La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES TRACEURS EN NEURO-ONCOLOGIE Dr Florence LE JEUNE Centre Eugène Marquis Rennes DES Médecine Nucléaire Décembre 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES TRACEURS EN NEURO-ONCOLOGIE Dr Florence LE JEUNE Centre Eugène Marquis Rennes DES Médecine Nucléaire Décembre 2012."— Transcription de la présentation:

1 LES TRACEURS EN NEURO-ONCOLOGIE Dr Florence LE JEUNE Centre Eugène Marquis Rennes DES Médecine Nucléaire Décembre 2012

2 INTRODUCTION / PLAN Rappels sur les tumeurs cérébrales de ladulte –Epidémiologie –Sémiologie clinique du diagnostic initial –Sémiologie radiologique : TDM/IRM –Anatomopathologie –Prise en charge thérapeutique Place de limagerie isotopique Les traceurs –Les traceurs utilisables en routine –Les nouveaux traceurs : perspectives de développement

3 LES TUMEURS CÉRÉBRALES PRIMITIVES DE LADULTE Epidémiologie –Incidence faible : 10/ habitants/an mais mortalité élevée –Représentent 1 à 2% des cancers –Différents types tumoraux Les tumeurs gliales : »glioblastomes sont les plus fréquents (50% des gliomes) et les plus agressifs, âge moyen = 60 ans, pronostic sombre »bas grade surviennent plus souvent chez le sujet jeune –Localisation sus-tentorielle (2/3 des cas)

4 Sémiologie clinique : –Hypertension intracrânienne : céphalées, nausées/ vomissements, œdème papillaire – diplopie (VI), trouble de la vigilance –Crise dépilepsie, partielle ou généralisée, sémiologie fonction de la localisation –Déficit neurologique focal, reflétant la localisation du processus expansif, sinstallant le plus souvent progressivement et saggravant en tâche dhuile –Examen systématique rarement LES TUMEURS GLIALES DE LADULTE

5 Sémiologie radiologique –Réalisation systématique en cas de suspicion de tumeur cérébrale : »TDM sans et avec injection de PDC iodé (moins performante pour les lésions de petite taille, lexploration de la fosse postérieure et les bas grade) »IRM sans et avec injection de gadolinium –Ces examens permettent de : »Localiser le processus expansif »Préciser ces caractéristiques : homogénéité/ PDC/ effet de masse/ œdème/ calcifications/ kystes »Apporter des arguments pour le diagnostic différentiel (abcès, patho inflammatoire, MAV, AVC…) »Rechercher des complications : hémorragie, hydrocéphalie, engagement LES TUMEURS GLIALES DE LADULTE

6 IRM T1 gado : hyposignal sans PDC IRM T2 : hypersignal LES TUMEURS GLIALES DE LADULTE Sémiologie radiologique : les bas grades

7 LES TUMEURS GLIALES DE LADULTE IRM T1 avec gado : PDC en couronne IRM T2 : hypersignal, œdème IRM T1 sans injection : hyposignal Sémiologie radiologique : les hauts grades

8 Anatomo-pathologie –2 classifications OMS : –classification internationale – basée sur le type histologique : oligoastrocytome (OA), oligodendrogliome (OD), glioblastome –4 grades : I à IV (bas grade = I et II ; haut grade = III et IV) – Risque de sous grading ? Classification de Ste Anne –basée sur lhistologie, la clinique et lIRM –4 types : »OD ou OA grade A : sans hyperplasie endothéliale ni PDC »OD ou OA grade B : hyperplasie endothéliale et/ou PDC »Glioblastomes »Tumeurs glioneuronales malignes LES TUMEURS GLIALES DE LADULTE

9 Prise en charge multidisciplinaire (RCP) –Traitement symptomatique corticothérapie, traitement anti-épileptique –Traitement étiologique : chirurgie –Permet détablir le diagnostic de certitude –Permet le cas échéant deffectuer une exérèse complète, qui saccompagne dun meilleur pronostic Radiothérapie : radiothérapie conformationnelle, radiochirurgie (lésions < 3cm) Chimiothérapie Autres : thérapie génique, immunothérapie,… dans le cadre de protocoles Soins palliatifs LES TUMEURS GLIALES DE LADULTE

