La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 La Nouvelle-France Histoire 30S R-A Chaput. 2 Les gouvernements  Au 17e siècle, c’était le roi, assisté de quelques fonctionnaires et ministres qui.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 La Nouvelle-France Histoire 30S R-A Chaput. 2 Les gouvernements  Au 17e siècle, c’était le roi, assisté de quelques fonctionnaires et ministres qui."— Transcription de la présentation:

1 1 La Nouvelle-France Histoire 30S R-A Chaput

2 2 Les gouvernements  Au 17e siècle, c’était le roi, assisté de quelques fonctionnaires et ministres qui administrait le pays.  Les souverains dirigeaient des opérations militaires et navales.  Les nobles qui possédaient d’importantes fortunes recrutaient parfois leurs propres régiments qu’ils mettaient ensuite à la disposition de roi.

3 3 Le commerce  Le commerce était une entreprise strictement privée.  Le roi et son conseil avaient quand même le droit d’interdire l’entrer de certains produits étrangers s’ils croyaient que ces échanges allaient contres les intérêts économiques du pays.  Les mêmes règlements s’appliquaient aux colonies : le roi pouvait revendiquer les terres colonisées, mais les colonies mêmes étaient administrées par des compagnies privées.

4 4  Le roi accordait le permis à une compagnie en échange pour un pourcentage des revenues.  Parfois le roi ou ses ministres offraient même leur propre argent lors de l’établissement des compagnies afin d’y recevoir une autre portion des gains.

5 5 Les premiers établissements Samuel de Champlain: ancien soldat a fait son premier voyage en 1603 comme observateur et historiographe pour une compagnie privée.  1604: il revient, cette fois sous le service de Pierre de Guast, sieur de Monts qui avait reçu un monopole de commerce avec charge de coloniser la région « La Cadie »  : il s’établie à ile-Ste-Croix où il passe un hiver désastreux.  Le camp était exposé aux pires vents du nord. La moitié de colons meurent.

6 6  : Port Royal (aujourd’hui Annapolis Basin) : L’autre côté de la baie du Fundy était beaucoup mieux abrité. Deux hivers quand même très difficiles.  1607: De Monts reçoit un nouveau monopole.  3 navire – 1 vers l’Acadie et 2 vers le St Laurent.  Champlain commandait l’un de ces deux navires.  1608: Champlain s’installe avec 28 colons où se trouve aujourd’hui la Basse-Ville de Québec

7 7 Problèmes  En 1609, Champlain et quelques Hurons ont décidé de s’aventurer vers l’ouest. Les Hurons ont incité le groupe de monter la rivière Richelieu jusqu’à un immense lac (lac Champlain).  Confrontation : les colons et les Hurons sont tombés sur un parti d’Iroquois. Dans le conflit qui a suivi, les Français ont abattu un chef Iroquois à coup de feu.

8 8 Conséquences  Ceci a déclenché un conflit qui allait durer pendant presque tout le 17e siècle.  1610: Champlain s’est allié de nouveau avec les Hurons contre les Iroquois et encore une fois, la puissance des arquebuses a terminé le conflit.  Champlain gagne ainsi l’amitié des tribus du nord qui a beaucoup aidé sa compagnie de commerce.  Malheureusement il gagna aussi l’hostilité des Iroquois qui voulaient éliminer « les envahisseurs ».

9 9 Le développement de la colonie du St-Laurent  Premier signe de progrès après des années difficiles : en 1615 arrivée des premiers missionnaires (des Récollets).  En 1617, l’arrivé de la première famille de colons : Louis et Marie Hébert et leur trois enfants.  En 1618, Champlain joue le rôle de promoteur de la colonie :  il envoie au roi un mémoire dans lequel il vante le potentiel économique de la colonie  ainsi que l’expansion territoriale potentiel de la colonie, qui à la fin des année 1610, s’étendait jusqu’au Grands Lacs.

