La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Hill 2008 Dépistage de masse : définition Examen proposé à la population générale définie seulement en terme de sexe et dâge, sans symptôme ni facteur.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Hill 2008 Dépistage de masse : définition Examen proposé à la population générale définie seulement en terme de sexe et dâge, sans symptôme ni facteur."— Transcription de la présentation:

1 Hill 2008 Dépistage de masse : définition Examen proposé à la population générale définie seulement en terme de sexe et dâge, sans symptôme ni facteur de risque particulier (sauf peut-être fumeur pour dépistage du cancer du poumon) Dès quil y a symptôme ou antécédent familial, on sort du cadre du dépistage de masse pour entrer dans le colloque singulier entre patient et médecin

2 Hill 2008 Propriétés d'un examen de dépistage Facile à administrer Inoffensif Bien toléré Bon marché. Peu de faux positifs Peu de faux négatifs

3 Hill 2008 Test de dépistage MaladesNon malades Test +Vrai Positif (VP)Faux Positif (FP)VPP= VP/(VP+FP) Test –Faux négatif (FN)Vrai Négatif (VN)VPN= VN/(FN+VN) Sensibilité =Spécificité = VP/(VP+FN)VN/(FP+VN)

4 Hill 2008 Maladie dépistable PremièreSymptômes celluleDécès cancéreuse __________________________________________ État D STemps Dépistage Avance du diagnostic ? Survie après dépistage Survie après symptômes Schéma de base du dépistage

5 Hill 2008 Le dépistage peut conduire à poser des diagnostics de cancer chez des sujets qui étaient destinés à mourir d'autre chose, ou dont la maladie allait régresser Exemple : neuroblastome

6 Hill 2008 Dépistage du Neuroblastome Six régions d'Allemagne Autres régions 1,5 millions d'enfants nés entre 1993 et 2000 Dosage catécholamines Pas de dépistage urinaires à l'âge de 1 an Neuroblastomes entre 12 et 60 mois trouvés par : Dépistage Diagnostic Diagnostic 149 + 55 Nombre total : 204 Nombre total : 143 Taux p. 100 000 : 14,2 Taux p. 100 000 : 7,3 Surdiagnostic : 7 p. 100 000, pas d'effet sur la mortalité Schilling FH et coll. N Eng J Med 2002; 346: 1047

7 Hill 2008 Le dépistage détecte préférentiellement les cancers à évolution lente, car ceux-ci restent plus longtemps dans létat dépistable.

8 Hill 2008 Dépistage et vitesse d'évolution Sujet Evolution 1 D S Rapide 6 2 D S Lente 3 3 D S 4 D S Dépistés 5 D S Rapides 3 6 D S Lents 3 7 D S 8 D S 9 D S Dépistage

9 Hill 2008 Les cancers découverts lors du dépistage sont plus souvent à un stade précoce que les cancers symptomatiques car : 1) le dépistage avance le diagnostic 2) il détecte préférentiellement les cancers à évolution lente

10 Hill 2008 Évaluation Examen de dépistage évalué en termes de sensibilité et spécificité Programme de dépistage évalué si dépistage état pré-cancéreux : - nombre de cancers évités - nombre de décès évités si dépistage cancers : - nombre de décès évités - nombre dannées de vie gagnées

11 Hill 2008 Critères requis par lOMS pour quun dépistage soit considéré comme utile Critère Problème de santé publique Stade latent identifiable Histoire naturelle comprise Traitement efficace Test dépistage performant Test acceptable Bilan économique Diminution de la mortalité pour le cancer dépisté

12 Hill 2008 Démonstration de l'utilité d'un dépistage : moyens directs Essai comparatif Etude cas-témoin

13 Hill 2008 Dépistages des cancers démontrés efficaces Col de lutérus : un frottis tous les 3 ans réduit dau moins 90% la mortalité par cancer du col Sein : mammographie à partir de 50 ans réduit de 25 à 30% la mortalité par cancer du sein Colon-rectum : hemoccult réduit de 15% la mortalité par cancer colorectal Dépistages des cancers démontrés inefficaces Poumon : radio + cytologie (4 essais) Neuroblastome : plusieurs études, surdiagnostic +++

14 Hill 2008 Dépistage du cancer du col Utilité de la cytologie démontrée par: - comparaisons géographiques - études de l'évolution - études cas-témoins Pas d'essai randomisé.

