La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mohammed HAMMOUDI Professeur de droit international à la Faculté de Droit-Souissi. Rabat. Maroc.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mohammed HAMMOUDI Professeur de droit international à la Faculté de Droit-Souissi. Rabat. Maroc."— Transcription de la présentation:

1 Mohammed HAMMOUDI Professeur de droit international à la Faculté de Droit-Souissi. Rabat. Maroc.

2 Le royaume du Maroc suscite dans limaginaire collectif occidental un florilège dhistoire et de traditions, un paysage politique et social fragmenté par le débat lié à la modernité et une économie basée sur les rendements du tourisme et de lagriculture

3 Lère précoloniale Lère coloniale Lère de lindépendance Le Maroc et le printemps arabe La coopération franco-marocaines au-delà des relations diplomatiques

4

5 Le Maroc est à la jonction de deux continents, dotés de deux façades maritimes : la méditerranée et latlantique. Cest un trait dunion entre lEurope et lAfrique. Il se situe aussi à la croisée des routes maritimes entre lEurope, le Proche-Orient, lAfrique et les Amériques.

6 Une vieille nation chargée dhistoire millénaire. Sa population originaire est constituée des berbères. Il a été lobjet de plusieurs conquêtes étrangères, notamment : Carthage, Rome, Byzance La venue des Arabo-musulmans, le pays, qui a été pendant des siècles soumis à un Etat chrétien, connait une conversion massive à Islam. Le protectorat franco-espagnol Le recouvrement de lindépendance

7 Le Maroc précolonial

8 Au VIème siècle avant J.C, Carthage établit son autorité sur les comptoirs marocains. Elle y recherchait essentiellement lor de lAtlas et la pourpre (un colorant utilisé durant lAntiquité pour teindre les étoffes). Entre temps, la Grèce saffaiblit et Rome devient une puissance expansionniste. Après de multiples batailles, Rome prend le contrôle de la Maurétanie (lancien nom du Maroc quil faudra distinguer de lactuelle Mauritanie). Le déclin de Rome favorise lintervention vandale puis byzantine. Le pouvoir byzantin ne pourra contrer lavancée des troupes arabo-musulmanes.

9 A la différence des berbères de lorient (lAlgérie et la Tunisie de nos jours), les berbères marocains ont violemment résisté à la conquête arabo-musulmane. Ce nest quà partir de 681 que les populations autochtones marocaines commencent à adhérer massivement à la religion islamique.

10 Au final, le Maroc devient une province prêtant allégeance au calife de Damas (les Omeyyades).

11 Avec laccès des Abbassides (descendants de loncle du prophète - El Abbas -) au pouvoir, un conflit sanguinaire les oppose aux Alides, descendants dAli, cousin et gendre du prophète et qui estiment quils sont généalogiquement plus proches de lEnvoyé de Dieu et du coup, les héritiers « les plus légitimes » du califat. Le mot « califat » désigne en langue arabe : la succession. Le calife est donc le successeur du prophète dans la direction des affaires de la communauté musulmane.

12 En conséquence, les Alides entrent en combat avec les Abbassides et nont arrêté leur révolte quaprès leur défaite à la bataille de Fakh de 786. Cependant, un des Alides vaincus, Idriss Ibn Abdullah, réussit à échapper au massacre de Fakh et se réfugie au Maroc où il a été accueilli par la tribu berbère Awraba qui contestait constamment la légitimité du califat oriental.

13 Les berbères voulaient se doter dun calife pour sémanciper de la domination du califat oriental. Idriss 1 er fonde la dynastie des Idrissides ayant dirigé le Maroc de 789 à 985 et prend lui-même le titre de commandeur des croyants.

14 Lhistoire du Maroc, en tant quEtat musulman indépendant, a été, comme présenté auparavant, lœuvre dIdriss 1 er en 789. Il sest proclamé, avec le soutien berbère, calife indépendant du califat de Bagdad (détenu à lépoque par les Abbassides).

15 Deux facteurs déterminants ont présidé à la création de lEtat Idrisside : Le conflit dynastique entre les Alides (descendants du cousin du prophète) et les Abbassides (descendants de loncle du prophète) La descendance chérifienne dIdriss incite les berbères, ayant subi les exactions des préfets envoyés par le pouvoir de lorient, à le soutenir.

