La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Corps, sport, socialisation: cours socio L3 Socialisation, construction des goûts sportifs et rapports sociaux de classe et de sexe Christine MENNESSON.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Corps, sport, socialisation: cours socio L3 Socialisation, construction des goûts sportifs et rapports sociaux de classe et de sexe Christine MENNESSON."— Transcription de la présentation:

1 Corps, sport, socialisation: cours socio L3 Socialisation, construction des goûts sportifs et rapports sociaux de classe et de sexe Christine MENNESSON

2 Plan du cours I) Socialisation, rapports sociaux de sexe et construction des goûts sportifs A) La construction sociale du masculin et du féminin B) La construction du genre dans le monde sportif

3 Plan du cours II) Socialisation, rapports sociaux de classe et construction des goûts sportifs A) Lespace des sports et ses évolutions B) Construction et évolutions des goûts sportifs C) Les effets sociaux de la socialisation sportive

4 Corps, sport, socialisation: cours socio L3 Partie I: Socialisation, rapports sociaux de sexe et construction des goûts sportifs

5 I) Introduction: la question du genre: une question nouvelle en sociologie A) Définitions La prise en compte récente du sexe dans les enquêtes sociologiques Le genre: un processus de construction sociale des différences entre les sexes Des sociétés qui surdéterminent les différences biologiques

6 I) A) Suite Delphy: le genre renvoie à lensemble de ce qui apparaît comme social et arbitraire dans les différences entre les sexes Parler du genre au singulier (Le Feuvre): les groupes construisent chacun des manières particulières dêtre homme ou femme

7 I) A) Suite Le genre signifie lexistence de rapports de pouvoir (Scott): le concept de rapports sociaux de sexe Précisions terminologiques: socialisation de genre/socialisation sexuée/socialisation sexuelle Le sexe en question: Laqueur et le modèle du sexe unique

8 I) B) Nouveaux questionnements, nouvelle société? Des changements importants… Dans le monde du travail: la femme salariée, un nouveau modèle Lévolution des structures de la famille Laugmentation de la scolarisation des filles Lévolution du cadre législatif

9 I) B) Suite …et des permanences dans les inégalités hommes/femmes Un marché du travail inégalitaire Des tâches ménagères inégalement réparties Des filles peu présentes dans les filières dexcellence La sous représentation des femmes dans le monde politique

10 II) La construction sociale du féminin et du masculin A) Approche sociologique des catégories sexuées 1) Les travaux féministes a) Des catégories construites Lexemple de la formation des garçons dans la maison des hommes (Godelier, Héritier) Lexemple des Inuits et des Berdaches: quand le genre ne correspond pas au sexe (Mathieu)

11 II) A) 1) Suite b) Des catégories hiérarchisées La prédominance du principe masculin (Héritier) La hiérarchie précède la différenciation (Delphy) Le corps comme lieu et moyen de reproduction de la domination (Guillaumin)

12 II) A) 2) Les travaux en terme de domination masculine a) La domination masculine comme principe dorganisation sociale (Bourdieu) La différenciation masculin/féminin: une conséquence de lorganisation sociale Une domination masculine qui structure les processus de socialisation Et qui contraint les hommes comme les femmes Limportance du corps: des « hexis » corporelles différenciées

13 II) A) 2) Suite b) La question de larticulation entre sexe et classe Une domination masculine dintensité variable et qui prend de multiples visages (De Singly) Trois modes darticulation entre sexe et classe (Passeron, De Singly) Des rapports sociaux imbriqués (Kergoat)

14 II) A) 2) c) Le concept de masculinité hégémonique (Connell) La masculinité hégémonique: une forme culturellement idéalisée du caractère masculin basée sur lexaltation de la puissance physique Masculinités hégémoniques et masculinités subordonnées: des modèles masculins hiérarchisés Des féminités plus ou moins conformes ou « résistantes » Le sport: un lieu privilégié dexpression de masculinités hégémoniques

15 II) B) Socialisation sexuée et construction des rapports au corps et au sport 1) Le rôle central de la socialisation familiale Des garçons plus stimulés que les filles (Belotti) Les usages sexués des jouets (Vincent) Des attentes différentes: Réussite professionnelle/réussite familiale La transmission des pratiques sportives: de mère en fille et de père en fils (Mennesson, Neyrand)

