServices Communication H. M A. C Administration M.J. O Circuit administratif du livre G. L C. C Circuit technique du livre V. D Informatique S. B A. J P. B Adolescents C. P I. C Enfance et jeunesse A. C N. D Qualité accueil G. L Documentation Salles de travail: V. B

33 Réunion de service, administration courante, formation; 12,8% Prêt, orientation et rangement ; 38,9% Management ; 4,1% Développement des collections 16,4% Equipement ; 4,6% Action culturelle ; 17,6% Informatique ; 6,2% Répartition du temps de travail par tâches

34 Récupération des notices, rentrée des données locales 1,3% Sélection de l'offre documentaire 3,9% Veille documentaire 4,0% Suivi des Commandes, exemplarisation 4,2% Contrôle des acquisitions, choix de l'équipement 0,6% Desherbage 1,4% Evaluation des collections, mise à jour du PDC 0,9% Repartition du temps de travail pour le développement des collections

35 Suivi des tableaux de bord Suivi des budgets Partenariats Formation continue : stage, congrès, salons Communication Reliure Suivi des commandes et exemplarisation Recueil des données statistiques Veille documentaire Sélection de l'offre en fonction des objectifs et des ressources Contrôle des acquisitions et choix de l'équipement Promotion des collections Aide à la programmation Montage des expositions Aménagement des espaces, manutention Mise en valeur des rayons Table dactualité Bibliographies Préparation des visites de classes thématiques Accueil des classes Permanence : conseil, orientation Commande Evaluation Récupération des notices Rentrée des données locales, indices, cote Equipement des revues Désherbage Tâches dépendantes Mise à jour du PDC Rangement Rachat Bulletinage Dépouillement (externalisé ) Action culturelle : programmation et organisation Equipement CD et DVD Sélection et catalogage des sites internet et des bases en ligne Formation Tâches de la responsabilité de lacquéreur Logigramme de la fonction dacquéreur

36 Pour pouvoir être considéré comme une collection, les ressources documentaires dune bibliothèque doivent faire lobjet « dun projet intellectuel densemble, conscient, assumé et formalisé » (Conseil supérieur des bibliothèques, 1998). La notion de collection sapplique à lintégralité des documents (y compris numériques) Le PDC Un PDC établi, en concertation avec lautorité de tutelle définit les objectifs et les règles du développement des ressources documentaires et sert : de guide et doutil de coordination au sein de léquipe professionnelle; de cadre de référence et de dialogue avec lautorité territoriale et les usagers. La mise en œuvre (acquisitions, éliminations, etc.) est confiée aux bibliothécaires, spécialisés par domaine, sous la responsabilité du conservateur en chef en charge de la direction de létablissement dans le cadre du PDC et dans les limites des moyens accordés.

37 Les collections Dans le cadre des « Bibliothèmes 94 » (13 fonds spécialisés financés par le Conseil général du Val-de-Marne), la bibliothèque de Fresnes développe le bibliothème « Littérature française du XIe au XIXe siècle ». Cette collection de 5800 titres, en accès gratuit, a pour objectif de promouvoir la littérature française classique auprès dun large public allant de lélève de primaire à létudiant de second cycle universitaire. Une collection de bibliothèque est un ensemble cohérent de documents : a priori non irremplaçables… collectés en vue dun usage … dans le cadre de priorités sociales et cognitives définies au niveau collectif… gérés dans un cadre matériel fini (espaces, budget, temps/compétences). Chaque document est moins important que lensemble dans lequel il sinsère Une collection vit dans un principe de renouvellement et non daccroissement continu Une collection sans services associés est morte Documents dont destinés aux enfants 194 T itres de périodiques 5490 CD audio 654 CDrom 594 DVD 955 Sites Internet intégrés au catalogue 5435 Acquisitions entrées dans le fonds en 2008

38 Analyse globale dun fondsEtat des lieux : Rotation Renouvellement Age Segmentation

39 Evalue le taux dutilisation globale dune collection de prêt Evalue ladéquation de la collection / à la population à desservir Mais attention Taux trop bas = collection inappropriée? Taux trop haut = nombre dexemplaires inapproprié? Le taux de rotation Taux de Rotation = Nombre de prêts annuels Nombre total de documents « cet indicateur estime le nombre moyen de fois que les documents de la collection ont été prêtés au cours dune année » Norme ISO 11620

