La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 La philosophie de lesprit Le contenu conceptuel : holisme social et causalité mentale (ch. 12) Michael Esfeld Université de Lausanne

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 La philosophie de lesprit Le contenu conceptuel : holisme social et causalité mentale (ch. 12) Michael Esfeld Université de Lausanne"— Transcription de la présentation:

1 1 La philosophie de lesprit Le contenu conceptuel : holisme social et causalité mentale (ch. 12) Michael Esfeld Université de Lausanne

2 2 Lhomme des marais Lhomme des marais : fonctionnellement identique à Davidson, indiscernable de Davidson pour ses interlocuteurs, bien quil ne soit pas Davidson. Lhomme des marais est-il dans les mêmes états intentionnels que Davidson ?

3 3 Lhomme des marais OUI survenance psychophysique local fonctionnalisme des rôles causaux causalité mentale holisme sémantique : rôle inférentiel, interne à la personne, dispositions de tirer certaines inférences

4 La portée du holisme social Théorie causale des conditions normales qui forment les rôles inférentiels en lesquels le contenu conceptuel de nos états intentionnels consiste ? possible : contenu conceptuel sans avoir participé à des pratiques sociales Théorie de ce qui est constitutif pour le contenu conceptuel dans toutes les circonstances (nécessité métaphysique) ? contenu conceptuel épiphénomène, états intentionnels pas intégrés dans lorganisation fonctionnelle de la personne

5 Donald Davidson : le monisme anomal monisme : tous les événements admettent une description physique ; quelques événements admettent de plus une description mentale. anomal : pas de lois psychophysiques

6 Le holisme du domaine mental le holisme sémantique : le contenu conceptuel dun état intentionnel consiste en des relations inférentielles à des états intentionnels dautres types. le principe de rationalité : il nest pas possible quune personne ait des croyances qui sont tout à fait irrationnelles. le principe de charité : il faut interpréter les énoncés et les actions dune personne de manière à lui attribuer un système de croyances qui soit aussi cohérent que possible. le principe de révocabilité : on peut révoquer chaque attribution dun état intentionnel à une personne suite à dautres énoncés et actions de cette personne.

7 Le holisme du domaine mental triangulation entre (1) un interprète qui (2) cherche à interpréter les énoncés dun sujet parlant (3) dans un environnement physique que les deux partagent méthode pour détecter le contenu conceptuel des états intentionnels dun sujet parlant ? principes constitutifs des états intentionnels dautrui ? anomisme du domaine mental

8 Lambiguïté de la position de Davidson survenance psychophysique identité des événements mentaux avec des événements physiques cérébraux conditions physiques suffisantes qui fixent le contenu conceptuel des états intentionnels, réunies dans le cerveau lois psychophysiques lecture épistémique de la méthode de triangulation et des principes de charité et de révocabilité

9 Lambiguïté de la position de Davidson anomalie du domaine mental triangulation, principes de charité et de révocabilité constitutifs pour le contenu conceptuel pas de conditions physiques suffisantes qui fixent le contenu conceptuel des états intentionnels contenu conceptuel reste indéterminé contenu conceptuel épiphénomène existence du contenu conceptuel douteuse

10 10 Linterprétationnisme instrumentaliste: Daniel Dennett lattitude intentionnelle (« intentional stance ») : On traite le système comme un agent rationnel. Étant donné la position du système dans son environnement et ses intérêts, on attribue au système les croyances et les désirs qui sont rationnels pour lui. Sur cette base, on prédit son comportement. Le système est un système intentionnel si et seulement si la plupart de ces prédictions sont couronnées de succès et il ny a aucune autre méthode de prédiction qui connaît le même succès.

11 11 Lattitude physique On prédit le comportement dun système sur la base de sa composition physique. On met à lépreuve ces prédictions dans des expériences scientifiques. Quelque chose est un système physique si et seulement si cette méthode de prédiction sapplique avec succès.

12 12 Lattitude du dessein On prédit le comportement dun système sur la base de ses propriétés fonctionnelles. On ne sintéresse pas à la composition physique du système, mais uniquement à sa fonction. Quelque chose est un système fonctionnel si et seulement si cette méthode de prédiction donne, à son égard, des résultats que lattitude physique ne permet pas dobtenir.

13 13 Linstrumentalisme Cest une condition nécessaire et suffisante pour que x soit un système intentionnel quon puisse prédire son comportement en adoptant lattitude intentionnelle. Il est dépourvu de sens de se demander si les systèmes auxquels on peut appliquer cette méthode avec succès sont vraiment dans des états intentionnels. Quelque chose est un système intentionnel uniquement en relation avec les stratégies de quelquun qui essaie dexpliquer et de prédire son comportement. En adoptant une attitude instrumentaliste envers les états intentionnels, on provoque la conséquence de dire que ces états nexistent en fait pas.

14 14 Le matérialisme éliminatif Paul Feyerabend (1963) Richard Rorty (1965) Paul et Patricia Churchland Il ny a pas détats mentaux. Il ny a que des états physiques. Nous sommes persuadés que des états mentaux existent, parce que nous adhérons à une théorie fausse.

15 15 Largument de cohérence On justifie une théorie en montrant comment elle saccorde avec nos autres théories. La psychologie populaire nest pas cohérente avec nos connaissances scientifiques. Ses concepts et ses propositions ne sintègrent pas au système scientifique de notre savoir. Il sagit dun vestige de lépoque préscientifique. Le système scientifique nous offre un remplaçant de la psychologie populaire (les neurosciences).