16 Aspirant à restaurer leur domination sur le Maroc et afin de déstabiliser lEtat Idrisside naissant, les Abbassides ont jeté la suspicion sur la descendance chérifienne dIdriss II, fils et successeur dIdriss I. Cette thèse a été infirmée ultérieurement par les historiens.

17 Hormis la dynastie almoravide ( ), les différentes dynasties ayant régné sur le Maroc (Les Almohades ( ), les Mérinides ( ), les Wattassides ( ), les Saadiens ( ) et les Alaouites (1664 jusquà nos jours)) se sont proclamées des califats indépendants du califat oriental. A cet effet, ils ont eux-mêmes pris le titre de « commandeur des croyants » resté, dailleurs, en vigueur jusquà lheure actuelle.

18 * Lapogée du Maroc : lempire Almohade ( ), la conquête de lEspagne

19

20 Depuis la mort du deuxième et puissant sultan alaouite Moulay Ismail en 1727, après 55 ans de règne absolu, le Maroc traverse des crises internes affaiblissantes : Querelles dynastiques entre les fils du sultan Moulay Ismail Insurrections tribales attisées par laugmentation colossale des impôts. Velléités indépendantistes des Confréries religieuses (les Zaouïas). Le rôle des hauts gradés de larmée dIsmail qui font et défont les sultans et les préfets. Le mot « Moulay » signifiant en arabe « Mon seigneur » est le titre que donnent les marocains aux chérifiens, cest-à-dire, aux descendants du prophète

21 En 1757, le sultan Mohamed III ( ) accède au trône et procède à la restauration de lunité territoriale de son royaume. Il initie également des ouvertures commerciales vers létranger en vue de collecter des redevances et des taxes douanières et du coup, alléger la pression fiscale qui pesait sur lagriculture paysanne. Le mot « sultan » signifie en arabe le dépositaire du pouvoir, le vicaire de lautorité de gérer les affaires de la Oumma (la communauté) islamique.

22 Le sultan Mohamed III reconnait lindépendance des USA en Cet acte ciblait deux objectifs : Contrecarrer les convoitises européennes de plus en plus dérangeantes. Réaffirmer lindépendance effective de lEtat marocain.

23 Mohamed III a pu récupérer dans une grande mesure la stabilité interne. Ainsi, « Quand il écrivait aux souverains européens, le sultan Sidi Mohammed ben Abdallah signait, entre autres « souverain de Gao et de Guinée », ce qui reflétait la réalité : nombre de tribus reconnaissant son autorité. De plus, la prière fut dite en son nom à Tombouctou ». (Bernard Lugan, « Histoire du Maroc, des origines à nos jours » page 196).

24 Après la mort de Mohamed III, le Maroc retombe de nouveau dans le désordre. Se succèdent alors les insurrections conduites par les Confréries religieuses et les tribus qui leur sont soumises.

25 Le sultan Suleyman ( ), successeur de Mohamed III, était marqué par la pensée wahhabite en expansion en Arabie. A cet effet, il mène une politique isolationniste dont les outils sont : La suppression des postes douaniers créés par son prédécesseur Ladoption de décisions dinspiration salafiste : interdiction du soufisme et marginalisation des Zaouïas.

26 Le pouvoir salafiste instauré par Moulay Suleyman a engendré des soulèvements tribaux sétant achevés par son abdication en Et quelques années plus tard… La France occupe lAlgérie en 1830 et sapprête à intervenir dans lempire chérifien. Lémir Abdelkader ( ) dirige la résistance algérienne et obtient laide du sultan marocain. Arguant que le Maroc a sensiblement soutenu la résistance algérienne, les Français occupent des parties du territoire marocain.

27 la Bataille dIsly fut un « désastre désastreux » pour le Maroc. Larmée chérifienne, ayant acquis une réputation dinvincibilité (la défaite des portugais à Ksar el-Kébir en 1578, les échecs français de Larache en 1766, ceux des Autrichiens à Tétouan en 1828), fut complètement décrédibilisée. Le Maroc est devenu « colonisable ».

