La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Rennes – 27 janvier 2009 Dr Bernard PRADINES Praticien hospitalier, service de soins de longue durée depuis 17 ans, centre hospitalier dAlbi www.geriatrie-albi.fr.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Rennes – 27 janvier 2009 Dr Bernard PRADINES Praticien hospitalier, service de soins de longue durée depuis 17 ans, centre hospitalier dAlbi www.geriatrie-albi.fr."— Transcription de la présentation:

1

2 Rennes – 27 janvier 2009 Dr Bernard PRADINES Praticien hospitalier, service de soins de longue durée depuis 17 ans, centre hospitalier dAlbi Dr Rose-Marie RAGOT Le Palais-Belle-Île

3 Rennes – 27 janvier 2009 France Fréquence des pathologies, santé subjective, recours au médecin, nombre des médicaments, dépendance.

4 Rennes – 27 janvier 2009

5

6

7 EHPA 2003 dépendance DREES - er 379

8 Rennes – 27 janvier 2009 Personnes de plus de 60 ans 1970 : soit environ 59,8 % des décès, 2006 : soit 26,2 % des décès, 1970 : soit 2,2 % des décès, 2006 : soit 12,1 % des décès. Source : INSEE, état civil. x 5,5 / 2,3 Décès à domicile Décès dans les institutions gériatriques

9 EHPAD (anciennes maisons de retraite) et SLD (anciens longs séjours) en 2003 (EHPA) maisons de retraite : lits soins de longue durée : lits 17,3 % des lits hospitaliers avant réforme.

10 Rennes – 27 janvier 2009 Lits médicalisés EHPA 2003 HENRARD JC. Le dispositif institutionnel d'aide et de soins aux personnes âgées. BEH n° 5- 6/2006, pp sur 5 1 sur

11 Phénomène national

12 Rennes – 27 janvier 2009 PMP moyen des SLD : 222 PMP moyen des MR : entre 121 et 137 ERNEST 2001 Source SNGC PMP moyen des SLD : 303 MR (EHPAD) : ? Etude USLD 2006

13 Rennes – 27 janvier 2009 SLD : 25,66 % (22 000) EMS (MdR + FL) : 8,99 % (51 000) SMTI Etude USLD 2006 SLD : 35 % EMS : ? ERNEST 2001 Source SNGC

14 Rennes – 27 janvier 2009 Dr Rose-Marie RAGOT Le Palais-Belle-Île La différence entre services de soins de longue durée et établissements pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)

15 Rennes – 27 janvier 2009 Circulaire du 15 mai 2006, Circulaire du 10 mai 2007, Circulaire du 17 novembre DGAS et DHOS LOI n° du 19 décembre 2005, article 46

16 Rennes – 27 janvier 2009 Une justification qui repose sur des arguments douteux Décision sur coupe PATHOS de 2006 seulement n'intéressant que les SLD et non les EMS environnants, encore moins le domicile, Circulaires du 10 mai 2007 et du 17 novembre 2008, seulement « partition » : 17 fois dans circulaire du 10 mai 2007, jamais le mot maintien ou développement !

17 Rennes – 27 janvier 2009

18 Une « réforme à la hussarde » Bilan des opérations de partition en 2007 : 15 régions se sont engagées dans les opérations de partition en 2007 qui ont concerné lits dUSLD dans 134 établissements, capacités ont été scindées de la façon suivante : lits dUSLD redéfinis et lits médico-sociaux. Annexe 1 de la Circulaire du 17 novembre 2008

19 Rennes – 27 janvier 2009 Dr Rose-Marie RAGOT Le Palais-Belle-Île Les USLD redéfinies et loutil dévaluation PATHOS : bien des soucis et encore plus de craintes

20 Rennes – 27 janvier 2009 Pourquoi tant de haine ? démérité ? Sortie de la nuit de l'hospice ? acharnement thérapeutique ou, pire, abandon thérapeutique ? le cadre hospitalier ne convient-il pas à l'accompagnement des personnes âgées malades ? faux diagnostic de départ (partout se trouvent les mêmes personnes âgées) = > politique sélective de restriction ?

21 Rennes – 27 janvier 2009 Proximité ou économies ? Suppression des structures de SLD dont on a trouvé à un moment donné, en 2006, un nombre de patients SMTI + M2 inférieur à 30.