15 Hill 2008 Réduction du taux cumulé de cancer du col entre 35 et 64 ans selon la fréquence des frottis Frottis % réduction Nb de frottis tous les taux cumulé en 30 ans 1 an 93,3 30 2 ans 93,3 15 3 ans 91,4 10 5 ans 83,9 6 10 ans 64,2 3 Daprès Day NE. In: Hakama et al. Screening for cancer of the uterine cervix. Lyon IARC 1986: 199-212.

16 Hill 2008 Dépistage du cancer du col utérin par frottis en couche mince : Ne réduit pas la proportion dexamens non interprétables, et Ne détecte pas plus de lésions de haut grade que le frottis conventionnel (Davey et coll. Lancet; 367: 122-132) Place de la détection des papillomavirus associés à un haut risque de cancer du col : Évaluation en cours

17 Hill 2008 Cancer du col utérin en France En 2005 : 12% des femmes déclarent navoir jamais eu de frottis 40% des femmes de 18 à 75 ans déclarent navoir pas eu un frottis dans les 2 ans 1 600 décès chaque année Source: Baromètre Santé 2005 www.inpes.fr

18 Hill 2008

19 Dépistage du cancer du sein Résultats

20 Hill 2008 Essai comparatif : la HIP-study Femmes de 40 à 64 ans d'une mutuelle Tirage au sort 1964-66 30 000 femmes examen clinique Surveillance + mammographie spontanée tous les ans, 4 fois Acceptent Refusent 20 000 10 000 Surveillance pendant 18 ans

21 Hill 2008 Dépistage du cancer du sein Essais Effectif HIP 60 000 Suède 283 000 Édimbourg 45 000 Canada 90 000 Total 478 000

22 Hill 2008 Dépistage cancer du sein : à quel âge commencer ? 50 ans et plus : réduction de 25 à 30% de la mortalité par cancer du sein, méta-analyse sur 300 000 femmes 40 à 49 ans : réduction du risque ? 180 000 femmes étudiées

23 Hill 2008

24 Cancer du sein Environ 11 000 décès chaque année En 2005, 35% des femmes de 50 ans à 74 ans n'ont pas eu de mammographie dans les 2 ans Le nombre actuel de mammographies par an permettrait un examen tous les 2 ans pour toute la population de 50 à 75 ans

25 Hill 2008 Dépistage du cancer du sein Nouvelle organisation du dépistage en France : résultats à évaluer

26 Hill 2008 Dépistage du cancer colorectal Recherche de sang occulte dans les selles par Hémoccult, entraînant une coloscopie et l'exérèse des polypes et cancers colorectaux

27 Hill 2008 Dépistage du cancer colorectal Essais randomisés : dans le Minnesota au Danemark en Angleterre en Suède

28 Hill 2008 Essais de dépistage du cancer colorectal Essai Réduction Coloscopie décès cancer groupe dépisté colorectal Minnesota 33% 38% (test réhydraté) Funen 18% 4% Nottingham 15% 4% Suède 12% ? Daprès Towler BMJ 1999

29 Hill 2008 Dépistage du cancer colorectal, pratique en France Ont déjà eu un Hemoccult : 30% des hommes de 50 à 74 ans 23% des femmes de 50 à 74 ans Dans les deux ans: 11% des hommes 9% des femmes Source: BEH 2008, daprès enquête décennale santé 2002-3, échantillon de 6 599 personnes

30 Hill 2008 Dépistage du cancer du poumon par radio et/ou cytologie bronchique Résultats

31 Hill 2008 Dépistage du cancer du poumon 4 essais randomisés dans les années 70 chez des hommes fumeurs âge>45 ans 3 essais (Memorial Sloan Kettering, John Hopkins, Mayo) comparent radio annuelle + cyto 3 fois par an à radio annuelle (+cytologie pour Mayo) 1 essai compare une radio tous les 6 mois à rien

