La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 La philosophie de lesprit Le contenu conceptuel : holisme et externalisme (ch. 11) Michael Esfeld Université de Lausanne

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 La philosophie de lesprit Le contenu conceptuel : holisme et externalisme (ch. 11) Michael Esfeld Université de Lausanne"— Transcription de la présentation:

1 1 La philosophie de lesprit Le contenu conceptuel : holisme et externalisme (ch. 11) Michael Esfeld Université de Lausanne

2 Hilary Putnam (*1926) « La signification de signification » Terre-jumelle : Leau est XYZ au lieu de H 2 O. Oscar et Oscar-bis vivent dans des communautés qui ignorent la composition chimique respective de leur eau. Oscar : « Ceci est de leau ». Oscar-bis : « Ceci est de leau ». Le contenu conceptuel nest pas le même : Sur Terre, le contenu conceptuel inclut que la chose est composée de H 2 O. Sur Terre-jumelle, le contenu conceptuel inclut que la chose est composée de XYZ.

3 3 Lintension primaire le stéréotype : le rôle inférentiel du concept dans un langage donné eau : liquide inodore, transparent, désaltérant, etc. référent : tous les objets qui satisfont à la description en question, et seulement ceux- là H 2 O dans le monde réel, XYZ sur Terre- Jumelle désignateur non-rigide : le référent du concept varie dun monde possible à lautre

4 4 Lintension secondaire le référent du concept en question dans le monde réel eau : H 2 O extension fixe à travers les mondes possibles désignateur rigide Terre-Jumelle : pas deau, car pas de H 2 O intension secondaire : invariante intension primaire : varie en fonction des connaissances que nous acquérons du monde

5 5 Le contenu large et le contenu étroit seul lintension primaire pertinente pour lexplication des actions dune personne contenu large : inclut des relations à lenvironnement contenu étroit : fixé par le rôle inférentiel du concept en question dans un langage donné Oscar : « Ceci est de leau » Oscar-bis : « Ceci est de leau » même contenu étroit / même intension primaire, même explication des actions

6 6 Lexternalisme physique et lexternalisme social externalisme physique : lintension secondaire / le contenu large fonctionnalisme des rôles causaux : rôle inférentiel dun concept dans un langage donné = rôle causal = dispositions du sujet pensant détablir certaines inférences Quest-ce qui détermine le rôle inférentiel ? externalisme social : rôle inférentiel = intension primaire / contenu étroit déterminé par des interactions sociales

7 7 Le holisme sémantique concepts théoriques : exposés en indiquant leur position dans une théorie holisme sémantique : tous les concepts eau vert

8 8 Wilfrid Sellars (1956) Le holisme sémantique maîtriser un concept = maîtriser les conditions de son application Les conditions dapplication dun concept impliquent dautres concepts. La maîtrise dun concept implique la maîtrise dautres concepts. « … on ne peut avoir le concept de vert quen ayant toute une batterie de concepts dont il est un élément. … il y a un sens important en lequel lon na pas de concepts appartenant aux propriétés observables des objets physiques … à moins de les avoir tous … »

9 9 Le holisme sémantique thèse sur les conditions de maîtrise des concepts : pas possible dacquérir des concepts pris isolément ; maîtriser un concept maîtriser un nombre dautres concepts thèse sur le contenu des concepts : relations inférentielles entre des concepts fonctionnalisme : conditions de maîtrise dun concept consistent en un rôle inférentiel, ce rôle inférentiel est le contenu du concept

10 10 Comment est-ce quon apprend un langage? pas possible dapprendre un langage mot par mot Lenfant apprend en même temps une série de concepts qui constituent un langage rudimentaire. Puis, il élargit ses capacités linguistiques en apprenant de nouveaux concepts et de nouvelles règles dinférence.

11 11 Le holisme social Le problème de suivre des règles Si une personne possède un concept F, elle a la capacité dappliquer le concept F dans un nombre indéterminé de situations nouvelles. Elle suit une règle qui lui dit ce qui est correct et ce qui ne lest pas en appliquant le concept F pour former des croyances de type « Ceci est F ».

12 Le problème de suivre des règles laspect de linfinité : Comment quelque chose de fini (comme une idée mentale ou une disposition comportementale) peut-il exemplifier une règle définie, et non un nombre infini de règles logiquement possibles ? laspect de la normativité : Quest-ce qui détermine la manière correcte dappliquer un concept F dans une situation nouvelle – de sorte que la personne en question ait à sa disposition une distinction entre suivre la règle F de façon correcte et la suivre de façon incorrecte ? 12

13 13 Ludwig Wittgenstein ( ) Investigations philosophiques (1953) Seules les interactions sociales peuvent mettre à notre disposition une distinction entre le fait de suivre une règle de façon correcte et le fait de la suivre de façon incorrecte. Une personne prise isolément ne peut pas faire une telle cette distinction : tout ce quelle tient comme correct est correct pour elle. En mettant cette distinction à notre disposition, les interactions sociales déterminent un contenu conceptuel pour nos croyances.

14 14 Donald Davidson ( ) Afin de maîtriser un concept F et former des croyances, il est nécessaire de posséder le concept de vérité objective : il faut savoir que les croyances sont soumises à une distinction dêtre soit correctes, soit incorrectes. Une personne prise isolément ne peut pas avoir à sa disposition cette distinction. Linterprétation mutuelle dans des interactions sociales est une condition nécessaire pour acquérir cette distinction.

15 15 Les pratiques sociales des attitudes normatives des sanctions des interactions sociales qui déterminent le contenu conceptuel

16 16 Robert Brandom (*1950) Making it explicit (1994) Lengagement (« commitment ») La permission (« entitlement ») La permission exclue (« precluded entitlement »)

17 17 Robert Brandom (*1950) Making it explicit (1994) Nous sommes des êtres pensants parce que nous nous attribuons mutuellement des engagements, des permissions et des permissions exclues. pensée et langage : seule lénonciation dune croyance peut fixer son contenu conceptuel en déterminant des relations dengagement, de permission et de permission exclue.

18 18 Le fonctionnalisme social holisme social : fonctionnalisme des rôles sociaux et normatifs La fonction dun état intentionnel (son contenu conceptuel) consiste en des relations normatives à dautres types détats intentionnels qui sont déterminées par des pratiques sociales. Wittgenstein : la fonction dun état intentionnel est son rôle dans une forme de vie en commun (Lebensform).


Télécharger ppt "1 La philosophie de lesprit Le contenu conceptuel : holisme et externalisme (ch. 11) Michael Esfeld Université de Lausanne"

Présentations similaires


Annonces Google