La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Un monde en transition Les cités minières vues par leurs habitants Jean-Yves Trépos Professeur de sociologie Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (équipe.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Un monde en transition Les cités minières vues par leurs habitants Jean-Yves Trépos Professeur de sociologie Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (équipe."— Transcription de la présentation:

1 Un monde en transition Les cités minières vues par leurs habitants Jean-Yves Trépos Professeur de sociologie Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (équipe ERASE) Université Paul Verlaine - Metz

2 Une étude demandée et financée par lANGDM réalisée entre juillet et novembre 2009

3 -I- Lenquête *Objectifs *Méthodes et moyens *Echantillon *Lanalyse

4 Objectifs et questionnements Objectif scientifique –Examiner la situation actuelle de la vie quotidienne dans les cités minières à partir des impressions de leurs habitants concernant le passé, le présent et lavenir de cette zone demploi et de résidence. Interrogations centrales –Comment les habitudes héritées du « Monde de la Mine » sarticulent-elles avec les nouvelles pratiques urbaines de la société dite de « modernité avancée »? –Les tensions prévisibles entre représentations solidaristes et individualistes de lidentité, entre représentations défensives (vécus dabandon) et représentations proactives (recherche dopportunités), dessinent-elles deux mondes qui tendraient au malentendu ou un continuum dattitudes hybrides?

5 Méthodes et moyens Méthodes –Une enquête par entretiens semi-directifs (n=60) auprès dhabitants (n=69) de quatre groupes de cités minières (à Farebersviller, Faulquemont, Freyming-Merlebach, Stiring-Wendel). –Une grille de questionnement autour de sept paramètres (vie quotidienne; vécu de la fermeture des mines; lien ressenti avec la mine; la cité hier/aujourdhui/demain; représentations de lavenir personnel, familial et régional; besoins et attentes sur les plans socio-économique, éducatif, culturel et politique; rôles des différents échelons politiques; représentations de la situation frontalière) et dun « portrait chinois » (symbolisations par lanimal, loutil, la fleur, la musique, la voiture). Moyens –Un financement ANGDM et mise à disposition dune équipe universitaire (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, UPVM).

6 Léchantillon Léchantillonnage a été établi en « boule de neige », en tenant compte des équilibres socio-démographiques habituels (sexe, âge, PCS). Le noyau initial de léchantillon // Rang 1: les salarié(e)s et ex- salarié(e)s des HBL // a été construit à partir dune liste diversifiée dhabitants des 4 cités, fournie par lANGDM. Le groupe suivant // Rang 2: personnes ayant un lien de parenté proche avec un(e) salarié(e) des HBL // a été construit à partir de listes de contacts fournies par les personnes de Rang 1, complétées par des personnes contactées directement par les enquêteurs. Le troisième groupe // Rang 3: personnes sans lien direct avec salarié(e)s des HBL // a été construit à partir de listes de contacts fournies par le Rang 2 et de personnes contactées directement par les enquêteurs.

7 RANG 3 Personnes sans lien avec HBL RANG 2 Personnes à lien de parenté proche avec salarié HBL RANG 1 Salariés HBL Un échantillon en « pelure doignon »

8 Lanalyse: un idéaltype Lanalyse proposée ici considère les propos recueillis (plus de 60 h dentretiens, près de 600 pages de transcription) comme une polyphonie dont la composition reste pour lheure presque indétectable - en labsence détude de référence. Elle rend compte de cette situation par lélaboration dun idéaltype (selon la définition de Max Weber), où certaines voix sans doute minoritaires sont pourtant majorées parce quelles indiquent des tendances dun univers en transformation et où dautres voix, pourtant très majoritaires, sont minorées parce quelles tendraient autrement à présenter cet univers comme figé.