40 Taux de renouvellement = Nombre dacquisitions pendant une année n Nombre total de documents au 31/12 de lannée n 100 En fin de période de manière à prendre en compte le désherbage effectué pendant lannée! A quoi sert le Taux de renouvellement? Analyser les collections existantes Programmer le nbre de documents à acquérir en fonction des objectifs de développement Programmer le nbre de documents à désherber pour respecter les équilibres de la collection Taux de renouvellement

41 Age des collections Ages moyen = total des âges éditoriaux / nombre de documents Age médian = âge autour duquel la collection se partage en deux masses égales Age critique = fixe une présomption dobsolescence Les analyses dâge des collections montrent quun titre connait 65% de son utilisation dans les 2 ans qui suivent sa parution. 75% des prêts sont effectués sur des documents imprimés depuis moins de 10 ans Voilà par exemple pourquoi il faut racheter les classiques!

42 Segmentation Une plan de développement sorganise selon une nombre variable de segments correspondants à des domaines significatifs de connaissance Cette segmentation sétablit en fonction de choix et de priorités établis à partir : Des objectifs de service public de létablissement ; De lapplication de ces objectifs aux besoins de la population à desservir ; De lenvironnement, notamment de lenvironnement documentaire.

43 Informatique Sciences de linformation Philosophie Psychologie et éducation familiale Religion Ethnologie et contes Sociologie Sciences politiques Economie, gestion Droit Enseignement, orientation, formation Apprentissage des langues Sciences de la vie Maths, physique, chimie Médecine Techniques Arts de la table Beaux Arts Arts du spectacle Techniques décoratives Musique Sports et loisirs Littératures étrangères Littérature française Philologie et linguistique Histoire Géographie et sciences de la terre BD Les domaines Albums Romans J Bien quelle recouvre des catégorisations intellectuelles, la segmentation doit dabord procéder de choix sociaux et intellectuels et non de lapplication dun système de classement.

44 Les partenaires des acquéreurs Services municipaux Service de lemploi Service formation Centre technique municipal Service des sports Administration pénitentiaire Centre socioculturel Structures de la petite enfance Etablissements denseignements Professeurs des écoles Enseignants Documentalistes Associations Mission locale Association ADP et aussi : Le collectif Emploi de la communauté dagglomération Des médecins : orthophonistes, pédiatres… La Maison du conte de Chevilly-Larue Les 12 Bibliothèmes du département Des particuliers

45 DVD de fiction en lien avec les littératures étrangères Entrée en Premier Cycle d'Etudes Médicales (PCEM1) et PCEM1 proprement dite. Budgets analytiques 2009 DocumentationRevuesdépouillementbases en ligneReliurebudget 2009Réalisé Demandes 2010…. Droit3 000, ,00 Enseignement2 500, , ,002200,00 Langues1 000, ,00 Maths physique chimie1 800, , ,00 Médecine1 400, , Beaux Arts3 500, ,00 Musique3 000, ,00 Littératures étrangères1 500, Littérature françaises5 000, ,00 Histoire4 000, ,00 Géographie3 800, ,00 Albums5 800, ,00 …… …….

46 Lindexation systématique Lapplication dun système dindexation systématique a pour but de représenter une segmentation pour faciliter la gestion interne (contrôle, évaluation) et la coopération (comparaison) ; La liste des indices doit-être prédéfinie et adaptée aux objectifs de développement de la collection. La cotation La cotation doit former des segments cohérents adaptés à la topographie des rayonnages (table validée) pour : Offrir un ensemble compréhensible et attractif au public Permettre une signalisation cohérente des travées et des rayonnages ou des bacs Faciliter la recherche par les usagers Faciliter le rangement par le personnel Le classement

47 Lindice : Est de nature analytique Sapplique à un titre Est porté dans une notice bibliographique Peut être dusage collectif Sert à la gestion de la collection Sert à lévaluation de la collection Constitue un outil de gestion utile au développement local ou partagé des collections sous réserve quelle relève dune liste contrôlée La cote : Est de nature topographique Sapplique à un exemplaire Est portée sur un document Est dusage local Sert au rangement de la collection Sert à linventaire des stocks Constitue un outil de cohérence de présentation des documents sous réserve dune liste contrôlée MOLI avar littérature de langue française du 17ème

48 le conspectus Segmentation des collections Un segment = un ensemble cohérent sur un thème Un ensemble significatif de la connaissance = La Dewey mais pas forcément Indicateurs de profondeurs Qui correspondent à des niveaux de développement 2 principes: (méthode développée dans les années 1990 par Le Research Library group) Paradoxalement, segmenter permet davoir une vue densemble!

