La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE RACHIS CERVICAL. Généralités sur la pathologie Fractures et luxations du rachis cervical : les lésions du rachis cervical lésions du rachis cervical.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE RACHIS CERVICAL. Généralités sur la pathologie Fractures et luxations du rachis cervical : les lésions du rachis cervical lésions du rachis cervical."— Transcription de la présentation:

1 LE RACHIS CERVICAL

2 Généralités sur la pathologie Fractures et luxations du rachis cervical : les lésions du rachis cervical lésions du rachis cervical inférieur de C3 à C7 lésions en compression qui se manifestent lors d’une chute sur le pied ou sur la tête - tassement antérieur du corps vertébral avec le mur postérieur qui reste intact. - fractures comminutives avec une séparation des segments qui entraînent une instabilité qui est la conséquence des contraintes. Elle aboutit à un écrasement du corps vertébral - fractures en tear drop qui sont des entorses graves et qui comprennent : - les fractures du coin antéro-inférieur de la vertèbre qui aboutit à une compression survenant sur le rachis en flexion de manière plus ou moins importante - dislocation du segment vertébral avec une atteinte ligamentaire et 80 % des troubles neurologiques luxation bi-articulaire en compression qui est rare avec un accident vasculaire associé qui entraîne une atteinte : osseuse, ligamentaire, articulaire, musculaire lésions de la moelle qui aboutissent à une atteinte neurologique fractures en rotation - fracture uni-articulaire qui est stable mais risque d’être chronique - fracture séparation du massif articulaire - luxation uni-articulaire

3 dislocation C1C2 qui est rare mais fatale - réduction en hyper-extension par une traction mise en urgence par un halo crânien appuyé sur un plâtre jaquette. Cette intervention est indispensable pour stabiliser C1C2 - arthrodèse postérieure possible avec un laçage métallique et une greffe entre les arcs postérieurs fracture de l’atlas - cf. fracture de Geffersen avec une séparation des masses latérales suite à un traumatisme en compression transmis par les condyles occipitaux fracture de l’axis - fracture de l’apophyse odontoïde qui est la dent volumineuse - fracture apicale avec un risque médullaire important qui est traité orthopédiquement ou par vissage Gravité des luxations ou des fractures - entorses moyennes - entorses graves avec des lésions ligamentaires associées, une atteinte discale et une possible atteinte de la moelle qui surviennent notamment lors des accidents de rugby ou de judo Le traitement : en l’absence de troubles neurologiques l’opération, le traitement chirurgical a pour but - de décomprimer la moelle, soit par l’arrière avec une laminectomie ou une ablation d’esquille osseuse, soit par un abord antérieur avec une corporectomie - de stabiliser le rachis - par arthrodèse - par ostéosynthèse bi-segmentaire qui, si elle est solide, permet une mobilisation rapide et un meilleur nursing - par plaque vissée : Roy Camille si plaque postérieure / Sénégos si plaque antérieure

4 traitement pour les fractures en compression - si fracture tassement antérieur ou fracture comminutive avec port d’une minerve - en cas de compression neurologique, il s’agit de faire : - une ablation du fragment intra-canalaire et une arthrodèse bi-segmentaire avec ou sans ostéosynthèse - uniquement une traction de 6 semaines puis le port d’une minerve - si fracture tear drop, elle est réduite par une mise en lordose et l’intervention consiste à rétablir l’écart normal par excision du disque traitement des fractures en rotation - minerve - arthrodèse Les entorses elles représentent un tiers des cas et se manifestent lors - d’une chute sur l’arrière de la tête, fréquent lors d’une chute au rugby - d’un choc frontal en voiture en décélération brutale en hyper-flexion du cou et ce d’autant plus que le tronc est fixe - l’hyper-flexion réalise : - une compression au niveau de la partie antérieure du rachis - une distraction au niveau de la partie postérieure du rachis - l’hyper-extension provoque l’inverse avec une succession des deux mouvements avec une lésion disco- ligamentaire

