La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les mécanismes dinfluence sociale « Processus dinfluence relatifs aux modifications quentraîne dans les attitudes dun individu ou dun groupe le fait de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les mécanismes dinfluence sociale « Processus dinfluence relatifs aux modifications quentraîne dans les attitudes dun individu ou dun groupe le fait de."— Transcription de la présentation:

1 Les mécanismes dinfluence sociale « Processus dinfluence relatifs aux modifications quentraîne dans les attitudes dun individu ou dun groupe le fait de prendre connaissance des attitudes dautres personnes sur le sujet » (De Montmollin, 1977) Dans une situation dinfluence sociale sont présents trois éléments : –Deux entités sociales –Un objet commun aux deux entités –Un jugement relatif à cet objet Linfluence sociale présuppose une forme dinterdépendance entre les deux entités.

2 Les mécanismes dinfluence sociale La normalisation Processus de création de normes (Levine et Pavelchak,1984 ). –La norme est établie par normalisation Influence réciproque des membres dun groupe où chacun fait un compromis en rapprochant sa position de celle des autres. On distingue deux types : –la normalisation par convergence, –la normalisation par polarisation.

3 La normalisation par convergence Situation où le groupe nimplique ni dissymétrie de statut, ni majorité, ni minorité. Chaque acteur connaît le jugement dautrui. La normalisation se traduit par une convergence des jugements (Oberlé et Beauvois, 1995). Le groupe prend une position qui minimise la distance entre la décision et les préférences respectives des membres du groupe.

4 La normalisation par polarisation Situation où le groupe est tenu daboutir à un consensus. Consensus sur une position non centrale Une norme de jugement s'élabore. Les acteurs adoptent le consensus du groupe même lorsquils ne sont plus soumis à la pression du groupe (Oberlé et Beauvois, 1995).

5 La conformité Il y a conformisme si un individu accepte le système de comportement quune norme dominante privilégie et impose (Cerclé et Somat, 2003) Modification de la position dun acteur dans la direction de la position dun groupe. Se distingue de luniformité de comportement. Luniformité de comportement implique un accord avec la position prise par le groupe indépendamment des pressions perçues par le groupe (Levine et Pavelchak, 1984).

6 La conformité Situation où le groupe se compose dune majorité et dun ou de plusieurs déviants. Les déviants connaissent le jugement de la majorité avant quils nexpriment le leur. La normalisation par conformisme se traduit par une diminution de lécart par les déviants (Oberlé et Beauvois, 1995).

7 Le conformisme- effet Asch Ligne étalonA B C Quelle est celle qui correspond à la ligne étalon ?

8 Le conformisme- effet Asch Tâche non ambiguë pour laquelle les erreurs sont quasi inexistantes On demande aux sujets deffectuer 18 évaluations Réponses données oralement en présence de lensemble du groupe Condition expérimentaleGroupe contrôle Les compères fournissent 12 fois une réponse erronée Les compères fournissent la bonne réponse 36,8 % derreursSeuls deux sujets sur 37 montraient une ou deux erreurs

9 Le conformisme- effet Asch Un individu est susceptible de faire sien un jugement quil sait contraire au bon sens et cela sans que quiconque nait à délivrer le moindre renforcement positif ou négatif Une majorité peut avoir de linfluence sur une minorité Lunanimité au sein de la majorité a un effet important sur le conformisme

10 528 Taille de la majorité – Milgram % de passants conformes aux compères Nombre de compères

11 La conformité Laccord public consiste en un changement manifeste du comportement de lacteur dans la direction de la position du groupe. Lacteur ne continuera pas à souscrire à la position du groupe une fois la pression écartée. Laccord privé concerne une modification de lattitude de lacteur, dans la direction de la position du groupe. Lacteur continuera à adopter la position du groupe même lorsquil ne ressent plus aucune pression lobligeant à le faire (Levine et Pavelchak,1984).

12 La conformité La conformité au groupe est affectée par plusieurs facteurs, dont : –la perception de la nécessité de luniformité pour latteinte des buts du groupe, –lincertitude de ne pas être accepté au sein dun groupe perçu comme attrayant, –la force, la proximité et le nombre de personnes exerçant linfluence (Oberlé et Beauvois,1995).

13 La conformité Les pressions vers luniformité saccentuent lorsque luniformité est ressentie comme désirable ou nécessaire pour atteindre les buts du groupe. La pression à luniformité serait plus importante quand: –les membres perçoivent une augmentation des divergences relatives à une question pertinente pour le groupe; –les membres dun groupe travaillent en vue dune récompense commune.

14 Linfluence informationnelle La validité de nos croyances sétablirait par la comparaison de nos croyances avec celles détenues par dautres acteurs. Les croyances du groupe conféreraient un caractère de vérité aux croyances personnelles Distinction entre : –Informations pouvant être évaluées selon un critère universellement partagé, –Informations perçues comme « invérifiables maintenant » mais « vérifiables en principe » (Oberlé et Beauvois, 1995).

15 Linfluence informationnelle Le processus dinfluence informationnelle fonctionnerait en trois étapes : –Les acteurs se définissent, par le processus de catégorisation sociale, comme membres dune catégorie sociale particulière. –Les acteurs prennent ensuite connaissance des normes du groupe dappartenance ; –Les acteurs sattribuent les normes et lensemble des caractéristiques du groupe rendues saillantes dans le rapport dinfluence ( Butera et Pérez 1995).

16 Linfluence normative Le désir dacquérir des récompenses du groupe et déviter les punitions conduirait les acteurs à se conformer. Les acteurs sécartant du consensus sattendraient à un rejet et à une évaluation négative. Linfluence normative saccroît lorsque les acteurs sattendent à voir des interactions futures avec certains membres du groupe (Levine et Pavelchak, 1984).

17 Degré de conformisme (Kelman) Complaisance –Les individus cèdent à la pression dans le but dobtenir des avantages et déviter des désagréments –Accord public mais pas nécessairement privé Identification –Lindividu veut établir une relation désirée avec le groupe majoritaire –Le groupe dispose de caractéristiques et de qualités que lindividu souhaite adopter Intériorisation –Lindividu adhère au système de valeurs défendu par le groupe.

18 Identité sociale Conscience quun acteur a dappartenir à certains groupes sociaux ainsi que valeur de cette appartenance, à savoir la conception de soi en tant que membre dun groupe (Butera et Perez, 1995). Une catégorie sociale dans laquelle on peut sinclure donnerait une définition catégorielle de soi qui constitue un élément du concept de soi. Elle décrit et prescrit les attributs en tant que membre du groupe (Hogg, 1995).

19 Identité sociale La catégorisation tracerait les frontières entre les groupes par la production dactions et de perceptions stéréotypées et normatives. Elle assignerait les personnes aux catégories pertinentes à un moment donné (Hogg, 1995). Lacteur diviserait le monde social en deux catégories permettant de séparer son self propre de celui des autres (Anastasio, Bachman, Gaertner et Dovido, 1997).

20 Identité sociale La catégorisation tracerait les frontières entre les groupes par la production dactions et de perceptions stéréotypées et normatives. Elle assignerait les personnes aux catégories pertinentes à un moment donné (Hogg, 1995). Lacteur diviserait le monde social en deux catégories permettant de séparer son self propre de celui des autres (Anastasio, Bachman, Gaertner et Dovido, 1997).


Télécharger ppt "Les mécanismes dinfluence sociale « Processus dinfluence relatifs aux modifications quentraîne dans les attitudes dun individu ou dun groupe le fait de."

Présentations similaires


Annonces Google