28 Les résultats fondamentaux de la Bataille dIsly : A court terme Le Maroc est « colonisable » La pénétration économique via les dettes accumulées A long terme La résolution finale de « la question marocaine » par lavènement du protectorat franco-espagnol en 1912

29 Pour protéger lindépendance du pays, le sultan initie des réformes telles que la modernisation de larmée, lintroduction des industries (sucre, papier…) et létablissement de la première imprimerie arabe moderne à Fès en Cependant, le coût financier de la réforme était hypertrophique et le Maroc sest vu astreint à lever des taxes non islamiques, ce qui a occasionné la colère des Oulémas. Aussi, le pays commence à sendetter auprès des européens. Conférence de Madrid en 1880 : tutelle européenne sur les finances marocaines sous prétexte du contrôle du service de la dette.

30 Les puissances européennes ont imposé, de concert, au Maroc certains traités qui ont amoindri leffectivité de son indépendance. « LEntente cordiale »

31 Avec la Grande Bretagne, le traité de 1856 donne aux Anglais la possibilité dexercer le droit de la protection, reconnue auparavant aux Français. Avec lEspagne, ayant vaincu larmée sultanienne à Tétouan la même année, le traité de 1860 lui concède de larges pouvoirs sur les territoires nord-marocains. Avec la France, le traité de 1863 élargit le régime de la protection et consacre la mainmise française sur lagriculture marocaine.

32 LItalie reconnaît le Maroc comme zone dinfluence française. De la même manière lAngleterre, par les accords conclus avec la France en 1904, laisse les mains libres à cette dernière au Maroc et en contrepartie, la France reconnaît lEgypte comme une zone dinfluence anglaise.

33 Laccord franco-italo-britannique irrite lAllemagne, restée à lécart, le considérant comme une atteinte à ses intérêts au Maroc Cest ainsi que dès 1904, lempereur Guillaume II se rend à Tanger, rencontre le sultan et lencourage à résister à la pression française. Il récuse les accords passés et réclame le respect de la souveraineté du sultan chérifien.

34 Place le Maroc sous une sorte de protectorat international avec prépondérance française et marque la fin de lindépendance effective du Maroc. Depuis 1905 lAllemagne na cessé de sopposer à la pénétration française au Maroc. Pour avoir le désistement de Berlin, Paris lui laisse les mains libres au Congo. Ainsi, le Maroc se trouve sous domination occidentale foncièrement franco-espagnole. Avènement du traité de protectorat de Zohra sur la terrasse. Abdelkader Djemaï

35 Le Maroc colonial

36 La mort dHassan 1 er marque le début dune nouvelle crise intérieure et diplomatique qui entraîne, pour le Maroc, la perte de son indépendance. Des crises internes : querelles dynastiques. Interventionnisme extérieur : les convoitises européennes senchevêtrent au Maroc Le traité de protectorat de 1912 Déclenchement de la résistance populaire

37 Le sultan Moulay Abdelaziz ( ), intronisé à lâge de 14 ans, est renversé par les Oulémas de Fès vu quil ne sest pas conformé aux prescriptions religieuses. Il faut noter que selon la doctrine islamique (sunnite), le calife doit se conformer aux règles islamiques extraites du coran et des récits prophétiques par les Oulémas (les jurisconsultes du Droit musulman). Ainsi, le pouvoir législatif échappait au sultan au profit des oulémas. Laccès au pouvoir est gouverné par un contrat religieux ayant lappellation de « la Baya » (lallégeance). Si le calife manque aux obligations nées de la Baya, la communauté musulmane sera en droit de le destituer.

38 Le frère du sultan démis, Moulay Abdulhafid (1908 – 1912) reçoit la Baya en contrepartie de déclarer la Guerre sainte contre les européens. Moulay Abdulhafid manque à son engagement, par la conclusion du traité du protectorat en 1912 et se voit évincé de lautorité par les oulémas. Lyautey est nommé Commissaire Résident Général la même année et donne le pouvoir au sultan Moulay Youssef (1912 – 1927).

