La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1.Définition Cest une méthode visant à apporter artificiellement de loxygène à un malade de façon à rétablir ou à maintenir un taux normal doxygène dans.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1.Définition Cest une méthode visant à apporter artificiellement de loxygène à un malade de façon à rétablir ou à maintenir un taux normal doxygène dans."— Transcription de la présentation:

1

2 1.Définition Cest une méthode visant à apporter artificiellement de loxygène à un malade de façon à rétablir ou à maintenir un taux normal doxygène dans le sang. Elle permet daugmenter la pression partielle doxygène dans les alvéoles, de diminuer le travail respiratoire nécessaire au maintien dune pression doxygène donnée dans les alvéoles et de diminuer le travail cardiaque requis pour assurer une PaO2 donnée.

3 2. Le cadre législatif Sur prescription médicale, lacte infirmier suivant: art. R décret du 29/07/ °: pose dune sonde à oxygène 32°: installation et surveillance des personnes placées sous oxygénothérapie normobare (mélange gazeux plus riche en oxygène que l air ambiant, à une pression atmosphérique) et à lintérieur dun caisson hyperbare Point de vue de lAMM (autorisation de mise sur le marché) pour loxygène médical destiné à la voie inhalée: Correction des hypoxies détiologies diverses nécessitant une oxygénothérapie normobare ou hyperbare Alimentation des appareils respiratoires en anesthésie réanimation Rôle de vecteur des médicaments pour inhalation administrés par nébuliseur

4 3. Les indications dune mise en place dune oxygénothérapie Causes respiratoires: Asthme Pneumopathie Insuffisance respiratoire aigu Insuffisance respiratoire chronique / broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Causes circulatoires: Etats de choc (hémorragique, anaphylactique, cardiogénique, infectieux) Œdème aigu du poumon (OAP) Embolie pulmonaire Anémie Causes centrales: Intoxication (monoxyde de carbone, …) Accident vasculaire cérébral Coma

5 Indication générale: Tout état pathologique caractérisé par la baisse de pression partielle en oxygène dans le sang doù un manque dO2 au niveau des cellules Lhypoxémie (baisse de la teneur en O2 du sang): elle peut retentir sur le fonctionnement de tous les organes (cerveau, cœur, poumons, reins, muscles du squelettes et respiratoires). Lhypercapnie (augmentation de la teneur en CO2 du sang) Lhypoxie aiguë (diminution de la distribution de lO2 dans les tissus): Lhypoxie chronique: pathologies entraînant une insuffisance une respiratoire chronique, BPCO.

6 4. Le matériel Vérifier la date de péremption, lintégrité du matériel, son fonctionnement Une source doxygène: prise murale ou obus Un manomètre gradué de 0 à 15 l/min Une olive Un kit dhumidification à UU: il est indiqué pour un débit en oxygène inférieur à 6l/min et pour les malades dont les muqueuses respiratoires sont lésées ou sensibles Tuyau prolongateur et raccord biconique

7 a.Les lunettes à oxygène Faible débit: de 0,5 à 3l/min Si débit > 6l/min cela devient inefficace car il naugmente plus la FIO2 et le patient ressent un inconfort causé par le flux dair Conduite IDE: Mettre en place les lunettes en les ajustant sous le menton. Faire attention au risque descarre au niveau des narines et des oreilles Dispositif au usage unique

8 b. Administration de l oxygène par sonde nasal Débit entre 1 à 8l/min. FIO2 30 à 50% Repérer la longueur de la sonde à introduire dans la narine (distance narine/lobe de loreille) Demander au patient de mettre la tête en arrière (permet de libérer les voies aériennes) Lubrifier la sonde avec de leau stérile Introduire la sonde: elle se situera à lextrémité inférieur du palais Raccorder la sonde nasale à oxygène avec le système d'oxygénation avec un raccord biconique. Fixer la sonde avec un ruban adhésif et faire une marque au feutre afin de faciliter la vérification de sa position Changer la sonde toutes les 24 heures et à chaque fois quelle se bouche en prenant soin de changer de narine

9 c. Administration de loxygène par masque facial Débit de 4 à 8l/min Le masque simple est muni douvertures latérales sans valves souples qui permettent lévacuation du gaz expiré (CO2). Si le débit est < à 4l/min il y a un risque de réinhalation du CO2. Si débit > 8 L/min : passage au masque à haute concentration A la mise en place du masque veiller à ce quil nait pas de fuite Changer le masque toutes les 24h