10 NEUROIMAGERIE Rôle majeur de la neuroimagerie dans la prise en charge des tumeurs cérébrales (en particulier des gliomes) –Diagnostic positif –Extension –Activité biologique Limites –Évaluation du grade –Envahissement des tissus de voisinage –Modificatoins liées aux thérapeutiques –Diagnostic de récidive Apport indiscutable de limagerie métabolique, TEP +++ Fusion multimodale +++

11 PLACE DE LIMAGERIE ISOTOPIQUE Les différentes étapes du diagnostic et du suivi –Diagnostic initial : grading histologique : anticipation du grade tumoral, TDM et IRM pris en défaut dans 40% des cas Pronostic Guidage des biopsies : tumeurs souvent hétérogènes, intérêt de la fusion des images avec IRM –Aide à la délimitation des champs dirradiation de radiothérapie –Suivi sous traitement –Diagnostic différentiel récidive tumorale et nécrose post radiothérapie diagnostic souvent difficile à établir avec limagerie morphologique : PDC hétérogène, œdème, séquelles post-thérapeutiques –Intérêt dans les bas grades ?

12 Quels traceurs ? –Les traceurs utilisables en routine : En TEMP : 201- thallium, 99m Tc-MIBI En TEP : – 18 F-FDG –Les nouveaux traceurs : 11 C-méthionine 18 F-FET 18 F-DOPA Autres… Discussion en RCP PLACE DE LIMAGERIE ISOTOPIQUE

13 Rappels sur le traceur –Produit de cyclotron –½ vie 73 h, produit des X à 70 keV et des photons (135 et 167 keV) –Analogue du potassium –Pénètre dans la cellule par la pompe Na/K ATPase –Au niveau cérébral : Le parenchyme sain ne fixe pas le traceur La fixation nécessite 2 conditions »Rupture locale de la BHE »Augmentation de la viabilité cellulaire en regard – La fixation du Thallium au niveau cérébral est diminuée par la prise de corticoïdes LES TRACEURS TEMP : LE 201-THALLIUM

14 Réalisation des examens avec le Thallium - Injection intraveineuse de 185 MBq de 201 Thallium - Acquisition précoce : 15 minutes après linjection - Acquisitions tardives entre 3 – 5 heures après injection : index précoce, index tardif, rétention) LES TRACEURS TEMP : LE 201-THALLIUM Reflet de la perméabilité de la BHEReflet de lactivité tumorale

15 LES TRACEURS TEMP : LE 201-THALLIUM Prise en charge initiale –Comte F et al (2006) Étude sur 118 patients Rapport T/NT Fixation 201 Tl corrélée avec grade tumoral (valeur seuil de 2.2 : Se = 93%, Sp = 72%) Fixation 201 Tl corrélée avec le pronostic quelque soit le grade – Hemm et al (2005): Intégration du 201 Tl-SPECT au planning chirurgical, fusion des images avec IRM, biopsie au niveau de la zone hyperfixante du 201 Tl

16 Diagnostic de récidive (Gomez-Rio 2004) –Étude sur 84 patients suivis pour une tumeur de bas grade –Suspicion de récidive –Imagerie morphologique : Se = 63%, Sp = 59% (26% de non conclusifs) – 201 Tl-SPECT : Se = 90%, Sp = 80% (cut-off = 1.25) LES TRACEURS TEMP : LE 201-THALLIUM

17 Rappels sur le traceur –Cation lipophile, marquage au 99m Tc : 140 keV, ½ vie = 6h –Traceur de la viabilité cellulaire –Pénètre dans la cellule en fonction des ddp transmembranaires, puis dans les mitochondries : 95% du MIBI intracellulaire est dans les mitochondries –Augmentation des ddp dans les cellules cancéreuses augmentation de la fixation du MIBI (sein, poumon) Réalisation des examens –Acquisitions précoce, tardive après injection de 740 MBq de 99m Tc-MIBI LES TRACEURS TEMP : LE 99m TC-MIBI

18 Au niveau cérébral : –Pas de fixation par le parenchyme cérébral normal, fixation sur le scalp, les plexus choroïdes et lhypophyse –Présence de cellules métaboliquement actives avec augmentation de leur ddp –Rupture de la BHE Fixation Physiologique