5 les entorses de gravité moyenne - extension brutale de la tête lors d’un accident de voiture avec un choc arrière souvent suivie d’une flexion brutale par une collision antérieure qui provoque : - un LVCP (ligament vertébral commun postérieur) intact - une compression antérieure avec lésion discale - une distension des ligaments inter-épineux - maux de tête, cervicalgies, paresthésies des mains, troubles visuels… les entorses graves - lésions du LVCP soit : - par flexion distraction qui aboutit à une lésion instable par faillite de la colonne moyenne - extension distraction qui provoque une lésion disco-ligamentaire antérieure avec arrachement du LVCP puis contact entre les épineuses La rééducation - le plus souvent réduction dans l’urgence sous anesthésie générale ; la réduction progressive est indiquée dans les luxations anciennes avec en augmentation progressive du poids du corps Résumé - entorse bénigne : collier souple pendant 15 jours - lésion osseuse stable : halo cash avec port d’une minerve pendant 3 mois - entorse grave instable : minerve pendant 3 mois ou arthrodèse par plaque vissée ou laçage des épineuses avec une greffe osseuse et une minerve pendant 45 jours à 3 mois - lésion osseuse instable avec une traction avec un étrier ou un halo 15 jours + une ostéosynthèse et une minerve pendant 3 mois

6 Quelque soit la modalité thérapeutique choisie, on a 3 phases de rééducation : - immobilisation de durée variable suivant la gravité de l’entorse (15 – 21 jours si bénin, 45 jours pour une entorse grave opérée et 90 jours pour une entorse grave traitée orthopédiquement) - une phase post-immobilisation et sevrage de la contention de rééducation articulaire et musculaire progressive - phase de réadaptation aux activités gestuelles globales ou spécifiques La rééducation En phase d’immobilisation bilan - dossier médical - circonstances de l’accident - mécanisme - compte rendu radiologique - vérification de l’absence de signe neurologique - interrogatoire - préciser la douleur, sa localisation, sa durée, son intensité, son rythme - recherche d’une irradiation comme la céphalée s’il s’agit d’une lésion du rachis cervical supérieur ou d’une douleur au niveau du membre inférieur s’il s’agit d’une lésion du rachis cervical inférieur - préciser la gène fonctionnelle, la fatigabilité, l’anxiété… - inspection - sujet porteur ou non d’un collier souple ou rigide ou d’une minerve - inspection des contractures, attitudes antalgiques

7 - palpation - points douloureux accessibles au niveau - de la ceinture scapulaire - de la fosse sous-épineuse - du trapèze - chercher l’œdème sous-cutané et les infiltrats cellulalgiques - articulation : examen de la mobilité de la ceinture scapulaire et du membre supérieur - musculaire - vérifier la force du MS en évitant l’irradiation du rachis cervical - existence ou non de contractures douloureuses sur le trapèze ou autre - contractures réflexes - fonctionnelle - levée - autonomie avec ou non le port de l’orthèse - conclusion - sujet anxieux avec des douleurs au niveau du rachis cervical et du rachis thoracique haut - mobilité de la scapula réduite avec une petite endurance du membre supérieur par non utilisation du fait des irradiations douloureuses vers le rachis cervical - présence de trouble de l’équilibre, vertige due à une perte de l’activité proprioceptive du rachis cervical qu’en l’utilisant - hyper-utilisation oculaire

8 rééducation des phases d’immobilisation avec la contention - période de décubitus - prévention des troubles du décubitus : insister sur la déclive et les troubles digestifs - rachis cervical : massage à type d’effleurages doux à distance et pression locale pour décontracturer - prise en charge globale : mobilisation douce des MI et MS dans des amplitudes infra-douloureuses et en actif aidé rééducation en phase d’immobilisation en période de levée de la contention - aide progressive pour la levée avec le protocole - levée monobloc avec appui sur le coude et propulsion avec le MS opposé - attention à le greffe iliaque : aide technique à la marche - la minerve doit être gardée 24H/24 en excluant la séance de rééducation auprès de l’avis médical moyens et techniques - conseils d’hygiène de vie - apprentissage des gestes de la vie courante - installation du patient ou ergonomie - plateau inclinable pour écriture - apprentissage des exercices en fente avant, latérale et arrière - position assise en AAA - articulaire : approche du rachis cervical - technique de massage avec un pétrissage doux - massage de la ceinture scapulaire - massage de la cicatrice - application indirecte à partir d’infra rouge