39 « Jai réussi au Maroc parce que je suis monarchiste et que je my suis trouvé en pays monarchique. Il y avait le sultan, dont je nai jamais cessé de respecter et de soutenir lautorité. Jétais religieux et le Maroc est un pays religieux. Je crois à la bienfaisance, à la nécessité dune vie sociale hiérarchisée. Je suis pour laristocratie. Jai vu quil y avait (au Maroc) des écoles où allaient les enfants de telles classes, dautres écoles où allaient des enfants dautres milieux et qui ne se mélangeaient pas. Jai respecté tout cela, à la fois parce que cette soumission au fait fortifiait ma propre politique et parce que mes propres convictions men montraient la légitimité ». Bernard Lugan, « Histoire du Maroc, des origines à nos jours », p : 247

40 Ayant déjà expérimenté les méfaits de loccupation dannexion en Algérie, le Gouvernement français prend progressivement le contrôle du nouveau territoire en maintenant les structures makhzaniennes et tribales préexistantes. Lyautey était donc partisan de lintroduction pacifique de la domination coloniale. Mais, ses successeurs, nont pas suivi son itinéraire, ce qui a donné naissance à la résistance armée.

41 Lintervention étrangère entraine des réactions résistantes : 1911 : une partie de larmée makhzanienne de Fès se révolte contre les Français : quelques semaines après la conclusion du traité de protectorat (30/03/1912), les tribus se rallient aux militaires révolutionnaires : lémir Abdelkarim instaure la République du Rif (au nord du Maroc) et organise des opérations armées contre les armées franco-espagnoles. Les années 1930 : le moyen-Atlas, réuni sous la direction de Moha ou Hamou Zayani, résiste à lavancée des Français. Au sud, le Cheikh Maelainin, suivi de son fils Ahmed Hiba, ont conduit dès 1908 la révolte des tribus sahraoui contre loccupant espagnol. Le Cheikh est le chef religieux et/ou politique dune ou plusieurs tribus.

42 Parallèlement à la résistance armée, la résistance politique sactive sous la direction du mouvement national Le courant salafiste : Forgé par Mohamed ben El Arabi El Alaoui. Il scande un renouveau religieux, fondé sur les prescriptions originelles de lIslam, pour se libérer du colonialisme. Les salafistes se sont révoltés contre les Confréries religieuses et ont critiqué le soutien que le sultan leur conférait.

43 En 1930, le sultan Mohamed ben Youssef, sous la pression des autorités résidentielles, prend le Dahir berbère, à la suite duquel les régions berbères seront soustraites au Droit musulman au profit de leurs us, coutumes et usages locaux. Les oulémas dénoncent le texte et appellent les Marocains à sy opposer massivement.

44 Pour moderniser leurs activités et souvrir vers lextérieur, les leaders nationalistes décident de créer des organisation politiques. Dans la zone française : Création du « Bloc de lAction nationale » en 1933 Dans la zone espagnole : Abdelkhalik Torrès crée le parti de la Réforme nationale en 1936 Parti de lUnité Marocaine en 1937.

45 Les partis créés se limitaient à la revendication de réformes politiques et administratives et ne réclamaient pas solennellement lindépendance.

46 Au sortir de la Deuxième guerre mondiale, le processus de décolonisation se déclenche. - Par le mouvement national Le parti Istiqlal (indépendance) apparait en 1943 (institué par les leaders des organisations politiques sus-mentionnées) et revendique solennellement lindépendance du pays. - Par le sultan Le sultan Mohamed ben Youssef ( ) a appelé les marocains à se rallier aux armées des Alliés contre Hitler. En échange, il espérait lobtention de lindépendance.

47 Réaction française : Déportation de Mohamed ben Youssef en 1953 Soulèvement populaire conduit par le mouvement national revendiquant le retour du sultan légitime Retour de Mohamed ben Youssef, proclamé Roi Mohamed V après les accords dAix les Bains et de Paris ayant mis fin au protectorat en 1956

48 Le Maroc indépendant

49 Trois rois se sont succédé : Mohamed V ( ) Hassan II ( ) Mohamed VI (depuis 1999)

50

51 Mohamed V fait face à des crises internes : Le parti Istiqlal, dominant le mouvement national, revendique une assemblée constituante élue. Larmée de la libération nationale, estimant que lindépendance, telle que prévue par les accords dAix les Bains est inachevée, décide de continuer la lutte armée et soutenir la Révolution algérienne. Mohamed V dote lEtat fraîchement indépendant de son appareil répressif : les FAR et la DGSN.