49 Le niveau 0 : Hors collection (pas de développement de la collection dans ce segment) 1a : Niveau minimal d'information, couverture non systématique du sujet 1b : Niveau minimal d'information, couverture systématique du sujet (collège) 2a : Niveau d'information de base, introduction (lycée) 2b : Niveau d'information de base, approfondi (1er cycle) 3a : Support de formation, niveau débutant (licence) 3b : Support de formation, niveau intermédiaire (Master) 3c : Support de formation, niveau confirmé (Doctorat) 4 : Niveau recherche 5 : Niveau complet d'information Les indicateurs de profondeur des collections du Conspectus WLN (d'après Bushing, Davis, et Powell)

50 Lobjectif du développement dune collection ne peut se contenter de reposer sur des objectifs dacquisition de ressources matérielles (par exemple, tant de livres, tant de disques, tant de cédéroms) mais sur un objectif de niveau dinformation (par exemple offrir un corpus de philosophie, de lettres ou de mathématiques approprié à latteinte dun niveau de connaissance donné) Lobjectif devient alors clairement doffrir (tous supports nécessaires pris en compte) une sélection pertinente au regard dun besoin déterminé (cest à dire des attentes formulées ou non du public au regard de politiques publiques de formation, dinformation, de culture, etc.).

51 lactivité de développement de la collection : Les acquisitions (par achats, dons ou legs) ; La conservation (ou la préservation) ; Le désherbage (voire la conservation partagée). Acquisition, conservation et désherbage sont autant de composantes dun même projet intellectuel.

52 LITTERATURES, LINGUISTIQUE ET PHILOLOGIE Indices validés : 8 et développements 1.Objectifs : Pour quoi et pour qui ? (Buts : application et déclinaison au domaine concerné des visées dintérêt général auxquelles la bibliothèque est susceptible de contribuer) Elargir la lecture des œuvres littéraires dans les loisirs au bénéfice de la maitrise du langage et de lexpression (vocabulaire, syntaxe, orthographe), de laffirmation dune personnalité indépendante (fonction de la littérature comme vecteur dexpérience humaine et de formation du goût et du jugement) ; Contribuer sur ces mêmes objectifs à la réussite scolaire des élèves et des étudiants ainsi quau succès des actions ou des efforts individuels de formation continue, de même quà la réussite aux épreuves examens et concours de la fonction publique ; Servir les initiatives culturelles locales (représentations ou lectures publiques de textes littéraires, clubs de lecture, etc.). Constituer, sur ces objectifs, un fonds de référence en littérature française et francophones des origines au dix-neuvième siècle pour en permettre et en promouvoir la lecture auprès de la population du Val-de-Marne, dans le cadre de la politique de développement partagé des collections, mises en place par le Conseil général ; Un exemple : la littérature

53 2. Comment et à quel niveau, en matière de contenu En matière de contenu le projet vise à recouvrir : (Exposé des champs documentaires traités et du niveau à atteindre) Documentation dordre lexicale, historique, biographique portant sur la littérature et le langage, lexpression et lhistoire littéraire (Principaux dictionnaires, index, chronologies de littérature et de linguistique) ; Corpus dœuvre didactiques, pédagogique et critique sur l'histoire, les méthodes et les tendances de l'analyse littéraire : critique du point de vue de l'auteur (critique historique, herméneutique, etc.), du point de vue de l'œuvre (critique structurale, textuelle, etc. ), du point de vue du lecteur (esthétique de la réception, théorie de la lecture, etc.), du point de vue social (sociologie de la littérature, sociologie de la lecture, etc.), publiées en langue française, complétées par des sources en langue originale (ouvrages critiques essentiels non traduits) lorsque cette langue est susceptible d'être lue et parlée par une partie significative du public (manuels, traités, essais, sélection de sites ou de bases de données en ligne, etc.) ; Corpus déditions imprimées des œuvres présentant les meilleures garanties de fidélité aux intentions de lauteur, assortis dune sélection denregistrements de lectures ou dadaptations scéniques de bonne qualité artistique pour constituer une part importante des œuvres représentatives des styles, courants, écoles et genres de la littérature mondiale (roman, poésie, théâtre, ou toutes autres formes hybrides, expérimentales, etc.) disponibles en langue française, voire en langue originale (éditions bilingues de textes poétiques, sélection de textes d'auteurs importants en langue originale) lorsque ces langues sont couramment lues ou étudiées par une part significative de la population ; (extrait)