19 Grading et pronostic –Au diagnostic initial : pas de fixation sur les tumeurs de bas grade, pas de différentiation Diagnostic différentiel entre récidive tumorale et radionécrose –Etude sur 80 patients suivis après la scintigraphie au moins 6 mois ou confirmation par biopsie : Se = 90%, Sp = 91% et précision diagnostique = 90% (Le Jeune 2006) LES TRACEURS TEMP : LE 99m TC-MIBI récidive dun astrocytome fronto-pariétale gauche de grade III nécrose centrale associée à une récidive en couronne

20 LES TRACEURS TEMP : LE 99m TC-MIBI Suivi sous chimiothérapie –Evolution des index de fixation du traceur (T/NT) fonction de lefficacité de la chimiothérapie (Le Jeune 2004)

21 Guidage pour les biopsies Récidive dun oligo- dendrogliome de grade III Récidive dun oligo-astrocytome de grade III LES TRACEURS TEMP : LE 99m TC-MIBI

22 LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG Seul traceur TEP utilisable en routine AMM en neurologie : épilepsie « localisation des foyers épileptogènes dans le cadre du bilan pré-opératoire des épilepsies temporales pharmaco-résistantes » Principe : possibilité de détecter ou de mesurer lactivité métabolique des organes ou des tumeurs en exploitant leur forte consommation de glucose

23 Rappels sur le traceur –analogue du sucre marqué au Fluor 18 –Biodistribution normale : activité très importante physiologique au niveau cérébral –Augmentation importante de la consommation de glucose par les cellules malignes permet son utilisation dans létude des tumeurs cérébrales primitives LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG

24 Courbes activité – temps mesurées sur une série dynamique TEP dans le cortex pariétal (R. Trébossen, Orsay) LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG

25 Procédure de lexamen –Recommandations de la Société Européenne –Patient à jeun depuis 4h. –Injection intraveineuse de 370 MBq en 2 et 150 MBq en 3D –Acquisition débute au moins 30 min après linjection –Image de transmission : TDM, sources externes (avant linjection du 18 F-FDG) –En pré-coups : 100 à 200 millions de cps, correspond à une durée de 15 à 30 min –En pré-temps : minutes en 3D –Reconstruction : FBP (Hanning), OSEM –Correction datténuation : meilleure visualisation des structures profondes LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG

26 Fixation normale Coupes transverses Coupes sagittales Coupes coronales LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG

27 Prise en charge initiale –Grading histologique 1982 Di Chiro : corrélation positive entre le grade tumoral et lactivité glycolytique de la tumeur 2003 Padma : étude rétrospective sur 137 patients avant traitement et histologie »Fixation faible : 86% bas grade »Fixation élevée : 93% haut grade, 7% faux positifs (11 bas grade avec évolution péjorative rapide) 2012 Gulyas : »Se : %, Spe : 70-80% »Haut /bas grade : Se = 70%, Spe = 100%

28 Facteurs pronostiques –Valeur pronostique : index de fixation corrélée à la survie (Barker 1997, Padma 2003 ) –Diminution de la consommation de glucose par le tissu sain (DeLaPaz 1983, Hölzer 1993) Autour de la tumeur (haut grade) : oedème, inactivition fonctionnelle, infiltration À distance –controlatéral, cervelet –oedème, HTIC, corticothérapie –régions fonctionnellement liées à la zone tumorale : réorganisation des circuits neuronaux LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG

29 A : grade 2 activité méta < subs grise B : grade 3 D : grade 4 nécrose centrale typique C : oligodendrogliome activité méta svt tres élevée Heiss et al 2011

30 LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG

31 TEP-FDG double phase –2 acquisitions 1h et 5h après linjection de 150 MBq de 18 F-FDG –Acquisition 3D, 15 min –Analyse visuelle, index de rétention (T-P/P) et ratios T/NT amélioration du contraste des images : augmentation de la distinction entre tumeur et substance grise (excretion + rapide par le tissu sain) intérêt dans le suivi des bas grades pour diagnostiquer les dégénérescences anaplasiques LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG

32 Oligodendrogliome grade II initial avec dégénérescence localisée : meilleure visualisation de la lésion par rapport au tissu cérébral environnant sur lacquisition 18 FDG-TEP tardive (5h) comparativement à lacquisition précoce (1h)

33 Récidive dun grade 3 Dégénérescence anaplasique dun grade 2 initial non traité LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG Spence et al 2004