52 Sur le plan politique : La relève de ladministration centrale Règlement des libertés publiques Création dune assemblée constituante Election municipale

53 Sur le plan économique : Nationalisation de la banque centrale Sortie de la zone franc et émission dune monnaie nationale Création des premières institutions financières : CDG-BNDE-BMCE Lancement de nouvelles unités industrielles : Samir- Somaca-Berliet-Office du thé… Lancement dune nouvelle politique agricole avec la création de lOffice national de lirrigation

54 Sur le plan social : Politique de lenseignement et de la santé Création de la CNSS : allocations familiales et pensions de retraites La route de lunité : route reliant Fès à Al Hocéima pour désenclaver les régions centrales et la zone nord

55 Certaines faiblesses cependant : La politique de Mohamed V a été combattue par une coalition conservatrice qui y voyait ses intérêts menacés. Lenseignement reste balloté entre le maintien du système de lenseignement français et larabisation aventureuse. Le pays na pas été doté de constitution et dinstitutions démocratiques En 1961, le Roi Mohamed V meurt et son héritier Moulay Hassan, appelé dans lordre dynastique alaouite, Hassan II accède au trône.

56

57 Né en 1929, intronisé en 1961, Hassan II règne sur le Maroc pendant 38 ans. Son règne fût marqué par de graves turbulences, une forte répression mais aussi linsertion du Maroc dans la modernité tout en préservant la tradition.

58 Deux temps ont marqué son règne : Le temps des crises : : les années de plomb Le temps de lapaisement : depuis les années 80 : les années douverture

59 Dès le début de son règne, Hassan II a imposé une monarchie exécutive avec un fondement théocratique, il est donc à la fois : Chef dEtat moderne : le roi investi du pouvoir temporel Sultan : dépositaire dune légitimité historique Commandeur des croyants : chérif descendant du prophète La Constitution de 1962 rédigée par Hassan II lui-même Une monarchie absolue

60 1963 : le Roi invite les partis politiques aux élections législatives à lissue desquelles les partis issus du mouvement national dominent le parlement : Après deux ans de convulsions entre le Gouvernement, nommé par le Roi et le Parlement, dominé par les partis nationalistes, le Roi décrète létat dexception.

61 Souvre alors une étape doppression appelée, pour en montrer les horreurs, les années de plomb (affaire Ben Barka, les émeutes de Casa, du Rif, les centres de détentrion secrets : Tazmamart, Témara, Casa, disparitions et enlèvement des opposants) : levée de létat dexception et adoption dune révision constitutionnelle ayant renforcé davantage les pouvoirs de la monarchie : confusion des pouvoirs. Tahar Benjelloun Cette aveuglante absence de lumière

62 1971 et 1972 : deux putschs militaires avortés viennent briser la confiance, longtemps flattée, entre le Roi et son armée. Le Roi décide dinitier une ouverture significative vers la société civile. Laffaire du sahara en a été le motif de rapprochement entre le palais et lopposition principalement de gauche.

63 Facteurs internes : Désamorcer la crise avec lopposition, Préparer la succession Facteurs externes : Critiques occidentales pour atteintes aux droits de lHomme

64 Révision du statut de la femme Reconnaissance des droits de lHomme (normes / institutions) Sur le plan international : Incarnation de limage dun Islam modéré (avec Israël, le Vatican…) Accord de lUMA Adhésion aux accords de lOMC conclus à Marrakech en 1994 Zones de libre échange avec lUE, les USA

65 Alternance politique en 1998 : installation dun Gouvernement à dominante socialiste. Hassan II séteint en 1999 et son fils Mohammed VI lui succède.

66

67 Intronisé en 1999, Mohammed VI est le 23ème souverain de la dynastie alaouite. Son arrivée au pouvoir inaugure un changement dans la continuité.

