La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Relations interpersonnelles et GRH Pierre Louart 23 juin 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Relations interpersonnelles et GRH Pierre Louart 23 juin 2006."— Transcription de la présentation:

1 Relations interpersonnelles et GRH Pierre Louart 23 juin 2006

2 Individualisme méthodologique ou intersubjectivité ? A quel autre proche, lointain ou généralisé devons-nous ce que nous sommes ? Avec quel autre négocions-nous nos dimensions, nos convictions ? Dans le temps (intergénérationnel), dans lespace (communautaire, groupal) ? Lénergie vitale, lémotion et la représentation sont elles corpusculaires (discrètes) ou vibratoires (« encordées », liées, continues) ?

3 Quelle est la « raison » de lhomme ou de ses collectifs ? Pour P. Sloterdijk, par exemple, les nations sont des « collectivités dexcitation ». Les hommes restent des « chasseurs ». En « ordonnant » lapparence, la société rend honteuses certaines pulsions. Mais dans le foot, par exemple, celles-ci reviennent au galop. Marquer un but « cest atteindre par un objet balistique une proie qui se défend de toutes ses forces ». Doù lenthousiasme qui en résulte (une sorte « dorgasme collectif »).

4 Un Giddens moins exploré en gestion … Depuis que « lintimité a envahi le champ social », « chacun recherche dans la rencontre de lautre la réalisation dun projet de vie et dune invention de soi. Dans le même temps, nos identités sont devenues successives, plurielles et flexibles ». Les possibilités de radicalisation que comporte la transformation de lintimité sont au plus haut point réelles. La négociation de liens personnels entre égaux entraîne une démocratisation massive du domaine interpersonnel. Il nest pas exclu quelle ait une influence subversive. Un monde social dans lequel lépanouissement émotionnel viendrait se substituer à la maximalisation de la croissance économique serait infiniment différent de celui que nous connaissons aujourdhui. Les possibilités de radicalisation que comporte la transformation de lintimité sont au plus haut point réelles. La négociation de liens personnels entre égaux entraîne une démocratisation massive du domaine interpersonnel. Il nest pas exclu quelle ait une influence subversive. Un monde social dans lequel lépanouissement émotionnel viendrait se substituer à la maximalisation de la croissance économique serait infiniment différent de celui que nous connaissons aujourdhui. Anthony Giddens, La transformation de lintimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes. Paris, Hachette (collection Pluriel), 2004 (texte original, 1992).

5 Langoisse face à « lincertitude de lautre », Devereux Une gestion « compréhensive » des rapports humains nous inquiète autant quelle nous attire. On préfère la rejeter, la refouler ou la déguiser sous autre chose quen faire une des matières premières des sciences de gestion. Il faudrait innover en ce sens, mais « linnovation est toujours punie en raison de langoisse quelle éveille et parce quelle oblige à effectuer une réorientation cognitive pénible ».

6 Tendances castratrices de la gestion On y supporte mal les difficultés émotionnelles dun rapport ouvert à lautre, aux autres, à lAutre. On conjure le psychologique (ou le psychosocial) par des démarches quantitatives où les individus deviennent des tendances statistiques et des catégories décisionnelles à contrôler.

7 Questions-clefs Partir de lexistant pour y « adapter » ce quon connaît des relations interpersonnelles ? Ouvrir et activer ces relations afin de bâtir un « autre existant » ? Reconstruire en même temps les univers sociaux et leurs modèles économiques ?

8 Vers une gestion compréhensive de tout ce qui fait lhomme (1) Vers une gestion compréhensive de tout ce qui fait lhomme (1) Ayons la volonté de « traverser langoisse de lhomme, dautrui et du social » au sein des organisations. On ne fait pas disparaître les peurs (qui sont aussi des désirs) en les fuyant, mais en les affrontant face à face. Pour les chercheurs en gestion, le contact avec lautre ne doit pas être instrumental (par les déterminations passives), mais relationnel (par des débats de conviction et une élaboration dintersubjectivité).

