La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 De la difficulté dapprentissage à lécole Dispositifs, pistes de réflexion Marie Toullec-Théry Maître de conférences en Sciences de lEducation CREN Université.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 De la difficulté dapprentissage à lécole Dispositifs, pistes de réflexion Marie Toullec-Théry Maître de conférences en Sciences de lEducation CREN Université."— Transcription de la présentation:

1 1 De la difficulté dapprentissage à lécole Dispositifs, pistes de réflexion Marie Toullec-Théry Maître de conférences en Sciences de lEducation CREN Université de Nantes- IUFM des Pays de La loire

2 2 Plan de lintervention 1. Préambule 2. Circulaires 2008 et textes 3. Critères pour penser la difficulté: - du côté des élèves - du côté du professeur et du système 4. pistes de réflexion

3 3 Préambule

4 4 Des circulaires, des dispositifs de plus en plus nombreux Rentrée 2008 et changements Une modification des horaires, des rythmes

5 5 Des synonymes Aider Donner un coup de main, seconder, assister, soutenir, épauler, contribuer à, concourir, favoriser, permettre, faciliter, soulager. Accompagner Venir avec, aller avec, escorter, convoyer, protéger, couvrir, assister, suivre, chaperonner.

6 6 Des conceptions diverses de laide parfois incompatibles. Ainsi « soutenir »/« assister », comme « aller avec » / « protéger » : - identifient des rapports à lindividu divergent - produisent des actions dont les effets pourront être en rupture avec les attentes dautonomie ou démancipation de lélève.

7 7 Aider les élèves en difficulté sur des temps et des rythmes personnels

8 8 Etiqueter, est-ce stigmatiser? Chaque catégorisation « façonne à la fois les espèces de gens et les individus qui sont de ces espèces » (Hacking, p.11). Difficultés des élèves, élèves en difficulté? Une influence sur les systèmes dattente réciproques (Rosenthal, Pygmalion).

9 9 Aider les élèves dans un contexte scolaire Le contrat didactique est difficile à tenir : la situation denseignement-apprentissage est une situation dissymétrique et ambiguë: - celui qui sait tente de faire apprendre quelque chose à celui qui ne sait pas. Un élève ne répond pas à lattente du professeur: - il ne répond pas parce quil ne sait pas? - il ne répond pas parce quil sait que le professeur sait déjà (alors pourquoi le lui dire?) Donc, dans ce contexte denseignement-apprentissage, aider, cest aider qui? Lélève? Lenseignant?

10 10 Des représentations très diverses Quel est mon regard sur la difficulté? Lélève est en difficulté ou a-t-il des difficultés? Est-il disposé à apprendre ou a-t-il des dispositions? Autrement dit Il a des difficultés parce quil nest pas disposé… Il a des difficultés parce quil na pas de dispositions

11 11 Synthèse Parler de la difficulté, cest faire entrer de la complexité. Parler difficulté cest faire vivre ses représentations, ses croyances, son « épistémologie pratique ».

12 12 Court historique

13 13 Changements de regard Avant 1960: la difficulté ou la réussite est intrinsèque de lélève (idéologie du don); Entre 60 et 80: la difficulté ou la réussite sont expliquées par le capital scolaire familial (fatalisme); Depuis 80: La progression des élèves est liée à lenvironnement scolaire donc à leffet classe et à leffet-maître.

14 14 Les orientations en cette rentrée 2008

15 15 Les dispositifs 2008 relatifs à laide aux élèves en difficultés

16 16 La circulaire de rentrée C. n° du Préparation de la rentrée 2008

17 17 Les priorités Scolarisation des élèves handicapés Nouveaux programmes; Culture et arts; Lorientation; Efficacité, équité; Égalité des chances (carte scolaire); Accompagnement éducatif; Lutter contre la violence et les discriminations Développer louverture à lEurope

18 18 Clarifier les objectifs de lécole primaire Mieux apprécier les résultats des élèves Recentrer lécole sur les fondamentaux et donner plus de responsabilité aux maîtres par de nouveaux programmes Mesurer régulièrement les résultats des élèves par un nouveau dispositif dévaluation Aider par un dispositif efficace les élèves qui en ont le plus besoin

19 19 Aider par un dispositif efficace les élèves qui en ont le plus besoin Les difficultés repérées par le professeur sont dabord traitées dans le cadre de la classe. Si elles sont plus lourdes, elles donnent lieu à une prise en charge spécifique, dans le cadre des PPRE. modification des horaires de lécole primaire à 24 heures. deux heures denseignement par semaine pour aider les enfants qui en ont le plus besoin. Laide est effectuée en très petits groupes, avec le cas échéant la mise en place dun PPRE. Les maîtres proposeront aux parents des élèves de CM qui éprouvent des difficultés en français et en mathématiques des stages de remise à niveau de 15 à 30 heures pendant les périodes de vacances scolaires.

