La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Correspondants en Hygiène Hospitalière Clinique Ste Clotilde Catherine PAYET BONNEFOND IDE coordonnatrice en hygiène Hospitalière-Antenne Régionale CCLIN/FELIN.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Correspondants en Hygiène Hospitalière Clinique Ste Clotilde Catherine PAYET BONNEFOND IDE coordonnatrice en hygiène Hospitalière-Antenne Régionale CCLIN/FELIN."— Transcription de la présentation:

1 1 Correspondants en Hygiène Hospitalière Clinique Ste Clotilde Catherine PAYET BONNEFOND IDE coordonnatrice en hygiène Hospitalière-Antenne Régionale CCLIN/FELIN LHYGIENE DES MAINS LE PORT DE GANT LA TENUE HOSPITALIERE

2 Les Précautions standard n n Lavage et/ou désinfections des mains n n Gants n n Surblouse, masque, lunettes n n Matériel n n Surfaces n n AES n n Transport de matériel infectieux ( ou potentiel )

3 Prévention de la transmission croisée PRECAUTIONS STANDARDS : Lavage des mains port de gants dès que risque de contact avec sang ou liq biologiques Port de masque, surblouse, lunettes si projection Entretien du matériel et des surfaces souillées Conduite à tenir en cas dAES HYGIENE DE BASE : Nettoyage des locaux Alimentation Fonction Linge Elimination des déchets Lavage des mains Tenue hospitalière PRECAUTIONS PARTICULIERES COMPLEMENTAIRES (précautions contact, air, gouttelettes)

4 4 HYGIENE DES MAINS "Au lieu de singénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

5 5 LA FLORE CUTANEE la flore résidente Couche superficielle et profonde de lépithélium Peu dIN Peu accessible au lavage la flore transitoire Couches superficielles de lépithélium IN Accessible au lavage n Sur la peau saine, on trouve environ 1 million de bactéries par cm2 n On distingue

6 6 LA FLORE CUTANEE n Résidente oBactéries de lhomme sain (flore commensale) n Transitoire oBactéries de lenvironnement (saprophyte) ET obactéries pathogènes et/ou commensales issues de la flore des patients soignés. Elle varie au cours de la journée, selon les activités et reflète lécosystème microbien hospitalier comme notamment les bactéries multi - résistantes.

7 7 LA FLORE CUTANEE n Mains non souillées visiblement

8 8 LA FLORE CUTANEE n Après une hygiène des mains

9 9 HYGIENE DES MAINS Lhygiène des mains est la mesure de prévention la plus simple et la plus efficace pour réduire la transmission croisée dagents infectieux lors des soins.

10 10

11 11 La main est un outil de travail

12 12 La main ne doit pas devenir le transport en commun des germes

13 13 Existe-t-il une relation entre hygiène des mains et infections ? n OUI !! Et on le sait depuis longtemps (Semmelweis)

14 14 Existe-t-il une relation entre hygiène des mains et infections ? n Mesure dont le niveau de validation est le plus élevé oTaux dacquisition de 4 fois plus élevé et plus rapide en labsence dhygiène des mains o10,6% de colonisation après contact avec des mains dun soignant contaminées oPlusieurs travaux avant/après Convergents sur la baisse des IAS et BMR Convergents sur la baisse des IAS et BMR oTravaux des pays en développement 50% baisse des diarrhées et pneumopathies 50% baisse des diarrhées et pneumopathies

15 15 HYGIENE DES MAINS Maintenant que le monde médical dispose des technologies les plus sophistiquées pour poser un diagnostic et traiter les patients, il est très difficile de le convaincre quen matière de prévention des infections liées aux soins, une technique aussi désuète que lhygiène des mains reste malgré tout le remède de choix ! Maintenant que le monde médical dispose des technologies les plus sophistiquées pour poser un diagnostic et traiter les patients, il est très difficile de le convaincre quen matière de prévention des infections liées aux soins, une technique aussi désuète que lhygiène des mains reste malgré tout le remède de choix !

