La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES PANSEMENTS DE LESCARRE Prise en charge du soin de lescarre Diaporama de formation pour le pharmacien et son équipe UNIVERSITE DE NANTES Année de la.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES PANSEMENTS DE LESCARRE Prise en charge du soin de lescarre Diaporama de formation pour le pharmacien et son équipe UNIVERSITE DE NANTES Année de la."— Transcription de la présentation:

1 LES PANSEMENTS DE LESCARRE Prise en charge du soin de lescarre Diaporama de formation pour le pharmacien et son équipe UNIVERSITE DE NANTES Année de la soutenance FACULTE DE PHARMACIE 2009 Jean-Vincent LE NAY Titre de thèse: « Les pansements de lescarre. Elaboration dun outil de formation pour le pharmacien et son équipe »

2 2 SOMMAIRE Introduction………………………………………………………………………………………..33 Soin de la plaie: formation du pharmacien et de son équipe…………………………….44 Action auprès des soignants……………………………………………………………… Action auprès du patient et de son entourage……………………………….……………1919 Documents annexes………………………………………………………………………..…..2424

3 LESCARRE: Définition: Cest une plaie le plus souvent due à une hypoxie tissulaire provoquée par une pression excessive et prolongée sur les tissus mous entre un plan dur (matelas, fauteuil) et les saillies osseuses. Conséquence: nécrose cutanée et sous-cutanée irréversible. EPIDEMIOLOGIE : Prévalence: 8,6% (à lhôpital). Incidence: 4,3% (à lhôpital). Age moyen des porteurs descarre: 74ans. FACTEURS DE RISQUE PREDICTIFS DE LAPPARITION DUNE ESCARRE: immobilité et dénutrition. POURQUOI LE SUIVI THERAPEUTIQUE DUN PATIENT PORTEUR DUNE ESCARRE EST-IL IMPORTANT? Maladie difficile à vivre pour le patient et difficile à soigner. Améliorer la prise en charge à domicile en multipliant les professionnels de santé impliqués. Importance de léducation thérapeutique afin: - dimpliquer le patient au soin de la plaie. - dapprendre au patient et à son entourage les moyens de prévention. SommaireSommaire <

4 Soin de la plaie: formation du pharmacien et de son équipe 1 SommaireSommaire <

5 5 CLASSIFICATION DES STADES DEVOLUTION DUNE PLAIE Stade 0: peau intacte, mais risque descarre. Stade 1: érythème cutané sur une peau apparemment intacte ne disparaissant pas après la levée de la pression et accompagné dun œdème et dune induration. En cas de peau pigmentée: modification de couleur avec œdème et induration. Stade 2: décollement ou clivage impliquant lépiderme et le derme superficiel, se présentant comme une phlyctène, une Abrasion, mais sans formation dune ulcération. Stade 3: perte de substance ou ulcération très peu profonde, impliquant le tissu dermo-hypodermique mais sans franchissement du fascia et sans décollement périphérique. Stade 4: perte de substance ou ulcération plus ou moins profonde, dépassant le fascia et pouvant impliquer les muscles et les tendons et atteindre los et les articulations avec une nécrose dabord noire et sèche puis jaune et humide. ATTENTION: le passage du stade dérythème à celui dulcère peut subvenir en quelques heures! LES DIFFERENTES PHASES DE LA CICATRISATION La phase de détersion La phase de bourgeonnement La phase dépidermisation Il sera décrit par la suite le traitement de la plaie en fonction du stade de gravité et de lévolution de la cicatrisation.

6 CHOIX DU PANSEMENT:Un hydrocolloïde ou un film PU (polyuréthane) vont protéger la plaie du frottement, du cisaillement et des agents extérieurs (bactéries, urine, produits chimiques…). Semi-occlusifs: imperméables à leau et aux bactéries, perméables à lair. Ils maintiennent un milieu chaud et humide favorable à la cicatrisation. ATTENTION, lhydrocolloïde se délite en une substance daspect purulent et dodeur nauséabonde: prévenir le patient! On choisit des produits transparents afin de surveiller lévolution de la plaie. On choisit un hydrocolloïde fin car à ce stade il ny a pas dexsudat à absorber (le pouvoir absorbant est fonction de lépaisseur du pansement). On choisit la forme adaptée afin déviter les décollements au niveau des zones de frottement (ovale, triangle, sacrum, talon/coude…). CARACTERISTIQUES DE LA PLAIE: Rougeur qui ne blanchit pas à la pression du doigt. Rapidement réversible avec traitement. ACTION: Décharger. Protéger. Surveiller. STADE 1 Hydrocolloide fin transparent Film PU transparent RENOUVELLEMENT: Tous les jours en fonction de létat de la plaie (peau propre et sèche, rougeur qui disparaît) et du pansement (non souillé, bien collé et en bon état).