20 20 Circulaire sur laménagement du temps scolaire C. n° du , aménagement du temps scolaire, Organisation du temps denseignement scolaire et de laide personnalisée dans le premier degré

21 21 Qui fait quoi? Le conseil des maîtres propose à linspecteur de léducation nationale lensemble du dispositif daide personnalisée au sein de lécole. LIEN arrête ce dispositif pour lannée scolaire. Il est ensuite inscrit dans le projet décole. Le maître de la classe - effectue le repérage des élèves susceptibles de bénéficier de cette aide personnalisée dans le cadre de lévaluation du travail scolaire des élèves. - met en œuvre laide personnalisée et en assure la coordination sil ne la conduit pas entièrement lui-même.

22 22 Les moyens proposés La différenciation pédagogique dans la classe pendant les 24 heures denseignement. Laide personnalisée = PPRE ou prendre la forme dun autre type dintervention, en petit groupe par exemple. Notamment dans léducation prioritaire, le maître peut être aidé par: - des enseignants spécialisés, - dautres enseignants de lécole - dautres enseignants dune autre école dans le cadre déchanges de service. La mise en œuvre de laide personnalisée peut aussi se traduire par lutilisation à titre expérimental dhoraires décalés qui permettent lintervention simultanée de deux enseignants dans la même classe pendant une durée du temps scolaire clairement identifiée par le projet décole.

23 23 Les obligations de service des enseignants C. n° du , Obligations de service des personnels enseignants du premier degré

24 heures annuelles (3H hebdo) 60 heures consacrées à laide personnalisée ou au travail en groupes restreints ou au renforcement de la formation professionnelle continue des enseignants hors de la présence des élèves. 24 heures consacrées aux conseils des maîtres, de cycle, rencontres avec les parents, PPS. 18 heures danimation pédagogique. 6 heures de conseil décole.

25 25 Un guide édité à ladresse des parents

26 26 Comment votre enfant sera-t-il aidé ? La première aide consiste, pour le maître, à adapter son enseignement. Les élèves qui rencontrent des difficultés ont des travaux particuliers à faire, le plus souvent dans le cadre même de la classe, parfois avec laide dun autre maître qui pourra expliquer différemment.

27 27 Si les difficultés persistent Si les difficultés persistent, une aide individualisée supplémentaire de deux heures par semaine sera apportée à votre enfant. Elle vous sera proposée par le maître de la classe. Elle se fera en très petits groupes et se déroulera aux heures proposées en fonction de la classe de votre enfant.

28 28 Si votre enfant est en CM1 ou CM2 Il lui sera proposé un stage dune semaine de remise à niveau. Organisées pendant les vacances scolaires de printemps et dété et destinées uniquement aux élèves volontaires, ces sessions consistent en trois heures quotidiennes de cours de français et de mathématiques dispensés par petits groupes de cinq ou six élèves.

29 29 PPRE Lensemble de ces aides peut sorganiser dans un programme personnalisé de réussite éducative (PPRE). document qui fixe des objectifs et résume le contrat passé entre lécole, lélève et ses parents. Les parents sont invités à en prendre connaissance, à en parler avec les maîtres et à le signer.

30 30 Un accompagnement éducatif en ZEP Cet accompagnement aura lieu quatre jours par semaine à raison de deux heures par jour après la fin des cours. Il sera assuré par des enseignants volontaires et des assistants pédagogiques avec laide danimateurs agréés. Il consiste en une aide aux devoirs et aux leçons, en activités sportives, culturelles et artistiques.

31 31 Un lexique spécifique qui dit quoi?

32 32 Formes lexicales Aider, adapter son enseignement, Accompagnement éducatif Par quels moyens? Des travaux particuliers, aide individualisée, expliquer différemment, stage de remise à niveau, cours de français et maths, très petits groupes, organisation des aides via un programme, contrat.

33 33 Mise au point lexicale

34 34

35 35 Une centration forte sur les dispositifs, mais a-t-on des critères pour définir la difficulté?

36 36 Penser la difficulté et ses critères Du côté de lélève Observation de lélève face à la tâche

37 37

38 38 Et du côté des enseignants?

39 39 Actions professorales et incidences sur les apprentissages Y a-t-il des manières de faire plus équitables et plus efficaces? Etat de la recherche

40 40 Quest-ce qui influe sur le parcours scolaire de lélève? Lorigine sociale, mesurée par la profession des parents et leur niveau de diplôme, explique environ 15 % de la variabilité des acquis des élèves à lécole élémentaire et au collège (Mingat, 1991, Bressoux, 1994). Le poids de leffet-classe est dune ampleur à peu près similaire. Cest dire que, sur une année scolaire, la classe fréquentée par lélève compte autant que la profession et le niveau de diplôme des parents.

41 41 Sur une année scolaire, la classe fréquentée par lélève compte autant que la profession et le niveau de diplôme des parents.

42 42 Efficacité, équité Lefficacité cest la capacité à élever le niveau moyen des élèves. Les classes se révèlent diversement équitables, cest-à- dire plus ou moins égalisatrices. Cest en partie lié aux conceptions que se font les enseignants de leur rôle et de leur métier. Certains sont portés vers un désir dégalité, de promotion des plus faibles, tandis que dautres sont tournés vers la sélection dune élite. On constate que, en moyenne, les classes efficaces sont plus fréquemment équitables.