16 16 HYGIENE DES MAINS n Pré requis oPas dongles longs, faux ongles et vernis oPas de bijoux (même alliance fine) Plus forte contaminations des mains et risque dépidémies Plus forte contaminations des mains et risque dépidémies oAvant-bras découverts (manches courtes)

17 Nouvelles recommandations

18 18 n Indications oIl est fortement recommandé deffectuer une friction hydro-alcoolique en remplacement du lavage des mains (au savon doux ou antiseptique) en labsence de souillure visible des mains oIl est fortement recommandé de supprimer les savons antiseptiques utilisés pour les mains des soignants, quelles que soient les indications (haut niveau de validation) : suppression des procédures de lavage hygiénique et de lavage chirurgical Nouvelles recommandations

19 19 Le lavage simple n Objectifs : Eliminer les salissures et réduire la flore transitoire des mains, par action mécanique. Eliminer les salissures et réduire la flore transitoire des mains, par action mécanique.Réduire la transmission manu-portée des germes.

20 20 Le lavage simple 1) Savon doux (proscrire les pains de savon) 2) Savonnage pendant 30 3) Rinçage abondant à leau du réseau 4) Séchage avec des essuie mains à usage unique

21 21 Le lavage antiseptique (nest plus recommandé) n Objectifs : Action sur les salissures et Eliminer la flore transitoire des mains par l effet de l antiseptique. Action sur les salissures et Eliminer la flore transitoire des mains par l effet de l antiseptique.Réduire la transmission manu-portée des germes pour des gestes invasifs ou contaminants.

22 22 Le lavage antiseptique (nest plus recommandé) 1) Savon antiseptique (bétadine srcub ou hibiscrub) 2) Savonnage pendant une minute 3) Rinçage eau du réseau (ou maîtrisée dans certain cas) 4) Séchage essuie mains à usage unique

23 23 Lavage chirurgical (nest plus recommandé) n Objectifs : Eliminer la flore transitoire et Réduire la flore résidente Eliminer la flore transitoire et Réduire la flore résidenteRéduire la transmission manu-portée des germes lors de geste nécessitant une haute asepsie.

24 24 Lavage chirurgical (nest plus recommandé) 1) Savon antiseptique (bétadine srcub ou hibiscrub) 2) Eau de rinçage bactériologiquement maîtrisée 3) Papier à usage unique stérile pour sécher 4) Temps de lavage total : 5 minutes

25 25 Limites actuelles à lhygiène des mains !! n Fréquence des opportunités o~ 16 occasions par heure Respect < à 50% Respect < à 50% n Durée préconisée oLavage simple = 30 s (savon doux) oLavage antiseptique = 1 mn (savon antiseptique) Durée observée << 15 s Durée observée << 15 s

26 26 Pourquoi cette mauvaise observance ? n Irritation, allergie n Port de gants n Pas de point deau, savon, essuie- mains n Charge de travail n Patient à faible risque n Pas dexemple du personnel médical

27 27 Conséquences

28 28 Une solution facile pour améliorer lhygiène des mains n LES SOLUTIONS HYDRO ALCOOLIQUES ou

29 29 Avantage des n Simples et rapides d utilisation Pas besoin deau ni déquipement particulier, Pas besoin deau ni déquipement particulier, Disponibles en tout lieu : poche, chariot de soins…… Disponibles en tout lieu : poche, chariot de soins…… Friction SHA : 3 fois plus rapide que le lavage simple Friction SHA : 3 fois plus rapide que le lavage simple n n Lavage simple = 1 min 30 n n Quitter lit patient, aller au lavabo, n n Se mouiller les mains, n n Savonner les mains (30 s), n n Rincer et sécher les mains n Friction SHA = 30 s n Pas de déplacement (poche) n Friction (30 s), séchage compris n Pas de rinçage Pour 16 occasions/heure Friction SHA = 8mn/hLavage savon doux = 24 mn/h reste 52 min pour les soins reste 36 min pour les soins

