La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sociologie de léducation M1 SC 15 Christine Mennesson.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sociologie de léducation M1 SC 15 Christine Mennesson."— Transcription de la présentation:

1 Sociologie de léducation M1 SC 15 Christine Mennesson

2 La gestion des discriminations dans les systèmes éducatifs I) La socialisation sexuée à lécole: le rôle de lécole dans la construction des inégalités entre filles et garçons II) Les violences scolaires: violences à lécole et violence de lécole

3 Chapitre I Première partie: La socialisation sexuée à lécole Introduction le genre: ensemble de ce qui apparaît comme social et arbitraire dans les différences entre les sexes (Delphy) le masculin et le féminin: des catégories construites socialement (Mathieu) et hiérarchisées (Delphy,Scott)

4 Introduction (suite) Le corps au cœur de la construction du genre et de la reproduction de la domination masculine (Guillaumin, Bourdieu, Tabet) La division sexuelle du travail comme principe dorganisation des sociétés humaines: travail productif/non productif, compétences « naturelles » /compétences culturelles

5 A) Etat des lieux des différences filles/garçons à lécole Introduction: Une question peu présente, une mixité pensée comme produisant forcément légalité 1) Une meilleure réussite des filles, une orientation plus efficace des garçons La scolarisation des filles dépasse celle des garçons (56% des étudiants sont des étudiantes/59% à luniversité)

6 1) Suite Des filles qui devancent les garçons: 70% des filles obtiennent leur bac pour 59% des garçons…et il sagit plus souvent dun bac général (58% des bacs généraux pour les filles, 58% des bacs pro pour les garçons) 82% des filles et 76% des garçons obtiennent le brevet des collèges

7 1) Suite Des différences de résultats précoces: Des filles qui redoublent moins qq soit CSP, des garçons plus souvent en difficulté en lecture (14% pour 8%) Un écart entre filles et garçons qui concerne davantage les milieux populaires Des compétences scolaires sexuées: des filles meilleures en français, des garçons meilleurs en maths

8 1) Suite Des différences dorientation à niveau scolaire égal: 1 très bon élève en français sur 10 va en L pour les garçons, 3/10 pour les filles; 8 très bons élèves en maths sur 10 vont en S pour les garçons, 6/10 pour les filles Des filières sexuées: 80% de filles en L, 62% en ES, 45% en S

9 1) Suite Une sexuation renforcée dans lenseignement professionnel: les filières secrétariat et sanitaire et social pour les unes, électricité/électronique pour les autres Et qui se poursuit dans lenseignement supérieur: formations littéraires/formations scientifiques

10 1) Suite Des filles qui postulent moins dans les filières les plus électives: 30 % de filles en classes prépas, 25% écoles ingénieurs, 40% en doctorat A diplôme équivalent, les filles sinsèrent moins bien que les garçons: 22% décart dans le taux demploi 7 mois après diplôme pour production, 8% dans les services

11 2) Socialisation différenciée et socialisation anticipatrice: des modèles explicatifs qui se combinent Une socialisation scolaire qui avantage les filles, un modèle compétitif qui avantage les garçons (Baudelot et Establet, 92) Lorientation des filles: des choix stratégiques? : lhypothèse de la socialisation anticipatrice (Duru-Bellat, 90)

12 B) Interactions scolaires et socialisation sexuée 1) Les interactions enseignant/enseignés Les oppositions entre filles et garçons comme technique de management de la classe (Delamont, 80), les filles comme « auxiliaires pédagogiques » (Zaidman, 96)

13 B) 1) Suite Aspects quantitatifs et qualitatifs des interactions enseignant/enseignés (Spender, 82, Kelly, 88) Des garçons davantage sollicités… …et qui bénéficient de feed back plus constructifs Les uns apprennent à saffirmer, les autres à seffacer Lenquête de Felouzis (93):les filles rentabilisent mieux la relation pédagogique Des attentes différenciées en fonction des disciplines

14 B) 1) Suite Des attitudes difficiles à modifier Des enseignants peu conscients des différences Des garçons qui monopolisent lespace de la classe Des filles qui maîtrisent mieux le métier délève Une structure hiérarchique fortement sexuée

15 B) 2) Les interactions entre élèves: groupe de sexe et rapport à lécole a) Les cours de récréation: un espace privilégié de construction des différences des sexes Une ségrégation importante, des cultures différentes (Maccoby), des usages du corps spécifiques (Hasbrook, Brougère)

