La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE RACHIS DORSO- LOMBAIRE. Principales lésions anatomiques fractures tassements - majorités des fractures du rachis lombaire ou dorsal : avec un tassement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE RACHIS DORSO- LOMBAIRE. Principales lésions anatomiques fractures tassements - majorités des fractures du rachis lombaire ou dorsal : avec un tassement."— Transcription de la présentation:

1 LE RACHIS DORSO- LOMBAIRE

2 Principales lésions anatomiques fractures tassements - majorités des fractures du rachis lombaire ou dorsal : avec un tassement sur la partie antérieure du corps vertébral où toute lépaisseur de la partie antérieure de la vertèbre - la structure ligamentaire postérieure est intacte - la partie postérieure du corps vertébral et du mur est intacte : ce que est un facteur de stabilité du canal vertébral - le canal rachidien est indemne sans complication neurologique - le corps vertébral prend un aspect cunéiforme - il peut sagir dune chute dune échelle ou dun échafaudage avec des contraintes verticales sur la vertèbre fractures comminutives avec plusieurs fragments - elle intéressent la totalité du corps vertébral qui éclate en plusieurs morceaux - le mur postérieur est fracturé avec un risque de déplacement fracturaire dun fragment dans le canal médullaire qui aboutit soit à une compression médullaire qui est alors un bon pronostic, soit à une lésion médullaire irréversible - les pédicules vertébrales sont écartés ce qui est un facteur dinstabilité et qui peut être associé à des fractures de la lame vertébrale - risque évolutif : - écrasement progressif du corps vertébral avec une cyphose fracturaire et un risque algique important - aggravation de la saillie dun fragment osseux dans le canal médullaire qui peut être responsable de troubles neurologiques, moteurs et sensitifs

3 fractures luxation - elles interviennent le plus souvent sur un rachis thoracique avec des lésions anatomiques étendues - fractures de la stabilité du corps vertébral avec section complète du disque et fracture de larc postérieur ou bien luxation entre les deux arcs et rupture de tous les éléments stabilisants la vertèbre (ligament inter- épineux, inter-scapulaire et postérieure) - possibilité de cisaillement de laxe médullaire dû à la fracture - risque daggravation du déplacement qui est majeur fractures par flexion / distraction du rachis lombaire - il sagit de lésions rares dans lesquelles le trait de fracture horizontal qui intéresse les 2/3 postérieurs de la vertèbre avec une section de lapophyse épineuse, de lapophyse transverse, de la lame et du pédicule (un peu comme un coup de scie sur la vertèbre) - les structures ligamentaires postérieures peuvent être atteintes sil sagit dune fracture étagée - ces fractures sont secondaires à une traction appliquée sur la partie postérieure de la colonne (accident avec le ceinture de sécurité) - fracture stable mais à immobiliser impérativement Les formes topographiques T12 – L1 - plus de la moitié des fractures siègent à ce niveau et on a une rotation avec une perte possible de mobilité - différentes mobilités entre le rachis thoracique et le rachis lombaire ce qui induit un mauvais haubanage musculaire au niveau de T12 – L1 avec en cause un psoas - survient lors dune chute jambe tendue où le psoas est un étirement

4 changement dorientation des articulaires postérieures - thoraciques : entre T1 et T10, les déplacements dans les fractures sont modérés car le grill thoracique stabilise le tout, mais le risque neurologique est maximal - lombaires : le risque neurologique diminue mais le risque radiculaire est accru Les différents types de traitement traitement fonctionnel sans réduction - le cas dutilisation : il est utilisé dans le cas des fractures tassements isolées, stables et sans gravité et dans ce cas le tassement doit être inférieur à 50 % de la hauteur de la vertèbre ou dune cyphose inter-vertébrale à 15° - méthodes : - éviter les contraintes donc placer en décharge active le mur antérieur fracturé jusquà consolidation - période de DD denviron 10 jours suivi dun premier levé sous couvert dun corset léger à but antalgique réalisé en position neutre de la lordose vertébrale - consolidation à 3 mois traitement orthopédique par plâtre de Bohler - avantage : coût faible mais lourdeur du plâtre - concerne : - fractures tassement isolées, stables avec un tassement qui peut être supérieur à 50 % de la vertèbre ou une cyphose inter-vertébrale supérieure à 15° - les fractures comminutives avec mur postérieur intact - fracture étagée