9 - musculation dans le cas d’irradiation - facilitation des muscles postérieurs à partir des appuis plantaires - stimulation plantaire - répulsion du MI - auto-grandissement - appui talonnier avec mise en jeu de la chaîne postérieure - facilitation des muscles postérieurs à partir d’appuis palmaires - appui manuel sur le plan du lit - répulsion du MS - auto-grandissement - augmentation des appuis manuels sur le plan du lit avec mise en jeu des fixateurs de l’omoplate et de la chaîne postérieure - facilitation des muscles antérieurs, le patient étant jambes en crochet avec les pieds décollés - résistance bilatérale à la flexion dorsale - résistance bilatérale à l’extension de genou - résistance bilatérale à la flexion de hanche - facilitation à partir des rotateurs, le patient étant jambes en crochet - poussée latérale droite puis gauche sur le genou - couple de rotations sur le bassin - couple de rotations sur la ceinture scapulaire - rééducation occulo-céphalogyre - utilisation du schéma visuel pour entraîner une synergie au niveau du rachis cervical

10 Rééducation lors contention bilan se type ostéosynthèse ou arthrodèse en actif aidé - douleur : palpation le long du rachis des contractures et des infiltrats cellulalgiques - articulaire : - statique et attitude spontanée du RC et de la ceinture scapulaire - mesure des flèches en position de relâchement - examen de la mobilité du RC en fonction des indications thérapeutiques - musculaire : - amyotrophie - examen statique du rachis - examen du MS rééducation - le sevrage de l’orthèse doit être progressif - simple lésion ligamentaire - 3 à 4 semaines de collier cervical puis à retirer d’une durée progressive - après chaque séance de rééducation, le patient remet le collier 1h après la séance - on le retire progressivement en 10 jours - si port d’une minerve pendant 90 jours, mis en place d’un collier cervical pendant 1 mois et sevrage identique - buts : obtenir un début de réintégration fonctionnelle du RC dans l’ensemble du corps

11 - moyens : - balnéothérapie avec le patient en immersion en DD avec une bouée mentonnière pour rechercher une mobilité du RC de manière globale et de tonification musculaire - rééducation à sec avec un objectif articulaire : - gain d’amplitude au niveau du rachis cervical avec des précautions - pas d’hyper-extension - pas d’hyper-flexion avant consolidation surtout si entorse grave - respect des amplitudes en infra-douloureux - pas de mouvement combiné - attention aux rotations et aux inclinaisons latérales - techniques - mobilisation globale ou spécifique du RC soit avec les mains du kiné, soit avec les avant-bras du kiné, soit avec une serviette - pas d’auto-mobilisation - pas de posture, ni de traction / décoaptation - rééducation occulo-céphalogyre : suivre une cible avec une lorgnette - rééducation avec un objectif musculaire : - tonification musculaire sur les 4 faces : travail sur toutes les composantes avec AA - travail sur MS de manière globale avec technique de Kabat ou travail spécifique de l’abaissement du moignon de l’épaule avec le travail des grands dorsaux - éviter les simulations excito-moteur, seulement courant antalgique

12 - objectif de stabilité ou proprioceptif : - technique de stabilisation rythmique du RC en décharge puis en charge lorsque le sujet est assis face à la glace - déstabilisation à partir du MS dans le plan de l’omoplate et dans le plan perpendiculaire à celui de l’omoplate - mobilisation active du RC avec un contrôle vestibulaire - déséquilibre antérieur - déséquilibre postérieur - déséquilibre droit - déséquilibre gauche les adjuvants à la rééducation - physiothérapie : - électrothérapie uniquement antalgique, c’est-à-dire électrode sur les points douloureux d’un patient placé en DD - ionisation avec risque de brûlure - ultrasons en mode pulsé en l’absence de matériel - application de chaud à type de fangothérapie ou de sèche cheveux - médicaments : - antalgique - AINS - myorelaxant dosés en fonction des séances de rééducation

13 séquelles - douleur - raideurs articulaires - dans les traumatismes graves : - limitation des amplitudes sur les segments articulaires - C1C2 = limitation importante de la rotation jusqu’à 50 % - attitude anormale irréversible de la tête - cyphose localisée - douleur persistante au niveau du cou qui peuvent irradier au niveau du MS, la région inter- scapulaire et le crâne - douleur prédominant la nuit - évaluation du diagnostic dans une consolidation de 2 ans avec 30 % d’incapacité fonctionnelle - pour les traumatismes bénins : - les amplitudes sont quasi normales - la douleur est modérée mais chronique et évaluée à 4/5 sur l’EVA, et elle est augmentée avec la fatigue, la conduite, l’anxiété, essentiellement avec un objectif antalgique


Télécharger ppt "LE RACHIS CERVICAL. Généralités sur la pathologie Fractures et luxations du rachis cervical : les lésions du rachis cervical lésions du rachis cervical."

Présentations similaires


Annonces Google