16 16 Largument déchec empirique La psychologie populaire ne connaît pas de succès dans lexplication du comportement humain. Elle ne sait pas expliquer des phénomènes comme la dynamique des troubles mentaux, limagination créatrice, les fondements des différences individuelles en matière dintelligence, etc. Les sciences repoussent la psychologie populaire depuis lépoque moderne. Les neurosciences ouvrent la perspective dune explication du comportement humain qui sera couronné de succès. Il faut remplacer la psychologie populaire par les neurosciences.

17 17 Pour la psychologie populaire La psychologie populaire connaît un succès énorme dans la prédiction et lexplication des actions humaines. Il y a une transition continue entre la psychologie populaire et la psychologie scientifique. Il ny a aucune théorie des neurosciences en vue qui peut remplacer la psychologie populaire en prédisant et expliquant les actions humaines.

18 18 Le matérialisme éliminatif comme position contradictoire 1)Le matérialiste éliminatif maintient quil ny a pas détats intentionnels. Par conséquent, il ny a pas détats qui possèdent un contenu conceptuel, faisant référence à quelque chose, étant corrects, etc. 2)Or, le matérialisme éliminatif est une théorie qui prétend avoir un contenu conceptuel, faire référence à quelque chose, être correcte, etc. au lieu dêtre seulement une chaîne de sons ou de caractères sans signification. 3)Par conséquent, le matérialisme éliminatif contient une contradiction performative : lexposition de cette théorie (lacte de la penser, de lénoncer) contredit son contenu.

19 19 La réponse de Churchland 1)Lantivitaliste affirme que lélan vital nexiste pas. 2)Or, si lélan vital nexiste pas, il ny a aucun être qui est vivant. 3)Par conséquent, lantivitalisme contient une contradiction performative : lexposition de cette théorie (lacte de la penser, de lénoncer) est une manifestation de la vie, alors que son contenu nie quil y ait de la vie.

20 20 Le problème Nous avons à notre disposition une théorie biochimique de la vie qui se passe de lhypothèse dun élan vital. Nous navons aucune idée dune théorie de la science et des théories scientifiques qui se passe de lhypothèse quil y a des états intentionnels. Quels que soient les progrès futurs des neurosciences, il ny a pas dindice qui suggère que les neurosciences pourraient remplacer le vocabulaire intentionnel. Si on change le vocabulaire, on ne change pas le fait quon produit du vocabulaire. Si on renonce aux concepts intentionnels, on perd la vision de nous-mêmes en tant quêtres pensants et agissants. La psychologie populaire ne peut pas se révéler radicalement fausse.

21 21 Le problème de la philosophie de lesprit 1)Le principe de la distinction entre les états mentaux et les états physiques : les états mentaux ne sont pas des états physiques. 2)Le principe de la causalité mentale : des états mentaux causent des états physiques. 3)Le principe de la complétude causale, nomologique et explicative du domaine des états physiques : dans la mesure où les états physiques p ont des causes, sont soumis à des lois et peuvent être expliqués, alors tout état physique p a des causes physiques complètes, est soumis à des lois physiques complètes et possède une explication physique complète.

22 22 Le problème de la philosophie de lesprit 4)Le principe de labsence de surdétermination régulière : si des états mentaux causent des états physiques, il ny a pas de surdétermination causale régulière de ces états physiques par des causes physiques complètes et des causes mentales additionnelles.

23 23 Les positions non (4) : la surdétermination systématique les états mentaux ont uniquement des effets qui possèdent également des causes physiques complètes et distinctes des causes mentales épiphénoménisme non (3) : le dualisme interactionniste contredit les sciences non (2) : le parallélisme, lépiphénoménisme efface la causalité mentale non (1) : la théorie de lidentité comment tenir compte du caractère spécifique des états mentaux ?

24 Le fonctionnalisme Les types détats mentaux sont des types détats fonctionnels, définis par un certain rôle causal. Il y a des configurations détats physiques qui mettent en œuvre ce rôle et qui sont pour cette raison des états mentaux. Il est en principe possible de fournir une description physique de chaque occurrence dun état mental. montrer comment les états mentaux sont intégrés dans le monde physique et comment ils provoquent des effets physiques

25 Questions ouvertes fonctionnalisme et réductionnisme physicalisme a priori vs. physicalisme a posteriori fonctionnalisme et expérience vécue holisme et externalisme

26 26 Exemple test de connaissances 30 mai 15h15-16h45 salle La théorie de lidentité psychophysique : A quel problème sadresse la thèse de lidentité psychophysique ? Quelles sont ses deux principales variantes ? Quel est largument principal dans le débat entre ces deux variantes ? La thèse de lidentité psychophysique est-elle selon vous convaincante ? 2. Le libre arbitre : Expliquez le lien entre la question du libre arbitre et celle de la causalité mentale. Quelles sont les deux conceptions principales au sujet du libre arbitre ? Quels sont leurs problèmes respectifs? Quelle est selon vous la conception la plus convaincante ?

27 27 Test de connaissances 30 mai 15h15-16h45 salle 2024 Introduction : décrire la problématique et son importance, plan du travail Partie principale : développer la problématique en exposant les différents arguments, leurs points forts et leurs points faibles, etc. Conclusion : résumé, évaluation des arguments, prise de position


Télécharger ppt "1 La philosophie de lesprit Le contenu conceptuel : holisme social et causalité mentale (ch. 12) Michael Esfeld Université de Lausanne"

Présentations similaires


Annonces Google