La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PRESENTATION DES PREMIERS RESULTATS DU PROJET TUNING Grenoble 20 septembre 2003 BIENVENUE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PRESENTATION DES PREMIERS RESULTATS DU PROJET TUNING Grenoble 20 septembre 2003 BIENVENUE."— Transcription de la présentation:

1

2 PRESENTATION DES PREMIERS RESULTATS DU PROJET TUNING Grenoble 20 septembre 2003 BIENVENUE

3 Fond : Bleu azur européen Diapason pourTuning – se mettre au diapason Université – Universel – Union Ouvert, coordonné, flexible U Divers, multi-colored, dynamique Le Logo du Tuning

4 Projet coordonné par les Universités de Deusto (Bilbao) et de Groningen avec le soutien de la Commission Européenne

5 LESPRIT DU PROJET òUn projet mené par des universitaires pour des universitaires òDans lesprit de la déclaration de la Sorbonne et du processus Bologne-Prague-Berlin òSinspirant de lexpérience des programmes Erasmus-Socrates (notamment pour les ECTS) òSinteréssant aux structures déducation et aux contenus détudes et non pas aux systèmes éducatifs

6 Plus de cents universités partenaires et sept matières pilotes : Mathématiques Histoire Géologie Sciences de léducation Etudes commerciales Physique Chimie

7 ONT REPRESENTE LHISTOIRE : òAutriche : université de Graz òAllemagne : université de Bochum òDanemark : université de Roskilde òEspagne : université de Valencia òFinlande : université de Turku òFrance : université de Grenoble II òGrande-Bretagne : université de Swansea òIrlande : université de Cork òItalie : universités de Bologne et de Padoue òNorvège : université de Bergen òPays-Bas : université de Groningen òPortugal : université de Coimbra òSuède : université de Uppsala

8 CE QUE NE VEUT PAS LE TUNING : òdévelopper un type de cursus européen unifié, prescriptif et définitif au détriment de la richesse que constitue la diversité des systèmes européens. òrestreindre ou orienter le contenu des enseignements òLimiter ou prédéterminer le nombre des disciplines òPorter préjudice à lautonomie des universités que ce soit à léchelon local ou national.

9 Six objectifs généraux : 1. Lancer le débat pour responsabiliser les universitaires qui doivent être les acteurs de la réforme 2. Collecter et échanger linformation entre les différentes universités 3. Mettre au point une méthode pour dégager les points de convergence tout en maintenant la diversité, la liberté, lautonomie (= tuning).

10 4. Promouvoir la coopération et la collaboration européenne pour le développement de la qualité, de la performance et de la transparence (=critères de comparabilité) 5. Sensibiliser le monde universitaire à la necéssité dune plus grande ouverture sur le monde professionnel (identification des besoins sociaux). 6. Mettre en place un cadre permettant une réelle mobilité à léchelon européen. Les objectifs (suite)

11 Objectifs universitaires òRendre les diplômes lisibiles et comparables au sein de lespace européen òArriver à une compréhension commune et de lintérieur de la nature des deux cycles universitaires òGarantir une qualité des enseignements par des processus appropriés dévaluation et/ou dautoévaluation

12 Quatre lignes dapproche : òLigne 1 : compétences générales òLigne 2 : compétences spécifiques disiplinaires òLigne 3 : ECTS comme système de transfert et de capitalisation òLigne 4 : approches pédagogiques, évaluation et qualité

13 Pour quoi se concentrer sur le problème des compétences (toujours fondées sur la connaissance) ? 1. Placer létudiant au centre du système 2. Priorité donnée à la qualité, à lamélioration de lemploi et à la citoyenneté 3. Meilleur point commun de référence pour la construction dun espace européen de lenseignement supérieur

14 7 disciplines, 101 universités, 16 Pays.Etudes commerciales (Business).Chimie.Géologie.Histoire.Mathématiques.Physique.Sciences de lEducation Nombre total de réponses:.5183 diplômés.944 employeurs.998 universitaires Data.Austriche.Belgique.Danemark.Finlande.France.Allemagne.Grèce.Irlande.Islande.Italie.Pays-Bas.Norvège.Portugal.Espagne.Suède.Grande Bretagne

15 Résultats Comparaison Diplômés et employeurs DiplômésEmployeurs 1er 2ème... 1er 2ème... Classement Très haut degré de corrélation entre les deux classements (Corrélation de Spearman = 0.89) Classification de limportance des competences

