La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES MARQUES ORIENTALES DANS LART ET LARCHITECTURE. ________________________ LORIENT DANS LART ET LARCHITECTURE ANDALOUSE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES MARQUES ORIENTALES DANS LART ET LARCHITECTURE. ________________________ LORIENT DANS LART ET LARCHITECTURE ANDALOUSE."— Transcription de la présentation:

1 LES MARQUES ORIENTALES DANS LART ET LARCHITECTURE. ________________________ LORIENT DANS LART ET LARCHITECTURE ANDALOUSE.

2 0.- Introduction Les traces les plus visibles du passage des peuples se trouvent, sans aucun doute, dans lart de construire, dans lurbanisme et dans lartisanat. Dans ce sens, lAndalousie, dont la tradition de civilisation urbaine remonte très loin dans le temps, nest pas pauvre en la matière.

3 Différentes traditions civilisatrices se sont succédées puis superposées les unes aux autres, les plus récentes reprenant à leur compte lhéritage des plus anciennes, les enrichissant de leurs propres apports. Depuis les Phéniciens jusquà lépoque actuelle, les ajouts orientaux aux substrats autochtones ont été constants, donnant comme résultat une parfaite symbiose Orient-Occident. Cette symbiose est visible dans larchitecture, aussi bien monumentale que fonctionnelle.

4 En urbanisme, la combinaison des lumières et des ombres, du blanc et de la couleur, est une constante depuis les temps les plus reculés. Quant à lartisanat, il présente des marqués inéquivoques orientales aussi bien dans les pièces utilisées tous les jours que dans les productions haut de gamme.

5 1.- Larchitecture Larchitecture monumentale. Les traces orientales dans larchitecture monumentale andalouse remontent à loin dans le temps. Si bien lhéritage le plus voyant provient de la présence politique arabo-musulmane, celui-ci est marqué à son tour par un mélange dune influence aussi orientale – la byzantine - et autochtone – larchitecture locale de lépoque Wisigothique.

6 Cest cet élément qui marque dès le départ une nette différence entre larchitecture monumentale en Espagne musulmane et larchitecture monumentale dans le reste du monde islamique. Au fur et à mesure que le temps a passé, cette architecture sest ré- orientalisée. Ceci peut être vu si on compare dun point de vue chronologique la Mosquée de Cordoue (VIIIe – Xe s.), le complexe palatin de Medina Azahara (IXe s.), la Giralda de Séville (XIIIe s.) et lAlhambra de Grenade (XIIe – XVe s.)

7 La Mosquée de Cordoue.

8 Medina Azahara, Cordoue.

9 La Giralda, minaret de lancienne grande mosquée de Séville, aujourdhui clocher de la cathédrale.

10 Alhambra de Grenade. En haut à gauche, la Cour des Lions. En haut à droite, la Tour des Dames. Ci-contre, le Generalife, construction annexe à l'Alhambra. C'était un lieu de repos et de loisirs des sultans grenadins.

11 1.2.- Larchitecture militaire. Les Arabes furent dexcellents stratèges militaires. Ceci explique en partie la fabuleuse expansion politique de lIslam depuis le désert dArabie jusquau nord de lInde dun côté et jusquen Espagne de lautre. Ces traces militaires sont très visibles, encore aujourdhui, dans le vocabulaire courant, ainsi que dans le patrimoine historique.

12 Nombreuses sont les localités, grandes et petites, qui possèdent un château, une tour fortifiée, une porte monumentale ou un simple pan de muraille datant de lépoque musulmane. Si nous nous limitons à lAndalousie, de grands complexes militaires, aujourdhui catalogués comme monuments nationaux, se trouvent à Almería (Alcazaba), Málaga (château de Gibralfaro), Guadix (Alcazaba), Grenade (secteur militaire de lAlhambra), et bien dautres villes et villages.

