La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Plan du chapitre: Introduction I/La Bourse et le rôle des anticipations 1.1 Les déterminants des cours boursiers -Les résultats futurs des entreprises.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Plan du chapitre: Introduction I/La Bourse et le rôle des anticipations 1.1 Les déterminants des cours boursiers -Les résultats futurs des entreprises."— Transcription de la présentation:

1

2 Plan du chapitre: Introduction I/La Bourse et le rôle des anticipations 1.1 Les déterminants des cours boursiers -Les résultats futurs des entreprises -Le taux dintérêt -La prime de risque 1.1 Cours boursiers et prévisions économique 1.2 Structure des taux dintérêt et évolution de lactivité

3 II/ La bourse et le cycle dactivité 1.1 Effets de richesse 1.2 Rôle des contraintes financières 1.3 Cours boursiers et investissement III/ Linteraction entre sphère financière et sphère réelle

4 Introduction

5 I/La bourse et le rôle des anticipations Ce sont les anticipations des agents économiques, lélément fondamental pour comprendre la bourse. le cours boursier dun titre, cad son prix fixé sur le marché par loffre et la demande, est fonction de lappréciation de son rendement global, composé du revenu procuré et du risque encouru. La rémunération est représentée par le coupon annuel (dividende dans le cas dun titre de capital). Le risque se concrétise par la plus ou moins-value réalisée au moment de la cession.

6 Les déterminants des cours boursiers 1) Les résultats futurs de lentreprise. Pour apprécier le cours dune action, il faut disposer dinformations suffisantes sur la société émettrice afin de la connaître. Pour les titres de capital (actions) linformation porte sur le passé et surtout sur le futur des entreprises. Par conséquence, toute information favorable sur une société cotée, pousse les investisseurs à acquérir des titres faisant augmenter les cours.

7 2) Le taux dintérêt Représente le prix ou la rémunération quexigent les agents économiques pour accepter de différer dans le temps la consommation de leurs ressources. Les taux courts, fixés par les banques centrales, se répercutent sur les taux longs, qui déterminent le prix auquel les entreprises peuvent emprunter. Toute hausse anticipée des taux dintérêt sur le marché a pour effet de déprimer la valeur des actions et que toute anticipation de baisse des taux dintérêt se traduise par une augmentation des cours boursiers. Les déterminants des cours boursiers (suite)

8 3) La prime de risque Risque et rémunération sont corrélés positivement : car plus un titre présente un risque élevé, plus sa rémunération sera élevée. Il faut aussi anticiper la valeur future. Le risque diminue grâce à la diversification entre plusieurs instruments financiers au sein dun portefeuille. Le risque dun instrument financier se compose de deux risques distincts. - Le risque systémique - Le risque spécifique. Les déterminants des cours boursiers (suite)

9 Les autres déterminants. Lévolution des prix peut avoir des effets contradictoires. Lenvironnement économique et politique avec une croissance forte et une situation politique calme sont autant de facteurs de stabilité et de demande. La fiscalité ampute la part, distribuée ou non, qui revient à lactionnaire. Linflation joue un rôle ambigu. Les risques techniques : les transactions boursières portent chaque jour sur une fraction marginale du capital dune entreprise.

10 Cours Boursiers et prévision économique Le niveau et lévolution des indices boursiers peuvent se révéler utile pour prévoir le PIB. Aux Etats-Unis, lindice des 500 principales actions américaines sert officiellement dans la détermination des prévisions conjoncturelles réalisées par le NBER. Pour les autre pays industrialisés, il est difficile de les mettre en relation. Ils dépendent des places financière mondiales par rapport au marché américain. Leurs cours boursiers sont fortement corrélés à léchelle internationale Et les cycles économiques Américain et Européen sont déconnectés.

11 Structure des taux dintérêt et évolution anticipée de lactivité économique La courbe des taux dintérêt permet danticiper lévolution des taux à plus ou moins court terme. Dans la plupart des pays industrialisés, il y a une forte corrélation entre la structure des taux et la conjoncture. la relation de Fisher doit permettre de lier les actions des autorités monétaires aux mouvements des taux dintérêt de long terme. Avec lappui de la théorie des anticipations, il est possible dexpliquer la détermination des taux longs par le contrôle que les banques centrales exercent sur les taux dintérêt de court terme.

12 La courbe des taux dintérêt

13 II/ La Bourse et le cycle de lactivité La conjoncture économique influe sur les cours boursiers par laction des anticipations inflationnistes et réciproquement les fluctuations des marchés financiers engrangent un effet sur le cycle économique 1 er élément à prendre en compte: les effets de richesse Les ménages adaptent leurs consommations en fonction de leurs revenus La fluctuation des cours boursiers influe sur leurs comportements

14 II/ La Bourse et le cycle de lactivité (suite) En cas de chute des cours boursiers, les ménages vont épargner davantage, et réciproquement en cas de hausse des cours (éventuellement plus-values sur vente de titre). Le comportement des ménages est complexe. Ils estiment dune part comme acquis toute plus value latente, et dautre part évaluent comme une perte, toute baisse de la valeur des titres financiers. Cette dernière ne viendra baisser que la plus-value occasionnée précédemment. Ce nest donc pas forcément une baisse de la richesse des ménages.