30 30 Avantage des n Plus efficace que le lavage simple n Plus efficace que le lavage antiseptique

31 31 Avantage des n Meilleure tolérance des SHA (émollient) R.Girard, K. Amazian, J.Fabry Hygienes VII

32 32 Il est formellement démontré que les produits alcooliques sont moins irritants que les détergents, même doux Il est formellement démontré que les produits alcooliques sont moins irritants que les détergents, même doux n Diminution des dermatoses professionnelles n Continuer à réduire les intolérances oAbandonner les savons antiseptiques oLimiter le lavage aux seuls cas où il simpose oSupprimer les lavages suivis de friction Humidité persistante dans la couche cornée diminuant lefficacité et la tolérance Humidité persistante dans la couche cornée diminuant lefficacité et la tolérance oAttendre que les mains soient parfaitement sèches avant denfiler les gants

33 33 OBSERVANCE Amélioration de lobservance de lhygiène des mains est prouvée (Plus simple dutilisation, mieux tolérée et plus accessibles …) n Stratégies dimplantation indispensables oFaciliter le geste de désinfection des mains au plus proche du soin oEduquer le personnel soignant oEvaluer les pratiques oProposer des aides mémoires (posters …)

34 34 Technique à prioriser n La friction remplace le lavage en labsence de souillure visible oEfficacité sur la flore transitoire supérieure au savon doux et antiseptique oMeilleur tolérance oLa qualité de la friction est importante Mais idem pour le lavage des mains ! Mais idem pour le lavage des mains ! oRespect de la technique supérieur avec la friction 50% par lavage versus 72% par friction 50% par lavage versus 72% par friction

35 35 INDICATIONS Le fait dentrée dans une chambre ne constitue pas à lui seul une indication dhygiène des mains n Immédiatement oAvant tout contact direct avec un patient oAvant tout soin propre ou acte invasif n Entre un soin contaminant et un soin propre ou un acte invasif chez un même patient

36 36 INDICATIONS n Après oLe dernier contact direct ou soin auprès dun patient oUn contact avec lenvironnement immédiat dun patient oTout contact avec des liquides biologiques Après retrait des gants Après retrait des gants A défaut, si pas dusage de gants, après un lavage au savon doux + séchage A défaut, si pas dusage de gants, après un lavage au savon doux + séchage n Avant et après avoir mis des gants

37 37

38 38 CONTRE INDICATIONS n Les SHA ne doivent jamais être utilisées oSur Mains Souillées oSur Mains Mouillées (ou humides) oSur Mains Poudrées oEn cas de gale ou de clostridium lavage simple préalable lavage simple préalable n Les SHA ne sont p as conseillées si : oMains Lésées (sensations de brûlures)

39 39 EQUIPEMENT n Distributeurs oDans les chambres et les lieux où des soins sont réalisés Emplacement prédéfini Emplacement prédéfini n Flacons de poche oIndispensable dans certaines situations ou services Contamination externe du flacon = pas dinfluence sur le résultat de la friction Contamination externe du flacon = pas dinfluence sur le résultat de la friction

40 40 EQUIPEMENT n Gants non poudrés oMoins allergisant oIndispensable en cas de friction Sinon lors du retrait des gants, lavage des mains imposant un séchage soigneux (Pb de tolérance ) Sinon lors du retrait des gants, lavage des mains imposant un séchage soigneux (Pb de tolérance )

41 41 EN PRATIQUE n Technique oMains sèches et visiblement propres oVolume de 1,5 à 3 ml de produit selon le SHA et la taille des mains selon le SHA et la taille des mains oRépétition des 7 étapes jusquau séchage complet 3 à 4 fois souhaitable 3 à 4 fois souhaitable o20 à 30 secondes de durée de friction

42 42 LA TECHNIQUE

43 43 LA TECHNIQUE

44 44 LA TECHNIQUE Sans oublier les poignets !