10 10 Économie de la colonie  Malgré l’insistance de Champlain pour diversifier l’économie de la Nouvelle- France, la traite des fourrures demeure la raison d’être de la colonie

11 11 Pourquoi ?  L’économie s’appuie sur la main d’œuvre et les réseaux de traite amérindiens. Elle exige seulement la présence de quelques Français pour prendre possession des fourrures et des envoyer en France  Les compagnies ne voient donc pas de raison de peupler les colonies. En conséquence, la population de la N-F ne dépasse à peine une centaine au cours de ses 20 premières années.

12 12 Deux événements qui ont influencé la Nouvelle-France 1. Les Jésuites avaient de plus en plus d’influence en France: ils étaient considérés le plus puissant soutien de l’Église catholique. Plusieurs Jésuites s’étaient rendus aux 4 coins du globe (Éthiopie, Russie, A-S, etc.) Ils ont demandé et ont reçu la permission de se rendent en N-F. En 1625, 3 pères. – Les robes noires - (Enemond Massé, Charles Lalemant et Jean Brébeuf) arrivent à Québec. Découragement : aucun intérêt des amérindiens de se convertir. Ils ont par la suite fondé une école pour les garçons très bien respectée qui offrait un niveau d’éducation très élevé. (le collège des Jésuites)

13 13 2. L’accession au pouvoir du cardinal Richelieu. Entre 1624 et 1642, c’était lui le vrai pouvoir en N-F.  il remplace le régime de l‘ancienne compagnie par la compagnie des Cent-Associés. Mandat : La nouvelle compagnie s’engageait à transporter 4000 colons en N-F en 15 ans.  Promotion : elle promettait de payer les coût d’établissement pour les premiers 3 ans.  En retour, Richelieu garanti un monopole des activités économiques françaises à la compagnie.

14 14 Compétition pour le commerce Les Anglais:  Virginie: 1ère colonie anglaise en Amérique du nord, organisé à peu près comme la Nouvelle-France.  Beaucoup plus prospère : climat plus favorable, un meilleur sol et un marché favorable en Angleterre pour les récolte de tabacs.  En 1625, population de 2000 colons  En plus du Sud, les Anglais avaient aussi Terre-Neuve, qui seul avait un population plus élevé que la Nouvelle- France.

15 15  La colonie anglaise qui était la plus mêlée au sort de la Nouvelle-France était la Nouvelle- Écosse.  En 1613, commandant Anglais Samuel Argall a mis feu aux bâtiments de la petite colonie française en Acadie.  Suite à cette victoire, Jacques I (roi d’Angleterre) établis un post anglais dans la région, qu’il a nommé Nova Scotia.  En 1628, le premier convoi de la Compagnie des Cents-Associés se fait attaqué par l’Amiral Kirk, de la part de la Compagnie des Marchands Aventurier de Londres.  Leur mission : la prise de la Nouvelle-France.

16 16 Les Hollandais  Plusieurs hollandais travaillant pour une société de commerce néerlandaise ont établi sur les rives de la rivière Hudson, un comptoir nommé Fort Orange.  En 1626, un Wallon de langue française, Pierre Minuit a acheté l’île de Manhattan des Iroquois et a fondé la Nouvelle-Amsterdam.  (en 1617, les Iroquois avaient signé un traité de commerce avec les néerlandais)

17 17 La colonie de Québec  En 1629, Champlain et ses quelques colons perdent Québec, qui pour la première fois tombe entre les mains des Anglais.  Cette « occupation » est de très courte durée puisqu’une trêve entre la France et l’Angleterre avait été signée même avant la conquête.

18 18  Le roi de France était endetté à Charles 1er de l’Angleterre pour le mariage de sa fille au monarque britannique.  Pour assurer que le roi de France repaye la dette, il propose de redonné la colonie du Québec à la France.  1632 Traité de Saint-Germain en Laye finalise l’arrangement:  la Compagnie des Marchands Aventurier de Londres perdit tout son enjeu.

19 19  Les prochaines années ont été très difficiles pour la colonie :  en Europe, la guerre de 30 ans force la France à presque ignorer la colonie.  Le seul avancement a été l’établissement d’un petit poste de traite à Montréal.

20 20 La France et l’Angleterre se disputent l’Acadie  Après le trait de St-Germain-en-Laye, la France s’est concentré sur l’Acadie.  Richelieu donna à Isaac de Razilly la direction d’une nouvelle entreprise de commerce et de colonisation. Il devait partager son monopole avec Charles Saint-Étienne de la Tour.