13 Alcazaba dAlmería, entrée principale. Alcazaba dAlmería, vue depuis le port.

14 Málaga, château de Gibralfaro.

15 Grenade, lAlhambra: - photo supérieure: vue du quartier militaire (Barrio Castrense) depuis la Tour du Guêt (Torre de la Vela). - photo inférieure: vue de la Tour du Guêt (Torre de la Vela) depuis le passage des murailles.

16 De simples châteaux se trouvent à Salobreña et à Orce (prov. de Grenade) et dans les Villages Blancs des provinces de Cadix et de Málaga qui jadis marquaient la frontière militaire entre le royaume nasride de Grenade et le royaume de Castille. De simples tours fortifiées sont présentes dans la plupart des petits villages tels que Cúllar et Vélez Benaudalla (prov. de Grenade) et bien dautres, sans oublier la Tour de lOr à Séville. Des restes de murailles sont visibles entre autres, à Grenade, où il reste un pan de muraille de lépoque Siride (Xie s.) et un autre, plus grand, de lépoque Nasride (XIII- XVe s.)

17 Château de Salobreña Château de Vélez Benaudalla Muraille Nasride de Grenade Tour de lOr, Séville

18 Grenade, Porte dElvira. Grenade, Porte de Bib Rambla Photo de gauche: Orce, le château. Photo de droite: Cordoue, la Tour de Lacalahorra, face au Pont Romain.

19 La Porte dElvira, à Grenade, est un des meilleurs exemples des imposantes portes dentrée des villes médiévales. En outre, vu du ciel, il est possible de reconstituer lancienne frontière militaire du royaume nasride de Grenade en suivant le système de fortifications des Villages Blancs dAndalousie Occidentale et des Tours de Guêt dAndalousie Orientale, lesquelles drainaient les alertes et autres informations militaires vers la Tour du Guêt, la construction la plus imposante de lAlhambra vue de lextérieur.

20 Circuit des Villages Blancs, en Andalousie Occidentale. En bas, le village dOlvera, dans la province de Cadix.

21 1.3.- Lurbanisme. Lurbanisme de lépoque musulmane présente deux caractéristiques bien précises: la maison musulmane reprend la plupart des composantes de la maison romaine, mais le tortueux tracé des rues est loin du tracé rectiligne et raisonné des antiques colonies romaines d'Hispanie. Ainsi donc, les quartiers anciens des villes et village andalous sont caractérisés par des maisons à un ou deux étages et des rues parfois très étroites.

22 Les quartiers anciens. Les vieux quartiers, antan foyer de la marginalité et de la mauvaise vie, sont aujourdhui particulièrement choyés par les municipalités. Certains sont même inscrits dans la liste du Patrimoine de lHumanité de lUnesco. Parmi les anciens quartiers, il est à remarquer lAlbaicín de Grenade, ainsi que les anciens quartiers juifs (les Juderías) de Séville (Barrio de Santa Cruz), de Cordoue (la Judería), de Grenade (le Realejo) et de Guadix.

23 Grenade, LAlbaicín. Séville, Quartier de Santa Cruz. À gauche, le Realejo, Grenade. À droite, la Judería, Cordoue.

24 À Huéscar, le quartier de la Morería, la vieille ville musulmane, a été restauré et réhabilité très récemment.

25 Mais, il faut faire mention de deux exemples de réhabilitation totale des anciens quartiers médiévaux, juifs ou musulmans. Dun côté, les Villages Blancs (en raison de la couleur intensément blanche des maisons) des provinces de Cadix et de Málaga. Ces villages, qui suivent les crêtes des montagnes et des collines, dessinent un circuit allant dAlgésiras (prov. de Cadix) à Antequera (prov. de Málaga), et leur épicentre se trouve dans la monumentale ville de Ronda (prov. de Málaga).