68 Conserve et exerce les prérogatives constitutionnelles héritées de son père. Il continue dêtre un monarque absolu. Le caractère sacré de la personne du Roi Latteinte à la sacralité du Roi a donné naissance à plusieurs procès retentissants de journalistes, dopposants… Une monarchie omniprésente dans léconomie Le Roi a accumulé une fortune colossale le hissant au rang des plus riches du monde. La plupart des secteurs-clés de léconomie marocaine sont rattachés aux entreprises royales (ONA, SNI…)

69 La politique des Grands chantiers : Tanger-Med, autoroutes, TGV, Tramways LINDH – image du Roi des pauvres - Développement sectoriel Le tourisme Lagriculture : Maroc vert Industrie : plan Emergences Les énergies renouvelables Désenclavement du monde rural, ADS… Communication de limage dun monarque bienfaisant

70

71 Dans lIslam, lorganisation sociale et la vie quotidienne des Musulmans sont régies par les prescriptions de la religion: Coran/Sunna Les théologiens Musulmans interpretent ces sources à travers un coran doctrinal Quest-ce que linterdit et le permis? Les droits et les devoirs des Musulmans

72 Confusion entre le droit et la religion Etats du Golfe, Soudan, Iran Séparation de la religion du droit Turquie Liban Régime inspiré à la fois du droit Européen moderne ainsi que du droit religieux Maroc: Droit moderne français laïc (banques, commerce, droit civil et pénal) En se basant sur les sources Islamiques, les Etats musulmans sont généralement basés sur une loi religieuse: lIslam est religion dEtat Le chef dEtat représente une autorité religieuse

73 Le droit de la famille est inspiré par un texte de lois dinspiration religieuse: La Moudouwana/ Le statut personnel Problématique: Quel est le contenu du statut de la famille ainsi que du droit de succession au Maroc? En quoi ce dernier est- il relié à lIslam?

74 1957: Elaboration du statut 1993: Révision du statut 2004: Nouvelle révision du statut

75 La régulation de la famille au Maroc obéit aux coutumes nétant pas mentionnées dans les textes de loi La première élaboration dun texte de loi pour réguler le droit de la famille au Maroc Coincide avec lindépendance du Maroc Réponse à une promesse faite aux femmes en vue daméliorer leur condition dans un pays indépendant

76 La Moudawana écrite a gardé le statut quo: codifie les coutumes pré-éxistantes et le droit Malikite Les femmes occupent un 2 nd plan dans tous les domaines

77 Polygamie Répudiation La femme est mineure: Elle ne peut se marier quavec laccord de son père ou de son tuteur Une femme ne peut pas demander le divorce

78 Elle ne peut travailler ni obtenir un titre de voyage sans lautorisation de son mari Le mari est le chef du foyer, sa femme lui doit obéissance Lamia Berrada-Berca - Kant et la petite robe rouge Radu Mihaileanu – La source des femmes

79 Lhomme peut épouser une femme non Musulmane à linverse de la femme Marocaine Le droit dhéritage sujet à la règle: 2=1 Les filles partagent les biens hérités par leurs parents décédés avec tantes, cousins, oncles, etc Pas le cas des fils Certaines professions sont interdites aux femmes: Adoul =domaine réservé à lhomme

80 Des courants naissent, dénonçant les lois qui inhibent les femmes aspirent à la révision de la Moudouwana Quête: Egalité entre les genres Arguments de lopposition: -Les conservateurs, les Oulamas défendent laspect sacré des textes et valorisent lintangibilité de la Moudouwana

81 -Chaque opposition à la loi est une hérésie qui contredit lIslam - Les partisans de légalité sont accusés dêtre: athés manipulés par loccident les ennemis de lIslam

82 1) Les prescriptions peuvent évoluer et sadapter à notre ère moderne 2) Les prescriptions de lIslam sont immuables, intangibles et ne doivent pas prendre en considération notre temps moderne Conflits pendant plusieurs années dans les réunions, les médias et les universités: La position des femmes= Une issue nationale Le Roi prend linitiative de réviser la loi en 1993

83 Met fin à un tabou: édition dun texte conçu comme étant immuable et éternel Plusieurs innovations: Polygamie non interdite mais limitée: Conditionnée par laccord de la première épouse

84 Le divorce est décidé par lhomme mais soumis à lautorité du juge Une femme peut se marier sans laccord de son tuteur légal Supression de lautorisation du mari dans le contexte de lobtention dun titre de voyage

85 Divorce: Dans les anciens textes, la garde des enfants était confiée à la mère, la grand mère maternelle, les tantes, etc Le père venait en sixième position! Nouveaux textes: Le père vient en deuxième position après la mère!