16 B) 2) Suite Des filles et des garçons « ensembles et séparés » (Zaidman, Goffman) Les comportements atypiques: une situation plus valorisante pour les filles que pour les garçons Des enfants conformes en position dominante…dans lespace de la cour La construction des réseaux relationnels enfantins: sexe, genre, classe sociale et rapport à lécole Des enseignants spectateurs

17 B) 2) b) Les adolescents: des stéréotypes sexués particulièrement marqués Les représentations stéréotypées des collégiens (Duret) Une plus grande proximité des garçons aux stéréotypes sexués: limportance de la valorisation de la performance physique (Gavray) Limportance des médias dans la socialisation des adolescents (Pasquier) Une « tyrannie de la majorité » qui renforce les différences entre filles et garçons

18 B) 2) c) Les comportements en classe Des impératifs sexués différents: Du côté des filles: travail de lapparence, distance aux comportements masculins et conformité aux attentes scolaires Du côté des garçons: valoriser les qualités physiques, le défi des règles…et la distance au monde scolaire Stéréotypes sexués et réussite scolaire (Gavray, 2010)

19 B) 2) d) Violence scolaire et genre Culture oppositionnelle des garçons des milieux populaires et dévalorisation de la réussite scolaire (Bourgois, Lepoutre) La sur représentation massive des garçons dans les faits de violence en milieu scolaire: affirmer sa virilité faute dautres ressources (Bourdieu, Dejours)

20 B) 2) d) suite Sanctions scolaires et « fabrique » des garçons (Ayral, 2010) -Les sanctions comme « médailles » de la virilité -Les enseignantes: une cible privilégiées -Des filles qui apprécient les garçons sanctionnés

21 B) 2) c) Suite Les violences scolaires comme sanction destinée aux garçons peu conformes dun point de vue sexué (Pelissié) Les « crapuleuses » (Rubi) ou les « filles pirates » (Beaud): la socialisation anti scolaire peut aussi concerner les filles

22 C) Les contenus de formation ou le « curriculum caché » Une prise en compte tardive par les textes officiels Des disciplines scolaires historiquement construites pour les hommes et par les hommes Le rôle des manuels scolaires dans la diffusion des stéréotypes sexués Des modes de présentation sexués des contenus qui influencent les résultats des filles et des garçons

23 D) Pratiques pédagogiques et différences entre les sexes 1) Des pratiques pédagogiques plus ou mois égalitaires Des choix pédagogiques décisifs: lexemple des situations de compétition et de coopération Des pédagogies non directives qui laissent sexprimer les stéréotypes La question des modes de groupement

24 D) 2) La mixité en question Une dynamique relationnelle dominée par les garçons (Mosconi, 1989), et peu régulée par les enseignants (Baudoux, Noircent, 1995) Des garçons qui se sur évaluent, des filles qui se sous estiment (Lorenzi-Cioldi, 1988) Des rapports sociaux de sexe à lorigine de problèmes disciplinaires (Spender, 1982) Une tendance à laccentuation des stéréotypes? (Mosconi, 1994; Duru-Bellat, 1995)

25 2) La mixité en question (suite) Les expériences denseignement non mixte: des effets positifs discutés (Marsh, 1989) Les effets positifs de la mixité (Marry, 2004) La mixité doit saccompagner dune politique dégalité (Mosconi, 2004)

26 E) Lorganisation du système scolaire Des tendances générales identiques au cas français Plus lorientation est précoce, plus les inégalités entre les sexes augmentent Conclusion: les différents niveaux de construction des différences entre filles et garçons dans le système scolaire, des pratiques pédagogiques qui peuvent atténuer les inégalités

27 Chapitre I Deuxième partie: filles et garçons dans les pratiques sportives associatives et en EPS Introduction: le sport, une pratique culturelle et un objet denseignement masculin Une relation originelle entre sport et masculinité (Elias et Dunning, 1986) Diversification des modèles de genre et permanence de la hiérarchie sexuée

28 Introduction (suite) Une socialisation entre pairs et médiatique qui construit le sport comme une activité masculine Des goûts sportifs sexués: la pratique en club et compétitive est plus masculine/pratiques féminines et pratiques masculines/lappropriation sexuée des activités sportives (Louveau et Davisse,1998)

29 A) Filles et garçons dans les pratiques sportives associatives 1) Les jeunes et le sport: état des lieux Les loisirs préférés: sport pour les garçons (73%), lecture pour les filles (53%) (Davisse, 1999) Les enfants de diplômés font plus de sport: 83% diplôme du sup pour 52% parents non diplômés (Stat-infos, 2002) Le niveau de vie des familles influence surtout la pratique des filles: euros 74% pratiquantes, euros 45%