5 - principes : - mise en lordose du segment atteint et confection dun corset ou dun plâtre avec 3 appuis : - un au niveau du segment fracturaire - un au niveau sternal - un au niveau du bassin avec une fenêtre abdominale - le tout pendant 3 à 4 mois précédé dune période de décubitus dorsal et dune remise en charge progressive du patient et dune consolidation entre 4 et 6 mois traitement chirurgicale - concerne : - les fractures tassements étagées avec des tassements majeurs - fractures luxation avec atteinte de larc postérieur (chirurgie stabilisatrice) - si troubles neurologiques et si la réduction de la cyphose est supérieure à 20° le matériel : - plaque de Roy Camille vissées dans les pédicules vertébraux - tiges de Harrington fixées après une traction vertébrale et associées à une contention par corset qui est mis en place pendant 4 mois et le matériel peut être retiré entre 10 et 18 mois - le matériel de Cotrel Dubousset - montage de tige métallique fixée sur chaque vertèbre et crochetée - chirurgie lourde mais améliore la stabilité en rotation avec un corset thermoformé pendant 3 semaines et ablation du matériel entre 12 et 18 mois - au niveau cinétique, le foyer de fracture reste fragile pendant le phase de consolidation - tout ce qui est mouvements du rachis seront strictement interdit pour éviter toutes mise en contrainte du rachis - ce traumatisme vertébral ainsi que limmobilisation entraînent lenraidissement important du rachis en entier avec une source de handicap socio-professionnel

6 Objectifs de la rééducation Surveiller et entretenir : - létat cutané - la fonction respiratoire - la fonction digestive Protéger le rachis : - en obtenant une poutre composite rachidienne sur une position corrigée en lordose inter- vertébrale, et ceci pour diminuer les contraintes imposées à la partie antérieure de la vertèbre du segment vertébral Réadaptation : - en faisant acquérir au sujet une autonomie maximale à chaque évolution du traitement Sécuriser le patient : - sur le plan psychologique - et en essayant de diminuer ses contraintes sur la perturbation de son schéma corporel Ajuster le traitement de rééducation en fonction de la règle de non douleur. Éviter le déconditionnement neuro-musculaire secondaire ou traumatique à lalitement ou à labsence dentraînement.

7 Les grands plans de la rééducation Période non pliable : le rachis ne bougera pas - en DD - remise en charge Période pliable : récupère la mobilité - phase de mobilité rachidienne contrôlée - phase de mobilité rachidienne libre au-delà de la période de consolidation Rééducation en phase non pliable de DD de J0 à J10-15 principes Mis au repos le plus stricte le plus court possible et en fonction de la douleur. objectifs Installation du patient : - au lit en DD strict sur un plan fixe avec alignement des ceintures (semi assis interdit) - les retournements monobloc sous couvert de une voire de deux personnes Surveillance du nursing où PC des points dappui du patient (talon, ischion, sacrum, épineuses, omoplate, région occipitale) : - massage circulatoire du MI - mobilisation de la cheville et des orteils avec le lit en déclive

