La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La relation de soins en gériatrie: Eviter que le Burn-Out ne nous épuise Professeur Ph. Corten ULB Samedis de la gériatrie 12 décembre 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La relation de soins en gériatrie: Eviter que le Burn-Out ne nous épuise Professeur Ph. Corten ULB Samedis de la gériatrie 12 décembre 2009."— Transcription de la présentation:

1 La relation de soins en gériatrie: Eviter que le Burn-Out ne nous épuise Professeur Ph. Corten ULB Samedis de la gériatrie 12 décembre 2009

2 Historique A la fin des années 60, développement aux USA de la médecine communautaire. Un certain nombre de soignants quittent les hôpitaux pour sinvestir dans cette pratique (cest leur choix) Or, très rapidement, on constate que ceux-ci consomment plus de café, fument plus, prennent des tas de médicaments. En argot américain, quand on a ce genre de comportement, on dit quon BURN-OUT, comme en français on pourrait dire quon brûle la mèche par les deux bouts.

3 Origine du concept Dictionnaire: To Burn-out: 1. Se consumer (pour une bougie) 2. Etre grillé (pour une lampe) 3. Métaphorique: la flamme est éteinte Bonne analogie: On se consume de lintérieur Pas ou peu de signes apparents (on donne le change) Traduction française Epuisement professionnel: Mais cette appellation met laccent sur la fatigue alors quelle nest pas systématiquement présente et nest pas pathognomique du Burn-Out.

4 Facteurs favorisants Le syndrome de Burn-Out apparaît particulièrement dans les professions 1. qui demandent davoir une FLAMME, une vocation, 2. où la réussite de laction dépend essentiellement de ses CAPACITE RELATIONNELLES, 3. exposées au stress, aux contraintes et aux frustrations Stress des soignants en gériatrie: En plus des autres soignants Renvoie à notre propre vieillissement Renvoie à la mort de nos parents

5 Processus du Burn-Out Une réponse Une situation Un processus Une souffrance

6 Une situation Le choc de la réalité: Malgré sa flamme Malgré le fait quon se soit impliqué Des patients filent entre nos doigts Certains rouspètent tout le temps et ne sont jamais contents Certains se plaignent tout le temps Ils ne suivent pas leur traitement Les familles ne nous remercient pas Etc…

7 Une réponse (des réponses) Au départ ce sont des réponses adaptatives normales et saines. 1. Résister émotionnellement 2. Prendre de la distance (moins simpliquer) 3. Réduire ses ambitions (être plus réaliste)

8 Une réponse: Résister émotionnellement Une réponse adaptative NORMALE Un soignant est régulièrement confronté à des situations dramatiques Il est important, tant pour lui que pour le patient, quil ne seffondre pas devant ces situations. => il doit augmenter sa résistance.

9 Un processus: lépuisement des émotions Malheureusement, si ce type de réponse se répète, il nest pas possible de se blinder uniquement contre les affects négatifs. Petit à petit on va également se blinder contre les affects positifs (joies, plaisirs…) =>épuisement progressif des émotions, indifférence émotionnelle dans tous les domaines de vie (y compris sphère affective) Ne pas confondre avec la dépression!

10 Une réponse: Moins simpliquer 1 Une réponse adaptative NORMALE Malgré le fait que La petite vieille naie pas envie de faire sa kiné parce quelle est fatiguée, il faudra insister Les effets secondaires dune chimio, il faut la continuer Le fait quune patiente agonise, il faut continuer à prendre régulièrement ses paramètres et rentrer dans sa chambre => se soucier sans simpliquer Empathie et non compassion (cum patire) => laisser son tablier au vestiaire quand on a fini de travailler

11 Une réponse: Moins simpliquer 2 Lorsquon est submergé par une série de choses à réaliser, on a besoin que les autres nenvahissent pas tout le temps notre bulle. « De lair! » => on met les autres à distance => on pose des limites

12 Un processus: la déshumanisation des relations Malheureusement si ce type de réponse perdure, petit à petit Madame X devient la pancréatite de la chambre 15 => peu à peu les gens deviennent des pions quon manipule (y compris les amis, le mari) =>on devient de plus en plus cynique face aux patients, linstitutions, les proches => quand on a besoin deux pour partager les émotions, on les a tellement mis à distance quils ne répondent pas présents.