21 21  Il arrive en 1632 avec 40 familles de fermiers. Il chasse les Écossais de Port-Royal et déplace les Anglais installé le long de la rivière Pentagouët (Penobscot). Avant sa mort en 1635, il avait établi l’Acadie comme territoire français.  Lutte pour le pouvoir : Charles Menou d’Aulnay, Charles de la Tour et Nicola Denys. Malgré ceci, la colonie a connu une période de stabilité pendant quelques années.

22 22  La stabilité et « puissance » de la colonie inquiète les Anglais au sud, surtout quant à la pêche de la côte.  Un vaisseau du port de Boston monte une attaque contre l’Acadie et réussi à capter tous les établissements de la baie de Fundy.  La colonie est maintenant divisé en 2: le sud aux Anglais et le nord au Français.  Après plusieurs années, l’Acadie reviens à nouveau entièrement sous le contrôle de la France.

23 23 Les derniers jours de Champlain  Réinstauré comme gouverneur à l’âge de 66 ans, Champlain reprit le contrôle de la Nouvelle- France.  Au cours de son dernier mandat, il a construit un fort à Trois-Rivières qui allait servir comme avant-poste contre les incursions des Iroquois et comme symbole de sécurité pour les autochtones avec qui les Français désiraient traiter.  Frappé par la paralysie, Champlain meurt le jour de Noël 1635 à Québec

24 24 La guerre d’expansion Iroquoise  Lors des vingtaines années qui ont suivi la mort de Champlain, la colonisation et le développement de la Nouvelle-France ont été marqués par une grande ferveur religieuse. (Jésuites)  Deux vastes confédérations des nations huronnes iroquoises s’étaient formées vers la fin 16e, début du 17e siècle.  Iroquois : 1570 ils ont ratifié La Grande Paix des Cinq- Nations  Hurons : 1610 ils ont formé leur propre ligne, qui grâce à l’appui de Champlain (les Français), semblait plus puissante.

25 25Causes  Après la fondation de Fort Orange en Nouvelle Amsterdam (Albany), les Iroquois ont pu s’armer avec les nouvelles technologies grâce à leur alliance avec le néerlandais.  Le commerce au poste néerlandais (et Iroquois) à Albany commence à endommager l’économie de la Nouvelle-France.  De plus, puisque de plus en plus de tribus des Cinq- Nations y participe, les fourrures deviennent de plus en plus rares.  Résultat : les Iroquois montent vers le nord et à l’ouest à la recherche de nouveau territoire et donc de nouveau stock.

26 26Causes  , la Société de Notre-Dame de Montréal pour la conservation des Sauvages de la Nouvelle-France (mission évidente) a reçu permission spéciale d’établir un poste missionnaire sur l’île de Montréal – voilà donc la fondation de Ville Marie (Montréal).  Les missionnaires arrivaient pour fonder des hôpitaux et des écoles :  Jeanne Mance fonde et dirige le premier hôpital à Montréal.  Madame de la Peletrie et Marie Guyart (Mère Marie de l’Incarnation) ont fondé les couvents des Ursulines à Québec.  But : d’instruire les petites indiennes.  Marguerite Bourgeoys arrive à Montréal, 11 ans après Mance.

27 27Causes  Les Iroquois ont appris très tôt de l’existence de Montréal – en danger perpétuel.  L’hôpital était vitement pleine de blessés français et huroniens.  Les Iroquois ont concentré leurs attaques sur Montréal : ils tuaient et torturaient les prêtes et les Hurons.