10 d. Le masque à haute concentration en oxygène Débit > à 8l/min Il est muni dun réservoir en O2 souple qui permet un enrichissement à 100% en oxygène de lair inspiré. Ne pas installer de système dhumidificateur, Remplir le réservoir en O2 en obturant la valve Veillez à ce quil ny ait pas de fuite lors de la mise en place du masque Le masque à haute concentration ne doit être utilisé que dans les phases aigues Changer le masque toutes les 24h

11 e. Ventilation non invasive (VNI) Cest une ventilation mécanique sans intubation (non invasive) C'est une technique d'aide à la respiration destinée à remédier au mauvais fonctionnement des poumons et à la fatigue des muscles respiratoires. Elle consiste à administrer à chaque respiration un volume d'air à l'aide d'un ventilateur relié à un masque, pour faciliter la circulation de l'air dans les bronches et les poumons. Par lintermédiaire dun masque, Appliqué sur le nez (masque nasal) ou le visage (masque facial). Appliquée en urgence en cas dinsuffisance respiratoire aiguë Ou de façon programmée chez certains patients souffrant dinsuffisance respiratoire chronique et poursuivie à domicile, essentiellement la nuit. Cette ventilation nocturne assistée permet aux muscles respiratoires de se reposer et au patient dêtre plus autonome dans la journée.

12 VNI en phase aigue en réanimation ou aux urgences VNI traitement à domicile

13 5. Le rôle infirmier Réalisation du soin: Vérifier la prescription médicale: le débit doxygène (en L/min), le mode dadministration (lunette, masque à haute concentration…), en continu ou discontinu, Vérification du branchement dO2, réglage du débit, mise en place du dispositif de délivrance dO2 Prévenir le patient, Installer le patient en position demi-assise Faire moucher le patient Effectuer un lavage simple des mains ou utiliser une solution hydro- alcoolique: hygiène des mains Installation de loxygène Surveillance du patient sous O2 Sassurer que le niveau dO2 dans la bouteille est suffisant (si transport) Surveillance du matériel (risques, hygiène..)

14 6. Le rôle Aide-soignant sous la responsabilité de linfirmière Préparer le matériel et lentretenir, Respecter et faire respecter les consignes de sécurité, Observer le bon fonctionnement et signaler les dysfonctionnements du matériel Observer lefficacité du traitement et les effets indésirables Attention au date de péremption

15 6. Information au patient Loxygène qui est un comburant, avive la flamme et donc la combustion des matières inflammables. Le risque de brûlures, dexplosion et dincendie est réel. Il est donc interdit : De fumer dans la chambre, Dutiliser des corps gras (pommade, vaseline, sur tout le trajet de la sonde ou à proximité de la source) car il y a un risque de brûlures Duser des bombes aérosols sur lappareillage ou à proximité La prise doxygène doit être refermée et contrôlée après toute oxygénothérapie. Une concentration doxygène trop élevée dans une pièce est nocive et dangereuse Tenir éloignée de toutes flammes, étincelles ou sources de chaleur

16 Le tabagisme du patient constitue un des principaux risques daccident à domicile (brûlures graves, incendie...), une mise en garde immédiate est nécessaire,

17 7. Surveillances et évaluations Surveillance générale Coloration des téguments : peau rosé/recherche d'une cyanose, absence de sueurs. Etat de conscience : agitation, somnolence, céphalées (score de glasgow à 15) Fonction respiratoire : fréquence respiratoire (16 à 20 cycles/min), rythme, amplitude, bruit, saturation pulsée en oxygène (SpO 2 entre 95 et 100%). Reflexe de toux présent. Respiration silencieuse et spontanée. Langage oral possible sans gène. Fonction cardiocirculatoire : fréquence (tachycardie), pression artérielle (hypertension): retour à la norme.