16 Résultats Comparaison Diplômés et Employeurs Classification de limportance des Compétences GraduadosEmpleadores 1ro 2do... Ranking 1ro 2do... Ranking Rankings altamente correlacionados (Correlación de Spearman = 0.89) 1er 2ème... Classement combiné Diplômés & Employeurs

17 2 Capacité à mettre ses connaissances en pratique Instrumental Interpersonnel Systémique 3 3 Faculté dadaptation Souci de qualité 4 4 Habileté à travailler de façon autonome Résultats Comparaison entre Diplômés et Employeurs Capacité danalyse et de synthèse Capacité à apprendre Capacité à résoudre les problèmes 5 Travail en équipe 6 Capacité dorganisation et de planification Habileté à gérer linformation

18 Classement des compétences (suite et fin) Résultats Comparaison entre Diplômés et Employeurs Instrumental Interpersonnel Systémique 18 Connaissance des cultures et coutumes des autres pays Apréciation de la diversité et de de la pluralité des cultures Facilité à travailler en contexte international

19 Résultats Comparaison entre Diplômés et Employeurs est important... Engagement éthique Capacité à travailler en équipe pluridisciplinaire Esprit dinitiative et dentreprise Travail en équipe Capacité à travailler de façon autonome Connaissances de base en informatique Compétences pour la recherche Capacité dorganisation et de planification Comparativement plus important pour les employeurs Comparativement plus important Pour les diplômés

20 Resultats Universitaires Classification des Compétences DiplômesEmployeurs 1er 2ème... 1er 2ème... Classement Universitaires 1er 2ème... Classement Le classement établi par les Universitaires nest pas aussi proche de celui des Employeurs ou des Diplômés que le classement entre Diplômés et Employeurs. DIFFRENCES LES PLUS RELEVANTES Corrélation 0.46Corrélation 0.54

21 Résultats Universitaires Classification des Compétences DiplômésEmployésUniversitaires Classement Connaissances de base Dans le domaine étudié Connaissances de base En informatique Connaissances de base En informatique Capacités relationnelles Connaissances de base Dans le domaine étudié Connaissances de base Dans le domaine étudié Capacités relationnelles

22 Résultats Réponses Institution Pays Modélisation multiniveaux Quelles sont les différences en fonction des pays? Quel est leffet du niveau pays? ? Effet Pays: DIPLOMES, ITEMS IMPORTANTS

23 Résultats : Effet Pays Volonté de réussir Capacité à traviller de façon autonime Connaissance dune deuxième langue Capacité de mettre ses connaissances en pratique Souci de la qualité Esprit dinitiative et dentreprise Capacité à travailler dans une équipe disciplinaire 30 items 23 ITEMS RESTANTS Fort Faible & Sans effet

24 Résultats Diplômés Classification du degré dacquisition Compétences GraduadosEmpleadores 1ro 2do... Ranking 1ro 2do... Ranking Rankings altamente correlacionados (Correlación de Spearman = 0.89) 1er 2ème... Classement Diplômés

25 Instrumental Interpersonnel Systémique Résultats Capacité à apprendre (2) Connaissances de base 9 Capacité à travailler de façon autonome (4) Capacité danalyse et de synthèse (1) Capacité à gérer linformation (4) Aptitudes à la recherche Résolution des problèmes (1) Souci de qualité (3) Volonté de réussir

26 CONCLUSIONS DE LA LIGNE 1 òImportance des compétences : -Elles placent létudiant au centre du système -Elles permettent de définir clairement les profils universitaires et professionnels -Elles assurent transparence et qualité ; bases du Supplément au diplôme. -Elles sont utilisables pour la formation continue indépendamment du problème de la durée des études -Elles constituent des points de référence commun immédiats.

27 CONCLUSIONS DE LA LIGNE 1 (suite) òElles imposent une consultation des groupes socio-professionnels -ex : diplômés, universitaires, employeurs dans le cas du Tuning -Le prise en compte de lemployabilité est une nécessité tout autant que le devoir de former des citoyens. -Les démarches de prospective et danticipation sont indispensables

28 CONCLUSIONS DE LA LIGNE 1 (fin) òRésultats de lenquête -Importance des compétences : large accord entre diplômés et employeurs, mais décalage avec les universitaires (à noter la place de linternational en queue de liste..) -Lacquisition des compétences : 6 items arrivant en tête correspondent à ce que les diplômés et les employeurs jugent le plus important. De même ceux qui arrivent en queue sont jugés les moins importants. Consensus avec les universitaires sauf trois exceptions : connaissances de base dans la matière étudiée, les notions de base en informatique, les capacités relationnelles. -Les compétences interpersonnelles sont peu appréciées des universitaires, elles sont valorisées par les diplômés et employeurs. Les compétences systémiques et instrumentales arrivent en tête des divers classements.