54 84+Généralités84+ Ess AUTE 84+.2Littérature française du moyen-âge78+.2 Rec Littérature française du 16 ème RONS amou Littérature française du 17 ème FRAN Littérature française du 18 ème LACLO liai Littérature française du 19 ème A HUGO xxx 84+.4Littérature française du 20 ème R CLAUD Indice Cote

55 Etablir une liste de cotes validées Faire un état des lieux en exportant la liste complète des titres dun domaine et leurs cotes sur un tableur Tenter des rapprochements Saider au besoin en faisant des piles de livres par sujets Arrêter une liste définitive Recoter… Avantages dune liste de cotes validées : La cotation est facilitée Le rangement aussi La lisibilité de lorganisation des rayonnages est meilleure pour les publics Le désherbage est facilité

56 Entrée du 19 ème siècle dans le fonds départemental Littérature française : niveau par indice Littérature française Littérature de langue française : généralités 3a Littérature française médiévale3b Littérature française du 16e s.3b Littérature française du 17e s.3b Littérature française du 18e s.3b Littérature française du 19e s. 2a2b3a Littérature française du 20e s.2b

57 Généralités Littérature française médiévale Littérature française du 16e histoire et critique littéraire sur toute la période études thématiques regroupées sur plusieurs siècle 2 littérature comparée5 outils de la linguistique appliquée à la littérature critiques sur la période (médiévale) mémoires, autobiographies 10 2 correspondances contes 2 romans et nouvelles Théâtre 7 5 poésie critiques sur la période (16e) mémoires, autobiographies (16e)5 correspondances (16e) contes (16e)9 romans et nouvelles (16e) théâtre (16e) 3 poésie (16e) Segment Sous segment LIV DVD CD Relevé annuel des acquisitions (extrait)

58 Environnement spécifique Nom de la structureActivités et publics liés au thèmebesoins documentaires Partenariats et actions Université Paris XII Enseignement Une documentation étendue et précise, d'ordre lexicale, historique, biographique suivant les programmes … IUFM Créteil Enseignement ; Etudiants et professeurs des écoles Une documentation didactique…Formation Lycée Maximilien Sorre CACHAN Prépa ENS (Lettres pour série S) Une documentation élémentaire mais étendue et précise, ……. Lycée Marcelin Berthelot, Saint-Maur Prépa GEC+Khâgne+Scientifique idemExpo Jules Verne Lycée Lakanal, SceauxPrépa GEC étudiants du Val de Bièvre en prépa. idem Lycée Descartes, AntonyPrépa GEC+Hypokhâgne Idem Les fous du théâtre en rond, Fresnes Compagnie théâtrale Une documentation portant sur lexpression théâtrale …. Lectures, création théâtrale

59 Paysage éditorial GallimardBibliothèque de la PléiadeEdition de référence, appareil critique Honoré ChampionRomantisme et modernité2 ème cycle Honoré ChampionSources classiques2 ème cycle Honoré ChampionUnichampDidactique, pour étudiant de 1 er cycle Armand ColinCursus lettresDidactique, pour étudiant de 1 er cycle PUFQuadrigeDidactique, pour étudiant de 1 er cycle DesjonquèresLesprit des lettresAmateurs Klincksieck2 ème cycle Ellipses marketingRésonancesDidactique, pour étudiant de 1 er cycle Edition Collection Qualité de l'information (forme et contenu)

60 Le désherbage Désherbage = désélection Nécessité de « sculpter des collections » Eviter leffet « mur de livres » source Intervention de Madame Tinel, bibliothécaire à Bordeauxntervention de Madame Tinel, Attention aux obstacles psychologiques site de Mike Stilkey, :section Book SculpturesMike Stilkey

61 Comment désherber? critère dusure : âge du document (date de publication) critère dusage (nombre de prêts) critère de pertinence (adéquation aux objectifs) La méthode IOUPI : A chaque document est attribué un code constitué de la façon suivante : x / y / IOUPI (x) = nombre dannées écoulées depuis la date du dépôt légal (y) = nombre dannées écoulées sans prêt IOUPI I = incorrect, fausse information O = ordinaire, superficiel, médiocre U = usé, détérioré, laid P = périmé I = inadéquat avec le fonds En référence au PDC