9 -II- Quel monde commun? * Quelques pratiques semblables *Des représentations négatives de la situation actuelle du BHL *Une appréciation des structures éducatives et culturelles, une attente de projets structurants, une insatisfaction politique

10 Au quotidien, quelques pratiques semblables Des vacances régulières –…mais des fréquences variables selon la situation demploi (retraité, CDD, CDI…) Des relations familiales intenses et des relations de voisinage polies –Le relatif repli sur la famille élargie (plus ou moins pesant) contraste avec létablissement de relations de voisinage « liquides » (Z. Bauman). Un accès à linformation diversifié –A côté des sources habituelles, on notera la percée intergénérationnelle dInternet.

11 Le Bassin Houiller peint en noir Une nostalgie diffuse à légard des solidarités dhier –Mais derrière cette nostalgie, des différences entre un discours sur la perte des valeurs solidaristes et un discours sur les illusions entretenues par le système paternaliste. Une représentation très sombre de lavenir –Lensemble des répondants est très pessimiste, mais il ny a pas accord sur les explications (la crise pour les uns, les mentalités dassistés pour les autres). Un rapport ambivalent à limmigration –Pour une partie (environ la moitié) de léchantillon, il faut opposer limmigration dhier, intégrée par le travail, la mixité des cités et les générations issues de limmigration, de plus en plus ethnicisées. –Ces représentations ont moins cours à Farebersviller quailleurs.

12 Des attentes contrastées Une appréciation des équipements et événements éducatifs et culturels –Lappareil scolaire et lappareil culturel sont jugés suffisants pour répondre aux besoins. Une attente de grands projets structurants –A côté dattentes vagues, 1/3 environ des interviewés des trois rangs attend que se réalise des projets comme « Grand Far » et que se maintiennent des équipements comme le Carreau. Une vision dépréciative du personnel politique (sauf des maires) –Si les maires font, plutôt bien, « ce quils peuvent », les autres types délus sont jugés inefficaces et perdus dans leurs querelles. La situation frontalière considérée comme un atout majeur –La pratique du transfrontalier est affirmée comme une réalité massive, un atout majeur, même si on ne sent pas la réciprocité chez les Allemands.

13 -III- Quels clivages? *Certains sont leffet de léloignement par rapport à lunivers minier *Dautres singularisent les « mineurs » *Dautres singularisent les « Nouveaux habitants » *Et aussi: des effets de limplication publique et de la génération

14 Le lien minier sestompe sur le territoire Sur deux points, les représentations sont marquées par le degré déloignement des personnes interrogées par rapport au monde de la Mine. Le lien minier –A mesure quon séloigne de ce Monde, lattachement diminue (fort / passif / faible ou circonstanciel) La représentation de lavenir personnel –On passe de loptimisme mesuré du rang 1 (si on nous conserve les acquis) à lambivalence (rester, mais dans quelles conditions?) du rang 2 et au pragmatisme du rang 3 (sil faut partir, on partira).

15 Ce qui singularise « les mineurs » La vie des cités: de nouvelles fractures sociales –Larrivée de nouveaux habitants, vue par les mineurs (Rang 1): anonymat, condescendance (la Gemeinschaft laisse place à la Gesellschaft); vue par les deux autres groupes: un nouveau souffle (des enfants, des actifs). Des attentes socio-économiques plus vagues –Des incantations récurrentes chez les Rangs 1 (de lemploi! des entreprises!) et des propositions plus ciblées chez les Rangs 2 et 3. Une sensibilité à leffacement des valeurs traditionnelles –Les Mineurs ressentent une perte du cadre valoriel de leur monde (notamment: le respect chez les jeunes), alors que les deux autres groupes insistent plus sur le traitement structurel de ces changements (refonte des filières scolaires, alternance)

16 Ce qui singularise les « nouveaux habitants » Une moindre implication citoyenne –Les Rangs 3 sont moins impliqués dans la vie publique (moins associés, moins syndiqués, moins politisés) par manque de temps et une certaine défiance. Une relative indifférence face à la fermeture des mines –Ils nont pas ressenti de choc particulier. Un regard distancié sur la vie dans les cités –Ils tendent à regarder les autres avec une indulgence amusée pour des petites habitudes de voisinage. Un certain optimisme pour la région –Dans un ensemble plutôt pessimiste, les nouveaux habitants seraient plutôt confiants dans lexistence dopportunités à saisir.