29 Ligne 2: Compétences spécifiques disciplinaires Objectif : définir par une approche disciplinaire des niveaux de qualification pour les 1 er et 2 ème cycles à partir des connaissances/compétences acquises (priorité accordée aux savoirs)

30 Compétences en fin de 1 er cycle òConnaître les fondements et lhistoire de sa discipline òSavoir communiquer les connaissances de base de manière cohérente òMontrer une connaissance de la structure densemble de la discipline et de ses relations avec des disciplines annexes òMontrer une bonne connaissance et une bonne pratique des méthodes danalyse critique et de lélaboration des théories òEtre sensible aux critères de qualité de la recherche òSavoir vérifier par lexpérience et lobservation les théories scientifiques

31 Compétences en fin de 2 ème cycle òMaîtriser un domaine spécialisé à lintérieur de la discipline òAvoir une vision critique des développements les plus récents de la discipline òEtre capable dinterpréter les résultats dune recherche avancée òEtre capable de produire un travail de recherche selon les canons de la discipline (mémoire) òEtre capable doriginalité et de créativité dans le traitement de la discipline òAvoir développé des compétences à un niveau professionnel.

32

33 Histoire : Compétences Générales Situation des diplômés en histoire : Un grand nombre sont employés dans des professions qui ne sont pas directement en relation avec leur formation de base. Ils sont très contents de lenseignement quils ont reçu à luniversité. Position des Employeurs: Haut degré dimportance et dacquisition : Capacité danalyse et de synthèse Connaissances de base dans le domaine étudié Capacité à recueillir et intégrer des données provenant de sources variées Capacité à replacer des événements dans un processus évolutif EN REVANCHE …comme dans les autres disciplines… les diplômés et les employeurs classent en dernier pour limportance comme pour le degré dacquisition : Seconde langue Dimension internationale

34 Histoire : compétences disciplinaires spécifiques Dans lenquête trois compétences propres à lhistoire avaient été rajoutées : 31.Capacité daccéder aux textes et à linformation de manière critique 32.Capacité de replacer les événements dans un processus évolutif 33. Capacité à recueilir et intégrer des données à partir de sources variées Toutes ces compétences ont été classées en tête, tant pour limportance que pour le degré dacquisition, par les diplômés, les employeurs et les universitaires.

35 Histoire : Points de référence communs pour les filières et les cours (1) Questions préalables : Quels sont les enseignements obligatoires pour des étudiants en histoire ? Comment ce caractère obligatoire est-il conceptualisé et justifié ? Quels termes sont utilisés pour décrire ces enseignements obligatoires ? Définition des points de référence et des niveaux selon 4 cas : Cours dhistoire pour étudiants dautres disciplines Enseignement dhistoire intégré à une autre filière (double cursus ou archéologie…) Premier cycle en histoire Deuxième cycle en histoire Deux approches : Résultats spécifiques attendus pour tous les niveaux Résultats aspécifiques atttendus en fonction du niveau

36 Histoire : Points de référence communs pour les filières et les cours (2) ò Objectifs généraux de lenseignement de l Histoire : Une vision critique du passé humain en relation avec le présent Prise en compte des approches historiques différentes Un cadre chronologique général Contact avec les sources primaires et les écrits scientifiques Observations générales : Les méthodes denseignement doivent varier avec pour objectif de promouvoir des compétences générales et spécifiques importantes et variées ; en effet: Les objectifs disciplinaires sont importants aussi pour lacquisition des compétences générales, pour la citoyenneté européenne et pour lemployabilité : lhistoire sadresse aussi au non-historiens

37 Ligne 2 CONCLUSIONS

38 Ligne 2 : Conclusions générales (1) òLes travaux ont fait apparaître : çUne réelle volonté des universitaires déchanger leurs points de vue sur les compétences disciplinaires çLexistence dune ligne minimale daccord sur ces compétences çUne unanimité dans le refus de voir uniformiser les contenus denseignement çLa nécessité dans la constitution des maquettes dorienter les enseignements (input) en fonctions des acquis dapprentissage attendus (output). çUne prise de conscience de la nécessité dun système garantissant la qualité.

