La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De lorthographe à la prononciation: Nature des processus de conversion graphème-phonème dans la reconnaissance des mots écrits Marielle Lange.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De lorthographe à la prononciation: Nature des processus de conversion graphème-phonème dans la reconnaissance des mots écrits Marielle Lange."— Transcription de la présentation:

1 De lorthographe à la prononciation: Nature des processus de conversion graphème-phonème dans la reconnaissance des mots écrits Marielle Lange

2 CH E P CH /S/maisCH /k/ dans CHAOS E /E/maisE /e/ dans CLEF E /a/ dans FEMME P /p/maisP silence dans COUP Relations stables entre orthographe et prononciation CH E P CH /S/ E /E/ P /p/

3 Questions centrales z Comment cette connaissance des relations assez systématiques entre orthographe et prononciation est-elle représentée mentalement? z Comment participe-t-elle à la dérivation de la prononciation dune forme orthographique?

4 Explications très différentes z Nature des représentations: y Connaissance de la prononciation la plus fréquente de chacun des graphèmes de la langue. y Analogie à des traces syllabiques. y Réseau associatif lettre-phonème. z Nature du processus de transcodage: y Déchiffrement lettre-après-lettre. y Transcodage syllabe-après-syllabe. y Traduction synchrone de toutes les lettres dune chaîne.

5 Deux hypothèses évaluées z Connaissance des relations orthographe-son capturée par des règles graphème-phonème de type tout-ou-rien. z Nature séquentielle, lettre-après-lettre du processus de transcodage.

6 p p /p/ p p h ph /f/ f h f o o o /o/ o pho ??? _ o o t t Modèle de Coltheart et coll. [foto] photo Règles de conversion graphème-phonème Transcodage lettre- après-lettre f o t o # # o o o t t

7 Représentations

8 R ègles Graphème-Phonème? z Position de Coltheart et collègues: y Connaissance des relations orthographe-son limitée à des règles graphème associé phonèmique le plus fréquent. B ON G OU R Règles Associations simples Associations multiples

9 Estimation de la fréquence des associations graphème-phonème en français et en anglais

10 Méthodologie menant au décompte z Corpora y Français: mots de 1 à 3 syllabes; Anglais: mots de 1 ou 2 syllabes (et leur prononciation britannique). z Choix des associations dans nos analyses GP + contexte:C eiy /s/ PLACE, CIEL GP + position:S fin /silence/ CAS, NOS CLEF: EF /e/ouE /e/ et F /silence/?

11 Méthodologie... (suite) z Segmentation en graphèmes et phonèmes ch.e.f./S.E.f./ c.l.e.f./k.l.e.-./ p.i.e.d./p.i.e.-./ z Décompte de la fréquence des associations GP ch.e.f. /S.E.f./ [CH, /S/]++ [E, /E/]++ [F, /f/]++

12 Estimations de la régularité GP

13 Etudes empiriques

14 Dénomination z Dénomination immédiate z Scores de différence Latences immédiates - différées temps pour le transcodage * dilve z Dénomination différée * dilve

15 z Manipulation y Entropie de graphème = estimation de lincertitude de la prononciation de chacun des graphèmes de la langue. z Matériel y Pseudomots monosyllabiques français de valeurs dentropie moyenne de graphèmes élevée (GATTE) ou faible (VATTE). Entropie moyenne de graphèmes

16 Entropie, résultats z Effet significatif de lentropie (incertitude) moyenne de graphèmes GATTE plus lent que VATTE å Associations simples au lieu de règles. z A noter y 30% des erreurs de prononciation sont des erreurs dassignation de correspondance (CLYPHE lu SLYPHE).

17 y Paradigme de détection de lettres de Ziegler & Jacobs (1995): détecter une lettre dans un non-mot brièvement présenté puis masqué. Activation des associations minoritaires dun graphème? J GEU ##### y Classiquement, désavantage de lhomophonie.

18 Résultats Homophone par règle Homophone par association J? GEUDI-BEUDIBONGOUR-BONDOUR Temps de décision

19 Processus

20 Transcodage lettre-après-lettre? z Position de Coltheart et collègues: y Effet de longueur en faveur dun transcodage séquentiel. y Effet de complexité graphémique en faveur dun transcodage lettre-après-lettre. F OO PH (5 l., 2 gr. complexes) plus lentement que S P U R F (5 l., gr. simples) z Mais y Valeurs de fréquence différentes pour les graphèmes complexes (ph) et simples (r, f).

21 Fréquence de graphème NUSE vs NUZE Effet de fréquence de graphème à complexité constante. z Question y Dans quelle mesure les variations de fréquence de graphème pourraient être responsables de leffet observé par R&C?

22 NURFE (gr. unilettres) NUPHE (gr. mult. div.) Effet inverse de la complexité graph. à fréquence de graphème comparable. Complexité en français z Question y Effet de la complexité indépendamment des effets induits par les différences en termes de fréquence de graphème?

23 Complexité et opacité Graph. mult. div. (f oo ph) p h ActivationActivation /f/ /p/ 2 gr. simples (s p u r f) r f /f/ Complexité Graph. mult. conv. (p o ff e) f /f/ Opacité

24 Opacité en français NUPHE (gr. mult. div.) NUFFE (gr. mult. conv.) Effet dopacité. Mais, 25 msec avec NUTTE, 0 msec avec NUTHE. z Question y Effet dopacité graphémique, conforme aux prédictions d un mécanisme lettre-à- lettre?

25 Longueur NUFE (gr. simples) NUFFE (gr. conv.) Effet de la longueur spécifiquement en lettres de 9 msec NUFE166 msec NURFE199 msec DRISME244 msec Effet de la longueur. z Question y Pas d effet de longueur à fréquence de graphème et composition graphémique constante?

26 Conclusions générales z Objectif y Réduire la grande diversité des hypothèses théoriques relatives aux représentations et processus impliqués dans le transcodage dune chaîne en sa phonologie. z Construction dun outil y Analyse des associations graphème-phonème du français et de langlais.

27 Conclusions... (suite) z Représentations des relations orthographe-son y Effet de lincertitude (probabilité, entropie) de la prononciation dun graphème en dénomination associations simples. y Désavantage de lhomophonie pour des homophones- par-association comme BONGOUR dans une tâche de détection de lettre associations multiples. å Réseau dassociations multiples plutôt que répertoire de règles.

28 Conclusions... (fin) z Processus de transcodage y Absence deffet de complexité à fréquence de graphème comparable pas lettre-à-lettre. y E ffet nul de lopacité lorsque la seconde lettre induit une prononciation erronée (TH). Eventuellement, traduction simultanée de toutes les lettres d une chaîne. y Mais effet de longueur spécifiquement en lettres composante séquentielle. å Traduction de toutes les lettres qui forment un graphème multilettre mais avec une composante séquentielle.


Télécharger ppt "De lorthographe à la prononciation: Nature des processus de conversion graphème-phonème dans la reconnaissance des mots écrits Marielle Lange."

Présentations similaires


Annonces Google