34 Guidage des biopsies / Intérêt en radio-chirurgie –Levivier M/ Goldman S (1995, 2004): Faible fixation dans les bas grades Difficulté à contourner les tumeurs hypermétaboliques proches de la substance grise par contre diagnostic positif dans 100% des cas si la biopsie est réalisée dans la zone hypermétabolique, permet ainsi de diminuer le nombre de biopsies (JNM 2004) LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG

35 Limites du FDG : –Délimitation des limites tumorales. Planning de traitement de radiothérapie Pour améliorer la détermination du volume tumoral à irradier Concordance des études récentes –pas de place pour le FDG –Détection de la tumeur résiduelle après chirurgie LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG Dhermain 2010 Lammering 2010 Heiss 2011

36 Détection des récidives –Rendue difficile par la fixation intense du cerveau sain –Diagnostic devant un hypermétabolisme (Glantz 1991, De Witte 1996, Chao 2001) –Variation importante des résultats suivant les études Se entre 43 et 88% Sp entre 40 et 100% Meilleure dans les récidives de haut grade – inter-observateur mauvaise = 73% (Van Laere 2004) –Augmentation de la Se et de la Sp par la fusion multimodale avec les images morphologiques dIRM qui délimitent le volume tumoral LE TRACEUR TEP : 18 F-FDG

37

38

39 TRACEURS DÉRIVÉS DES ACIDES AMINÉS 11 C méthionine : 11C MET 18 F Fluoroéthyl tyrosine : 18 F FET 18 F DOPA –Forte fixation du traceur sur le tissu tumoral par rapport au tissu sain –Pas de mesure directe de la synthèse des protéines ou de la rupture de la BHE –Mesure laugmentation du transport médiaté par le système transporteur des AA : système L Système surexprimé par le tissu tumoral en rapport avec laugmentation de lactivité cellulaire

40 Rappels sur le traceur –Se fixe sur les tumeurs cérébrales même en labsence de rupture de la BHE (Bergström 1983), indépendamment de la PDC en IRM (Herholtz 1998 : mise en évidence de tumeurs de grade IV sans PDC sur lIRM mais présence dune fixation de 11 C-MET) –Limites : ½ vie de 20 min, réservé aux centres qui ont un cyclotron sur site LE TRACEUR TEP : 11 C-méthionine

41 fixation de la méthionine sur un glioblastome multifocal LE TRACEUR TEP : 11 C-méthionine

42 Grading tumoral –Corrélation entre intensité de fixation et le grade tumoral, permet de différentier les tumeurs de bas grade et les tumeurs de haut grade, mais pas les tumeurs de grade III et IV (Derlon 1989) – Fixation sur 98% des gliomes quelque soit le grade (étude de de Witte 2001 sur 85 patients) – Sens globale de détection = % et pour les bas grades % (Herholz 1998) –Spé = 87 % (seuil 1.47) pour différentier tumeur versus non tumeur (Herholz 1998) LE TRACEUR TEP : 11 C-méthionine

43 Limites –Risque de FP = lésions démyélinisantes, nécrose, ischémie, abcès, infarctus, hématomes, autres tumeurs (Dethy 1994, 1995) Exactitude diagnostique = 79 %(Herholz 1998 – 196 patients) Pronostic –De Witte 2001 : intensité de fixation corrélée avec la survie, dans les grades II et III considérés séparativement (28 II - index > 2.2, 57 III – index > 2.8 ) (analyse visuelle ou semi quantitavive) –Nariai 2005 : corrélation entre fixation MET et index de prolifération Ki- 67 LE TRACEUR TEP : 11 C-méthionine

44 Grading et pronostic : étude de Singhal et al (2012) –Comparaison 11CMET, 18FDG ET IRM –97 patients avec histologie de tumeurs gliales confirmée 72 haut grade, 25 bas grade Suivi de 35 +/-4 mois –Fixation significativement plus élevée dans les hauts grades avec les 2 traceurs –Dans les hauts grades pas de différence significative dans la survie ni avecle 11CMET, le FDG ou la PDC en IRM –Dans les bas grades Médiane de survie plus faible si fixation élevée de 11CMET (index T/N > 1.51, pas de différence significative dans la survie avec le FDG ou avec la PDC en IRM LE TRACEUR TEP : 11 C-méthionine