26 Frigiliana (Málaga). Ronda (Málaga). Arcos de la Frontera (Cadix). Olvera (Cadix).

27 Dun autre côté, il faut faire mention des villages qui se trouvent dans les Alpujarras, une contrée extrêmement montagneuse des provinces de Grenade et dAlmería. Daccès très difficile jusquà une date récente, ces villages ont su conserver un caractère dun autre temps. Les mosquées ont été transformées en églises au lendemain de la reconquête chétienne, mais la topographie urbaine na pratiquement pas changé.

28 Bubión (prov. de Grenade) Trevélez (prov. de Grenade). À gauche, Pampaneira (prov. de Grenade). À droite, Capileira (prov. de Grenade).

29 La maison traditionnelle andalouse. La maison traditionnelle andalouse est lhéritière directe de lancienne maison romaine et de la maison musulmane. Les éléments constitutifs de la maison traditionnelle andalouse sont: - le zaguán, ou petit habitacle séparant la porte extérieure de lentrée de la maison proprement dite. Il sagit dun lointain héritage de latrium romain. - les habitations réparties entre un premier et un deuxième étage.

30 - le "patio", ou cour intérieure. À noter que la cuisine donne généralement sur la cour intérieure. - une terrasse, ou "azotea", au sommet de la maison. Une différence existe cependant. Dans la maison traditionnelle de Séville et de Cordoue, le "patio", très richement orné de faïences et de fleurs, se trouve à l'entrée de la maison. Alors qu'à Grenade, la cour intérieure, beaucoup plus intime, se trouve derrière les habitations, hors de la vue du public.

31 Ci-dessous, patio grenadin. Ci-dessus, patio traditionnel sévillan. Ci-dessous, patio cordouan.

32 À noter également que dans les constructions modernes, aussi bien des maisons que des blocs d'appartements, il est obligatoire de réserver un espace libre nommé "patio".

33 Un cas à part est à mentionner. À Grenade, dans les quartiers de l'Albaicín (vieille ville musulmane) et du Realejo (ancien quartier juif), il existe un type de maison traditionnelle, descendante directe des riches demeures de l'époque musulmane. Il s'agit du "carmen" traditionnel. C'est une maison à deux étages, exceptionnellement à trois étages, imitant le style caractéristique de l'architecture urbaine nasride. Entre autres, elle a un patio intérieur richement orné où l'on trouve une "alberca" ou petit bassin d'eau avec une fontaine, des fleurs

34 et plusieurs arbres, dont au moins un palmier (il donne de l'ombre) et un cyprès (symbole de repos et de loisirs dans les anciennes villas romaines).

35 3.- L'architecture et l'urbanisme aujourd'hui. Longtemps après la fin politique de l'Islam espagnol et de l'expulsion des Juifs, les marques orientales sont toujours présentes dans le monde de la construction. Une bonne preuve en est fournie par l'art "mudéjar", constructions chrétiennes imitant les formes arabes, ainsi que l'architecture contemporaine.

36 3.1.- L'art "mudéjar". Les Maures étaient des constructeurs exceptionnels. Ils savaient combiner à merveille la solidité, la magnificence, l'armonie et la minuciosité du détail, ne laissant rien au hasard. Très conscients de cela, les Chrétiens reprirent à leur compte cet immense savoir-faire en architecture. La combinaison du richissime art islamique et de l'austère et solide construction castillane donna comme résultat l'art "Mudéjar". Les "Mudéjares" étaient des musulmans qui, après la Reconquête, étaient restés vivre en terre chrétienne.

37 Les bâtiments mudéjares ont été construits après la Reconquête, et ce sont tous des exemples d'imposante magnificence et minuciosité du détail. Le Mudéjar peut être plus intense ou plus discret, dépendant des époques et des constructions. Par exemple, les Alcazars Royaux ("Reales Alcázares") de Séville, construits par le roi castillan Ferdinand III après la conquête de la ville, constituent un palais arabe à part entière.

38

39 En revanche, un mélange beaucoup plus subtil peut être observé dans la Casa de Pilatos (la Maison de Pilatos) à Séville.