28 28  1645 : les Iroquois change de tactique – ils négocient avec les français.  Pourquoi : ils se préparaient à anéantir la Huronie.  1647 : la trêve est brisé – la destruction de l’Huronie avait commencé avec la perte des plus petites mission. P.97  1650 en juin, les Jésuites quittent, mais restent dans le nord et à l’ouest. Les martyrs Jésuites tels que Bréboeuf et Lalemant ont inspiré les missionnaires du continent.  La victoire des Iroquois a mis fin à la traite des fourrures dans la colonie: risque de ruine. Actions Iroquoises

29 29 Naissance des coureurs de bois 1. commerce pour leur propre compte (sans permis nécessaire) 2. ils vivaient chez les autochtones 3. ils épousaient des amérindiennes 4. équipe d’exploration fameuse : Pierre Radisson et Médard Chouart, sieur des Groseilliers

30 30  Le monopole de traite appartenait à la Communauté des Habitants de la Nouvelle- France, qui eux avaient reçu le privilège de la Compagnie des Cent-Associés.  Coureurs de bois devaient avancer avec précautions : Iroquois et CHNF.  Fourrures en demande : hermine, renard, martre  Les peaux : orignal et castor (pour les chapeaux)

31 31 Radisson et des Groseilliers  R et G avaient entendu plusieurs récits et légende qui mentionnaient l’existence d’une grande mer salée située très loin au nord des Grands Lacs.  Cette vision a donné suite aux grandes explorations de l’ouest dans les années à venir.  Les navires retournent en France sans cargaison de fourrures.  R et G retournent en N-F avec 60 canots bourrés de fourrures. Ils croyaient que le gouvernement allait fermer les yeux sur leur trafic illégale (ils étaient partis sans autorisation officielle).

32 32  R et G avaient très mal jugé la réaction de la France : ils se sont fait confisquer leur cargaison et condamnés à l’amende. (ils ont finis par garder seulement 7% de la valeur des peaux)  1661 : le cardinal Marazin (qui avait succédé Richelieu comme premier ministre) meurt. Le jeune roi Louis XIV prend personnellement charge de la colonie – tout allait changer.

33 Radisson et des Groseilliers  Furieux, ils quittent les services de la colonie pour se porter aux service de l’ennemi : les Hollandais et les Anglais. Ils s’allient finalement aux marchands de Boston.  Le roi d’Angleterre décide de financer leur entreprise : Radisson (L’Eaglet) Groseilliers (Nonsuch) se rend jusqu’à la “mer du Nord” (baie d’Hudson) ou il passe l’hiver.  Il revient avec une cargaison de peaux de castors impressionnante 33

34 Conséquences  Une charte royale est accordée en 1670 au “Gouverneur et Compagnie des Aventuriers d’Angleterre” s’adonne au commerce de la baie d’Hudson.  Le roi accorde au prince Rupert et à ses associés le monopole de trafique et de commerce sur la région de la baie. (fourrures et pêche)  Les régions de la baie d’Hudson deviennent Terre de Rupert.  Mandat officielle de la compagnie du roi: passage vers l’Orient 34

35  Ironie : 2 Français ont aidé à fonder la Compagnie de la Baie d’Hudson en 1668  Pris entre les Anglais au sud et au nord, Talon devait faire affirmer la présence française à l’intérieur du continent.  : Louis Jolliet et Jacques Marquette explorent la vallée du Mississippi à la recherche de nouvelles nations inconnues:  Ils cherchent des fourrures;  Ils veulent partager le mot de Dieu (influence de le France)  Ils se rendent à l’embouchure du fleuve Mississippi. 35

36 Louis XIV - Il naît le 5 septembre Devient roi à l’âge de 5 ans quand son père meurt. - Le Cardinal Marazin gouverne le pays jusqu’à sa mort. -Louis avait 9 ans quand les nobles et le peuple se révoltent contre la couronne. -Il subit de la pauvreté et l’humiliation. - À l’âge de 23 ans, Louis informe ses ministre qu’il veut gouverner à lui seul le pays. -Il avait 2 buts: le pouvoir et la renommée 36

37 Louis XIV  1661 à 1715, le roi Louis XIV (« roi soleil », « roi absolu de la France ») : élimine les ministres tout puissant.  Convaincu que la colonie devait non seulement servir la cause de la métropole, mais aussi contribuer à sa richesse et à la gloire de la monarchie.  Lors de ses premières années, la France était en période de paix : il pouvait dévouer ses efforts sur les colonies  Lors de ses premières années, la France était en période de paix : il pouvait dévouer ses efforts sur les colonies  l’absolutisme royal 37