39 Ligne 2 : Conclusions générales (2) òDiversité dapproches entre les différents groupes disciplinaires mais òUn cadre commun semble possible pour le premier cycle. Pour cela il faut identifier : çun noyau commun (Mathématiques,Business) çun programme détudes commun (Chimie, Physique, Business) çdes aires thématiques qui semblent différentes mais qui en réalité sont proches (Education, Physique) çUn ensemble dacquis dapprentissage (Géologie, histoire)

40 Ligne 2 : Conclusions générales (3) òLa recherche dun cadre commun pour le 2 ème cycle est apparu contre-productif òIl est plus facile darriver à un accord avec des masters professionnels òCela nempêche pas : u La recherche dalliances pour développer des masters communs u Une plus grande convergence sur les points de référence pour les premiers cycles.

41 Ligne 2 : Conclusions générales (4) òA lintérieur des disciplines, les matières peuvent être regroupées, car sont nécessaires : çAcquisition et accroissement des connaissances çAppropriation et approfondissement du savoir çOuverture et communication des savoirs et compétences òTUNING a mis laccent sur le point suivant : çSans lacquisition des compétences du savoir, lesprit critique est impossible.

42 Ligne 2 : Conclusions générales (5) òLe TUNING démontre que : çDes objectifs pédagogiques clairs peuvent être atteints rapidement dès lors que lon met en place une plateforme adéquate çDe telles plateformes au niveau européen sont indispensables pour donner aux universitaires loccasion de : u Échanger des expériences et des idées u Discuter des problèmes émergeants (upcoming issues) u actualiser constamment ce qui relève de trois caratéristiques fondamentales des disciplines : noyau commun, diversité et dynamisme.

43 Ligne 2 : Conclusions générales (6) òCe nest quà partir de telles plateformes spécifiques aux disciplines, réflechissant sur lappropriation des savoirs, les compétences disciplinaires et les profils professionnels, que lon peut créer la transparence et identifier une cohérence des enseignements à léchelle européenne.

44 Ligne 3 Les ECTS comme système de transfert et de capitalisation

45 Les ECTS jouent un rôle fondamental pour la comparabilité et la compatibilité des programmes détudes. Ils sont aussi à la base de la mobilité étudiante Un préalable incontournable : ils doivent être calculés sur la base de la charge de travail de létudiant.

46 Deux niveaux dapproche òPerspective macro : Les principes qui établissent le cadre général paneuropéenn du système des crédits òPerspective micro : Etudier les liens entre les structures denseigne- ment, les acquis dapprentissage, la charge de travail et le calcul des crédits.

47 Ligne 3 : LA PERSPECTIVE MACRO ò60 crédits annuels (1 crédit = 25/26 h) ò1 er cycle entre 180 et 240 crédits ò2 ème cycle entre 120 et 180 crédits òLes crédits expriment un volume de travail òLes crédits ne sont accordés quaprès la réussite à lexamen correspondant òCest à luniversité daccueil de reconnaître les crédits en fonction de ses propres programmes

48 Ligne 3 : LA PERSPECTIVE MACRO (suite) òLòLes crédits sont dautant plus comparables quils sont liés à des acquis dapprentissage et des compétences (importance du supplément au diplôme) à lintérieur de filières clairement définies òIòIl est essentiel de lier les crédits au processus dévaluation et de garantie de la qualité. Cest ce qui leur donnera cours dans toute lEurope òPòPar exemple, les critères de contrôle de connaissance aboutissant à lobtention des crédits doivent être clairement explicités. òLòLes crédits doivent être complétés par des indicateurs externes de niveau (cf. infra)

49 Structures denseignement * Acquis dapprentissage / compétences Un Système europen de capitalisation et de Transfert des Crédits Calcul de la charge de travail * LIGNE 3 : LA PERSPECTIVE MICRO

50 ECTS comme système de transfert et de capitalisation STRUCTURES DENSEIGNEMENT Objectif : Comparabilité et compatibilité òComparabilité requise : çsystèmes çstructures çContenus denseignement òOutils pour atteindre lobjectif : çDefinition des acquis dapprentissage / compétences çun système de transfert et de capitalisation des crédits