62 Sous segment support date critère choix réassort romans et nouvelles (médiévale) LIV 02/08 usagé pilon non romans et nouvelles (médiévale) romans et nouvelles (médiévale) DVD 02/08 rayé pilon non romans et nouvelles (médiévale) LIV 02/08 usagé pilon non contes (médiévale) romans et nouvelles (16e) théâtre (17e) romans et nouvelles (17e) CD 02/08 usagé réserve non critiques sur la période (18e) LIV 02/08 obsolète pilon non théâtre (18e) DVD 02/08 usagé pilon oui romans et nouvelles (18e) critiques sur la période (19e) LIV 02/08 usagé pilon oui

63 Avec trois critères à lesprit: Il ne reste plus quà choisir….. La valeur intrinsèque du document choisi Lusage possible du document choisi La place du document choisi dans les collections

64 Synthèse des différentes étapes Définition des missions générales Diagnostic environnement Diagnostic des collections Définir des priorités Objectifs Désherbage Segmentation Indexation et cotation validés Plan de développement des collections Protocole de sélection

65 Pour quoi? Evaluer pour ajuster (adapter aux besoins) Evaluer pour gérer (optimiser les ressources) Evaluer pour rendre compte Evaluer pour stimuler Evaluer pour évoluer (conduire le changement) Evaluation Quoi? Pour qui?

66 Distinguer : Données statistiques (au sens densemble de données numériques) Quantité des ressources Activité Nombre dusagers Dépenses Etc. Évaluation Adéquation des ressources Résultats % de fréquentation Coûts Etc.

67 Résultat et impact Le taux dusage des services est un indicateur important, mais qui ne prend son sens que par rapport à ce quil révèle : Lobjectif de la « lecture publique » nest pas seulement dobtenir un taux élevé de fréquentation, cest aussi que cette fréquentation se traduise par un bénéfice pour ce public et pour la société en général. La fréquentation est un résultat Le bénéfice auprès des usagers est un impact Le bénéfice pour la société est un effet

68 Combien? Gagner du temps *Délai de traitement médian des documents norme B Evaluer lefficacité du circuit de traitement des documents en fonction des délais observés aux différentes étapes. (réception, catalogage, indexation…jusquà la mise en rayon)* Récupération de notices Organisation du circuit du document Ne plus en perdre !!!

69 Indicateur « Coût par usager » = dépenses de fonctionnement sur une année budgétaire (efficience) Exemple de la tarification: Tarification = recettes marginales mais frais de gestion élevés (pour 30% des usagers si lon retranche les exeptions) Donc: Charges de fonctionnement fortes –Recettes des inscriptions faibles = Coût par usager important! Maîtriser les coûts Récupération de notices Gain en temps de travail Gain en qualité La tarification réduit le nombre des bénéficiaires dun service dont le coût de fonctionnement demeure constant

70 Pourquoi un PDC ? Besoin de définir les buts de chaque segment de la collection (savoir où lon va et pouvoir disposer dune référence vis-à-vis des demandes du public); Besoin de définir précisément les objectifs de contenu de ces segments (cerner la réalité intellectuelle dun domaine pour pouvoir en organiser le développement) ; Besoin de prévoir les coûts (établir des objectifs réalistes, justifier les demandes de crédits en référence à des objectifs) ; Besoin détablir des priorités (entre les domaines et au sein de chaque domaine) ; Besoin de disposer dune référence (pour évaluer la pertinences des acquisitions et des éliminations et prendre les mesures correctrices). Pour résumer

71 Et si les personnels prenaient plus dimportance que les collections ? Conclusion Générale La mise en œuvre dune Poldoc se traduit le plus souvent par : Une organisation interne en département ou en pôles thématiques Une réflexion globale sur les objectifs dacquisition par domaine La formalisation des objectifs en interne et pour la tutelle Une réflexion sur les tâches et le temps qui leur est consacré Un positionnement de lacquéreur en tant que très bon connaisseur des sources dinformation dans son domaine.


Télécharger ppt "Pol itique doc umentaire : Les conditions de mise en place Pour quoi? Pour qui? Comment? Pour quels résultats?"

Présentations similaires


Annonces Google