La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 POLI-D-208 Introduction à la recherche en science politique Titulaires: Jean-Benoit Pilet & Emilie van Haute.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 POLI-D-208 Introduction à la recherche en science politique Titulaires: Jean-Benoit Pilet & Emilie van Haute."— Transcription de la présentation:

1 1 POLI-D-208 Introduction à la recherche en science politique Titulaires: Jean-Benoit Pilet & Emilie van Haute

2 2 Rappel des séances Séance 1:Introduction Séance 2:Quest-ce que la recherche + Schéma de la recherche Séance 3:Tableau des paradigmes + Approche 1: paradigmes fondateurs Séance 4:Méthode 1: La méthode comparée Séance 5:Approche 2: Le behaviouralisme Séance 6:Méthode 2: Les méthodes denquêtes & sondages Séance 7:Approche 3: Le choix rationnel Séance 8:Méthode 3: Les méthodes expérimentales Séance 9: Approche 4: Le néo-institutionnalisme Séance 10:Méthode 4: Les interviews et enquêtes de groupe Séance 11:Approche 5: Le constructivisme Séance 12:Méthode 5: Lanalyse de discours

3 Le néo-institutionnalisme: origine & développement Jusque WWII: domination institutionnalisme: analyse comparée des institutions / organisations formelles (gouvernements & Etats) : behavioralisme : choix rationnel => focus sur les individus > institutions Fin années 1970: émergence / retour des institutions comme facteur essentiel – affirmation comme approche dominante à partir des années 1990 (Rueschemeyer & Skocpol, Bringing the State Back In, 1985).

4 Le néo-institutionnalisme: explication développement Evolution épistémologique = Triple critique des autres paradigmes: - Les approches holistes/structuralistes nient la liberté de lacteur - Les approches individualistes (behaviouralisme et rational choice) sur- dimensionnent la liberté de lacteur et leur recherche des invariants dans les comportements; nient trop les spécificités contextuelles Critique les présupposés simplificateurs du choix rationnel qui entend proposer des modèles des comportements politiques Critique les présupposés du behavioralisme qui assume des régularités dans les comportements humains - Les institutions ont été trop radicalement mises de côté Volonté de réintroduire les institutions sans nier les individus: rôle de médiation des contextes institutionnels Intérêt pour lhistoire, le timing et les séquences dans lexplication des dynamiques politiques & sociales (« path dependent »)

5 Le néo-institutionnalisme: définition Objet détude = Les institutions au sens large Définition = approche cherchant à élucider le rôle joué par les institutions dans la détermination des résultats sociaux et politiques (Hall & Taylor, 1997: 469) = approche développant une vision sociologique des institutions = more complex and plausible assumptions which seek to capture and reflect the complexity and open-endedness of processes of social and political change (Hay, 2002: 11)

6 Le néo-institutionnalisme: caractéristiques (1) Objectif / Contribution - Restaurer le lien entre présupposés théoriques et réalité empirique - Prendre en compte le rôle de lien de médiation crucial joué par les institutions sur les processus politiques - Rendre compte de la contingence et de la complexité des systèmes politiques - Comprendre la notion dinstitution dans son sens large (formelles et informelles) Présupposés principaux - Les institutions sont importantes (donnent forme aux processus politiques et structurent les comportements des acteurs) - Lhistoire est importante (héritages du passé sédimentent et limitent les marges de manœuvre des acteurs dans le présent - path dependency) - Les systèmes politiques sont complexes et par définition imprévisibles - Les acteurs ne se comportent pas toujours en fonction de leurs intérêts matériels

7 Le néo-institutionnalisme: caractéristiques (2) Thématiques privilégiées - Le choix rationnel et le behavioralisme ignorent le rôle médiateur des institutions - Les institutions sont ancrées dans la routine et les conventions et sont donc difficiles à réformer, transformer ou remplacer - Le timing et les séquences des événements est important – cfr path dependency: de petits événements peuvent avoir de grandes conséquences - Les acteurs sont socialisés dans des contextes institutionnels qui définissent des règles et procédures informelles - Les comportements sexpliquent davantage par des logiques dappropriation que des logiques dintérêts individuels - La rigidité des institutions privilégie la stabilité ponctuée de phases de changement Concepts centraux - Institutions - Path Dependency - Timing / séquences

8 Le néo-institutionnalisme: critiques Malgré son attention à lhistoire: difficultés à rendre compte des changements institutionnels (évoque des « chocs » exogènes) Approche mieux adaptée à expliquer la stabilité que le changement Approche à tendance structuraliste dans laquelle les acteurs sont prisonniers des contextes institutionnels Approche à tendance descriptive en pointant le rôle des institutions et les variations entre contextes Approche réticente aux développements théoriques et aux hypothèses

