La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Léconomie de limmatériel « Il nest de richesse que dhommes » Jean Bodin.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Léconomie de limmatériel « Il nest de richesse que dhommes » Jean Bodin."— Transcription de la présentation:

1 1 Léconomie de limmatériel « Il nest de richesse que dhommes » Jean Bodin

2 2 Plan Introduction (définition, typologie,contexte) I- Facteurs dévolution vers une économie immatérielle. II- Conséquences pour les acteurs (État, entreprises)

3 3 Léconomie de limmatériel Daprès le Rapport de la Commission sur lEconomie de limmatériel de Maurice Levy et Jean-Pierre Jouyet du 16 mars 2006, léconomie immatérielle représente 20% de valeur ajoutée et 15% de lemploi et pourrait faire gagner à un pays 1% de croissance du PIB. Léconomie de limmatériel est une économie sans fondement physique. Ce sont tous les constituants de lentreprise qui ont de la valeur mais dont la plupart des actifs ne sont pas inscrits dans le bilan des entreprises. Le capital immatériel = capacité des talents la connaissance le savoir =capacité des hommes et femmes à inventer et innover.

4 4 Tableau représentant une typologie de différents types déléments immatériels que peut gérer une entreprise Ministère de lÉconomie, des Finances et de lIndustrie

5 5 3 ruptures marquent léconomie mondiale place croissante de linnovation -> principal moteur des économies développées développement massif des technologies de linformation développement dune économie de services -> réorganisation et centrage sur des activités à plus forte valeur ajoutée -> les idées, les marques et les concepts jouent un rôle essentiel 70% environ du PIB français concerne des sociétés des services

6 6 2 tendances viennent accroître le basculement de léconomie vers limmatériel : la mondialisation financière et la mondialisation économique : Mondialisation financière (ou financiarisation de léconomie) : -> conduit les entreprises à rechercher des taux de retour sur investissement (ROI) de plus en plus élevés afin de satisfaire les attentes des investisseurs. Mondialisation économique (intensification de la concurrence): -> on externalise la production qui a moins de valeur pour lentreprise.

7 7 1) Les facteurs dévolution dune économie matérielle à une économie immatérielle avant 1970 À la recherche des meilleures idées Imitation des produits, des services Succès de léconomie = Richesse matières premières + Industries manufacturières + Volume de capital matériel de nos jours Passage économie de « production » à une économie dinnovation Succès de léconomie = Capital immatériel

8 8 Léconomie immatérielle accélère le temps, rétrécit lespace ans55 ans50 ans40 ans30 ans Énergie Hydraulique Textile Fer Vapeur Chemin de fer acier Moteur Électricité Pdts chimiques 1845 Aviation Pétrochimie Électronique Logiciels Médias Réseaux

9 9 La réactivité dans lentreprise devient une clé de la réussite. Le développement massif des technologies de linformation et de la communication (TIC), a accéléré ce processus. et a ouvert aux entreprises la possibilité de revoir leur stratégie de croissance. Le temps laissé aux entreprises pour maîtriser les nouvelles technologies avant que dautres les supplantent, est de plus en plus limité. Le travail a désormais une dimension internationale : production dans les pays à bas coût de main dœuvre, spécialisation dans les technologies de pointe dans les pays « riches ».

10 10 2) Évaluation des conséquences pour les acteurs économiques LEtat Depuis la révolution du XIXème siècle, lÉtat a été lacteur principal dans : léducation-> choix sur les programmes denseignement et financement des écoles, contrôle de la performance du système éducatif. R&D-> financement de la recherche. Infrastructures-> réseaux de communication très performants. Le développement de léconomie de limmatériel repose sur des facteurs de production plus mobiles comme les travailleurs très qualifiés et créé les conditions dune mobilité plus grande avec le développement des technologies de linformation et de la communication (TIC).

11 11 Compte tenu de la concurrence mondiale, il existe des réelles politiques mises en place par les pays pour attirer, valoriser et de garder les individus ayant les meilleures compétences et connaissances Autre élément important pour lÉtat -> la protection des idées (coût dépôt de brevet en France = contre par an dans les autres principaux pays industrialisés. En labsence dune protection efficace et dun coût du brevet intéressant, les entreprises risquent de préférer le secret plutôt que le brevet. Léconomie immatérielle demande une remise en question permanente ainsi quune adaptation constante aux nouveaux facteurs de production. Les individus ont sans cesse besoin de remettre leur compétence en question. Ceci entraîne une remise en question du système déducation dans les pays.

