La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La cohérence stock-flux: Un modèle simplifié de choix de portefeuille avec banque centrale Chapitre 4 Godley et Lavoie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La cohérence stock-flux: Un modèle simplifié de choix de portefeuille avec banque centrale Chapitre 4 Godley et Lavoie."— Transcription de la présentation:

1 La cohérence stock-flux: Un modèle simplifié de choix de portefeuille avec banque centrale Chapitre 4 Godley et Lavoie

2 Bilan sectoriel du modèle MénagesProductionGouver- nement Banque centrale Somme Monnaie+ H- H0 Bons+Bh- B+Bcb0 Solde- V+ V0 Somme0000

3 Matrice des flux dopération Ressources +, Emplois - Ménages Production GouvtBanque centraleSomme CourantCapital Consomme - C+ C0 Dépenses gouvtales + G- G0 Revenu=PIB + Y- Y0 Intérêts+ r(-1).Bh(-1)- r(-1).B(-1)+r(-1).Bbc(-1) 0 Profits de la banque centr. + Fbc- Fbc0 Taxes - T+ T0 Changt monnaie - dH+ dH0 Changt bons - dBh+ dB- dBcb0 Somme

4 Les équations du modèle PC: Équations de comptabilité nationale

5 Équations de portefeuille, fondées sur les anticipations: La formule Brainard-Tobin amendée

6 Les valeurs réalisées et anticipées

7 La fonction de consommation avec propensions à consommer sur le revenu et sur la richesse (la fonction de consommation de Modigliani) est équivalente à un mécanisme dajustement de la richesse, avec un ratio cible richesse/revenu disponible. Lhypothèse de normes stock- flux stables (Godley et Cripps 1982) est le résultat de lhypothèse de propensions à consommer stables Le ratio richesse/revenu est: V/YD = 3

8 Le gouvernment, la banque centrale et léquation redondante

9 Chart 4.1a: Lévolution des stocks Hd & Hh, Avec des fluctuations aléatoires du revenu disponible

10 Chart 4.1b: Changement dans les stocks Hd & Hh (1ère differences), Avec des changements aléatoires du revenu disponible

11 Chart 4.2: Bons (Bh) & monnaie (Hh) détenus par les ménages, après un accroissement du taux dintérêt sur les bons du Trésor (en 1960)

12 Chart 4.3: Y, YD et V après un accroissement des taux dintérêt (en 1960), quand les propensions à consommer sont des constantes

13 Chart 4.4: Y, YD et V après un accroissement de la propension à consommer (a1) en 1960.

14 Chart 4.5: Bons (Bh) & monnaie (Hh) détenus par les ménages, après un accroissement de la propension à consommer (a1) en 1960:

15 Chart 4.6: Y, YD V et C après une hausse du taux dintérêt (en 1960) qui réduit la propension à consommer a1 et donc qui pousse à la hausse le ratio cible entre richesse et revenu disponible.

16 Fermetures alternatives Il est tout à fait possible denvisager des fermetures alternatives, notamment une fermeture néoclassique, avec les changements suivants: Remplacer léquation: B cb = B s – B h Supprimer léquation du taux dintérêt (où r était une constante) Fixer B cb comme une constante (par des opérations dopen market) Ajouter léquation B h = B s – B cb Nous avons maintenant deux équations définissant B h. Le taux dintérêt doit devenir une variable endogène qui apure le marché des bons (dans léquation de portefeuille)

17 Variations sur le modèle PC: Lajout dobligations à long terme On peut facilement ajouter des obligations à long terme, avec la possibilité de gains ou de pertes en capital. On peut alors fixer à la fois les taux courts et les taux longs, à la condition que le gouvernement accepte des fluctuations dans la composition de ses dettes. On peut aussi rendre endogène le taux long, ou bien parce que la banque centrale ajuste le taux long en fonction de la proportion de la dette publique détenue sous forme de bons/obligations; ou bien parce que la banque centrale fixe la quantité ou la proportion dobligations de long terme.

18 Proportion des obligations détenues par les ménages: Obligations/(obligations+bons) 55 % 45 % Fourchette acceptable

19 Contraintes daddition en choix du portefeuille Brainard-Tobin ont souligné la nécessité des contraintes verticales daddition. Godley a souligné la nécessité des contraintes horizontales daddition. B. Friedman a mis de lavant les contraintes de symétrie. Avec les contraintes verticales et les contraintes de symmétrie, les contraintes horizontales sont toujours réalisées.

20

21 Contraintes de symmétrie (ADUP.7)λ12 = λ21 (ADUP.8)λ13 = λ31 (ADUP.9)λ23 = λ32 (ADUP.10)λ14 = λ41 (ADUP.11)λ24 = λ42 (ADUP.12)λ34 = λ43


Télécharger ppt "La cohérence stock-flux: Un modèle simplifié de choix de portefeuille avec banque centrale Chapitre 4 Godley et Lavoie."

Présentations similaires


Annonces Google