13 Une réponse: être plus réaliste Une réponse adaptative NORMALE Comme les professions à risque sont celles qui demandent davoir une flamme, une vocation, il est normal quau début de sa carrière un soignant rêve dêtre le Docteur Schweitzer. Bien vite, il faut se rendre à lévidence. => réduire ses ambitions

14 Un processus: la démotivation Malheureusement, à force de diminuer ses ambitions, petit à petit on attend de moins en moins de soi et des autres, on se croit de moins en moins capable datteindre un but. => on se démotive => voire on se sous-estime Ce processus sétend aux amis, aux relations affectives.

15 Donc: Une réponse: Se blinder Moins simpliquer Etre plus réaliste = Réponse adaptative normale Un processus: Epuisement des émotions Déshumanisation des relations Démotivation Le processus envahit peu à peu tous les domaines de vie

16 Comment enrayer le processus? 1. Tourner le dos au mythe dAtlas: On nest pas obligé de porter seul le poids du monde! 2. Ne pas rentrer dans le syndrome du pélican: On nest pas obligé de se saigner pour aider les autres! 3. Partager ses émotions dès le début. => COMMUNIQUER

17 Eviter que le Burn-Out ne nous épuise Travailler sur les causes: 1. La flamme 2. Les relations 3. Le stress et les frustrations Travailler sur le processus: 1. Intelligence émotionnelle 2. La bonne distance 3. Des objectifs réalistes 4. Préserver sa qualité de vie 5. Communiquer

18 Prévention individuelle: travailler sur les causes 1. La flamme Dans ce genre de métier on a besoin de sa flamme, il faut donc la préserver tout en lui donnant des limites. Comment faire? oVieillir: on est généralement plus idéaliste à 20 ans quà 40. oMieux se connaître oPrendre soin de soi o => savoir communiquer ses déceptions et ses joies

19 Prévention individuelle: travailler sur les causes 2.Les relations interpersonnelles a) Dans ces métiers une grosse part de la réussite de laction dépend de ses capacités relationnelles, mais pas uniquement. b) Comment faire? oDévelopper ses compétences (techniques) oSe soucier sans sengager oPréserver sa vie sociale et familiale

20 Prévention individuelle: travailler sur les causes 3. Le stress a) Si possible supprimer la cause ou tout au moins: oAugmenter ses aptitudes (résilience) oAugmenter le support de la hiérarchie et des collègues b) Eliminer les stress inutiles c) Développer des mécanismes dadaptation oIdentifier et verbaliser ses émotions quand elles surgissent (et pas 3 heures après), y compris sa colère ou son irritabilité oSe mettre des limites et savoir dire NON de façon assertive: oNi hérisson, ni paillasson oDemander de laide oSavoir se retirer, arrêter le disque dur.

21 Prévention individuelle: travailler sur le processus 1. Eviter lépuisement émotionnel a) On a lhabitude de parler dintelligence uniquement pour ce qui est cognitif. Nos émotions sont aussi une manière dappréhender la réalité et on peut le faire intelligemment (intelligence émotionnelle). a) Comment faire? Au travail: préférer le « comment » on sest senti face à telle situation au relevé de ce quon a fait (ou pas fait) Avec son conjoint lui demander le soir comment sest passée sa journée et non ce quil a fait (et vice versa). Ne pas accepter de consacrer toute sa vie à sa vie professionnelle. Utiliser le sens de lhumour b) Et surtout, SE FAIRE PLAISIR

22 Surtout… Se faire plaisir

23 Prévention individuelle: travailler sur le processus 2. La bonne distance a) Le professionnel de la santé est là pour soigner et des maladies et des gens qui en souffrent. b) Comment faire? oEtre professionnel oRester à lécoute de la souffrance oPartager avec les autres

24 Prévention individuelle: travailler sur le processus 3. Avoir des objectifs réalistes a) Avoir des objectifs réalistes, signifie dune part continuer à avoir des objectifs, se poser des défis et dautre part savoir se mettre des buts atteignables. b) Comment faire? oMettre des limites oVoire la partie pleine du verre et pas uniquement la partie vide oAugmenter ses compétences oNe pas être seul à vouloir atteindre ces buts, mais les fixer ensemble, en équipe => partager les mêmes buts +> COMMUNIQUER

25 Prévention individuelle: travailler sur le processus Préserver sa qualité de vie: La vie est de qualité quand la vie fait sens

26


Télécharger ppt "La relation de soins en gériatrie: Eviter que le Burn-Out ne nous épuise Professeur Ph. Corten ULB Samedis de la gériatrie 12 décembre 2009."

Présentations similaires


Annonces Google