La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 INTERVENIR POSITIVEMENT AVOIR DES ENFANTS OPTIMISTES Document réalisé par Richard Robillard et Chantal Boutet.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 INTERVENIR POSITIVEMENT AVOIR DES ENFANTS OPTIMISTES Document réalisé par Richard Robillard et Chantal Boutet."— Transcription de la présentation:

1 1 INTERVENIR POSITIVEMENT AVOIR DES ENFANTS OPTIMISTES Document réalisé par Richard Robillard et Chantal Boutet

2 2 TABLE DES MATIÈRES Éviter dattribuer des étiquettes aux enfants. Leur apprendre à voir le bon côté des choses. Les aider à connaître le succès. Savoir reconnaître leurs réussites. Prendre leurs sentiments en compte. Ne pas insister sur ce qui va mal. Donner lexemple. Leur apprendre à être optimiste.

3 3 INTRODUCTION «Nous voudrions tous que nos enfants soient heureux et optimistes. Quils aient de meilleurs résultats scolaires, quils aient davantage damis, quils soient moins préoccupés, quils profitent davantage de la vie et quils bâtissent leur propre avenir. Mais comment fait-on pour avoir des enfants optimistes? Voici huit précieux conseils à cet égard.» (p. 106) Référence: Bormans, 2013.

4 4 ÉVITER DATTRIBUER DES ÉTIQUETTES AUX ENFANTS «Bernard est craintif», «Lise est timide», «Robert doute toujours de lui», «Mathieu aime se battre», «Amélie est une déficit dattention», «Charles est un opposant», «Mélanie est une anxieuse», «Joseph ne fait jamais ce quon lui demande», …. Les adultes attribuent très rapidement des étiquettes aux enfants. Or, celles-ci ont une incidence excessivement négative sur leur développement car elles touchent le caractère général de lenfant. On sous-estime grandement les conséquences de cet étiquetage auquel se livrent parents, éducateurs et enseignants. Souvent le comportement en question nest quune étape du développement des enfants, mais létiquette quon leur accorde devient une partie intégrante de leur personnalité. Nous contribuons de la sorte à renforcer le comportement quen réalité nous voulons éliminer ou décourager. On sadresse au comportement et non à la personne.» (p. 106) Référence: Bormans, 2013.

5 5 LEUR APPRENDRE À VOIR LE BON CÔTÉ DES CHOSES «La pluie nous oblige à rester en classe ou à la maison! Pas de chance! Mais examinons quelles possibilités soffrent à nous de trouver ensemble quelque chose damusant à faire à lintérieur. Nous pourrions jouer à des jeux de société, par exemple. Même dans le cas où nous sommes face à une adversité, nous pouvons voir le côté positif. Cest un travail de lesprit. Un travail de perception, de remise en cause des pensées négatives.» Un travail qui demande une pratique continuelle, une distance par rapport à la situation désagréable, décevante, frustrante. Un travail qui exige la force de la perspective.» (p. 106) Référence: Bormans, 2013.

6 6 LES AIDER À CONNAÎTRE LE SUCCÈS «Bien sûr que les adultes (parents, enseignants) peuvent tout faire par eux-mêmes, à la place de lenfant et beaucoup plus rapidement: mettre de lordre dans leurs affaires, trier leurs vêtements, ranger leurs jouets, etc. Mais si les adultes ne font pas à la place de lenfant, ils leur permettent de connaître le succès à partir de petites réussites et par conséquent ils leur enseignent à voir la vie du bon côté. Les adultes peuvent même les féliciter pour ce que font les enfants. Cela favorise une saine estime deux-mêmes (une estime issue de «faire face» à ladversité) et les inciter à être optimistes. Les adultes les aident davantage en les encourageant activement quen faisant tout à leur place. Il est essentiel pour une saine et durable estime de soi de reconnaître, voire louer leurs efforts, leur ténacité, leur constance, et non leur petite personne.» (p. 107) Référence: Bormans, 2013.