18 Critère d'efficacité Vérifier lefficacité du traitement par des gaz du sang (sur prescription médicale) (attention GDS sous O2 ou NON, à préciser par le médecin et sur le bon de biochimie) Diminution et absence des signes de l'hypoxie Diminution et absence des signes de l'hypercapnie Absence de tirage

19 Surveillance du matériel Le maintien de la perméabilité de lensemble du branchement pas de fuite, tubulures non coudées Pour les masques à haute concentration : que le sac soit gonflé et soit animé de légers mouvements Les prolongateurs ne trainent pas à terre Contrôle du débit Gestion des risques : tracer tout événement indésirable et prévenir

20 8. Risques et complications Effets nocifs de l'oxygène pur. Lunette : irritation muqueuse, nécrose aile du nez, irritation de la face postérieur des oreilles et du cou, epistaxis Sonde nasale : irritation de la muqueuse, nécrose du nez. Masque : gêne si trop serré, impression d'étouffement ou d'oppression Etat buccal (risque de dessèchement), soins de bouche, hydratation à renouveler Absence de rougeur de la face

21 Oxygénothérapie à domicile

22 1.Oxygénothérapie : pour quels patients Patients ayant une insuffisance respiratoire. Oxygénothérapie à long terme (état clinique stable, prescription prolongée). Oxygénothérapie à court terme (état clinique instable, prescription brève).

23 2.Oxygénothérapie à court terme PEC assuré pour un malade, pour une durée dun mois, renouvelable 2 fois Pour les patients présentant une insuffisance respiratoire à lissue dune décompensation aiguë en attendant le retour de la stabilité de la PaO2 ou le passage à loxygénothérapie de longue durée Lors dépisodes dinstabilité transitoire dune maladie pulmonaire et cardiaque (BPCO, insuffisance cardiaque)

24 3. Oxygénothérapie de longue durée. BPCO (Broncho-pneumopathie chronique obstructive) Fibroses, cancers, OAP, emphysème, fin de vie Asthme dans sa forme chronique (dite à dyspnée continue) Mucoviscidose Insuffisances respiratoires chroniques restrictives HTAP

25 Loxygène gazeux Avantages indépendant de lélectricité source doxygène «fermée» Inconvénients faible autonomie renouvellement fréquent des bouteilles utilisation délicate : montage du manodétendeur manipulation du robinet système sous pression (sécurité)

26 Le concentrateur Concentrateur ou extracteur, Fonctionne sur lélectricité, Produit de loxygène extrait de lair ambiant et sépare loxygène (O2), atmosphérique de lazote ( N2), Fournit de loxygène à une concentration allant de 90 à 95 %, Fournit un débit allant jusquà 5l/min C'est un dispositif qui fournit de l'oxygène à usage médical Association avec un compresseur pour remplir les bouteilles dO2

27 Le concentrateur Avantages source permanente doxygène à domicile utilisation facile pas de stockage d'oxygène Inconvénients électricité indispensable (il est parfois nécessaire ou obligatoire de laisser aux patients des bouteilles doxygène gazeux en cas de coupure délectricité) appareils +/- bruyants il ne permet pas la déambulation

28 Loxygène liquide Avantages volume de stockage réduit (1L dO2 liquide = 850L dO2 gazeux) utilisation facile pas de source électrique matériel silencieux autonomie de déambulation par remplissage dun réservoir portable Inconvénients évaporation dO2 risque de SUROXYGENATION réapprovisionnement réguliers qui sont parfois à lorigine de difficultés logistiques demande des précautions particulières de manipulation

29 Un peu de vocabulaire Gaz du sang Cest une prise de sang qui est faite dans une artère, souvent au poignet et parfois au pli du coude. Sur ce prélèvement artériel, on peut mesurer différents paramètres (Pa02, PaCO2, pH et SaO2) permettant de fournir des renseignements sur lefficacité des échanges gazeux. Gaz du sang AA= Air Ambiant: Ph: 7,35 –7,45 PaO2: mmHg PaCO2: 32 – 45mmHg Bicarbonates: 21,8 – 26,2 mmol/l SaturationO2 : 95-99%

30 La FiO2 Cest la fraction doxygène dans les gaz inspirés. Autrement dit, cest la proportion doxygène dans le mélange apporté au patient. Elle est exprimée en pourcentage, ou en fraction de 1 (norme internationale). La FiO2 de lair ambiant est 0,21 (21 %). La PaCO2 (pression artérielle en CO2) Cest la pression partielle exercée par le gaz carbonique dissout dans le sang artériel. La PaO2 (pression artérielle en oxygène) Cest la pression partielle exercée par lO2 dissout dans le sang artériel. Elle se mesure en unité de pression (millimètre de mercure : mmHg).

31 Merci de votre Compréhension


Télécharger ppt "1.Définition Cest une méthode visant à apporter artificiellement de loxygène à un malade de façon à rétablir ou à maintenir un taux normal doxygène dans."

Présentations similaires


Annonces Google