38  Les régiments de Carignan arrivent à Québec : hommes sous le commandement d’Alexandre de Prouville marquis de Tracy (il devient aussi le premier vice-roi de Louis XIV en Nouvelle- France.)  But: de mettre fin à la menace iroquoise  1666 : Première attaque contre les Iroquois fait faillite. (Tracy était malade) 38

39  Une fois en santé, Tracy a remonté la rivière Richelieu avec environ 600 hommes et une centaine d’Hurons alliés :  ils ont détruit/brûlé les installations iroquoises ainsi que leurs provisions d’hivers  les Iroquois avaient fuit donc les postes étaient abandonnés  En 1667 les représentants des Cinq Nations arrivent à Québec et font la paix avec les français.  Résultat : 20 ans de paix (mais pas d’amitié) 39

40 Pourquoi la paix ? 1)Les Iroquois étaient en guerre avec les Andastes au Sud afin de s’assurer une route vers les pelleteries des vallées de l’Ohio et du Mississippi. 2)Les Français étaient devenus trop puissant grâce aux régiments de Carignan (Tracy) et l’aide des Hurons et Algiques. 40

41 Après la victoire  Tracy retourne en France : 400 veulent rester  Courcelles demeure gouverneur, ses tâches :  Représentation du Roi  Préside aux cérémonies et fonctions publiques  S’occupe des affaires militaires  La vision de Louis XIV: le commerce triangulaire. 41

42 Le commerce triangulaire 1.La France(cœur du système) produirait les articles de fabrication (vêtements, meubles, outils, etc...) pour son propre usage ainsi que pour ses colonies en A-N et dans les Antilles. 2.Les Antilles françaises produiraient du sucre, de la mélasse et des teintures, principalement pour la métropole, mais aussi pour la Nouvelle-France. 3.La Nouvelle-France produirait des ressources naturelles et des matières brutes tels que l’or, le fer, le bois, le cuivre pour la métropole, et fournirait des produits de pêche pour la France et les Antilles. 42

43 43

44 La tenure seigneuriale  Pour que la colonie soit profitable, il fallait trouver une façon de combiner les intérêts des colons et de la métropole : on ne pouvait pas s’attendre que les colons allaient défricher leurs propres terres (beaucoup trop de travail).  Pas d’établissements =pas d’argent  En échange pour certaines annuités et redevances, les « habitants » venaient s’établir sur un fief concédé à un seigneur. 44

45 PAS COMME EN FRANCE 1.Le seigneur travaillait souvent lui-même les terres avec les habitants. Ils devaient aider leurs fermiers à préparer leurs terres 2.Les seigneurs n’étaient pas toujours de nobles. 3.Droit de mouture : Les seigneurs devaient immédiatement construire un moulin à leurs propres frais. 4.Les seigneurs n’étaient pas des maîtres féodale, mais plutôt des entrepreneurs qui voulaient diriger l’établissement d’un domaine. 5.Le développement d’un fief ne conduisait pas à la fortune en Nouvelle-France. 45

46 Problème ?  Talon voulait protéger les fermes : le gouvernement introduit un loi qui interdit la traite de pelleteries sans permis officiel.  couvre-feu,  ne peuvent pas laisser leurs fermes pour aller chercher du travail en ville  etc.  Ces contraintes ont eu un impact négatif sur la France 46

47 Traite de fourrures Industrie  coureurs de bois encore plus nombreux (traite avec les autochtones)  Les Anglais payaient plus et offraient de la marchandise de meilleure qualité (Albany)  L’autorité religieuse n’autorisait pas l’échange des boissons alcooliques 47

48 Réalisation de la France  Il était évident que la France ne pouvait pas survivre seulement avec l’agriculture: il fallait pénétrer à l’intérieur du continent pour survivre  Ils ne pouvaient plus ignorer la traite des fourrures. 48


Télécharger ppt "1 La Nouvelle-France Histoire 30S R-A Chaput. 2 Les gouvernements  Au 17e siècle, c’était le roi, assisté de quelques fonctionnaires et ministres qui."

Présentations similaires


Annonces Google