40 Au XVI-XVIIe s., les constructions deviennent plus austères. Cependant, entre la deuxième moitié du XIXe s. et le premier tiers du XXe s., la prise de conscience sur la richesse du patrimoine architectural andalou provoqua un véritable engouement pour une nouvelle version du "mudéjar", appelé "Néo-Mudéjar". Les meilleurs exemples en sont la Faculté de Vétérinaire de Cordoue (construite en 1847) et les Arènes (Plaza de Toros) de Grenade, construites en 1929.

41 La Faculté de Vétérinaire de Les Arènes de Grenade. Cordoue

42 3.2.- L'architecture contemporaine. Les composantes de l'art islamique espagnol sont toujours très présentes dans la façon de construire en Andalousie. Les techniques anciennes, les nouveaux matériaux et les nouvelles perspectives ne sont nullement opposées. Les grands espaces et la recherche de la lumière intense peuvent être combinés à merveille avec les fines colonnes lisses de l'art nasride et les arcs en fer à cheval de l'art khalifal.

43 De même, la couleur blanche des extérieurs est à l'ordre du jour. Quelques exemples en sont fournis avec l'aéroport de Grenade (ci-dessous à gauche), et surtout par la spectaculaire salle d'attente de l'aéroport de Séville, qui reproduit à sa façon l'imposante salle des colonnes de la Mosquée de Cordoue (ci-dessous à droite).

44 4.- La fusion Orient-Occident au quotidien: l'artisanat. L'artisanat combine à merveille le fonctionnel et la beauté esthétique. D'autre part, la peinture et les dessins géométriques expriment toute une symbologie propre d'une culture déterminée, culture qui est transmise de génération en génération. En Andalousie, quatre manifestations artisanales sont à analyser: le travail du cuir, la faïence, le travail du bois incrusté et la céramique populaire.

45 4.1.- Le travail du cuir. La ville de Cordoue est très célèbre, entre autres, par ses artisans du cuir qui produisent le très réputé "cordobán". Tradition qui remonte à la plus lointaine antiquité, les Arabes ont donné à cet art leurs lettres de noblesse. Montures de chevaux, porte-documents, revêtements de boucliers et bien d'autres objets étaient très prisés à l'époque, et le sont toujours aujourd'hui.

46

47 4.2.- La faïence.

48 Les constructions andalouses sont caractérisées par la lumière, la blancheur et la décoration intérieure polycrhome. Les faïences étaient présentes dans beaucoup de constructions, et le sont toujours aujourd'hui. Les "azulejos" qui revêtent aujourd'hui cuisines et salles de bains ainsi que les bas-reliefs des cours intérieures des maisons et des édifices publics, peuvent être de plusieurs types: soit d'une seule couleur, soit de plusieurs couleurs savamment combinées, soit dessinant des figures géométriques extrêmement complexes.

49

50 Un des exemples les plus majestueux de l'usage de la faïence est la Place d'Espagne (Plaza de España), à Séville. Sans aucun doute la plus belle place de tout le pays.

51

52 4.3.- Le travail du bois incrusté: la "taracea". Importé d'Orient, le travail du bois incrusté a été, et est toujours, le blason doré de l'artisanat populaire andalou. À Grenade, épicentre de cet art appelé en espagnol "taracea", les artisans continuent de travailler dans leurs petits ateliers à la vue du public. Les planches de bois sont travaillées et polies, puis incrustées de différents types de bois précieux comme l'ébène, et d'ivoire. Le tout est ensuite lissé et couvert d'une couche de laque.

53

54 Toute une gamme d'objets sont élaborés avec cette technique: des boîtes à bijoux, des plateaux, des miroirs, des tables basses de différentes tailles, et même des chaises et des tables de couture.