30 A) 1) Suite Les enfants de parents sportifs font plus de sport, la pratique des mères réduit les écarts entre filles et garçons Des écarts de pratique qui se creusent avec lâge: 68% des filles font du sport à 12 ans (79% garçons), 52% à 17 ans Linfluence de lorientation scolaire: filières professionnelles: 71% de garçons (moy 81%) et 40% de filles (moy 63%)

31 A) 1) Suite En filière générale, autant de filles pratiquent quen 6/5ème mais moins régulièrement et moins souvent en club 2) La socialisation sexuée des enfants dans les pratiques sportives associatives

32 A) 2) a) Les modes sexués de transmission familiale des pratiques sportives Des pratiques sportives enfantines majoritairement sexuées (Mennesson, 2010) Choix inconscients/ choix volontaires: la peur de la non-conformité corporelle Des transmissions de père en fils et de mère en fille Quelques exemples atypiques: les familles favorisées à fort capital culturel…et les autres

33 A) 2) b) Une ségrégation et une hiérarchisation sexuée importante (Mennesson, Neyrand, 2011) Le rôle des jeux informels Garder ses distances avec lautre sexe: un principe structurant Des filles plus « scolaires », des garçons plus engagés dans laffrontement physique

34 A) 2) c) Les interventions des éducateurs: un enjeu central La division sexuée du travail éducatif (Guérandel, 2006, 2011) Des interventions qui renforcent souvent les différences entre filles et garçons Des comportements difficiles à modifier Limportance de la socialisation et de la formation des éducateurs

35 Lexemple de Jean Un profil atypique dans le monde du football: capital culturel et capital militant Un mode denseignement scolaire Une régulation des interactions entre enfants: contrôle du mépris des garçons et soutien des filles Un enseignement qui transforme les filles comme les garçons

36 A) 2) d) Les contextes sportifs comme régimes de genre et de classe (Connell) Régime de genre= représentations sexuées de lactivité+ rapports de pouvoir/division sexuée du travail+ modalités dinteractions entre les filles et les garçons (ou entre filles et entre garçons)

37 A) 2) d) Les contextes sportifs comme régimes de genre et de classe (suite) (Mennesson, Neyrand, 2011) La danse en milieu urbain favorisé: la construction dune féminité cultivée Des pratiques aux effets contrastés: lexemple du judo et de la gym Un exemple de questionnement des rapports sociaux de sexe: léquitation en milieu rural populaire

38 B) La gestion des filles et des garçons en EPS Introduction: contextualisation Une résistance historique à la mixité Un lieu de mise en scène du corps: limportance des enjeux identitaires 1) Des rapports différenciés à lEPS Des garçons fans de lEPS (EPS/Maths/Techno), qui « jouent leur vie » (Davisse, 99)

39 B) 1) Des rapports différenciés (suite) Un engouement moins important pour les filles (Langues/Français/EPS), qui jouent « pour rire » Des filles qui pratiquent pour le plaisir (66%), des garçons qui valorisent la compétition (52%) (DEPP, 2006) Un sport scolaire de plus en plus masculin: USEP 48% filles, UNSS 42%, FNSU 23%

40 B) 2) Des contenus plus proches des garçons, des filles en difficulté a) La question de lévaluation (Vigneron, 2006) Des filles qui réussissent moins bien: 1,2 pt en moins au bac en moyenne un écart variable selon les séries et les milieux sociaux La croyance de lexistence de capacités physiques plus limitées chez les filles (Siedentop, 1983) Chez les enseignants…et les filles elles- mêmes (Lentillon, Cogérino, 2005)

41 La question de lévaluation (suite) Le sexe, un facteur peu important dans la limitation des performances physiques (Vidal, 2005) Des activités « féminines » peu évaluées Des filles en difficulté dans des activités ne nécessitant pas des ressources physiques importantes: lexemple du volley et du badminton

42 B) 2) Suite b) Des contenus « masculins neutres » Le modèle sportif masculin comme modèle de référence (Davisse, 99): une prédilection pour la modalité compétitive et pour les sports masculins: curriculum « masculiniste » (Terret, 2006) Un décalage important entre les aspirations des filles pour les activités artistiques (+ de 80% les jugent intéressantes) et dentretien et les contenus en EPS Seuls 10% des enseignants acceptent denseigner ces activités

43 B) 2) Suite c) Habitus sportif et choix des contenus Des enseignants attachés à lidée dAPS « incontournables » (64%: natation, sports co, athlé) Des enseignants qui prennent davantage en compte les demandes des garçons (Cogérino, 2006) Des enseignants qui ne souhaitent pas adapter les caractéristiques des APS (71% respectent la « logique interne »)