86 Gain positif mais dysfonctionnements: Héritage + polygamie + les femmes ne peuvent pas demander le divorce Les auteurs de la Moudouwana se situent dans le contexte de lIslam Gain positif, interprétation avancée

87 Ne peuvent pas aller plus loin: La peur de lopposition des Islamistes Les mouvement féministes revendiquent une égalité parfaite entre lhomme et la femme Echo positif auprès du jeune Roi en 2004: Révision de la Moudouwana

88 Dicte le statut actuel de la famille Le divorce, un droit pour la femme et lhomme Prononcé par un juge, une femme peut demander et obtenir un divorce = REVOLUTION!! Lâge du mariage pour la femme et lhomme: 18 ans (Avant15 pour la femme, 18 pour lhomme)

89 La femme et lhomme tous deux propriétaires Les époux choisissent entre la communauté ou la séparation des biens Divorce dune femme au foyer: le juge attribue une partie du patrimoine du mari acquis pendant la durée du mariage

90 Les enfants nés du mariage dune femme Marocaine à un étranger Musulman= Nationalité Marocaine Quel bilan pouvons-nous établir?

91 La nouvelle moudouwana est un progrès considérable, une révolution dans le monde Musulman, Le Journal quotidien, le Figaro annonce Mohammed VI créa la femme Mais loin de la perfection:

92 Dimension culturelle: La culture Marocaine est machiste Les femmes, elles-mêmes sont habituées à la servitude, elles ne sadaptent pas à ce statut égalitaire: Tendance à se marier et à valoriser lhomme comme chef de foyer

93 Dimension sociale: La population marocaine est majoritairement analphabète et pauvre + majorité des femmes au foyer = compliqué pour reconnaître ou revendiquer ses droits en étant économiquement dépendantes

94 La Moudawana profite à une minorité: les femmes instruites, économiquement indépendantes qui revendiquent leurs droits Nadir Moknèche – Goodbye Marocco

95 Inégalités: Héritage: 1=2 La polygamie, rare mais persiste La fonction de Adoul interdite pour la femme

96 Les filles partagent les biens hérités des parents décédés avec les autres membres de la famille, etc

97 Avantage: Situer le Maroc dans une perspective de modernité et de progrès, Garantit les droits fondamentaux

98 Nous sommes tous les enfants dAdam et Eve, nous participons auprès de lhomme à leffort de guerre, donc, nous devons bénéficier des mêmes avantages matériaux que ceux de lhomme. (Lan I de la Démocratie! Cent ans après le traité de Fès )

99

100 Limage du Roi des pauvres réalité ou simple effet dannonce ? Le rapport du PNUD de 2009 indique: 28% de la population marocaine est pauvre et 5,4 millions sont vulnérables Le milieu rural est enclavé Les bidonvilles en milieu urbain Le chômage des diplômés La santé, léducation = Secteurs pauvres Leila Kilani – Sur la planche

101

102 Le monde arabe est hétérogène au niveau politique, économique et social. Le dénominateur commun réside dans les inégalités sociales et les régimes en place : autocratiques et non participatifs. La justification idéologique : la théorie développementaliste Soulèvements populaires appelés communément: le printemps arabe -Contre limmobilisme politique -Revendication de la dignité

103 La révolution a réussi à créer un temps social matérialisé dans de nouveaux liens sociaux via facebook, twitter…mais a raté le passage au temps politique puisque ses auteurs nont pas participé à lordre post-révolutionnaire. Prenant appui sur les acquis révolutionnaires, les islamistes ont investi le pouvoir à travers des élections anticipées. La region sinscrit de nouveau dans lincertitude avec absence de pacte social de vivre en commun au-delà des particularismes.