9 Vers une gestion compréhensive de tout ce qui fait lhomme (2) Pratiquons une gestion en conscience, qui assume les évènements « non seulement dans lordre de la compréhension intellectuelle, mais dans lordre éthique du devoir, de ladmissible et de linadmissible, du légitime et de lillégitime » (Joseph Ki-Zerbo). Revenons au débat, à linteraction ouverte et non au calcul indirect à partir dacteurs déjà catégorisés. Acceptons que les communications et les influences réciproques contribuent à structurer sans fin le champ social, à travers leurs décisions, leur interprétation des normes, leurs échanges dinformation et leurs innovations.

10 Lautre, ça heurte et ça pèse Lafontaine Céline, Lempire cybernétique. Seuil, Lempire cybernétique porte en lui les tendances totalitaires quhistoriquement il devait combattre. A force dêtre trop globalisant, de tout ramener à linformation et à la complexité, de tout réduire à un code, quil soit linguistique ou génétique, il en vient à perdre de vue la réalité elle-même, quil finit par confondre avec un système modélisé. Michel Freitag. « Si on enlève ontologiquement à chaque existant son fond propre, celui de la spécificité dans laquelle il se tient, il ny a plus de réalité, il ne reste que son abstraction. Il ny a donc plus rien non plus qui puisse nous résister, opposer son être propre à notre volonté ». Michel Freitag. « Si on enlève ontologiquement à chaque existant son fond propre, celui de la spécificité dans laquelle il se tient, il ny a plus de réalité, il ne reste que son abstraction. Il ny a donc plus rien non plus qui puisse nous résister, opposer son être propre à notre volonté ».

11 Quelques orientations (1) Dévoiler les faux-semblants, montrer les impostures ou les contradictions cachées. Il y a des sources de violence ou de destruction qui exercent en profondeur une activité peu visible dans nos sociétés vite perçues comme consensuelles et pacifiées. « Notre société a développé des formes mortifères extraordinairement violentes sous un aspect lénifiant ».« On est face à lexaltation, à la quête méticuleuse de soi, à linjonction de sécouter ; et face à des situations où lon supprime le soi par leffacement, la haine, le don à des objectifications réifiantes ». Enriquez E., Laroche C., La face obscure des démocraties modernes, Editions ERES, sociologie clinique, 2002

12 Quelques orientations (2) Développer lappétence pour les liens (forts), la médiation (créatrice), la négociation (raisonnée). Apprendre à mieux utiliser les modalités humaines dinteraction avec le monde (la pensée, lintuition, le sentiment, la sensation). Savoir les équilibrer. La décision sappuie sur des valeurs et des émotions ; les valeurs sacquièrent socialement et individuellement ; léducation conditionne les comportements organisationnels.

13 Quelques orientations (3) Une société du savoir est absurde. Le savoir peut servir à détruire, à prendre unilatéralement le pouvoir, à étayer des idéologies. Les violences inquisitoriales et la dictature de la « raison » ont toujours accompagné les sociétés « savantes ». La vraie connaissance est aussi sagesse, authenticité personnelle et développement collectif. Elle est réflexion sur soi et ouverture sur autrui. Elle est interactive et limitée, adaptative et provisoire.

14 Quelques orientations (4) Travailler sur les interactions entre mondes extérieurs et symboliques, à travers la rhétorique des justifications qui construisent le théâtre interprétatif des acteurs ou des collectifs. Ces justifications sont des mélanges de raisonnements et daffects, bâtis sur trois types de logiques enchevêtrées : celle du vrai et du faux (entre vérité prouvée, rumeurs et suppositions), celle du juste et de linjuste (avec les notions de justices distributive, procédurale et relationnelle, etc.), celle du réalisable ou non (dans une logique processuelle de laction facilitée ou empêchée, en train de se faire ou de se défaire, etc.).


Télécharger ppt "Relations interpersonnelles et GRH Pierre Louart 23 juin 2006."

Présentations similaires


Annonces Google