16 II) B) 2) Les groupes de pairs: un lieu dapprentissage des comportements de genre Une ségrégation entre les sexes très précoce (Maccoby) Des cultures de groupe de sexe différentes: le statut central du sport pour les garçons (Haasbrook, Zaidman), la « bedroom culture » des filles (Mac Robbie) Des garçons sportifs versus des filles belles: limportance des stéréotypes

17 II) B) 3) Limportance de la socialisation médiatique La littérature enfantine: des modèles de genre stéréotypés (Dafflon- Novelle) Lexemple des encyclopédies pour enfants sur le corps (Détrez) Les goûts musicaux et télévisuels des adolescents: une appropriation sexuée des médias (Pasquier)

18 II) B) 4) Une socialisation scolaire sexuée Des interactions différentes avec les filles et les garçons Des attentes différenciées des enseignants en fonction des disciplines: des filles incompétentes en maths? Une EPS plus proche des rapports au sport des garçons

19 II) B) 5) La socialisation sexuée dans les loisirs sportifs Des activités très typées: danse versus sport collectif ou de combat Des garçons et des filles ensembles et séparés Des garçons qui dominent lespace spatial et sonore, des filles plus disciplinées, auxiliaires pédagogiques des garçons …et des situations qui questionnent les normes de genre

20 II) B) Conclusion Des modes de socialisation convergents… …qui construisent des rapports au corps et au sport différents pour les filles et les garçons Ces rapports différenciés au corps et au sport définissent les rôles des uns et des autres à lâge adulte

21 III) La construction du genre au sein du monde sportif A) Le monde sportif: un lieu privilégié de construction du masculin 1) Naissance du sport moderne et promotion de la masculinité (Elias et Dunning) Le sport comme lieu dexpression dune violence régulée Le sport comme espace de préservation dune forme de masculinité hégémonique

22 III) A) 2) Mutations du monde sportif et permanence de la domination masculine (Messner et Sabo) Des modèles de genre diversifiés Le statut dominant du modèle de masculinité hégémonique symbolisé par les sports collectifs et daffrontement Les « nouveaux habits » de la domination masculine dans les sports informationnels

23 III) A) 3) Médiatisation et reproduction des stéréotypes sexués Des sports masculins plus médiatisés Des commentaires qui renforcent les différences entre les sexes: les performances des sportifs, le statut de femme des sportives (Messner) Une mise en scène différenciée: lhyper ritualisation de la féminité et de la masculinité (Goffman)

24 Des différences de mise en scène

25 Lérotisation du corps des sportives

26 La mise en scène des hommes: puissance…

27 …prise de risque et réflexion

28 III) B) Hommes et femmes: des rapports au sport différents Introduction: Une pratique féminine en progression constante INSEE 67 22% sportives INSEE 83 32% sportives 48% sportifs INSEP 87 71% sportives 77% sportifs INSEP % sportives 88% sportifs Des femmes qui adhèrent moins que les hommes aux manières traditionnelles de faire du sport

29 III) B) 1) Des goûts sportifs différenciés a) Pratiques féminines et pratiques masculines Des femmes qui pratiquent de manière plus occasionnelle, davantage à lintérieur, des activités dhygiène ou dagrément non institutionnalisées Des hommes plus engagés dans la pratique licenciée (2/3 des licences) et compétitive (3/4 des compétiteurs). 65% des athlètes de haut niveau sont des hommes

30 III) B) 1) Suite Corps pour elles et sport pour eux (Louveau) Des goûts proches en matière dactivités de loisir non institutionnelles: culture physique, marche, natation, vélo, course, tennis Des goûts différents en matière de pratique licenciée

31 Pratiques féminisées… FFEPGV 94% femmes Danse 90% Sports glace 82% Gym 79% Equitation 78% Retraite sportive 70% Randonnée 61% Natation 57% Pratiques dentretien et pratiques esthétisées

32 …et pratiques masculinisées XIII 2,4% Football 3% Aéromodélisme 3,4% Pêche 3,5% XV 3,8% Planeur 4,1% Moto 4,7% Vol à voile 8% Cyclisme 9% Pratiques daffrontement, énergétiques, traditionnelles et techniques

33 III) B) 1) a) Suite Des choix féminins plus réduits que ceux des hommes: 9 fédés sur 76 licencient plus de 50% de femmes Des femmes peu présentes (- de 20%) dans la moitié des fédérations Une représentation variable dans les sports les plus pratiqués