15 II/ La Bourse et le cycle de lactivité (suite) Chez les entreprises, en période de forte croissance des marchés financiers, elles favoriseront les placements financiers dus à la forte rémunération de ceux-ci Elles éviteront lendettement sur des projets dinvestissements productifs. Ce phénomène ne fait quamplifier la hausse. Laugmentation des cours se traduisant inévitablement par une correction à un moment ou un autre (exemple de la bulle immobilière de 1980).

16 II/ La Bourse et le cycle de lactivité (suite) 2 ème élément: le rôle des contraintes financières les entreprises et les ménages ne disposent que dun accès restreint au marché des capitaux. Ils passent donc très régulièrement par le crédit bancaire. En période de forte croissance des cours, la demande du client sera davantage analysée en fonction de la valeur des actifs plutôt que sur la qualité du projet. La banque se délègue du risque dasymétrie dinformation (distinction bons ou mauvais débiteur). En cas de défaut de remboursement, la banque peut confisquer les actifs de son débiteur.

17 II/ La Bourse et le cycle de lactivité (suite) Pour reprendre lidée de cycle, on peut distinguer les idées principales et en déduire un enchainement: -une période de forte appréciation amplifie le phénomène de cycle dactivité, -ce qui entraine une hausse des demandes de financement par le recours au crédit -une augmentation de la valeur des actifs financiers est synonyme de reprise économique ou fin de récession -enfin, laccroissement rapide des plus-values est annonciateur de meilleurs résultats des entreprises pour les périodes suivantes.

18 II/ La Bourse et le cycle de lactivité (suite) De manière transversale, laccès facilité au crédit contribue à accroitre la montée des cours des actifs sur les matchés financiers et vise versa. 3 ème élément: Cours boursiers et investissement Existence dun lien entre les cours boursiers et linvestissement des entreprises Lors dune phase croissante des cours boursiers, le ratio dendettement (dettes/fonds propres) a tendance à diminuer (augmentation des cours boursiers donc des valeurs mobilières incluses dans les fonds propres)

19 II/ La Bourse et le cycle de lactivité (suite) Ce phénomène laisse donc place à un investissement soutenu et un recours à lendettement Mais toute bonne phase connait un ralentissement, et les entreprises deviennent moins solvables La dépréciation de garanties des emprunteurs bloque loctroi du crédit par les établissements financiers. Cette période donne lieu à une baisse de linvestissement productif.

20 II/ La Bourse et le cycle de lactivité (suite) Mais un écart dévaluation entre la valeur boursière dune entreprise et la valeur de remplacement (valeur de lactif net), constitue un dilemme pour ses dirigeants. Ce ratio est plus communément appelé q de Tobin (valeur de marché/valeur comptable de lentreprise). A ce stade les dirigeants doivent donc prendre une décision entre : -soit créer une nouvelle entreprise ou agrandir celle existante par acquisition de capital physique - soit acquérir en bourse une firme donnée

21 II/ La Bourse et le cycle de lactivité (suite) Plus le q de Tobin sera élevée, plus il sera intéressant dinvestir dans de nouveaux projets. Toute appréciation de sociétés cotées constitue des profits futurs élevés probables et va donc stimuler linvestissement. Pour synthétiser, lévolution des cours boursiers est synonyme de ralentissement ou daccélération de linvestissement.

22 II/ La Bourse et le cycle de lactivité (fin) Influence de la volatilité des cours sur linvestissement productif. Cela peut signifier deux choses: Soit effet de diminution de linvestissement par crainte dun ralentissement de lactivité économique Soit la forte volatilité peut également être un gage danticipations de profits futurs plus élevés (élargissement de la période des résultats futurs).

23 III/ Linteraction entre sphère financière et sphère réelle Quel est le rôle de la finance dans léconomie réelle ? Y a-t-il un lien entre sphère financière et réelle ? Neutralité des deux sphères selon Modigliani-Miller. La valeur dune entreprise est indépendante de sa structure financière, cette dernière nexerce aucun rôle sur la valeur intrinsèque de la firme. La structure du passif des agents importe peu (ratios entre dettes et fonds propres), et nexerce aucune influence sur le passif.

24 III/ Linteraction entre sphère financière et sphère réelle (suite) En supposant que les variables financières jouent un rôle sur la sphère réelle, on en arrive à la conclusion que les équilibres (microéconomiques et macroéconomiques) dépendent de celle-ci. Le comportement des agents individuels serai dicté par les indices financiers et quinversement les équilibres soient déterminés par les arbitrages. Hypothèse que les marchés soient imparfaits et donc incomplets, si la finance et léconomie sont liées. On parle de la théorie de lasymétrie dinformation. Suite aux théories macroéconomiques, on appréhende désormais les liens et interactions entre la finance et léconomie réelle. Il est de nos jours délicat de prouver un lien entre finance et économie, mais existerai tout de même.

25 Bibliographie Aglietta Michel : Macroéconomie financière cinquième édition collection grand repères p Antoine J./Capiau-Huart MC. Titre et Bourse Tome 2 éditions Deboek Université Crouhy Michel / Fleuriet Michel : Revue Banque n° 710 février 2009 p Balley P./Défossé G. La bourse des valeurs édition presses universitaire de france Fleuriet M./Simon Y. Bourse et Marchés Financiers édition économica Lehmann PJ. Bourse et marchés financiers édition Dunod oreme_de_modigliani_miller_.html


Télécharger ppt "Plan du chapitre: Introduction I/La Bourse et le rôle des anticipations 1.1 Les déterminants des cours boursiers -Les résultats futurs des entreprises."

Présentations similaires


Annonces Google