La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Théorie fractale Introduction à la géométrie fractale Génération de courbes et de constructions de remplissage Subdivisions récursives et dimension fractale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Théorie fractale Introduction à la géométrie fractale Génération de courbes et de constructions de remplissage Subdivisions récursives et dimension fractale."— Transcription de la présentation:

1 1 Théorie fractale Introduction à la géométrie fractale Génération de courbes et de constructions de remplissage Subdivisions récursives et dimension fractale Générateur simple Constructions de remplissage Générateur variable Générateur stochastique Générateur composé Systèmes de fonctions itératives

2 2 Introduction à la géométrie fractale Weirstrass, Koch, Sierpinski et Peano définissent des courbes théoriques pouvant couvrir un plan ou un espace 3D. Peano démontre quune coordonnée suffit pour spécifier un point du plan. Ces courbes continues et non différentiables remettent en question la géométrie euclidienne. Mandelbrot introduit la géométrie fractale et fait le lien avec linfographie. Les formes de la géométrie fractale sont caractérisées par une structure et des fragments qui demeurent inchangés à différents niveaux de détail. La structure de chaque partie de la forme est semblable à celle de la forme entière. Une telle forme est dite auto-similaire. Lauto-similarité est prise dans un sens large pour signifier que chaque partie est analogue, ressemble au tout, ou est une réduction géométrique linéaire du tout. Exemple : Un arbre est composé dun tronc et de branches; une feuille dérable peut être vue aussi comme un modèle réduit dun arbre.

3 3 Génération de courbes et de construction de remplissage Courbes de Hilbert (1891) H1H1 H2H2 H3H3 où H i+1 est construite à partir de 4 duplicata de H i ayant subi une réduction déchelle dune demie et une rotation appropriée. Chaque duplicata est relié par un segment de droite. Plusieurs algorithmes ont été proposés pour générer de telles courbes et les afficher.

4 4 Subdivisions récursives et dimension fractale Nous sommes habitués à regarder le monde de manière idéalisée avec des courbes et surfaces continues et dérivables alors que celles-ci sont lexception dans les phénomènes naturels. Il est admis depuis longtemps que la dimension du point est 0, de la droite 1, du plan 2 et de lespace 3. Pour repérer un point dans un plan, on doit spécifier 2 coordonnées; trois coordonnées sont nécessaires dans lespace. Peano démontre quune coordonnée suffit. Vers 1960, Mandelbrot ressuscite ces idées sous le nom de géométrie fractale. Exemple : Courbe triadique de Koch Désigner par A et B, deux points dun segment. Diviser le segment AB en 3 parties égales. Remplacer la partie centrale par 2 segments de même longueur, |AB|/3, formant un pic. Appliquer les mêmes transformations sur les 4 segments résultants. Et ainsi de suite jusquà linfini.

5 5 Courbe triadique de Koch etc. La courbe triadique de Koch est une courbe irrégulière non dérivable et auto-similaire. Peu importe léchelle où nous regardons cette courbe, elle a le même comportement. À chaque étape, un segment est transformé en N=4 parties égales, déduites du segment par une auto-similarité de rapport r = 1/3. En fait, chaque segment est transformé en 4 nouveaux segments dont les longueurs sont transformées dans le rapport 1/3.

6 6 Courbe triadique de Koch Longueur (L) dune telle courbe : En supposant que la longueur du segment AB est 1, on peut voir facilement que : L = 1 + 1/3 + 4/9 + 16/27 + … = 1 + 1/3 (4/3) i. i=0 Nous sommes en présence dune série géométrique divergente de raison 4/3 L. Déterminons la longueur de la courbe à partir dune certaine échelle, i.e., avec une règle de longueur donnée. Nous obtiendrons différentes mesures L( ) selon la longueur de ce bâton. Ex. I : Si AB est de longueur unitaire, on obtient : L(1) = 1L(1/3) = 4/3L(1/9) = 16/9 …. lim L( ) =. 0 L( /3) = 4/3 L( )

7 7 Courbe triadique de Koch On peut poser : L( ) = A. Cherchons à trouver la valeur de A : 4/3 A = ( /3) A ou encore,3 -A = 4 / 3 i.e.A = 1 - log 4 / log 3. Par conséquent, dans le cas de la courbe triadique de Koch, L( ) = (1 - log 4 / log 3). On peut effectuer les mêmes calculs pour différentes constructions; on aboutit alors au résultat général suivant :L( ) = (1 – D) où D = (log N ) / log(1 / r),N = # de parties de segment générées lors de la transformation dun segment r = rapport dauto-similarité. La constante D ne semble pas avoir de signification particulière; pour la courbe triadique de Koch, D = log 4 / log Considérons de nouveau le segment de droite AB unitaire subdivisé récursivement en 4 parties égales, mais, où cette fois, le pic appartient au segment AB. On obtient alors : L( ) = 1 > 0. Sachant que L( ) = (1 – D), on a D = 1 ce qui est la dimension topologique dune droite.