22 MR : 31 à 43 personnels ETP pour 100 résidents. SLD : 69 personnels ETP pour 100 résidents, taux de personnels hors administration et services généraux EHPA 2003 DREES - er 379

23 Rennes – 27 janvier 2009 Strasbourg : demandes insatisfaites BERTHEL M. Besoins respectifs d'admissions en Soins de Longue Durée et en maison de retraite : présentation de l'enquête dans la communauté urbaine de Strasbourg (décembre mars 2004). Colloque du SNGC. Paris, 14 octobre 2005

24 Des conséquences uniformisation à long terme des dotations en personnels, des statuts et des modes de fonctionnement ? entrées sur évaluation des pathologies mais en sortiront aussi s'ils vont mieux. Où est la stabilité ? En fait le plus souvent soins palliatifs, hôpital n'est plus prévu pour un hébergement à long terme ?

25 Des incohérences explications techniques, pas de justification sur le fond, article 59-I de la loi du 11 février 2005 mais loi n° du 19 décembre 2005 réintégre les USLD au sein de lenveloppe sanitaire, taux souhaitable de 6 pour mille > de 75 ans ?

26 Des incohérences circulaire du 15 mai 2006 : « des pré requis sur la continuité des soins et la surveillance, définis de manière volontairement souple pour ne pas empêcher le maintien de capacités de SLD dans de petits établissements de proximité. »

27 Des astuces Pressions anciennes avant les lois et circulaires, SSLD = > USLD, Un charabia technique qui noie le poisson : « meilleure fluidité de la filière », « maillage harmonieux de la région », L'utilisation d'un syndicaliste comme agent d'application de la « réforme », Le maintien provisoire ou même l'amélioration des moyens de certains SLD en échange de la signature d'une convention tripartite et de leur transformation en EHPAD.

28 Des utopies Les évaluations, les formules, les algorithmes, les ordinateurs peuvent apprécier correctement des situations toujours humaines, toujours complexes, toujours différentes. Tout peut et doit être évalué, mesuré, maîtrisé, planifié.

29 Rennes – 27 janvier 2009 Oui, pourquoi tant de haine ?

30 Des politiques de l'autruche Il faudrait fermer tous ces mouroirs, Je ne mettrai jamais Maman dans ces lieux ! Des lieux comme cela, cela ne devrait pas exister. J'espère bien que je n'y rentrerai jamais ! Si je suis comme cela un jour, finissez-en avec moi. Pas d'acharnement thérapeutique ! Faites moi plutôt une piqûre !

31 Des idéologies et sentiments collectifs sous-jacents La vieillesse fait peur, les longs séjours en sont des témoins gênants, survivants des hospices : les faire disparaître ? Egalité : mêmes prestations sur le territoire national, donc EHPAD = SLD, La vieillesse n'est pas une maladie. Lieux d'hébergement : vie et non soins, Ne pas médicaliser, pas techniciser la fin de la vie mais donner de l'amour par accompagnement bienveillant.

32 Des idéologies sous-jacentes développer le maintien à domicile, situation immémoriale où la fin de la vie avait lieu en famille, les solidarités générationnelles doivent se situer dans la famille, non dans la collectivité, les aides sociales trop nombreuses plombent l'économie et freinent le développement dynamique de nos entreprises écrasées de taxes diverses, l'État doit se désengager, soit au profit du secteur commercial en pleine croissance, soit en engageant les conseils généraux comme pourvoyeurs par le biais du transfert du statut sanitaire vers le statut médico-social.

33 Un contexte favorable diminution de la capacité du service public de santé : psychiatrie, médecine somatique. Sauf SSR, triomphe des idées libérales et mise au pas des services publics : rentabilité, « optimisation », regroupements autoritaires de services, suppression de services et d'hôpitaux, « vrais patrons » dans les hôpitaux, développement rapide du secteur privé lucratif et chaînes de maisons de retraites... arguments rationnels : tarification des établissements fondée sur le GMP et sur le PMP, nécessité urgente d'une réforme de l'orientation des personnes âgées et malades.

34 Rennes – 27 janvier 2009 Dr Rose-Marie RAGOT Le Palais-Belle-Île Et pourtant...

35 Une vraie réforme réalité en face et non avec des lunettes idéologiques quand elles s'éloignent de l'indispensable humanisme. Ex : aller vers la suppression des chambres non individuelles, fermer les lits indignes. Où mettre les personnes âgées ? réduire la disparité des services, proximité, meilleure orientation des personnes âgées, promesses du plan Grand Âge de De Villepin à présent bien lointaines (mai 2006) : 1 soignant pour 1 résident.

36 Rennes – 27 janvier 2009 Quelle réforme ? Problèmes d'augmentation et de répartition des moyens : offre de soins améliorée et rapprochée, orientation des résidents : information, incitation. Conclusion


Télécharger ppt "Rennes – 27 janvier 2009 Dr Bernard PRADINES Praticien hospitalier, service de soins de longue durée depuis 17 ans, centre hospitalier dAlbi www.geriatrie-albi.fr."

Présentations similaires


Annonces Google