32 Hill 2008 Dépistage du cancer du poumon par radio et/ou cytologie bronchique : conclusion des essais diagnostic avancé mortalité inchangée

33 Hill 2008 Dépistage du cancer du poumon par scanner spiralé Évaluation dans des essais randomisés : en cours

34 Hill 2008 Dépistages des cancers à létude Prostate : PSA + toucher rectal Poumon : scanner spiralé Colon-rectum : sigmoidoscopie flexible Ovaire : CA125, échographie transvaginale Bouche: examen clinique Mélanome : examen clinique Estomac : photofluorographie Cavum : anticorps anti EBV

35 Hill 2008 Critères requis par lOMS pour quun dépistage soit utile et évaluation pour le cancer de la prostate CritèreDépistage K de la prostate Problème de santé publiqueOui Stade latent identifiableOui Histoire naturelle compriseOui Traitement efficaceOui, mais effets indésirables Test dépistage performantSensible, peu spécifique, surdiagnostic ++ Test acceptableOui Bilan économiqueA faire Diminution de la mortalité Evaluation en cours : essais par cancer de la prostateenquêtes cas-témoin, …

36 Hill 2008 Traitements possibles pour cancers localisés: prostatectomie radicale, radiothérapie externe ou curiethérapie. La comparaison de ces traitements dans un essai est en cours. Deux essais ont comparé la prostatectomie radicale immédiate à la surveillance, cest-à-dire à un traitement différé, un seul est publié. Il a inclus 695 patients de 1989 à 1999 et montre que la prostatectomie immédiate réduit la mortalité par cancer de la prostate qui, à 10 ans, passe de 15 à 10 %.

37 Hill 2008 Aupérin A. La Presse Médicale, 2007; 36: 1045-53

38 Hill 2008 PSA Facile à administrer Inoffensif Bien toléré Bon marché Peu de faux négatifs Peu de faux positifs

39 Hill 2008 PSA Facile à administrer Inoffensif Bien toléré Bon marché Peu de faux négatifs1/6 Peu de faux positifs

40 Hill 2008 Faux négatifs du PSA : cancers trouvés par biopsie systématique après 7 ans de surveillance PSA en ng/mLCancer < 0,5 7% 0,6 – 1,0 10% 1,1 – 2,017% 2,1 – 3,024% 3,1 – 4,027% Total 15% Thompson NEJM 2004,350,2239-46

41 Hill 2008 PSA : propriétés du test en fonction du seuil de positivité, 6 biopsies si test + Seuil de +SensibilitéSpécificité 4 ng/mL21%94% 3 ng/mL32% 87% 1,1 ng/mL83%39% Thompson IM, JAMA, 2005, 294, 66-70

42 Hill 2008 Surdiagnostic : Arnold Rice Rich 1935 292 autopsies dhommes de 50 ans & + 1 coupe par prostate AgeCancer 50-608% 61-7011% 71+30% Total14% Rich AR. J Urology 1935 repris dans Int J Epidemiol 2007 « Alors que la fréquence avec laquelle ce cancer est retrouvé dans les coupes est étonnamment élevée, lincidence réelle de cette état est, selon toutes probabilités, encore plus élevée »

43 Hill 2008 Etude autopsique sur 525 américains, décès dû à trauma Age 20-29 30-39 40-49 50-59 60-69 70-79 Cancer 10% 30% 40% 45% 70% 80% Sakr WA, Eur Urol, 1996,30,138-144, cité par Martin RM,

44 Hill 2008 Aupérin A. La Presse Médicale, 2007; 36: 1045-53

45 Hill 2008 En France en 2005 7,6 millions dhommes ont entre 50 et 74 ans dont 4,4 millions seraient trouvés être porteur dun cancer de la prostate si on les autopsiait On a diagnostiqué 60 000 de ces cancers en 2005 Le réservoir est énorme !