55 Cet art se trouve également dans les souks des villes du Maghreb et du Proche Orient. Cependant, les techniques suivies à Grenade gardent un style particulier, et les gammes de couleur utilisées diffèrent un peu de celles utilisées ailleurs. À Grenade, les différentes tonalités de noir et de blanc se superposent sur une base marron.

56 4.4.- La céramique populaire.

57 La céramique populaire est un art éminamment pratique qui se réinvente soi-même de façon continue. Cependant, sa fonctionnalité et les motifs ornementaux restent. La céramique est un art très ancien, et les traditions andalouses remontent à la plus lointaine antiquité. Les preuves en sont les très nombreuses pièces trouvées dans les nécropoles et autres restes archéologiques, aujourd'hui exposées dans les musées.

58 Objets de céramique trouvés dans la nécropole phénicienne d'Almuñécar (prov, de Grenade).

59 Poteries diverses. À droite, la Dame de Galera, art ibérique. À titre d'exemple, le Musée Archéologique de Galera, à sept kilomètres de Huéscar, expose une très riche collection d'anciennes céramiques d'origine phénicienne et grecque.

60 Cependant, les motifs ornementaux de la céramique populaire andalouse proviennent de l'époque musulmane. Pour ne parler que de l'exemple grenadin, les motifs présents dans la très populaire céramique dite de "Fajalauza" (du nom de l'atelier de l'Albaicín où l'on continue de les produire) étaient déjà représentés dans les premiers exemples de céramique dite de Medina Elvira, à Grenade, aux VIIIe-XIe s. Depuis cette date, l'oiseau et la grenade (le fruit) sont le point central de toutes les productions.

61 Ci-dessus, exemples de céramique de Medina Elvira. (VIII-XIe s.) Ci-contre à gauche, coupe de l'époque nasride (XIII- XVe s.)

62 Les ornements géométriques et végétaux sont arrivés à l'époque nasride. Les couleurs dominantes sont le vert (depuis le VIIIe s.), le marron (depuis le XIIIe s.) et le bleu (depuis le XVIe s.). À noter que l'apparence de l'actuelle céramique populaire de Grenade, qui reprend toutes le techniques antérieures, date du XVIIIe s. Multitude d'objets sont confectionnés, tels des plateaux, des coupes, des carafes à eau, des répicients pour l'huile, des services à café, etc...

63

64 Dans ce chapitre, une technique mérite un commentaire à part. La céramique populaire évolue constamment. Mais la céramique dite "de luxe" est beaucoup plus stable. Une technique extrêmement complexe, dite de "cuerda seca" (corde sèche) continue d'être travaillée par les artisans actuels. L'objet est composé de différentes pièces, élaborées une à une et peintes séparément, puis jointes postérieurement. Les jointures sont repeintes au manganèse avant cuisson. Les motifs ornementaux de ces pièces sont avant tout géométriques.

65

66 Cependant, les pièces maîtresses reproduisent, en miniature, les célèbres Cinq Vases de l'Alhambra, dont les morceaux sont répartis dans plusieurs musées étrangers.

67 5.- Conclusion. Preuve la plus voyante du passé, l'art et l'architecture en Andalousie témoignent d'un très riche passé, multiple et varié, aucours duquel les nouveaux styles et tendances se sont superposés aux plus anciens, donnant ainsi des mélanges originaux et armonieux. L'art mudéjar et l'architecture contemporaine en sont un exemple très clair.

68 Quant à l'artisanat, il nous permet d'établir des liens très solides entre le passé et le présent, tenant compte de sa fonctionnalité et des motifs reproduits. En tout cas, l'art et l'architecture passés et présents en Andalousie montrent une identité très marquée par une parfaite symbiose entre le diachronique et le synchronique, entre le passé et le présent, entre l'Orient et l'Occident.

69 F I N


Télécharger ppt "LES MARQUES ORIENTALES DANS LART ET LARCHITECTURE. ________________________ LORIENT DANS LART ET LARCHITECTURE ANDALOUSE."

Présentations similaires


Annonces Google