La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Perte de poids et traitements par Interféron des hépatites B et C Travail prospectif de léquipe multidisciplinaire du C. H. Cannes (groupe hépatite et.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Perte de poids et traitements par Interféron des hépatites B et C Travail prospectif de léquipe multidisciplinaire du C. H. Cannes (groupe hépatite et."— Transcription de la présentation:

1 1 Perte de poids et traitements par Interféron des hépatites B et C Travail prospectif de léquipe multidisciplinaire du C. H. Cannes (groupe hépatite et CLAN)

2 2 Introduction et buts de létude Ce qui est connu: –La perte de poids au cours des traitements par Interféron (+/- ribavirine) est un effet secondaire communément admis. –Laccompagnement du patient traité, son soutien lors de la survenue deffets secondaires, améliorent observance et résultats thérapeutiques Ce que nous nous proposons: –Analyser lévolution pondérale dun groupe de patients, sur une période donnée, à la lumière de ce qui a pu être publié à ce sujet –En dégager des projets: damélioration de laccompagnement pour une étude complémentaire

3 3 Aperçu de la littérature (1) –Gottrand et coll (European J. of Ped.): hépatites B et C, « la perte de poids décroît de J0 à M3 puis augmente mais ne se normalisera que 6 mois après la fin du traitement » –Seyam et coll (J. Viral Hepat.) étude rétrospective 126 patients VHC bi-thérapie « perte de poids moyenne de 9% progressive tout au long du traitement quels que soient lhistologie hépatique, le génotype, le poids de départ, le sexe, récupération du poids initial dans les 6 mois post traitement »

4 4 Aperçu de la littérature (2) –Hamer C (J. Hum. Nutr. Diet.) 15 patients VHC bithérapie: « la perte de poids débute dès la 1°semaine et se poursuit jusquà la 24°semaine chez 14 patients, elle est associée à fatigue, perte dappétit et nausées ». –Bani Sadr et coll (J. Viral Hepat.) « chez le co- infecté VIH-VHC la perte de poids est souvent très sévère 30% des patients ont une perte de poids pouvant être supérieure à 10% du poids initial sur des traitements de 48 semaines »

5 5 Descriptif (1) Travail réalisé à linitiative de lInfirmière référente de léquipe, avec la collaboration de la Diététicienne, du Cadre et des 4 Praticiens Début inclusions Septembre 2006, fin des inclusions Juillet patients ont été inclus, 2 écartés de létude en raison dincidents iatrogènes précoces. –34 VHC en bi-thérapie classique (30 VHC mono- infectés, 4 co-infectés VIH) –3 VHB traités par IFN-Peg monothérapie

6 6 Descriptif (3) Enquête alimentaire sur 3 jours avant J0, devant être renouvelée tous les 3 mois pendant le traitement et au 3° mois post fin de traitement: en fait seule lenquête pré-thérapeutique a été exploitable En cours de traitement et 3 mois après la fin, ont été pris en compte –Le poids –Tous les symptômes ayant pu avoir un retentissement sur la prise alimentaire –Lexistence ou non dune complémentation alimentaire entre les repas –Lévolution de la virémie (pour le VHC)

7 7 Descriptif (4) Patients âgés de 22 à 72 ans (majorité 40 à 50 ans=20 patients) Poids de départ entre 50 et 99 kgs (majorité 50 à 70 kgs= 23 patients) 15 génotypes 1 9 génotypes 3 3 génotypes 2 26 patients F2-F4

8 8 Résultats et commentaires (1) 1) Evolution pondérale –Perte de poids moyenne 2 kgs dès le 3° mois de traitement (3,5% par rapport au poids pré-traitement). –Débute très précocement, mais ne semble pas saggraver par la suite –30 patients sur 35 perdent du poids, 9 dentre eux entre 5 et 10% dès le 3° mois –La perte de poids redevenait minime en fin de traitement, le poids de J0 pouvant être dépassé au 3° mois post fin de traitement

9 9 Résultats et commentaires (2)

10 10 Résultats et commentaires (3) Figure 2

11 11 Résultats et commentaires (4) Les causes de la perte de poidsLes causes de la perte de poids –diminution de la prise alimentaire: la plus souvent retrouvée (étude de Hamer: surveillance au moyen échelle analogique visuelle sans doute plus simple que le questionnaire alimentaire sur 3 jours que nous avions proposé) –multiples facteurs associés anorexie dysgueusie sècheresse buccale (souvent améliorée par anetoltrithione: Sulfarlem ®) état dépressif –Autre facteur possibles: hypercatabolisme protéolytique / cytokines (B. Raynard)? une étude chez lanimal ne montre pas de modification du taux de leptine. une toxicité mitochondriale est probable chez le co-infecté VIH-VHC (Bani Sadr) surtout en cas de traitement par INNTI et lipodystrophie

12 12 Résultats et commentaires (5) 2°) La complémentation alimentaire: –proposée systématiquement en cas danorexie importante et/ou perte de poids progressive, pas toujours acceptée (malgré perte de poids de 10 %!!!) –collations « maisons » ou compléments produits par lindustrie –une fois débutée, elle semble bien suivie même au très long cours contrairement à dautres situations pathologiques (cancérologie par ex.) parfois proposée très tôt (4° semaine)

13 13 Résultats et commentaires (6) Compléments alimentairesMoyenne perte de poids max moyenne % perte de poids en fin de traitement 16 patients:Oui ( moy. 500 cal. /j débuté entre J0 et 22 semaines) 4,5kgs soit 6,4% 0 kg soit 0% 19 patients : Non 5,6kgs soit 8% 0 kg soit 0% Une complémentation alimentaire orale parait donc particulièrement efficace pour limiter la perte de poids source dangoisse supplémentaire pour le patient et son entourage

14 14 Résultats et commentaires (7) 3°) Poids et retentissement sur lissue virologique en fin de traitement (limité aux patients VHC) –aucune relation manifeste entre BMI J0 et issue virologique –aucune relation entre perte pondérale et guérison virologique –effectif sans doute non démonstratif, une étude de plus grande ampleur mériterait dêtre effectuée

15 15 Autres considérations -Le premier trimestre du traitement est une période clé: -pour le pronostic virologique -pour la gestion des effets secondaires, la perte de poids nest peut être pas une fatalité accessoire -Un traitement par des dérivés cannabinoïdes « stabilise la perte pondérale après 1 mois, augmente le nombre des patients terminant leur traitement et le taux de réponses soutenues » (Costiniuk, Can.J. Gastroenterol Avr. 2008). Légitimer à nouveau le cannabis ???? -Quid de la prise de poids post fin de traitement ??? (baisse de lhypermétabolisme induit par le VHC ???)

16 16 Conclusion Une perte de poids parfois sévère survient dans la majorité des traitements antiviraux par Interféron, elle débute très précocement lors des premières semaines Elle peut être efficacement limitée Son incidence sur lissue thérapeutique nest pas prouvée, néanmoins cet effet secondaire parfois majeur peut altérer lobservance


Télécharger ppt "1 Perte de poids et traitements par Interféron des hépatites B et C Travail prospectif de léquipe multidisciplinaire du C. H. Cannes (groupe hépatite et."

Présentations similaires


Annonces Google