46 Hill 2008

47 Évaluation de lefficacité du dépistage du cancer de la prostate Critère de jugement: la mortalité par cancer de la prostate Essais randomisés de dépistage du cancer de la prostate Québec, Norrkoping (publiés et méta-analysés Cochrane) Essai européen (en cours) Essai américain (en cours) Enquêtes cas-témoin: 8 daprès Bergstralh 2007 Données indirectes : comparaison géographique de la mortalité par cancer de la prostate : Colombie Britannique, Tyrol

48 Hill 2008 Cancer de la prostate, Québec 46 732 hommes du Québec, 45 à 80 ans Tirage au sort 1988 31 300 sujets proposition 15 432 sujets de dosages répétés de PSA témoins + toucher rectal Acceptent Refusent Dépistés Non dépistés 7 233 (23%) 24 067 1 013 (7%) 14 419 Surveillance pendant 8 ans

49 Hill 2008 Essai Québécois Invité au dépistageNon invité au dépistage Dépisté7 155 sujets 4 décès / 27 097 PA 982 sujets 1 décès / 4 215 PA Non dépisté23 801 sujets 93 décès / 175 600 PA 14 255 sujets 44 décès / 105 852 PA Dépistés versus non dépistés : p<0.01 Analyse incorrecte 15.9 versus 48.7 décès par cancer de la prostate /100 000 Invités versus non invités : Pas de différence significative 47.9 versus 40.9 décès par cancer de la prostate /100 000 Pas de conclusion possible: trop mauvaise compliance

50 Hill 2008 Dépistage des cancers de la prostate, du poumon, colorectal et de lovaire, NCI États-Unis ~ 74 000 hommes, ~74 000 femmes, 55 à 74 ans Tirage au sort 1993-2001 38 350 h., 37 000 f. ~ 37 000 h., 37 000 f. h : dosage PSA + toucher rectal f : CA125, échogr transvagin. 2 sexes : radio poumon, sigmoidoscopie flexible 34 244 dépistés (89%) Andriole GL. JNCI 2005 Prorok et al. Controlled Clinical Trials 2000

51 Hill 2008 Dépistage du cancer de la prostate Étude européenne 180 000 hommes de 55 à 69 ans, Pays-Bas, Suède, Finlande, Belgique, Suisse, Italie, Espagne, France Recrutement 1992-2001 90 000 sujets 90 000 témoins dosage PSA avec ou sans toucher rectal selon le pays et/ou selon le taux de PSA Résultats sur la mortalité en 2008

52 Hill 2008 Ce que lon sait: On dépiste des cancers qui nauraient jamais fait parler deux, on ne sait pas dépister uniquement les cancers qui nécessiteraient un traitement La prostatectomie radicale permet une meilleure survie que la surveillance Tous les traitements locaux du cancer de la prostate ont des complications invalidantes et fréquentes Ce que lon ne sait pas: si le dépistage entraîne une diminution de la mortalité par cancer de la prostate ? Conclusion : Attendre les résultats des essais de dépistage avant de recommander un dépistage en population et informer les hommes qui demandent un dépistage des conséquences selon le résultat, avant de le prescrire Conclusion

53 Hill 2008 Dépistages des cancers de la bouche de lovaire du cavum de lestomac du mélanome : études en cours

54 Hill 2008 Dépistage du cancer de la bouche en Inde: essai randomisé Population >35 ans du district de Trivandrum 1996-2004 7 clusters 6 clusters 96 517 personnes 95 356 personnes Examen cavité buccale tous les 3 ans, 3 fois Dépistés au moins 1 fois 87 655 personnes (91%) Diminution significative de 34% de la mortalité par cancer de la bouche chez les sujets consommant alcool et/ou tabac

55 Hill 2008 Dépistage du cancer de lovaire : UK Trial of Ovarian Cancer Screening 200 000 femmes ménopausées Tirage au sort 2000- ?100 000 femmes Second tirage au sortpas de dépistage CA125 annuel Échographie annuelle pendant 6 ans Lancet 2000; 355: 1082


Télécharger ppt "Hill 2008 Dépistage de masse : définition Examen proposé à la population générale définie seulement en terme de sexe et dâge, sans symptôme ni facteur."

Présentations similaires


Annonces Google