45 Délimitation des limites tumorales –Meilleure quavec le 18 F-FDG, utilisable en cas de bas grade –Fixation du traceur non seulement dans la portion solide de la tumeur mais aussi dans les zones infiltratives ou post thérapeutiques Corrélation de la fixation et des limites tumorales : Se = 87%, Sp = 89% (Kracht 2003) Intégration de la 11 C-MET-TEP dans le planning de TTT de la radiothérapie stéréotaxique : aide à la définition du volume cible (Kracht 2003, Grosu 2003) Guidage des biopsies et des exérèses chirurgicales LE TRACEUR TEP : 11 C-méthionine

46 Pirotte et al 2009 (Neurosurgery) –66 patients –23 FDG, 43 MET / IRM –Modifications de 80% des procédures chirugicales –Intégration de la TEP à la définition du volume cible chirurgical Amélioration de la délimitation des contours tumoraux Meilleure détecion et exérèse des tissus anaplasiques Meilleure survie des patients –- Negativité des TEP en post op (8 j post chir) corrélée à la survie –(suivi pendant 10 ans) –- Pas de corrélation survie / PDC IRM

47 Détection des récidives –Etude sur 30 patients suivis et traités initialement pour un gliome (Van Laere 2005), comparaison 11 C-MET/ 18 F-FDG –Suspicion clinique et/ou IRM de récidive Hyperfixation 11 C-MET : 28/30 Hyperfixation 18 F-FDG : 17/30 Inter observateur 100% avec la MET –Complémentarité des 2 traceurs LE TRACEUR TEP : 11 C-méthionine

48 Complémentarité des 2 traceurs : exactitude diagnostique dans le cadre de suspicion de récidive (Van Laere 2004) 1 er cas : délimitation de la tumeur avec la méthionine et appréciation du haut grade par le FDG LES TRACEURS TEP : 18 F-FDG et 11 C-MET

49 2 ème cas : délimitation de la tumeur avec la méthionine et absence de fixation du FDG par la tumeur de bas grade LES TRACEURS TEP : 18 F-FDG et 11 C-MET

50 Pirotte et al (2005) Grade II IRM : PDC - FDG : - MET : + Grade IV IRM + FDG + MET + LE TRACEUR TEP : 11 C-méthionine

51 Diagnostic différentiel radionécrose et récidive –Etude des 6 études publiées Sens = 100 % Spé = 72 % VPP = 81 % VPN = 100 % LE TRACEUR TEP : 11 C-méthionine (Singhal 2007)

52 Suivi sous traitement –Détection précoce de la récidive ou de la présence de tumeur résiduelle (Herholtz 1998) Important pour la prise en charge thérapeutique et la décision dune radiothérapie LE TRACEUR TEP : 11 C-méthionine Heiss et al 2011

53 Rappels sur le traceur –Analogue de la tyrosine présentant une grande stabilité in vivo –Captation rapide par les cellules cancéreuses et faible fixation dans les tissus mous –Absence de fixation dans les macrophages et les autres cellules de linflammation –Etude cinétique : maximum de la fixation sur la tumeur cérébrale 20 min après injection Etude de faisabilité de Nataf 2010 –Traceur utile dans le diagnostic, lextension et le suivi –Nécessite une amélioration des protocoles dacquisition de la quantification –5 MBq/Kg, images 60 minutes après LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoroethyltyrosine

54 Etude comparative 11 C-MET versus 18 F-FET –Etude de Weber (2000) sur 16 patients Corrélation entre la fixation des 2 traceurs sur toutes les lésions Pas de différence significative dans le contraste tumeur / non tumeur entre les 2 traceurs LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoroethyltyrosine Récidive dun glioblastome -PDC sur lIRM -Fixation intense en 11 C-MET et 18 F-FET

55 Etude comparative FET/MET dans la prise en charge des tumeurs cérébrales (fixation, modifications liées au traitement, détermination du GTV défini par fusion PET/IRM) (Grosu et al 2010) –Corrélation forte entre les SUV déterminé avec les 2 traceurs en pré- thérapeutique –Contraste T/NT identique –Même GTV déterminé sur 17 gliomes –Mise en évidence des modifications thérapeutiques avec une Sens de 91% et une Spé de 100% LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoroethyltyrosine

