La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

REEDUCATION NEURO- MUSCULAIRE DES REACTONS DEQUILIBRATION.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "REEDUCATION NEURO- MUSCULAIRE DES REACTONS DEQUILIBRATION."— Transcription de la présentation:

1 REEDUCATION NEURO- MUSCULAIRE DES REACTONS DEQUILIBRATION

2 INTRODUCTION La position debout résulte dun ajustement permanant du tonus postural grâce à des réactions motrices dites déquilibrations. Les réactions déquilibrations sont des réactions automatiques qui permettent de maintenir et de rattraper constamment léquilibre durant toutes nos activités. Donc, lorsquil y a un élément qui tente à déséquilibrer un individu, celui-ci se rattrape soit de manière automatique (ce sont donc les ajustements posturaux acquis tout au long de lapprentissage moteur), soit de manière réflexe dès que les 1ères réactions sont dépassées (ce sont les réactions de protection contre la chute appelées réactions parachutes, cest-à-dire un déplacement brusque du corps avec des réactions de protections des membres supérieurs et des membres inférieurs). En rééducation neuro-musculaire, nous allons provoquer des déséquilibres : - pour augmenter ladaptabilité et donc la sécurité corporelle - pour réveiller voire renforcer une activité musculaire car la direction du déséquilibre provoque une réponse musculaire prévisible et donc sera utilisée en rééducation - réveiller et renforcer la protection active dune articulation avec les notions sous-jacentes de feed- back (rétro-action immédiate) et de feed-forward (anticipation) Cette motricité non volontaire est essentielle car toute activité motrice nest performante que si elle accepte de sadapter à un certain nombre de variables. Ex : si le moindre déséquilibre provoque la chute, non seulement la marche nest pas acquise mais surtout la peur de la chute va entraîner limmobilisme. Donc sans réaction déquilibre, pas de marche en sécurité. Ex 2 : si le tronc nest pas stabilisé, toute activité des membres supérieurs et des membres inférieurs sera limitée voire impossible. Conclusion : une activité motrice nest fonctionnelle que si elle est capable de sadapter

3 TECHNIQUES SUR UN PLAN STABLE On utilise les mouvements du sujet et on va provoquer des déséquilibres intrinsèques exemple de progression : Le sujet est assis, on provoque des déséquilibres à partir des mouvements des membres supérieurs ou des membres inférieurs : déséquilibres postérieurs avec extension bilatérale des 2 jambes déséquilibres postérieurs avec flexion bilatérale des 2 jambes déséquilibres antérieurs associés à des mouvements de rotation, de latéralité déséquilibres latéraux le tronc est mobile On demande au sujet de tendre ses membres supérieurs et de croiser ses doigts, et on exerce des poussées diverses. Le sujet est assis sur une chaise, on place devant lui un ballon de Klein et il devra faire rouler le ballon le plus loin possible en avant, puis à droite, puis à gauche,… Le sujet est assis, on suspend un ballon devant lui : il doit le lancer puis léviter. Le sujet et le MK sont face à face ; le sujet doit venir toucher la main du kiné qui décrit des cercles de plus en plus grand.

4 En position debout, on fait diminuer le polygone de sustentation : écartez puis rapprochez les jambes, ceci en position debout puis en fente avant, en fente latérale… En position debout mouvements des membres supérieurs : - dans les barres parallèles = lâcher une main puis lautre, poser la main droite sur la gauche et inversement, avancer les mains le plus loin possible en avant puis en arrière ; et, avec le MK, le kiné soutient les avant-bras du patient et fait des mouvements en avant, en arrière, en asymétrique pour les rotations - les doigts croisés, on fait différents mouvements (idem précédent) - en unipodal : voir combien de seconde le sujet tient en unipodal simple, puis avec des mouvements des membres supérieurs, puis doigts croisés,…, puis faire tourner une balle autour du tronc ; puis avec des mouvements des membres inférieurs = décrire un cercle autour du pied dappui (en progression, on augmente le diamètre du cercle) et, au cours du mouvement, on demande au sujet de sarrêter net (on le bloque petit à petit dans des réactions extrêmes) On poursuit ces mouvements en provoquant des réactions parachute du membre inférieur : un pied se pose sur lautre on effectue des déséquilibres antérieur, postérieur, latéraux, croisés, lentement puis plus rapidement, sujet averti puis non averti. dans la marche Idem : marche en terrain varié, marche du funambule, marche latérale en croisant les membres inférieurs, puis on fait un parcours de marche avec différents cônes = marche en zigzag ; pousser un sac de sable posé au sol, marche rapide avec des mouvements de rotation de la tête à droite, à gauche ; on oblige le sujet à franchir des obstacles.

5 On utilise les poussées déséquilibrantes et on provoque donc des déséquilibres extrinsèques Le kiné exerce des poussées pour provoquer des réactions de stabilisations dans un 1 er temps, puis des réactions déquilibrations dans un 2 nd temps. 4 techniques concernent ces poussées : - des poussées lentes qui provoquent des réactions posturales statiques sopposant à la poussée ex : en position debout poussées jusquà la position de posture - des poussées rapides que provoquent des contractions phasiques de rattrapage voire des réactions parachutes ex : idem précédent - le résisté – relâché – réagir : après avoir provoqué une contraction musculaire puissante, on relâche brusquement ce qui crée une réaction musculaire puissante des antagonistes pour conserver léquilibre ; cest une technique qui augmente la vigilance neuro-musculaire - des poussées déséquilibrantes multidirectionnelles, ce qui augmente la rapidité des réactions musculaires et ainsi ladaptabilité du sujet Attention à ne pas entraîner un sentiment dinsécurité qui aurait pour effet de rigidifier le sujet ; cest au contraire ladaptabilité et la fluidité qui est recherchée. Sur le plan pratique : résistez-moi. De plus, cet ordre correspond à la tendance naturelle du patient à sopposer à une poussée.

6 TECHNIQUES SUR UN PLAN INSTABLE Le réflexe musculaire de défense Il existe dans 2 situations différentes : - le sujet est sain : on provoque des déséquilibres qui sont enregistrés par des capteurs qui détectent linclinaison angulaire rectification - le sujet a eu un accident ligamentaire : un ligament rompu = une information qui va diminuer voire disparaître = le muscle « est aveugle » = pas de défense musculaire récidive dentorse car il ny a pas de réaction musculaire Concernant la cheville : les physiologistes pensent que lefficacité des récepteurs proprioceptifs de la cheville cessent au-delà de 5 à 10° de variation angulaire ; au-delà, le contrôle est assuré par la régulation générale de léquilibre, cest-à-dire les systèmes cérébelleux et vestibulaires. Donc, si lon veut rendre au patient une capacité de réactivité au déséquilibre, il est nécessaire dagir sur les 2 éléments : - en sollicitant le pied dans des secteurs angulaires inférieurs à 10° et plus particulièrement en dissociant lavant et larrière-pied - en soumettant le patient à des déséquilibres généraux Actuellement, on utilise des mini plateaux qui permettent dobtenir des débattements articulaires inférieurs à 10° (remarque : il existe 14 plateaux instables différents). On peut aussi travailler avec une balle de tennis…


Télécharger ppt "REEDUCATION NEURO- MUSCULAIRE DES REACTONS DEQUILIBRATION."

Présentations similaires


Annonces Google