43 43 Plus particulièrement…

44 44 Le temps imparti aux apprentissages Les travaux de Bressoux Les élèves, malgré des programmes communs, ne sont pas tous soumis aux même temps dapprentissage en français et en mathématiques. Or, pour apprendre, il faut un temps dapprentissage suffisamment long, mais pas trop.

45 45 Des temps dans la situation dapprentissage Les travaux de Brousseau en didactique des mathématiques Brousseau séloigne dun constructivisme « radical »: confronter les élèves à une situation ne suffit pas (ex: la situation du tangram). Quatre temps fondamentaux au cours dune séance: Action, formulation, validation, institutionnalisation.

46 46 Un processus de secondarisation Les travaux de Bautier et Rochex (Escol) Les professeurs sattachent souvent plus à lactivité quà son contenu. Les élèves sont alors dans limmédiateté de la tâche et ne sortent pas de leur expérience personnelle. Doù limportance de décontextualiser la connaissance, de la généraliser et de construire un savoir: processus de secondarisation.

47 47 La réussite à tous les prix Les travaux de Butlen et Peltier Leurs travaux sur les ZEP montrent que certains enseignants privilégient la réussite des élèves, au prix même de lapprentissage. On constate un certain évanouissement des savoirs pour conserver la « paix sociale » en classe.

48 48 Lenseignant et la situation dapprentissage Les travaux de Sensevy & al. (PIREF) Lefficacité des pratiques dépendrait entre autre: - de la définition des situations dapprentissage dans un contexte et un enjeu précis; - de la manière dont le professeur est susceptible détudier pour lui-même la connaissance à enseigner (analyse a priori des situations dapprentissage); - de la présence et de la densité des moments où se joue une dialectique dévolution / institutionnalisation?

49 49 Pistes de réflexion

50 50 Gérer les difficultés, un travail collectif Une organisation cohérente: 1. Les programmations, progressions dans les cycles; 2. Le projet décole Une politique cohérente sur le redoublement Les relations école et famille

51 51 Les temps de laide et leur incidence sur les apprentissages Aider, cest dans un groupe hétérogène (parfois restreint), questionner la situation en cours de travail; Aider, cest différer laide dans un groupe homogène considéré comme « faible »; Aider, cest insérer des objets de savoir dès le début de la séance, avant laction des élèves et anticiper des objets de savoir avec certains.

52 52 Y a-t-il des temps daide plus efficaces? Au cours de laide différée, utilisée comme rattrapage- la pression du temps didactique est la plus forte. Lélève est alors soumis à un « dédoublement du temps didactique », celui de la séance puis celui de laide (Leutenegger, 2000). Travailler avec un groupe homogène faible semblerait contraindre lenseignant à envahir tout lespace (Toullec-Théry, 2006)

53 53 Et les temps de laide dans les nouveaux dispositifs? Incidence du temps sur les apprentissages et sur la place accordée à la difficulté des élèves: Avant la classe? Entre midi et deux? Après la classe? Et les stages pendant les vacances? Et les aides aux devoirs?

54 54 Une nécessaire articulation entre les personnes qui aident Lenseignant de la classe Un autre enseignant de lécole Le RASED

55 55 Bibliographie Bressoux, P., « Les recherches sur les effets-écoles et les effets- maîtres », Revue française de pédagogie, n° 108, juillet-septembre Bressoux, P. (2001). Réflexions sur leffet-maître et létude des pratiques enseignantes. Les Dossiers des Sciences de lEducation, 5, Bressoux, P. (2008). Comment favoriser les progrès des élèves ?, Sciences humaines, n°192, avril Butlen, D., Peltier, M-L., Pézard, M. (2002). Nommés en REP, comment font-ils ? Pratiques de professeurs décole enseignant les mathématiques en REP. Contradictions et cohérences. Revue française de pédagogie, n° 140, pp Chauveau, G. (1998). Le réussite scolaire au cours préparatoire et les interactions école-familles populaires, Ville-Ecole-Intégration, n°114.

56 56 Leutenegger, F. (2000). Construction dune clinique pour le didactique. Une étude des phénomènes temporels de lenseignement. Recherche en Didactique des Mathématiques, 20/2, pp Mingat, A. (1991). Expliquer la variété des acquisitions au Cours Préparatoire : les rôles de lenfant, la famille et lécole. Revue française de pédagogie, n° 95, pp Paul J-J, Troncin T. (2004). Les apports de la recherche sur l'impact du redoublement comme moyen de traiter les difficultés scolaires au cours de la scolarité obligatoire. Haut conseil de l'évaluation de l'école. Talbot, L. (2006). Les représentations des difficultés dapprentissage chez les professeurs des écoles, Empan, n°63, p Toullec-Théry, M. & Nédélec-Trohel, I. (2006). Comment aide-t-on les élèves en mathématiques à l'école élémentaire ? La nouvelle revue de l'AIS, n°32, 4e trimestre.

57 57 Merci de votre attention


Télécharger ppt "1 De la difficulté dapprentissage à lécole Dispositifs, pistes de réflexion Marie Toullec-Théry Maître de conférences en Sciences de lEducation CREN Université."

Présentations similaires


Annonces Google