La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

RUPTURE DU TENDON D’ACHILLE. Le siège est le plus souvent à distance de l’insertion sur le calcanéum (4-6 cm). Les ruptures sont souvent effilochées.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "RUPTURE DU TENDON D’ACHILLE. Le siège est le plus souvent à distance de l’insertion sur le calcanéum (4-6 cm). Les ruptures sont souvent effilochées."— Transcription de la présentation:

1 RUPTURE DU TENDON D’ACHILLE

2 Le siège est le plus souvent à distance de l’insertion sur le calcanéum (4-6 cm). Les ruptures sont souvent effilochées. Les signes cliniques : - une dépression est visible sur le trajet du tendon - si on a un œdème, une dépression est perçue à la palpation - perte de l’équin physiologique - la flexion plantaire contre résistance est impossible (signe de Brunet – Guedj), mais la flexion active est possible couché ! - l’appui est impossible sur la pointe du pied - signe de Thompson (la pression du mollet ne provoque pas de flexion plantaire du côté rompu)

3 LES TRAITEMENTS Traitement orthopédique - plâtre cruro-pédieux, le pied en flexion plantaire - changement après 4 à 6 semaines contre un plâtre de marche sans flexion plantaire - reprise progressive de l’appui (avec le talon surélevé et dégressif durant 4 semaines - rééducation du triceps sural avantages - pas d’anesthésie - pas d’hospitalisation inconvénients - longueur du traitement (coopération +++) - troubles trophiques - ruptures itératives (10 à 15 %) La cicatrice est souvent épaisse, fibreuse ou nodulaire. Traitement chirurgical - suture chirurgicale + renfort - plâtre pendant 6 semaines, dont 3 en équin

4 avantages - vision directe de la qualité de la suture - tension adéquate - peu de ruptures itératives (2 %) inconvénient - risques cutanés (15 %) dont 2 à 3 % graves évolution - cicatrisation 6 à 8 semaines - rééducation - reprise progressive des appuis complications - nécrose cutanée - ruptures itératives sutures percutanées = tennoraphie Introduction d’un gros fil de suture à travers la peau rapprochant les 2 extrémités du tendon rompu. - appui partiel - mobilisation précoce - orthèse de protection - lésions possibles du nerf sural - ruptures itératives (4 à 10 %) - risque infectieux

5 Traitement fonctionnel Orthèse pied en équin - appui partiel - mobilisation précoce - prudence et coopération des patients taux de ruptures itératives : 10 % Permet une meilleur cicatrisation collagénique. Indications Traitement orthopédique : ruptures hautes (jonction musculo-tendineuse) Traitement orthopédique ou fonctionnel : quand contre indication pour la chirurgie dépend de la volonté du patient Sutures par mini-incision (tennoraphie) : quand sujet jeune Chirurgie conventionnelle : - ruptures vues tardivement (> 8 jours) - désinsertions calcanéennes - sportifs de haut niveau Complication redoutée de la chirurgie : nécrose cutanée, puis surinfection et nécrose du tendon

6 PROTOCOLE DE REEDUCATION APRES TRAITEMENT CHIRURGICAL Phase post-opératoire : J1 à J45 principes - 3 semaines avec plâtre, pied en équin, sans appui - 3 semaines avec plâtre, pied à 90°, sans appui Avant toute technique, il faut une mise en flexion du genou > 90° entre S1 et S4, de 60 et 90° entre S2 et S5, et de 30 à 60° entre S3 et S6. Remarque : le plâtre fenêtré permet de surveiller la cicatrice prise en charge trophique - anticoagulant systématique - mise en déclive + contraction statique sous plâtre - surveillance de la cicatrice : désunion, écoulement, inflammation - entretien des articulations laissées libres - techniques d’irradiation de la chaîne postérieure à partir des membres supérieurs - SETE du triceps sous plâtre avec courant de basse fréquence (J30) - contractions actives sous maximales contre résistance dosée en flexion de genou - travail des muscles de la cuisse - déambulation avec 2 CA sans appui (mettre une talonnette du côté opposé pour le passage du pas)

7 Phase post-opératoire : J45 à J75 principes - ablation du plâtre à J45 et mise en place d’une orthèse talonnière pendant 3 semaines avec reprise d’appui sur 15 jours - diminution progressive de la hauteur de l’orthèse talonnière de 10 mm par semaine : garder ensuite un chaussage avec talon surélevé - pendant cette phase, interdire tout appui monopodal sur la pointe du pied opéré - récupérer progressivement l’extension du genou associée à la flexion dorsale du pied les techniques - lutte contre les adhérences cicatricielles et les plans de glissement péri-tendineux : massage, pression glissée superficielle, mobilisation du tendon et annexe - récupération de la flexion dorsale de la tibio-tarsienne, contracter – relâcher, balnéothérapie, mobilisation passive, spécifique, globale des articulations du pied, genou fléchi - mise en tension mécanique progressive du tendon à partir des techniques de renforcement musculaire et début de pliométrie (= mise en étirement du tendon {= excentrique} suivi d’un travail concentrique) - technique de reprise d’appui progressive

8 Phase post-opératoire : > J75 principes - marche avec des talons surélevés et début de marche sur la pointe des pieds à J90 - ne pas effectuer de contraction maximale volontaire en position d’étirement du tendon avant J90 - insister sur la flexion dorsale de la tibio-tarsienne, genou tendu - travail postural - travail proprioceptif - entraînement pliométrique - reprise du footing à partir de J90 et du sport à M6

9 PROTOCOLE DE REEDUCATION APRES TRAITEMENT ORTHOPEDIQUE principes généraux - immobilisation plâtrée 4 à 6 semaines en équin de gravité, appui interdit - puis 4 à 6 semaines pied à angle droit, appui progressif autorisé à l’ablation du plâtre - port de talonnette pendant 4 semaines, avec une hauteur que diminue progressivement - risque majeur de rupture itérative dans les 2 mois suivants - pas de marche sur la pointe des pieds avant 6 mois - les inconvénients sont souvent un allongement du tendon d’Achille, responsable de la flexion dorsale de la tibio-tarsienne et d’une amyotrophie du mollet Phase 1 : J0 à J60 = phase d’immobilisation plâtrée idem précédent

10 Phase 2 : J60 à J90 = phase post-opératoire - phase critique de la rééducation (rupture itérative est à son maximum) - interdit au début : montée sur la pointe des pieds, marche pied nu - grande prudence à la montée et descente d’escaliers - mécanisation progressive du tendon à partir de techniques de renforcement en décharge (analytique, global) - pas de déficit de la flexion dorsale Phase 3 : > J90 = phase de récupération fonctionnelle - récupération musculaire - défaut de propulsion de la marche et à la course - reprise du sport au 10 ème mois


Télécharger ppt "RUPTURE DU TENDON D’ACHILLE. Le siège est le plus souvent à distance de l’insertion sur le calcanéum (4-6 cm). Les ruptures sont souvent effilochées."

Présentations similaires


Annonces Google