8 PC de la douleur : EVA - le patient doit être médicalisé - massage en peigne au niveau des intercostaux - effleurage au niveau des ceintures - électrothérapie antalgique à distance du foyer de fracture mais pas de froid PC articulaire : - autorisé par le médecin : mobilisation passive du MS et du MI ou active aidée en évitant de dépasser 30 à 60° de flexion de hanche si fracture lombaire - travail de façon infra-douloureuse : technique desquive inférieure (creuse le dos au niveau du lit) PC musculaire ou neuro-musculaire : - sollicitation ou irradiation du plan postérieur, soit à partir des MS, soit à partir des MI, à partir des talons et de façon symétrique - contrôle postural de la ceinture scapulaire en abaissement, rotation externe et abduction de lomoplate - travail des abdos par irradiation des MS et des MI en course externe et en statique, et en infra-DL - PC du rachis cervical avec un travail occulo-moteur PC fonctionnelle : - apprentissage du retournement monobloc en DD et en DL pour soulager les points dappui - translation des points dappuis - pont bustier pour passage du bassin

9 Rééducation en phase non pliable de remise en charge du patient de J15 à J45-60 de pré- consolidation osseuse à la radio principes - remise en charge dès diminution du phénomène antalgique par verticalisation progressive avec port de contention - travail en lordose dorso-lombaire en décharge puis en charge avec sollicitations musculaires statiques et symétriques moyens et techniques PC de lautonomie : - verticalisation par le protocole habituel à partir de plan incliné avec respect des consignes du service (ex : port de bas de contention) - DD DL en monobloc - levée, soit le lit est haut et le levé se fait sans flexion de hanche, soit le sujet se place en DV donc en lordose donc 0 contrainte sur le rachis et il pousse sur ses avant-bras ou sur ses jambes - travail de la marche - travail des fentes PC antalgique : - idem phase précédente - éviter le chaud sur le foyer de fracture

10 PC posturale et musculaire : - idem phase précédente avec intensification du travail en DD dans laxe des diagonales de Kabat pour travailler le tonus postural postérieur - travail des abdos en statique et en course externe - en charge avec utilisation de la balnéothérapie à haute dose - travail de la position assise haute avec des poussées symétriques stabilisatrices et des poussées au niveau des MS en travaillant la lordose ? PC fonctionnelle : - apprentissage de la position assise sur un siège haut - adaptation du mobilier - apprentissage du ramassage des objets au sol - augmentation du périmètre de marche avant et latéral - augmentation de la durée de la marche - peut faire le travail du vélo si la selle est haute sous couvert du corset avec un guidon adapté - travail du MS en position détirement - fangothérapie et physiothérapie

11 Rééducation en phase pliable avec contrôle des mouvements en pré-consolidation osseuse de J60 à J90 soit en centre ou en activité libérale principes - en phase de transition sur un rachis verrouillé en protection et sur un rachis libre - la progression des exercices dépend de 4 critères : - indolence du patient - secteur de mobilité en extension du rachis puisquil faut respecter la non contrainte - inclinaison latérale - rotations et mouvements combinés - flexion complète antérieure interdite à cette phase - exercices de mobilisation qui doivent être réalisés à distance ascendante ou descendante de manière globale ou de manière spécifique sur un secteur verbal - utilisation de la balnéothérapie moyens et techniques PC antalgique et trophique : - idem mais plus ciblée

12 PC articulaire : - massage de mobilisation de lensemble du rachis avec association de contraction isométrique en DD - massages proximo-distaux et disto-proximaux en convergeant vers la région lésée - massage de la ceinture scapulaire avec rétropulsion induisant une rotation et une extension puis une antéposition de la ceinture scapulaire - massage de la ceinture scapulaire avec élévation de la ceinture scapulaire + inclinaison rachidienne - idem au niveau de la ceinture pelvienne - massage de dissociation des ceintures avec étirement du carré des lombes - travail de mobilité en décharge - respect de la chirurgie stabilisatrice - mobilisation sur ballon de Klein avec - un travail contrôlé de la mobilité - exercice de restauration de la mobilité articulaire sur ballon de Klein PC musculaire et neuro-musculaire : - travail du Q en fonction de la localisation de la hanche - travail en position assise avec respect de la flexion inférieure à 90° pour une flexion lombaire et travail assis sur plan stable ou instable (Freeman ou Klein) avec un bassin stabilisé par une RE et une flexion bilatérale de hanche - auto-grandissement actif plus ou moins associé à des poussées de stabilisation - travail de Kabat des MS et des MI en respectant les amplitudes de la hanche avec une résistance modérée pour un travail dendurance - travail en course externe du psoas : jambe par rapport au tronc en infra-DL ; si on souhaite travailler le tronc par rapport aux jambes, il faut le faire en position assise haute - travail des dorsaux et des fixateurs de lomoplate dans le sens lordosant