12 12 Entreprises : une valeur immatérielle à prendre en compte La valeur immatérielle de lentreprise dépend de 5 facteurs principaux : Les entreprises ne sachètent pas à leur valeur de bilan, on y rajoute en général un « goodwill ». Valeur de lentreprise = Valeur passée cumulée (Bilan) + Estimation de la capacité de lentreprise à créer de la valeur future (goodwill) soit valeur nette comptable + valeur immatérielle

13 13 Le capital immatériel ne cesse de croître : Il représente en moyenne les 2/3 de la valeur totale de lentreprise Les entreprises ont pris en compte limportance de limmatériel et investissement de plus en plus en R&D, marketing, systèmes dinformation, formation du personnel, etc. Ces investissements notamment celui en R&D permettent à lentreprise dinnover et de bénéficier dune situation de monopole temporaire. Rôle stratégique de limmatériel La motivation des salariés, leur savoir-faire, leur flexibilité, leur capacité d'innovation et leur souci des désirs de la clientèle constituent la matière première des services innovants... Leur travail n'est plus mesuré en heures mais sur la base des résultats réalisés et de leur qualité. Cette situation fait que les salariés se trouvent face à une évolution de leur connaissance dune façon permanente.

14 14 -> mise en place dun « Talent Manager » dans les entreprises Contrôle des ressources immatérielles Gestion des savoirs (Knowledge Management) : part de lidée que les travailleurs qualifiés ont un capital humain à développer. -> mobilité du personnel encouragée (tous les 3 à 5 ans) Indicateurs de contrôle de la performance : tableaux de bord, entretiens dévaluation des salariés.

15 15 Limmatériel : une évolution de la valeur travail pour les salariés Lencadrement hiérarchique est de plus en plus substitué par dautres formes de contrôle tels que les outils informatiques (ERP, téléphones portables, etc.). Le passage de léconomie du matériel à léconomie de limmatériel a eu un impact très fort dans lorganisation du travail. Passage dune vision taylorienne (travail encadré, parcellisé, hiérarchisé) à un travail où il dispose une certaine marge de manœuvre en terme dinitiative, contact avec la clientèle. De plus en plus dorganisations basées sur le juste-à-temps -> horaires de travail de plus en plus importants où la présence sollicitée sans cesse par lentreprise ou par les clients -> création de stress et de tensions. Léconomie de limmatériel fait donc appel à un personnel qualifié. L'accumulation de connaissances participe à lamélioration de limage de lentreprise.

16 16 Lactionnaire quant à lui va pouvoir apprécier une entreprise à sa juste valeur avant dinvestir. Certains investisseurs regardent le capital immatériel de près, dautres de loin. Le goodwill (valorisation de limmatériel) est un élément clef de leur choix. La diffusion et la synergie des connaissances représente un enjeux pour lentreprise. Les connaissances et les compétences font que les salariés ont un certain pouvoir vis-à-vis des investisseurs détenteurs des moyens matériels. Le passage dune économie industrielle à une économie immatérielle a eu un impact ambigu sur le travail et son organisation. Dune part elle a permis aux salariés davoir un travail plus intéressant, moins pénible et plus responsable que dans léconomie industrielle. En même temps, les nouvelles organisations ont généré un stress psychologique, une remise en question constante de leur compétences. Le calcul de la valeur de lentreprise change pour lactionnaire …

17 17 Conclusion Léconomie de limmatériel est porteuse dincertitudes pour les acteurs économiques. La rapidité de changement de notre environnement naturel, humain et économique constitue un défi adaptatif pour les États, les entreprises, ainsi que les individus.

18 18 Théories mobilisables Adam Smith – « Théorie de lavantage absolu » Un pays importe un bien si sa production nationale est plus coûteuse que son importation. Barro et Sala y Martin (1995) : capital humain et investissement en formation Le choc positif du progrès technique sur la croissance ne joue à plein quune fois les travailleurs formés à cette nouvelle technologie. Le rôle de la puissance publique est primordial. Cest à lEtat de mettre en place une politique (de formation) volontariste tournée vers lamélioration des techniques de la croissance. Ricardo – « Théorie de lavantage comparatif » Chaque pays a intérêt à se spécialiser dans la production de la marchandise pour laquelle il détient lavantage comparatif le plus élevé.

19 19 Romer (1990) : Innovation technologique, concurrence imparfaite et croissance Pour Romer les individus sont incités à linnovation, parce que les droits de propriété sont bien définis : un brevet protège linnovateur qui touchera les royalties et obtiendra un pouvoir de monopole (rente). Le rôle de lEtat est de trouver un équilibre entre le niveau de rentes capturées et le surplus social que linnovation apporte. Lucas : la croissance sera d'autant plus rapide que l'efficacité de l'investissement en capital humain sera élevée. Solow (1987) : « On voit des ordinateurs partout, sauf dans les statistiques » Le choc positif du progrès technique sur la croissance se joue à plein quune fois les travailleurs formés à cette nouvelle technologie. Théories mobilisables

20 20 Michael Porter - La chaîne de valeur Schumpeter : les entreprises innovent car linnovation permet détablir un monopole temporaire procurant un rendement privé, processus de « destruction créatrice ». Théories mobilisables Merci pour votre attention !


Télécharger ppt "1 Léconomie de limmatériel « Il nest de richesse que dhommes » Jean Bodin."

Présentations similaires


Annonces Google