44 B) 3) Une mixité problématique? a) Un engouement modéré pour la mixité en EPS? De plus en plus de classes mixtes (95% 6 ème, 87% 5 ème, 61% Term., Terret, Cogérino, 2006) 80% des enseignants souhaitent enseigner en mixité souvent ou systématiquement 2/3 le souhaitent pour des raisons dégalité et 3/4 estiment que leffet est bénéfique sur le climat de la classe Les principales difficultés perçues à la mise en place de la mixité: les représentations des APS des filles et des garçons (42% en 6 ème à 80% en BEP), les qualités physiques des filles et des garçons (36% en 6 ème, 72% en CAP)

45 3° Suite Des rapports différenciés selon lâge et le niveau de diplôme Et du côté des élèves… Des filles plus nombreuses à évoquer les inconvénients de la mixité Des lycéennes favorables à un fonctionnement alterné (DEPP, 2006)

46 B) 3) Suite b) Des différences dinteractions selon le sexe Des processus génériques: des interactions différenciées (Couchot-Schiex, 2005; Nicaise- Cogérino, 2008): 40/60; + de conseils et de FB disciplinaires pour les garçons, garçons félicités pour leurs performances, filles pour leurs efforts Des filles conscientes des différences dinteraction, mais qui ne les perçoivent pas comme une injustice (Lentillon, Trottin, 2005) Des différences selon les modes de socialisation et de formation des enseignants

47 c) Les modes de gestion de la mixité (Davisse) « Ensembles et séparés »: une co présence plutôt quune mixité « Ensembles et différenciés »: des prescriptions de compensation pour les filles: un renforcement de la hiérarchie entre les sexes? Groupes de niveaux… …et groupes affinitaires: la légitimation de la ségrégation

48 d) La mixité des équipes pédagogiques en question Une division sexuée du travail plus ou moins marquée (Ottogalli, 2006) Une répartition sexuée plus ou moins forte des APSA Des variations selon les caractéristiques des enseignants: des équipes « participatives » aux équipes « hiérarchisées »

49 B) 4) La co-éducation des filles et des garçons en EPS Une reconnaissance réciproque de légale liberté et de légale valeur de chacun, quelque soit son sexe (Cogérino, 2006) a) Limportance des attentes des enseignants Lexemple des professeurs des écoles (Coupey, 1995) Lexemple des enseignants dEPS (Moreno, 2006)

50 a) Suite: quelques préconisations Hutchinson (1995): sinterroger sur ses croyances, être attentif aux interactions, éviter commentaires sexistes Knoppers (1998): ne pas mentionner le sexe des élèves, encourager activité des filles et conformité scolaire des garçons, introduire activités dentretien

51 La co-éducation des filles et des garçons en EPS (suite) b) Le choix des contenus en question Des expériences de construction de contenus denseignement non sexistes en rugby (David, 1995) et en danse (Motta, 1999, Coltice, 2006): prendre en compte la dimension sexuée de la motricité La question des représentations sexuées des APS/ lexemple du VB (Verscheure et al., 2006)

52 b) Suite 3 logiques denseignement des sports co (Vigneron, 2006) Cumulative: des filles plus « faibles » mais des contenus identiques Distributive: des filles plus « faibles » dont il faut compenser le handicap Empirique: la recherche de solutions variables

53 B) 4) c) Quelques exemples de situation Ne pas systématiser les montantes/descendantes et le jeu global (Moreno) Prendre en compte les différences filles/garçons pour les faire évoluer vers une culture commune (Vigneron): Lexemple du badminton: jouer placé/jouer fort: deux compétences de valeur égale Lexemple du hand: jeu en équipe homogène mixte sur des espaces larges (5/5)

54 B) 4) Suite Favoriser lengagement des élèves des deux sexes: lexemple du ping- pong: Des équipes mixtes homogènes Une partie technique où les performances de tous sont prises en compte Des matchs par niveau où chacun peut rapporter des points pour son équipe

55 Conclusion: « Fabriquer de légalité avec lidentique et le différent » (Fraisse) Sinterroger sur la fausse neutralité des contenus Ne pas valoriser systématiquement les modes de mise en jeu masculines du corps … …Sans enfermer les filles dans des APSA spécifiquement féminines (Davisse, Vigneron)

56 Fabriquer de légalité en EPS (suite) Proposer des formes variées de groupement filles et des garçons Ne pas oublier limportance du sens des apprentissages: construire des contenus appropriables par les deux sexes


Télécharger ppt "Sociologie de léducation M1 SC 15 Christine Mennesson."

Présentations similaires


Annonces Google