51 ECTS comme système de transfert et de capitalisation ECTS ET CHARGE DE TRAVAIL òCalculer le volume de travail en terme de crédits est une gros problème qui relève de léquipe pédagogique, discipline par discipline. òLe volume de travail et le temps réel théorique dapprentissage sont intimement liés òLe temps réel dapprentissage des étudiants dépend de plusieurs éléments dont il faut mesurer limportance : çLa diversité des traditions çLa construction des maquettes et leur contexte çLa cohérence des parcours çLes méthodes pédagogiques çLes méthodes de contrôle des connaissances çLorganisation pratique des enseignements çLe niveau des étudiants, et leur degré dimplication çLes moyens financiers publics et privés

52 ECTS comme système de transfert et de capitalisation LES ECTS NINDIQUENT PAS UN NIVEAU òLes niveaux peuvent être indiqués par des descripteurs extérieurs : Basique (cours dintroduction à la matière) Intermédiaire (approfondissement des connaissances de base) Avancé Spécialisé òOn peut distinguer aussi les différents types de cours : C= fondamental (= core course) R= méthodologique ou technique(= related course) M= optionnel ou subsidiaire (= minor course)

53 ECTS : CONCLUSIONS Les Crédits doivent : òÊòÊtre applicables dans tous les secteurs de lenseignement supérieur òCòCouvrir toutes les formes et modes denseignement òSòSadresser à tous les systèmes européens et multiplier les portes de sorties òPòPermettre le transfert avec des systèmes déducation non européens òPòPromouvoir la mobilité des étudiants, des enseignants et des citoyens en général òPòPermettre lintégration de toute innovation ou changement òRòRespecter la distinction entre niveaux et types de crédits òRòRespecter lautonomie des universités (ce qui suppose une parfaite compatibilité avec les systèmes existants)

54 Ligne 4 : Approches pédagogiques, Evaluation, Performance et Qualité (= programme du Tuning II)

55 Approche des méthodes pédagogiques òDe lenseignement à lapprentissage òImportance des compétences interpersonnelles òEduquer les éducateurs… òUne terminologie commune pour décrire et comprendre la diversité

56 Problèmes de lévaluation et de la garantie de qualité l La responsabilité des Universités est engagée l Cest un devoir vis-à-vis des usagers l Une variété de méthodes l Expérience pilote de TEEP 2002 l Discussion du schéma p. 51.

57 Conclusions générales et recommandations

58 Conclusions Les universitaires ont pris leur responsabilité dans le processus de Bologne dès lors qua été lancé le projet Tuning. Tuning prouve quun groupe duniversitaires travaillant dans un contexte européen peut établir des points de référence communs pour chacun des deux cycles. Les points de référence communs peuvent être définis en se focalisant sur les compétences disciplinaires et générales. La méthode expérimentée par le Tuning peut se révéler vitale pour la création dun espace européen de lenseignement supérieur. Un processus dactualisation des orientations définies à Bologna est en route : le Tuning est un laboratoire expérimental pour une plus large collaboration.

59 Cinq recommandations pour finir : 1. Les institutions denseignement supérieur européens doivent saccorder sur une terminologie commune et développer un ensemble de méthodologies pour une convergence au niveau disciplinaire et interdisciplinaire. 2. Les compétences (tant disciplinaires que générales) doivent être au centre au moment de la constitution des maquettes denseignement 3. Il faut adopter un cadre fondé sur une compréhension commune du système des crédits européens. 4. Est essentielle une harmonisation de la durée des études à lintérieur dun système organisé en deux cycles. 5. Les résultats du Tuning doivent être discutés à une large échelle, et si possible avec tous les partenaires concernés.

60 TUNING est un outil commun créé pour les universitaires afin daméliorer la qualité de lenseignement et de construire lEurope du savoir N.B. Il ny a pas de mauvais outils, il ny a que des mauvais forgerons…

61 Pages Web:

62 MERCI DE VOTRE ATTENTION Lavenir du projet Tuning dépend maintenant de ce que vous en ferez Pensez à le discuter et à le diffuser le plus largement


Télécharger ppt "PRESENTATION DES PREMIERS RESULTATS DU PROJET TUNING Grenoble 20 septembre 2003 BIENVENUE."

Présentations similaires


Annonces Google