17 Effets dimplication et de génération Limplication publique tend à relativiser les clivages associatifs, syndicaux, religieux et politique. Leffet générationnel est analogue. Les « impliqués » sont, sans surprise, –moins disponibles à la maison, moins inquiets sur lavenir des solidarités de voisinage, plus optimistes pour la région, plus précis dans leurs propositions. Les générations les plus jeunes ont tendance à se comporter comme les groupes impliqués.

18 IV- Le « portrait chinois » de la Moselle-Est

19 Un être domestique populaire, dune beauté piquante et vivace, doté de ressources ambivalentes Le « portrait chinois » est loccasion pour les personnes interrogées de sortir des éventuelles conventions du discours socio-économique - que lon a vu un peu éclaté - pour plonger dans dautres conventions plus homogènes, celles de la symbolisation. Cest: –un animal ambivalent (sauvage/adapté), soumis quand il se laisse aller; –un bel outil du passé (simple et polyvalent), qui a lopportunité de se moderniser, mais pourrait finir au musée; –une fleur, belle et piquante, qui fane vite, mais qui est vivace, donc porteuse despoir; –une musique populaire, festive, où la nostalgie le dispute à la révolte; –une voiture pour les gens den bas (familiale, simple) qui peut être moderne mais aussi pauvre.

20 Le portrait chinois selon les trois rangs (extrait) RANG 1RANG 2RANG 3 ANIMAL Travailleur et dur à la tâche (CHEVAL, FOURMI, TAUPE), courageux (SANGLIER), collectif et fiable Force (LION, BOEUF, ELEPHANT) et puissance (AIGLE); Adaptabilité (LOUP, CAMELEON) Obstination (BLAIREAU, LION) et travail (CASTOR) Fidélité Grande force qui bouge lente- ment (OURS), voire qui dort pas mal (OURS), sursaute de temps en temps (CHAT), active sans être au travail (PARESSEUX) – bien que bossant beaucoup (FOURMI); doux et sauvage (PANTHERE), bourru et gentil (OURS), voire renfermé et soli-taire (OURS ou SANGLIER) OUTIL Le passé dancrage à la terre (chtonien): du jour et du fond (MARTEAU, PIC); dureté de la tâche et force (MARTEAU- PIQUEUR); polyvalent (MULTIPRISE); qui lève les obstacles (LEVIER) aux retombées qui nous éclairent (LAMPE); outil de combativité (LA LUTTE). Produire, par PIC et MARTEAU ; Mais aussi: Construire, par la GRUE pour bâtir de pierres et par les TABLES ET CHAISES pour bâtir des savoirs Ceux du passé qui ne re- viendra pas (LAMPE), celui des cités minières et du monde minier (PIC, PIC et MARTEAU, CHEVA- LEMENTS, PELLE), un monde au travail physique difficile (MAILLET), voire un peu brutal (HACHE), qui avait le goût de la belle ouvrage (NIVEAU).

21 Les cités: un monde en transition Par bien des aspects, nous sommes en face de la photographie dun passage entre deux mondes –celui des insiders, les mineurs, qui sefface –et celui du rang 3, les outsiders, qui sinstalle progressivement –et nous voyons la position inconfortable de ceux qui sont entre les deux (notamment les enfants de mineurs). Les uns (plutôt les insiders) voudraient que, dans ce passage, fussent trouvés des passeurs de mémoire; les autres (plutôt les outsiders) semblent soucieux déviter que du passé leur soit transmises les impasses. La démarche denquête à linitiative de lANGDM nest suspectée daucune arrière-pensée et les interviewés sont plutôt contents dêtre consultés.


Télécharger ppt "Un monde en transition Les cités minières vues par leurs habitants Jean-Yves Trépos Professeur de sociologie Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (équipe."

Présentations similaires


Annonces Google