9 Le néo-institutionnalisme: auteurs Skocpol (1979), States and Social Revolutions (lien entre succès des révolutions sociales et force de lappareil étatique à renverser) Evans, Rueschemeyer & Skocpol (1985), Bringing the State Back In March & Olsen (1989), Rediscovering Institutions North (1990), Institutions, Institutional Change and Economic Performance Pierson (1994), Dismantling the Welfare State? (résistance au changement des institutions du Welfare State)

10 Le néo-institutionnalisme: références Steinmo S. et al, Structuring Politics. Historical Institutionalism in Comparative Analysis, New York, Cambridge University Press, Powell W.W., The New Institutionalism, In The International Encyclopedia of Organization Studies, Thousand Oaks, Ca., Sage Publishers, Meyer J.W., Rowan B., Institutionalized Organizations: Formal Structure as Myth and Ceremony, American Journal of Sociology, 1977, vol.83, n°2. DiMaggio P.J., Powell W.W. (eds), The New Institutionalism in Organizational Analysis, Chicago, University of Chicago Press, 1991.

11 Le néo-institutionnalisme: types Volonté de synthèse - Développement de lapproche – conversions du choix rationnel et du behavioralisme => Développement de positions hybrides et de débats entre paradigmes Trois types de néo-institutionnalisme: 1.Néo-institutionnalisme historique 2.Néo-institutionnalisme des choix rationnels et économique 3.Néo-institutionnalisme sociologique

12 Le néo-institutionnalisme historique Origine Réaction contre lanalyse en termes de groupes et le structuro-fonctionnalisme Aspect central de la vie politique = conflits entre groupes rivaux pour lappropriation des ressources Explication: organisation institutionnelle de la communauté politique et structures économiques favorisent certains groupes => structures institutionnelles > fonctionnalisme Caractéristiques spécifiques 1.Travaux comparatifs 2.Influence marxisme (Etat non neutre), mais étendu à dautres institutions 3.Institutions = large: procédures, protocoles, normes et conventions officiels et officieux inhérents à la structure organisationnelle de la communauté politique ou de léconomie politique (Hall & Taylor, 1997: 471) 4.Conception de la relation entre institutions et comportements individuels: générale, large & peu théorisée 5.Souligne les asymétries du pouvoir associées au fonctionnement et au développement des institutions: répartition inégale du pouvoir entre groupes sociaux 6.Conception du développement institutionnel: trajectoires, situations critiques, imprévus: contextualisme 7.Combine institutions et autres facteurs (développement socio-économique, diffusion des idées, etc.)

13 Le néo-institutionnalisme des choix rationnels Origine Explication des comportements au sein du Congrès USA Explication du comportement des coalitions, conflits ethniques, forme des institutions européennes, des organisations internationales = Influence des théories de léconomie des organisations Caractéristiques spécifiques 1.Présupposés comportementaux (préférences, utilitarisme, calcul stratégique) 2.Vie politique = dilemmes action collective irrésolus par institutions 3.Rôle de linteraction stratégique: individus calculent et maximisent leur réussite (comportement stratégique) mais influence des attentes sur le comportement des autres – institutions structurent linteraction et forunissent de linformation +/- claire (joue sur certitude) 4.Création dinstitution = lié aux fonctions remplies auxquelles les individus accordent de la valeur; forme de linstitution = minimise coût transaction; institutions perdurent car elles sont utiles aux individus (perte si disparition)

14 Linstitutionnalisme sociologique Origine Fin années 1970: théorie des organisations Néo-institutionnalistes: forme des organisation pas liée à une rationalité transcendante (efficacité) mais à des pratiques culturelles Expliquer pq les organisations adoptent formes/procédures/symboles (isomorphisme) Caractéristiques spécifiques 1.Définition institution globale: règles, procédures, normes, symboles, schémas cognitifs, modèles moraux, etc. (cadres de laction humaine) 2.Interpénétration institutions et culture: synonymes 3.Perspective culturaliste dans la relation institutions / comportements: dimension cognitive des institutions (fournissent schémas, modèles) => interpénétration – action rationnelle = objet socialement construit 4.Origine des institutions pour accroître légitimité > efficacité (nb: réflexion sur les sources de lautorité culturelle)


Télécharger ppt "1 POLI-D-208 Introduction à la recherche en science politique Titulaires: Jean-Benoit Pilet & Emilie van Haute."

Présentations similaires


Annonces Google