La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

29 mars 2012. Labour taxes and supply: A review Michael P. Keane (2012) University of Technology Sydney, Arizona State University Publié dans le Journal.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "29 mars 2012. Labour taxes and supply: A review Michael P. Keane (2012) University of Technology Sydney, Arizona State University Publié dans le Journal."— Transcription de la présentation:

1 29 mars 2012

2 Labour taxes and supply: A review Michael P. Keane (2012) University of Technology Sydney, Arizona State University Publié dans le Journal of Economic Litterature 137 pages

3 Plan de la présentation Lien entre taxation et offre de travail Principaux type de modèle Problème destimation Offre de travail des hommes Offre de travail des femmes

4 Liens entre taxation et offre de travail Lélasticité de loffre de travail joue un rôle clé dans le design des systèmes de taxation Compromis nécessaire entre les besoins du gouvernement et la baisse doutput économique qui résulte de la taxation On recherche le taux optimal de taxation

5 Saez, Slemrod & Giertz (2009) Maximisation des impôts en fonction du de lélasticité de loffre de travail On a : e : lélasticité de loffre de travail α = z M / (z M –z) -z : le niveau de revenu auquel débute le palier dimpôt maximum -z m : le revenu moyen des personnes dans ce palier

6 Saez, Slemrod & Giertz (suite) Exemple: -Rappel: α = z M / (z M –z) - Prenons un palier dimpôt maximum commençant à $ et un revenu moyen de $ -α = / ( – ) = 2. Lorsque z M augmente, et donc que linégalité augmente, α sapproche de sa limite de 1. Saez (2001) trouve que α est stable à 2 pour les État-Unis. Brewer, Saez et Sheppard (2008), trouvent une valeur de 1.67 pour le Royaume-Uni

7 Taux de taxation optimal pour le palier dimpôt supérieur

8 Modèle doffre de travail statique Dans le modèle statique, lutilité à la période t dépend positivement de la consommation C t et du loisir La consommation est donc donnée par la contrainte de budget statique : C t = w t (1-τ) h t + N t Avec - w t : le salaire pré-taxe - τ : le taux de taxation sur le revenu - N t : les revenus hors-travail.

9 Modèle Statique (Suite) Pour solutionner le modèle statique, on maximise lutilité telle que donnée par la fonction suivante : Sous la contrainte de budget décrite précédemment Avec βt: un paramètre qui capture la préférence pour le loisir 3 principales restriction inter-temporelle -Les travailleurs népargnent pas et nempruntent pas -Laccumulation de capital humain est ignorée -On ne tient pas compte des choix passés dans la détermination des préférences dans le présent

10 Modèles doffre de travail dynamiques On utilise la même fonction dutilité par période présenté précédemment pour un modèle statique La différence majeure se situe dans la contrainte de budget pour la première période quon écrit maintenant : C 1 = w 1 (1- 1 )h 1 + N 1 + b -Avec b, lemprunt net à la période 1 Pour la période 2, on écrit donc : C 2 = w 1 (1- 2 )h 2 + N 2 – b(1+r)

11 Modèles dynamiques (suite) Dans un modèle dynamique, une personne maximise donc la valeur présente dun plan doffre de travail et de consommation pour toute sa durée de vie: V = U 1 + U 2 Avec, un facteur descompte Permet dintroduire un concept: Lélasticité inter-temporelle de substitution ou lélasticité de « Frisch »

12 Principales sources derreurs dans la modélisation Le salaire horaire et les revenus hors travail sont des variables endogènes En pratique, les taux de taxations sont presque toujours progressifs. Cela crée un autre problème dendogénéité Les paliers de taxation créent des sauts dans le taux dimposition marginal qui affectent le comportement des travailleurs.

13 Principale sources derreurs dans la modélisation (suite) On nobserve pas de salaire horaire pour les individus qui ne travaillent pas. Cela amène un problème bien connu de biais de sélection Dans les modèles statiques, le revenu hors travail est traité comme une mesure de la richesse. Toutefois la majeure partie des revenus hors travail est dépendante du cycle de vie Erreur de mesure sont dans la mesure des salaires après taxes qui entraine un « biais du dénominateur »

14 Modèle doffre de travail des hommes La littérature sur le sujet est vaste et contient plusieurs points litigieux Lélasticité de Hicks est de 0,30 en moyenne pour les 21 études inclues dans la revue de littérature 13 des 21 études produisent une élasticité se situant entre 0,13 et 0,27 alors que 8 études obtiennent des élasticités se situant entre 0,27 et 1,22 Une étude par Blomquist & Hansson-Busewitz (1990) calcule une élasticité de Hicks relativement basse de 0,13 mais obtient néanmoins une perte de bien être substantielle (16% du revenu)

15 Différence entre loffre de travail des hommes et des femmes La littérature sur loffre de travail des hommes ignore généralement la décision de participer ou non au marché du travail. Lépargne est donc la principale source de dynamique La littérature sur loffre de travail des femmes accorde une importance accrue à la décision de participation Ceci amène à examiner la question des coûts fixes du travail et comment ceux-ci sont affectés par le mariage et la maternité ainsi que par lexpérience de travail Loffre de travail des femmes est mieux décrite par un modèle de cycle de vie

16 Coûts fixes du travail Cogan (1981) propose un premier modèle pour évaluer la fonction doffre de travail étant donné des coûts fixes: -Avec γ qui représente lutilité marginale du travail et β qui est une variable permettant de changer les préférences pour le loisir -Offre conditionnelle à U(h*) > U(0): -Selon Cogan, les coûts fixes (F) sont substantiels (28% du salaire moyen) et augmentent denviron un tiers par enfant.

17 Coûts fixes du travail (suite) Ces couts fixes sont ensuite introduit dans la fonction dutilité quasi linéaire donnée par Élasticité de Hicks: 0,93 au lieu de 2,64 en ignorant les coûts fixes. La mesure de lélasticité peut toutefois être trompeuse

18 Effet des réformes de taxe Provient de 2 importants papiers de Eissa (1995, 1996) Analyse leffet de 2 réforme de la taxation au Etats-Unis (1981 et 1986) Ne se base pas sur un modèle doffre de travail structurel mais plutôt sur une approche de « différence dans une différence » (DD) Ces deux réformes on pour effet de baisser les taux marginaux de taxation, ce qui favorise les femmes dont le mari gagne un salaire élevé.

19 Effet des réformes de taxe (suite) On compare un groupe dont les maris gagnaient au moins $ à un groupe dont les maris gagnaient entre $ et $ En 1980, les taux de participation de ces deux groupes étaient respectivement de 41,9% et de 56,3% En 1984, ils avaient monté à 49,9% et 61,8% soit des augmentation respective de 19% et de 9,7%. On à donc e t = (19 – 9,7)/(12,3 - 5,4) = 1,35

20 Résumé de la littérature pour loffre de travail des femmes Difficile à résumer car la nature de lélasticité calculée change souvent De manière générale, les élasticités de long terme sont assez grandes (Moyenne de 3,6) Les modèles de cycle de vie sont priorisés Les priorités sont la modélisation de laccumulation de capital humain, de la fertilité et du mariage. Il ny a pas encore de modèle qui inclut tout ses élément ainsi que lépargne.


Télécharger ppt "29 mars 2012. Labour taxes and supply: A review Michael P. Keane (2012) University of Technology Sydney, Arizona State University Publié dans le Journal."

Présentations similaires


Annonces Google