La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Introduction à la psychologie de groupe - 1 Professeur Philippe Corten ULB.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Introduction à la psychologie de groupe - 1 Professeur Philippe Corten ULB."— Transcription de la présentation:

1 Introduction à la psychologie de groupe - 1 Professeur Philippe Corten ULB

2 Introduction à la psychologie de groupe Le groupe et lindividu Le dette La conformité La réciprocité La reconnaissance Les besoins Deux phénomènes spécifiques: Lefficacité symbolique La pensée de groupe Les différents groupes La dynamique de groupe Sociométrie de Moreno Animation de groupe Applications Burn-Out Harcèlement Moral Obéissance à lautorité

3 Le groupe et lindividu Dette : Lêtre humain est immature à la naissance. Sans le groupe (la horde, la famille) il ne survivrait pas. Il ne sait ni manger, ni bouger seul. Plus tard sa survie ne dépendra que de la protection dun groupe dappartenance. => Tout être humain a une dette indélébile face au groupe Quel que soit le lieu de la planète, il y a deux grandes condamnations La peine de mort Lexil « Un homme seul, est un homme mort » Claude Levy Strauss: population arboricole, la personne punie doit construire sa hutte juste au dehors de lenceinte du village => mort dans les 6 mois

4 Le groupe et lindividu Conformité: Le groupe face à son offre de protection attend de ses membres une conformité par rapport à ses valeurs, à ses règles, sa survie … Lindividu, pour ne pas être exclu du groupe, va sajuster face à ces exigences de conformité. Une entente tacite va sétablir entre le groupe (la horde) et lindividu La horde na pas avantage à être trop petite Lindividu na pas avantage à se trouver seul.

5 Le groupe et lindividu La réciprocité: Ce qui va réguler les interactions entre les individus entre eux et entre les individus et le groupe est la réciprocité. Leffort que je fais pour aller vers les autres et le groupe doit être compensé par ce que les autres et le groupe me donnent en retour Si je donne trop = pigeon Si je reçois trop = jétouffe

6 Le groupe et lindividu Reconnaissance: De la part du groupe: Le groupe attend une reconnaissance des individus face à la protection quil a offerte « On ne crache pas dans la soupe qui nous nourrit » Voir « contrat social » au travail De la part de lindividu:Il attend du groupe: Reconnaissance intrinsèque : quon lui donne des tâches, des rôles, des missions adaptées à ses compétences et auxquelles il peut lui- même se féliciter de les avoir réussies Reconnaissance extrinsèque: des mercis, des bravos, des médailles…

7 Le groupe et lindividu => psychologie individuelle: droit de satisfaction des besoins voire dépanouissement et de bonheur Abraham Maslow: pyramide des besoins

8 Pyramide des besoins pour se réaliser Besoins physiologiques: Dormir Manger Boire Ne pas avoir froid … Les besoins doivent être satisfaits Satis = assez Physiologie Ni trop peu, ni trop Si vous mourez de soif au désert, que vous importe davoir le prix Nobel Si vous avez mangé à satiété, vous naurez quune envie: faire une sieste.

9 Pyramide des besoins pour se réaliser Besoins de protection Ni trop peu, ni trop Trop peu: on sauve sa peau Trop: on na plus daudace Physiologie Sécurité

10 Pyramide des besoins pour se réaliser Besoins de stimulations physiques et mentales Ni trop peu, ni trop Trop peu: privation sensorielle => le cerveau va créer ses propres stimulations (hallucinations…) Trop: tendance à déconnecter, à se replier dans sa bulle (Burn-out) Physiologie Sécurité Stimulation

11 Pyramide des besoins pour se réaliser Physiologie Sécurité Stimulation Appartenance Besoin dappartenance Famille Bande de copains Equipe de travail …

12 Pyramide des besoins pour se réaliser Besoins damour et de sympathie Ni trop, ni trop peu Trop: on étouffe Trop peu: on se dessèche Physiologie Sécurité Stimulation Appartenance Amour sympathie