45 45 FRICTION chirurgicale n Privilégier la désinfection chirurgicale par friction au lavage chirurgical des mains oRéduction bactérienne supérieure Immédiate et après trois heures sous gants Immédiate et après trois heures sous gants oTechnique mieux respectée oTolérance cutanée meilleure oCoût inférieur et maintenance simplifiée (équipement)

46 46 FRICTION chirurgicale n Technique oLavage au savon doux jusquau coude inclus, au vestiaire ou en sortie de salle dop. Séchage par tamponnement (essuie mains UU) Séchage par tamponnement (essuie mains UU) o2 frictions successives avant dentrer en salle Mains jusquaux coudes inclus Mains jusquaux coudes inclus puis mains + avant-bras puis mains + avant-bras oAu moins 10mn entre lavage et friction oEntre 2 interventions, en labsence de souillure et avec gants non poudrés, pas de lavage

47 47 La consommation des n Impliquer les patients, visiteurs, bénévoles… oLes inciter à être vigilants/au soignant oLeur apprendre à utiliser la friction n Participer aux campagnes nationales ou locales oOutils de com., mascotte, médiatisation

48 48

49 49 La consommation des n Fait partie des 5 indicateurs du tableau de bord des établissements de santé pour la lutte contre les infections nosocomiales oICSHA (2005) et indicateurs personnalisés selon les différentes spécialités

50 50 CALCUL DE LICSHA Volume en litres de SHA consommé pour lannée Objectif personnalisé théorique de volume de SHA à consommer pour lannée Calcul de lobjectif personnalisé : Nombre minimal de frictions / jour / patient pour chaque spécialité Médecine : 7 Chirurgie : 9Réanimation : 40 Obstétrique : 8 SSR : 5 SLD : 4 HAD : 2 Psychiatrie : 2 Urgences : 2 frictions par passage Hémodialyse : 6 par séance

51 51 CALCUL DE LICSHA n Lobjectif personnalisé de consommation par spécialité et par an Le nombre de journées dhospitalisation (ou séance ou passage) par an dans les services de la spécialité par nombre minimal de friction par jour de la spécialité par 0,003 litres de SHA (correspondant à une friction) n Lobjectif de létablissement correspond à la somme des objectifs personnalisés de chaque spécialité Moyenne régionale 2006 = 30%2007 = 63%

52 52 AUDIT REGIONAL 2008 CHD, GHSR, CSB, CHGM, EPSMR, C. Jeanne dArc, C.Durieux, AURAR, ASDR, C.Durieux, AURAR, ASDR, 2326 professionnels Préférence

53 53 AUDIT REGIONAL 2008 n Pour quels actes, les SHA sont privilégiés olors dune interruption de soin : 80 % olors de soins en série : 74 % Dans plus de la moitié des cas, avant une injection ou prélèvement, cathéter périphérique et ponction profonde, cathéter périphérique et ponction profonde, la friction est précédée dun lavage simple la friction est précédée dun lavage simple

54 FILM REGIONAL n La FELIN met à la disposition de tous les établissements un film régional élaboré par le groupe de travail FELIN Sud (GHSR - Clinique Durieux) pour améliorer la connaissance des soignants et ainsi favoriser lobservance des gestes dhygiène des mains Téléchargeable sur le site

55 55 Conclusion Cest au-delà des mots que se font les vraies adhésions (Patrick SEGAL) Changeons nos comportements

56 56 LE PORT DE GANT Principes généraux n Une des précautions standard n Moyen dans la prévention des IN n Barrière de protection oRisque chimique, physique et biologique n Contribue à lasepsie

57 57 LE PORT DE GANT Les différents gants n Gants réutilisables oMénage oEquipement de protection (radioactif…) n Gants à usage unique oStériles Gants dexamen, gants chirurgicaux Gants dexamen, gants chirurgicaux oNon stériles n Gants en vinyle, latex, néoprène, nitrile.. n gants poudrés ou non