13 PC fonctionnelle : - exercices de vigilance rachidienne - sevrage du corset avec une poutre composite Rééducation en période pliable de mobilité rachidienne libre à 3-4 mois principes - retrouver une mobilité indolore rachidienne - éduquer le patient à une vigilance rachidienne et un contrôle de cette poutre composite - orientation fonctionnelle moyens et techniques - assouplissement rachidien : - technique globale et segmentaire en DL où il va falloir restaurer une mobilité - exercices détirement de tous les muscles - utilisation des exercices en quadrupédie - travail à partir du ballon de rééducation en asymétrique pour restaurer une mobilité particulière - mobilisation avec un travail dynamique du rachis comme résistance du plan postérieur - travail de renforcement musculaire du MI - travail proprioceptif au niveau rachidien, yeux ouverts, yeux fermés et application dun protocole VAREF de Storm PC fonctionnelle : - travail en force - entraînement endurant en rotation sur tapis roulant - reprise de lactivité sportive sur terrain souple avec des chaussures adaptés

14 Adaptation aux formes cliniques programme adapté selon - la topographie de la fracture - le traitement initial - la présence ou non de lésions associées - létiologie - lactivité socio-professionnelle la topographie Fracture du rachis dorsal : - la marche et la position assise sont à acquérir en phase 2 - plus la fracture est haut située, plus la mobilité doit être prudente - la cyphose localisée est augmentée mais le maintient postural est peu augmenté - les exercices de ventilation doivent être inclus dans les exercices et lévacuation se fait par spirométrie et en mesurant le périmètre thoracique - proposer des exercices détirement des muscles antérieurs qui sont le petit pectoral et le trapèze supérieur

15 Fracture du rachis lombaire : - plus la lésion est basse et plus la mobilité de la hanche en flexion est ample - la marche se fait sous couvert de cannes anglaises au départ - la station assise est autorisée lorsquil y a obtention dune mobilité minimale lombo-pelvienne et infra-DL - préconiser de sasseoir sur un siège haut ce qui permet déviter la rétroversion du bassin qui est un facteur de contrainte sur la vertèbre - préconiser la station assise à califourchon qui permet déviter la rétroversion du bassin - siège bas et mou interdit - rehausser le siège des toilettes et à moyen terme, aggravation de la douleur de type sciatique ou lombalgie basse qui peuvent être invalidante Le traitement initial Si traitement fonctionnel : on peut raccourcir le calendrier à 4 phases. Si traitement orthopédique : lorsque le patient est sous corset, vérification de la ventilation et travail à distance du foyer de fracture pour le renforcement musculaire. Si traitement chirurgical : respect du protocole chirurgical qui va augmenter le délai des phases jusquà 6 mois. Étiologie - fracture traumatique : protocole vu - fracture suite à un néo ou des métastases verbales protocole fonctionnel au niveau de la marche et antalgique - au niveau de lactivité socio-professionnelle et sportive : remettre le patient en activité que si absence de douleur en charge et aux mouvements - tout ce qui est rachialgie résiduel : - objectif de rééducation antalgique et dentretien pour éviter le déconditionnement - prescription de cure thermale pour ce type de traitement


Télécharger ppt "LE RACHIS DORSO- LOMBAIRE. Principales lésions anatomiques fractures tassements - majorités des fractures du rachis lombaire ou dorsal : avec un tassement."

Présentations similaires


Annonces Google