13 Pyramide des besoins pour se réaliser Besoins destime Etre reconnu et apprécié comme différent des autres Sestimer soi et être estimé par les autres Physiologie Sécurité Stimulation Appartenance Amour sympathie Estime

14 Pyramide des besoins pour se réaliser Besoins dactualisation Actual = Maintenant Agir « What you can be, you must be » Physiologie Sécurité Stimulation Appartenance Amour sympathie Estime Réalisation Soi

15 Le groupe et lindividu Attentes du groupe en retour (respect des règles, dette et conformité). Le but de la réalisation de soi est dêtre autonome (auto nomous) mais pas de se séparer du groupe et dêtre autarcique. Physiologie Sécurité Stimulation Appartenance Amour sympathie Estime Réalisation Soi

16 Le groupe et lindividu Par principe de réciprocité aucun groupe, nimporte où sur la planète naccepte: 1- Besoins physiologiques : que vous soyez indifférent à la misère et la faim des autres 2- Sécurité : que vous mettiez en doute les principes de fonctionnement habituel du groupe sous peine dêtre vécu comme un dangereux terroriste (résistance aux changements) 3 - Stimulation : que vous ninteragissiez pas activement avec les autres 4- Appartenance: que vous ne respectiez pas les principes de conformité au groupe 5- Amour et sympathie: que vous ne participiez pas au partage émotionnel du groupe 6- Estime: que vous nacceptiez pas la compétitivité qui fait la différence mais que vous ne soyez pas coopérant ou que vous ne soyez pas fair-play 7- Réalisation de soi: que vous abandonniez lobjectif dêtre toujours au top de vous-même

17 Le groupe et lindividu Effet multiplicateur Plus le groupe est grand Plus les membres sont physiquement présents Plus les règles sont structurées Plus la conformité sera importante Plus les réactions décrites ci-dessus seront inconditionnelles Moins les capacités de jugement individuel et de critique seront présentes au profit de lémotion

18 Cette image est-elle un faux?

19 Lefficacité symbolique Expérience princeps: Claude Levi Strauss à Congo Brazzaville. Etape 1: Claude Levi Strauss (ethnologue français) décide détudier le processus de formation des sorciers en suivant lui même ce processus. Etape 2: à la dernière étape du processus de formation, le sorcier enjoint à ses adeptes dégorger une poule vivante en répandant son sang sur le seuil de la case, en rentrant chez eux, sous peine de problèmes intestinaux majeurs. Etape 3: rentrant à lhôtel Intercontinental de Brazzaville, Claude Levi Strauss négorge pas une poule devant la porte de sa chambre. Etape 4: le lendemain il a une dysenterie fulgurante (ce qui est courant dans ce pays quand on ne boit pas de leau en bouteille) Etape 5: quelques jours plus tard il rentre sur Paris avec sa diarrhée malgré des produits ad hoc Etape 6: arrivé à Orly, faisant la file des douanes la diarrhée sarrête sur le coup et définitivement

20 Lefficacité symbolique (Claude Levi Strauss suite) Etape 7: Six mois plus Claude Levi Strauss se rend compte quil lui manque des informations pour terminer son ouvrage et décide de retourner à Congo Brazza. Etape 8: Arrivé à Congo Brazza, dès lattente aux douanes, la diarrhée recommence alors quil na bu que de leau servie dans lavion dAir France Etape 9: Malgré un traitement adéquat, la diarrhée persiste jusquau moment de latterrissage de retour à Orly Etape 10: Intrigué par le phénomène, Claude Levi Strauss décide de retouner à Congo Brazza Etape 11: dès son atterrissage la diarrhée reprend Etape 12: Il décide dacheter une poule et légorge sur le pas de la porte de sa chambre dhôtel. La diarrhée sarrête sur le champ. Conclusion de Claude Levi Strauss: Tant quil est inclus dans lespace culturel, malgré sa rationalité, la malédiction opère Dès quil est hors de cet espace, elle nopère plus