58 58 LE PORT DE GANT Le port inadapté (insuffisant ou excessif) n Redoutable vecteur dinfection manu- portée pour le patient n Absence de sécurité pour le personnel n Un gants non enlevé = Une main non désinfectée

59 59 E n pratique

60 60 Incontournable du port de gant n Avoir des mains propres et bien sèches, ongles courts, pas de vernis, ni bijou, … n Protéger toute lésion cutanée par des pansements n Porter un gant adapté à sa morphologie n Limiter la durée du port de gants n Ne pas faire de réserve de gants dans la poche

61 61 Incontournable du port de gant n Changer de gants oEntre chaque patient oEntre chaque soin de niveau différent de risque pour un même patient oEn cas dinterruption du soin oEn cas de gant perforé oEn cas de faute dasepsie

62 62 n Ne jamais laver ou désinfecter un gant réutilisable n Ôter le gant dès la fin du soin n Éliminer les gants après utilisation n Réaliser une hygiène des mains après leur retrait n Porter une double paire de gants pour certains actes chirurgicaux Incontournable du port de gant

63 63 Risques liés au port de gant n Distinguer oLirritation de contact Réaction physico chimique localisée Réaction physico chimique localisée oLes réactions allergiques Réponse du système immunitaire à un allergène Réponse du système immunitaire à un allergène Protéines du latex, Protéines du latex, Additifs chimiques Additifs chimiques

64 64

65 65 Les 10 commandements n Les gants indiqués tu choisiras. n De leur intégrité auparavant tu t'assureras. n Des mains propres et sèches avant et après tu maintiendras. n Les mêmes gants pour un seul patient et un seul soin tu utiliseras. n Pas au delà de 45 minutes la même paire tu ne garderas. n Les enlever après le soin tu n'oublieras. n Ni dans les poches, ni hors de leurs boîtes tu ne les stockeras. n Parfois deux paires tu porteras. n En cas d'intolérance, les spécialistes tu consulteras. n Dans tous les cas les bonnes conditions d'utilisation tu respecteras. ACTIFS - janvier 97 - Joseph HAJAR Centre Hospitalier Général de Valence

66 66 LA TENUE PROFESSIONNELLE n Objectifs oRemplacer la tenue de ville oProtéger le professionnel et le patient vis à vis du risque infectieux

67 67 Principes généraux n Tenue de base oBlouse / Tunique et pantalon oChaussures n Compléments en fonction du niveau de risque infectieux : Si exposition à un risque de projection ou daérosolisation de sang ou autre produit dorigine humaine oCharlotte, masque, lunette de protection oTablier de protection ou sur-blouse oTablier de protection ou sur-blouse (+ soins mouillants ou souillants) oGants n Spécificités pour le BO ou lors dacte de niveau dasepsie chirurgicale

68 68 Caractéristiques du vêtement n Sobriété et confort n Identification du professionnel n Ergonomie oManches courtes et sans revers oPoches (le moins possible) droites, plaquées oFermeture par bouton pression n Couleur par catégorie professionnelle et/ou par secteur

69 69 Caractéristiques du vêtement n Changement quotidien et chaque fois que macroscopiquement souillé n Entretien exclusivement par la blanchisserie de létablissement n Textile oSoit polyester-coton (65% - 35%) oSoit non-tissé

70 70 Caractéristiques du vêtement n Les chaussures oConfortables oSilencieuses oAntidérapantes oFermées sur le dessus oFacilement nettoyables oDédiées pour certains services (bloc opératoire …) Non nominatives Non nominatives

71 71 Caractéristiques du vêtement n Deux situations à discuter oPrise des repas oSensation de froid Sous-vêtements Sous-vêtements Gilets et vestes spécifiques Gilets et vestes spécifiques

72 CONCLUSION Merci pour votre attention


Télécharger ppt "1 Correspondants en Hygiène Hospitalière Clinique Ste Clotilde Catherine PAYET BONNEFOND IDE coordonnatrice en hygiène Hospitalière-Antenne Régionale CCLIN/FELIN."

Présentations similaires


Annonces Google