34 III) B) 1) a) Suite % femmes dans fédés plus Foot 3% Tennis 33% Judo 27% Basket 39% Golf 29% Hand 37% La féminisation: une construction historique Limportance de la conjoncture Le rôle des caractéristiques des promoteurs

35 III) B) 1) b) Des manières différentes de pratiquer Lappropriation différenciée des activités Lexemple de la GV (Dechavanne) Lesthétisation des modalités féminines, linsistance sur la puissance et la prise de risque pour les modalités masculines Ladaptation des sociabilités

36 III) B) 1) b) Suite Des raisons différentes de pratiquer: Des motivations similaires: détente et santé Des objectifs différents: mincir pour les femmes (67% contre 47%), se dépasser, se mesurer aux autres et éprouver des sensations fortes pour les hommes (43%-30%; 30%-16%; 50%-33%)

37 II) B) c) Lencadrement sportif: un monde dhommes 9% des DTN, 10 entraîneurs nationaux, 16% conseillers techniques, 6% des présidents de fédérations et 4% des membres du CNOSF sont des femmes Des difficultés similaires à celles rencontrées dans le monde du travail: double journée, division sexuée des tâches, « plafond de verre »

38 III) B) 2) Différences de sexe, différences de classe Le niveau de diplôme et la CSP influence davantage la pratique des femmes que celles des hommes Des femmes plus sportives chez les cadres (66% pour 65%), moins sportives chez les ouvriers (39% pour 47%) (IPSOS 2007, moy 51% sportifs)

39 III) B) 2) Suite Une division des rôles sexués plus marquée en milieu populaire, plus égalitaire dans les milieux favorisés Des choix sportifs réduits pour les femmes des milieux populaires, une palette de pratiques « unisexes » plus importante pour les femmes des milieux favorisés

40 III) B) 3) Les investissements sportifs atypiques Une socialisation sexuée inversée: Lexemple des footballeuses et des danseurs (Mennesson) Socialisation sportive versus socialisation culturelle La participation au groupe de pairs de sexe opposé Des configurations familiales spécifiques

41 4) Les effets de contexte: des régimes de genre différents (Connell) Les rapports sociaux de sexe sorganisent de manière particulière dans chaque pratique Symboles, rapports de pouvoir, division sexuée du travail et interactions Lexemple de la pratique féminine dans deux sports dits masculins (Mennesson)

42 Régimes de genre SymbolesRapports de pouvoir Division sexuée du travail sportif Modalités concrètes dinteraction Boxes poings pieds Diffusion médiatique = Erotisation des corps féminins Plutôt favorables aux femmes Assaut (féminin), combat (masculin) Conditions dentraînement identiques Femmes très minoritaires dans un groupe masculin, assimilation au groupe des hommes, importance du travail de lapparence et de lhétérosexualité Football féminin Invisibilité de la pratique des femmes Plutôt défavorables aux femmes Pratique compétitive identique Forte différenciation des conditions dentraînement Groupe très majoritairement féminin, faible travail de lapparence et permissivité à légard des pratiques homosexuelles

43 Des socialisations sportives aux effets opposés Football Un renforcement des dispositions sexuées inversées Boxe Un processus de transformation des dispositions sexuées inversées

44 5) Les variations individuelles dans un même « régime de genre » a) Des manières diverses de construire son appartenance de sexe en fonction: Des dispositions sexuées incorporées Des contraintes institutionnelles: les différences entre les clubs Du capital sportif et/ou du capital culturel: lexemple de Nicole Abar

45 5) b) Des féminités et des masculinités évolutives Lexemple des formes de masculinité dans le monde du snowboard (Thorpe) « Grommets » (ados) « Bros » (potes) « Real men » (vrais hommes) « Old Guys » (vieux de la vieille)

46 Conclusion Le monde sportif comme lieu privilégié de construction des différences entre les sexes… …mais aussi comme lieu dexpression de féminités (masculinités) différentes Des effets de contexte très variés Des définitions du genre diversifiées dans un même contexte


Télécharger ppt "Corps, sport, socialisation: cours socio L3 Socialisation, construction des goûts sportifs et rapports sociaux de classe et de sexe Christine MENNESSON."

Présentations similaires


Annonces Google