7 7 SAVOIR RECONNAÎTRE LEURS RÉUSSITES «Les enfants reconnaissent facilement et assez rapidement les faux éloges. Il est donc inutile de les duper. Ne les félicitez pas de manière exagérée pour leurs succès, mais identifiez plutôt les compétences qui leur ont permis dobtenir de bons résultats et des réussites. Déterminez avec eux quels sont leurs forces du caractère. Évitez de projeter nos propres attentes sur eux, mais cherchez plutôt à découvrir dans quels domaines ils obtiennent des réussites et les encourager à continuer dans cette voie. Il faut absolument éviter de leur dire quils sont «GÉNIAUX» dans tout. Cela pourrait ultérieurement déclencher une dépression chez eux car aucun être humain est GÉNIAL dans tout. Cherchez ensemble à déceler les obstacles (les adversités) et leur apprendre comment y «faire face» et les surmonter; ce qui contribue à éveiller la résilience.» (p. 107) Référence: Bormans, 2013.

8 8 PRENDRE LEURS SENTIMENTS EN COMPTE «Ne pas dire aux enfants quil ne faut pas pleurer, échouer, être déçu, attristé ou frustré. Ce sont des sentiments tout à fait normal, correct, voire essentiel au développement. Ces émotions négatives leur sont une signal dalarme. Il faut reconnaître la réalité de ces sentiments lorsquils se présentent. Ne pas tenter de nier lexistence des sentiments négatifs mais les aider à les mettre en perspective. Aider à voir le bon côté des choses malgré la présence des sentiments négatifs. Chercher ensemble dautres options.» (p. 107) Référence: Bormans, 2013.

9 9 NE PAS INSISTER SUR CE QUI VAL MAL «Je constate que tu nes pas content de voir que tes résultats ne sont pas ce que tu avais espéré. Tu as de meilleur résultats dhabitude. Peut-être faudra-t-il réajuster quelque chose dans ton étude? Jai confiance en toi et tu retrouveras le succès sous peu.» Si les choses tournent mal, savoir reconnaître ce que lenfant ressent. Lui rappeler les moments où il a bien fait. Mettre laccent sur les aspects positifs; au lieu de le culpabiliser, lui faire entrevoir ses éventuels réussites. Apprendre des ses erreurs est un signe de maturité affective.» (p. 108) Référence: Bormans, 2013.

10 10 DONNER LEXEMPLE «Ce nest pas ce que dit ladulte qui compte, mais ce quil fait devant lenfant. Ladulte ne peut demander aux enfants de manger des aliments sains sil ne le fait pas lui-même. Que cela nous plaise ou non, nous sommes des modèles pour les enfants. Quiconque souhaite que les enfants soient optimistes ferait mieux dadopter lui-même une attitude positive face à la vie. Si on obtient un succès quelconque, évitons de le dissimuler sous couvert de fausse modestie, mais mentionner plutôt, avec humilité, la compétence ou la force du caractère à laquelle on a fait appel pour y arriver. Et si les choses tournent mal, ne pas crier aussitôt à la catastrophe, mais sefforcer de les mettre en perspective et en faire un moment dapprentissage et de résilience.» (p. 108) Référence: Bormans, 2013.

11 11 APPRENDRE AUX ENFANTS À ÊTRE OPTIMISTES «Loptimisme comprend de multiples avantages. Cest une attitude que lon peut acquérir. Loptimisme sapprend! Tout comme le pessimisme sapprend! Lenfant apprend loptimisme grâce à la présence dadultes positifs et optimistes.» (p. 108) Référence: Bormans, 2013.

12 12 RÉFÉRENCE Bormans, L. (2013. Optimiste. Guide pratique pour voir la vie du bon côté. Montréal: Les Éditions de LHOMME.


Télécharger ppt "1 INTERVENIR POSITIVEMENT AVOIR DES ENFANTS OPTIMISTES Document réalisé par Richard Robillard et Chantal Boutet."

Présentations similaires


Annonces Google