104 Similitudes avec les pays arabes : Ordre autoritaire mais souple Inégalités sociales La naissance dans le sillage du printemps arabe mouvement du 20 février (2011). Ses revendications : Monarchie parlementaire Libertés individuelles : la liberté de conscience et dexpression Dénonciation de la corruption et de limpunité Eloignement des amis du Roi des rouages de lEtat Tahar Benjelloun Lhomme rompu

105 Les différences A légard de la monarchie : le mouvement du 20 février na pas remis en cause la monarchie en tant que telle mais seulement son style de gouvernement. Cest une attitude réformiste. Le régime a pu désamorcer la crise à travers une révision de la constitution. Les élections ont été remportées par les islamistes qui dirigent depuis le gouvernement. Mathias Enard – Rue des voleurs Tahar Benjelloun - Partir

106 La révision constitutionnelle de 2011 na pas modifié substantiellement les pouvoirs du Roi qui continue davoir un statut politique omnipotent. Du coup, le gouvernement islamiste était contraint de mener son programme sous le contrôle du Roi. Il subit des tensions et des crises.

107

108 Historiquement datée: 16ème siècle: La coopération militaire et commerciale, lutte contre la piraterie 19ème siècle: Pénétration Française au Maroc Traité de Fès: Instaurant le protectorat

109 Mohammed V vient au secours des Français: Fournit des contingents Marocains à la France dans la guerre contre Hitler Le roi refuse de livrer les Juifs Marocains aux autorités Nazies: Le Maroc sauve les Juifs Marocains de lextermination

110 Depuis lindépendance: un Partenariat stratégique Depuis 1975 Rencontre 25 fois de suite entre les Chefs dEtat Chirac + Sarkozy leur 1ère visite dEtat au Maroc Mohammed VI Idem Les traités entre les deux Etats intéressent tous les domaines: 2008: Implantation de Renault Nissan au Maroc 2008: Projet TGV

111 La coopération pilotée par des institutions: commission inter- gouvernementale permanente, le conseil dorientation et du pilotage du partenariat, des commissions mixtes bilatérales Participation de la France au financement de linitiative du développement humain lancée par Mohammed VI

112 France= 1er client=1er fournisseur du Maroc Total des échanges > 7.4 milliards deuros en ,9% des importations du Maroc France 20,3% des exportations vers les marchés français IDE Français 760 millions deuros= Moitié du total des IDE du royaume 750 filiales Françaises installées au Maroc

113 Les groupes Français du cac 40: Vivendi, Total, Veolia, Accor, EDF, AXA ou encore BNP Paribas occupent des secteurs stratégiques de léconomie (télécoms, services bancaires, assurance, tourisme, distribution, énergie) Alsthom et la RATP: Construction du tramway à Rabat et Casablanca

114 Les touristes Français occupent la 1ère place au Maroc Transferts financiers des Marocains résidant en France= 40% des transferts au Maroc, 2.1milliards deuros 1.1 millions de Marocains en France binationaux Français résident au Maroc

115 Coopération politique: Coopération politique: Soutien inconditionnel de la France au Maroc dans laffaire du Sahara Visions communes sur de nombreux dossiers internationaux (Libye, Mali, conflits du Moyen-Orient)

116 Coopération culturelle: Français=2eme langue après lArabe Le réseau détablissements scolaires français à létranger au Maroc est le plus important au monde: 28 établissements dont 23 établissements de lagence pour le développement du français à létranger accueillant plus de élèves, en grosse majorité, de nationalité marocaine.

117 Les étudiants Marocains dans les universités françaises sont au nombre de Le 1 er contingent estudiantin étranger en France.

118 Le secteur audiovisuel:la chaîne de Radio et de Télévision franco- marocaine Médi 1 SAT est soutenue par le ministère français des affaires étrangères. Avec lappui de la France, le Maroc a obtenu un statut avancé dans lUE

119


Télécharger ppt "Mohammed HAMMOUDI Professeur de droit international à la Faculté de Droit-Souissi. Rabat. Maroc."

Présentations similaires


Annonces Google