21 Lefficacité symbolique 3 conditions sont nécessaires : 1 : Etat de manque : état propice à la dépendance, soit individuellement, soit en groupe. 2 : Quelquun ou quelque chose accrédité par le groupe auquel on appartient ; pas forcément accrédité par soi- même, mais par lensemble du groupe. 3 : Rituel : meeting, formes dinitiation. Limmersion dans ce système est supérieure à toutes les variables individuelles. Exemple : leffet placebo Leffet placebo est différent de la suggestion Exemple chez un enfant, un bisou est plus efficace sur la douleur quun placebo, cest linverse chez ladulte Les plus placebo répondants sont les professions médicales, alors quelles savent très bien que ce nest que du talc et même si on leur dit que cest un placebo. Ce phénomène de lefficacité symbolique est indépendant de toutes critiques logiques que lon peut faire.

22 La pensée de groupe La pensée de groupe ou GroupThink est un terme inventé par William H. Whyte dans Fortune en Irving Janis, en 1972, approfondit et détaille ce concept sociologique qui décrit le processus selon lequel les individus d'un groupe ont tendance à rechercher prioritairement une forme d'accord global plutôt qu'à appréhender de manière réaliste la situation. Tendance plutôt considérée comme péjorative.William H. Whyte Irving Janis1972

23 La pensée de groupe La pensée de groupe se produit généralement lors de réunions de groupe ou de masse où peuvent se prendre de «mauvaises» décisions ou des décisions «irrationnelles», alors que tout ou partie des individus du groupe aurait personnellement pris une autre décision. Ce résultat paradoxal provient de ce que, dans une situation de pensée de groupe, chaque membre du groupe essaye de conformer son opinion à ce qu'il croit être le consensus du groupe, en vue d'aboutir à un accord global, en évacuant plus ou moins fortement certaines questions pourtant légitimes : « est-ce bien réaliste ? », « est-ce bien ce que je souhaite vraiment ? »consensus

24 La pensée de groupe La conséquence est une situation dans laquelle le groupe finit par se mettre d'accord sur une décision : que chaque membre du groupe - dans son for intérieur- croit peu sage ou peu pertinente. (cas limite)for intérieur qui, de manière moins dramatique, est le résultat d'une décision collective qui ne satisfait personne car elle ne résulte pas d'une réelle prise en compte ni d'une concertation à propos des différents besoins de chaque individu. Chaque membre du groupe essayant de se rassurer en se persuadant que l'on est arrivé à une «sorte de compromis», pour lequel «tout le monde» a dû faire un effort et consentir des « concessions ».

25 Les 8 symptômes de la pensée de groupe Lillusion de linvulnérabilité : lorsque les groupes se croient intouchables, ils ont tendance à réprimer la dissidence ; La rationalisation : un groupe est plus soudé lorsqu'il justifie collectivement ses actions ;rationalisation La croyance en la supériorité morale du groupe : lorsquun groupe pense quil est moral, il a tendance à ignorer sa propre immoralité ; La transformation de lopposant en stéréotype : lorsquun opposant est considéré avec partialité ou avec des préjugés, les affirmations qui contredisent les convictions du groupe sont ignorées ; stéréotype La pression de la conformité : une forte pression est exercée sur les individus pour quils salignent sur la volonté du groupe et pour quils ne soient pas en désaccord avec lui, sinon ils sont ostracisés, cest-à-dire écartés des débats, voire sanctionnés ou expulsés ;conformité ostracisés Lautocensure : les membres du groupe préfèrent garder leurs opinions divergentes pour eux, plutôt que de déserter le navire ;autocensure Lillusion de lunanimité : les dissensions internes sont cachées au groupe. Ainsi, elles semblent inexistantes ; Les gardiens de la pensée : certains membres du groupe sengagent activement à protéger le groupe de toute dissidence ou information contraire.

26


Télécharger ppt "Introduction à la psychologie de groupe - 1 Professeur Philippe Corten ULB."

Présentations similaires


Annonces Google