8 8 Courbe triadique de Koch La constante D est considérée comme une dimension, appelée la dimension fractale. Ex. II : Soit une deuxième construction où AB est transformé en 9 segments de longueur 1 / 3 AB La dimension fractale de cette courbe est D = (log 9) / log 3 = 2. À la limite, la courbe va remplir complètement la surface.

9 9 Définition dune courbe de remplissage à partir dun générateur simple Il sagit dune liste de points i.e. la liste des extrémités de chacun des segments après transformation en coordonnées normalisées (par rapport à un segment unitaire). Exemple : Courbe triadique de Koch (1/2, 1/ 12) (0, 0)(1, 0)01/32/31 Le générateur contient la liste de points : (1/3, 0), (1/2, 1 / 12), (2/3, 0) et (1, 0). Nous pouvons alors appliquer ce générateur à nimporte quel segment AB. Le résultat sera une courbe de remplissage continue partant de A et allant jusquà B. On doit remarquer aussi quil nexiste aucune restriction sur le # de composantes du générateur et sur les coordonnées de chaque composante. On suppose seulement que lextrémité initiale du premier segment est A et que lextrémité terminale du dernier segment est B; on sassure ainsi de la continuité de la courbe.

10 10 Définition dune construction de remplissage Pour définir des courbes non nécessairement continues, le générateur est défini à partir des extrémités initiale et terminale de chaque segment. Exemple Construction dun arbre Chaque élément du générateur est encore défini par rapport au segment unitaire (0, 0) - (1, 0). (3/4, 1/3) (1/3,0) (0, 0)(2/3,0)(1,0) (1/2, -1/3) Le générateur contient alors les paires de points suivantes : (0, 0) – (1/3, 0), (1/3, 0) – (1/2, -1/3), (1/3, 0) – (2/3, 0) (2/3, 0) – (3/4, 1/3),(2/3, 0) – (1, 0). À chaque niveau de récursivité, les transformations sont appliquées à chacun des segments.

11 11 Générateur variable Jusquà maintenant, chaque segment est transformé exactement de la même façon; le générateur demeure constant et ne dépend pas du niveau de récurrence. Considérons un générateur formé de M éléments; le i ième élément est représenté par la fonction : f i : N R 2 n (x i (n), y i (n)) oùn désigne le niveau de récurrence, (x i (n), y i (n)) est un point faisant partie du générateur au niveau n. Bien entendu, (x 0 (n), y 0 (n)) (0, 0), (x M-1 (n), y M-1 (n)) (1, 0), pour tout n. Les possibilités sont infinies ; mentionnons seulement le cas suivant : x i (n) x'' i + n(x' i - x'' i ) / n max, i, n n max y i (n) y'' i + n(y' i - y'' i ) / n max, i, n n max oùn max désigne le niveau maximum de récurrence, G 1 {( x'' i, y'' i ) | i = 0, 1, …, M - 1}, G 2 {( x' i, y' i ) | i = 0, 1, …, M - 1}, sont 2 générateurs simples de même taille.

12 12 Générateur stochastique Étant donné G = {(x i, y i ) | i = 1, 2, …, N } un générateur simple, le générateur considéré au niveau de récurrence n aura la forme : G n = {(x i + s i, y i + t i ) | i = 1, 2, …, N } oùs i est une réalisation de S i : N(0, i x 2 -hn ), t i est une réalisation de T i : N(0, i y 2 -hn ), h est le facteur dauto-similarité dans lintervalle [0, 1], i x est lécart-type initial associé à la première coordonnée, i y est lécart-type initial associé à la deuxième coordonnée. Lorsque nous avons un seul facteur commun à tous les éléments du générateur, cela suppose que i x x et i y y pour tout i. Cette méthode pour définir un générateur stochastique nest pas la seule.

13 13 Générateur composé Pour construire un objet graphique à laide de générateurs, cela peut être difficile car lidentification dun générateur définissant cet objet est souvent un problème ardu. Celui-ci peut être résolu en partie avec la notion de générateur composé. Considérons par exemple, les deux générateurs G 1 et G 2 qui peuvent être simples ou composés, on peut construire un nouveau générateur G comme suit : G = G 1 G 2 où désigne une opération ensembliste. G est alors un générateur composé. On peut ainsi construire un objet graphique de façon hiérarchique. Inconvénient : chaque composante dun générateur composé est définie par rapport au même segment (0, 0) – (1, 0), au premier niveau de récurrence. Pour y remédier, nous introduisons un nouvel opérateur, celui de la concaténation: G = G 1 (n 1 ) G 2 (n 2 ) oùG 1 et G 2 sont des générateurs simples ou composés, n 1 et n 2 sont les niveaux de récurrence de départ de G 1 et G 2 respectivement.

14 14 Systèmes de fonctions itératives Pour définir les courbes irrégulières précédentes, on spécifie la transformation linéaire appropriée pour chacune des parties auto-similaires. On peut aussi introduire les différentes généralisations précédentes.


Télécharger ppt "1 Théorie fractale Introduction à la géométrie fractale Génération de courbes et de constructions de remplissage Subdivisions récursives et dimension fractale."

Présentations similaires


Annonces Google