56 Récidive après radiothérapie

57 Intérêt dans les bas grades –Vraisemblablement un intérêt identique à celui de la 11 C-MET –Différeniation haut versus bas grade : Se et spé de 92% (Pichler 2010) –Valeur pronostique : étude préliminaire non publiée (Langen 2006) : 50% des patients présentant une fixation élevée de 18 F-FET sur une tumeur de bas grade évoluent défavorablement dans les 2.5 ans suivant le diagnostic, seulement 15% des patients sans fixation initiale du traceur Intérêt de poursuivre les études pour confirmer ces résultats et apporter un argument pour réaliser un traitement plus agressif LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoroethyltyrosine

58 Intérêt dans le guidage des biopsies –Pauleit biopsies dans des zones IRM+/FET+ et IRM+/FET- Résultats anapath : 26 correspondent à du tissu tumoral, 26 à du tissu non tumoral Sp de lIRM = 53%, combinaison IRM-FET augmente cette spécificité à 94% Améliore la distinction entre tissu tumoral et tissu périlésionnel Intérêt dans le planning pré-chirurgical LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoroethyltyrosine

59 Intérêt dans lintégration au planning de radiothérapie (Piroth Radiation Oncology 2009) –80% des récurrences surviennent dans une courrone de 2 à 3 cm du site tumoral initial –IRM + FET : augmentation de la spécificité Intégration de la FET-TEP dans la délimitation dun volume tumoral PTV1 (volume boost) Etude de phase 2 en cours (impact pronostic)

60 Intérêt dans le diagnostic de récidive –Pöpperl patients suspects de récidive Diagnostic histologique de certitude chez 26 patients dans les 4 semaines après la TEP, 16 autres ont une évolution clinique péjorative rapide Analyse semi quantitative : SUV max sur les images tardives (>30 min post injection) Diagnostic différentiel récurrence / modifications post thérapeutiques en utilisant le rapport SUV max /BG : exactitude diagnostique dans 100% des cas, même en labsence de PDC sur lIRM –Mehrkens 2008 VPP = 84% (SUVmax/BG>2) LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoroethyltyrosine

61 Astrocytome anaplasique traité initialement par chirurgie, radiothérapie et immunoradiothérapie intralésionnelle Suspicion de récidive 20 mois après le traitement initial pas de PDC suspecte en IRM 18 F-FET : SUV max /BG = 4 Biopsie : grade IV LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoroethyltyrosine (Pöpperl 2004)

62 LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoroethyltyrosine Astrocytome de grade II traité initialement par chirurgie, radiothérapie Suspicion de récidive 67 mois après le traitement initial PDC modérée sur les bords de la cavité en IRM 18 F-FET : SUV max /BG = 1.7 Biopsie : pas de récidive tumorale (Pöpperl 2004)

63 LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoroethyltyrosine Guider la biopsie ou lexérèse –Supériorité de la FET Fixation dans 76% des cas avec FET versus 28% avec FDG Confirme lintérêt dans les grades II Guider le planning de traitement –Supériorité de la FET Valeur pronostique –Supériorité du FDG –Controversée avec FET (ou autres traceurs des acides aminés) –Suivre les patients qui ont bénéficié dune FET TEP avant traitement (grade II) Astrocyrome grade II frontal gauche

64 Rappels sur le traceur et intérêt –Traceur de la synthèse de la dopamine –Utilisé dans lévaluation des syndromes parkinsoniens –Se comporte comme un acide aminé neutre (= méthionine) saccumule dans les tumeurs cérébrales (même transporteur) –Fixation sur les gliomes même de bas grade (Heiss 1996, Beuthien 2003) –Comparaison de la TEP à la 18 F-FDOPA et 11 C-méthionine : correspondance parfaite des images chez tous les patients (analyse visuelle et SUV) (Becherer 2003) LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoro-DOPA

65 Fixation de 18 F-DOPA (A) et de 11 C-MET (B) sur un glioblastome

66 LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoro-DOPA Fueger et al 2010 Augmentation de la fixation de la 18F-DOPA avec le grade tumoral

67 TEP FDOPA TEP FDG LE TRACEUR TEP : 18 F-fluoro-DOPA Hôpital La Timône, Marseille


Télécharger ppt "LES TRACEURS EN NEURO-ONCOLOGIE Dr Florence LE JEUNE Centre Eugène Marquis Rennes DES Médecine Nucléaire Décembre 2012."

Présentations similaires


Annonces Google