7 7 CARACTERISTIQUES DE LA PLAIE: Dermabrasion. Décollement épidermique (phlyctène). Atteinte de lépiderme et dune partie du derme. ACTION: Décharger. Protéger. Surveiller. CHOIX DU PANSEMENT: Protège la plaie du frottement, du cisaillement et des agents extérieurs. Maintient un milieu chaud et humide favorable à la cicatrisation. On choisit un produit transparent pour surveiller lévolution de la plaie. La plaie, à ce stade, est encore peu exsudative: le pouvoir absorbant dun hydrocolloïde devrait suffire. ATTENTION, lhydrocolloïde se délite en une substance daspect purulent et dodeur nauséabonde: prévenir le patient! Le choix de lhydrocolloïde permet despacer les soins. Lhydrocolloïde nadhère pas à la plaie. On choisit la forme adaptée pour éviter les décollements au niveau des zones de frottement. STADE 2 Hydrocolloïde transparent RENOUVELLEMENT: Tous les jours à saturation (formation dune bille de gel et décollement).

8 8 CARACTERISTIQUES DE LA PLAIE: Perte de substance impliquant le tissu sous-cutané Tissu nécrotique noir et sec. Tissu nécrotique jaune souvent très exsudatif. Douleur. COULEUR: ACTION: Ramollir et déterger. Absorber et déterger. Décharger. CHOIX DU PANSEMENT: Lhydrogel possède un fort pouvoir hydratant qui va servir à ramollir un tissu nécrotique sec et favoriser sa détersion en le recouvrant avec un hydrocolloïde fin. Si la plaie est exsudative on choisit un pansement absorbant qui va drainer les exsudats. On a le choix, par ordre croissant dabsorbance, entre: - Alginate: bon pouvoir absorbant et a prouvé son efficacité en phase de détersion. - Hydrofibre: fort pouvoir absorbant, pas de relargage, confortable, atraumatique. Lalginate est le pansement de choix. On aura recours à un hydrofibre si lexsudat est trop important. Le renouvellement du pansement se fait tous les jours jusquà détersion de tous les tissus nécrotiques (détersion rapide = accélération de la cicatrisation). STADE 3 ET 4: NECROSE RENOUVELLEMENT: Tous les jours + détersion manuelle. Hydrogel Alginate Hydrofibre Hydrocolloide fin transparent

9 9 STADE 3 ET 4: PLAIE BOURGEONNANTE CARACTERISTIQUES DE LA PLAIE: Bourgeons rouges et fermes. Tissu fragile et douloureux. Exsudat peu important. COULEUR: ACTION: Protéger. Décharger. Hydrocolloïde Interface Hydrocellulaire RENOUVELLEMENT: Tous les 3 jours afin de surveiller lévolution de la plaie. CHOIX DU PANSEMENT: On choisit un hydrocolloïde dépaisseur adaptée à la quantité dexsudation et de forme adaptée afin déviter les décollements prématurés. Linterface maintient un milieu chaud et humide et à lavantage de ne pas adhérer à la plaie: prévient lapparition de douleur au changement de pansement. Lhydrocellulaire est le pansement de choix: - Confortable et atraumatique (choix des formes non-adhésives). - Plusieurs épaisseurs disponibles (permet de sadapter au niveau dexsudation). - Plusieurs formes disponibles (si décollement prématuré). - Bonne capacité de rétention (pas de relargage). - Pas dodeur. - Saturation lorsque la bille formée se rapproche des bords.

10 10 STADE 3 ET 4: EPIDERMISATION CARACTERISTIQUES DE LA PLAIE: Coloration rose des tissus en voie dépithélialisation (lépidermisation commence par les berges). Les cellules néoformées sont sensibles. Exsudat peu important. COULEUR: ACTION: Protéger. Surveiller. Décharger. RENOUVELLEMENT: Tous les jours pour lhydrocolloïde. Tous les 3 jours pour linterface. CHOIX DU PANSEMENT: Maintient dun milieu chaud et humide. Protection vis-à-vis des agents extérieurs. Pansement atraumatique. Pansement peu ou pas absorbant. Pansement transparent afin de suivre lévolution de la plaie. Hydrocolloïde fin transparent Interface

11 11 CAS DES PLAIES ANFRACTUEUSES CARACTERISTIQUES DE LA PLAIE: Perte de substance atteignant et dépassant Le fascia et pouvant impliquer os, articula- tions, muscles ou tendons. Plaie creusée ou cavitaire. ACTION: Drainer. Réparer. Décharger. CHOIX DU PANSEMENT: On choisit des formes de pansements adaptées aux plaies anfractueuses: mèche, forme « cavité ». On choisit ensuite le pansement en fonction du stade dévolution de la plaie et de son pouvoir absorbant en adaptation à la quantité des exsudats. Ordre croissant dabsorption: hydrocellulaire < alginate < hydrofibre. - Hydrocellulaire: bonne capacité de drainage des exsudats,pas de relargage, confortable, recouvre et protège bien les bords de la cavité. - Alginate: efficacité prouvée en phase de détersion. - Hydrofibre: très absorbant et pas de relargage. RENOUVELLEMENT: Tous les jours si détersion. Tous les 3 jours sinon afin de surveiller lévolution de la plaie. Hydrocellulaire Alginate Hydrofibre

12 12 PLAIE HEMORRAGIQUE CARACTERISTIQUES DE LA PLAIE: Sang. ACTION: Réparer. CHOIX DU PANSEMENT: Lalginate possède des propriétés hémostatiques. Alginate RENOUVELLEMENT: Tous les jours.

13 13 PLAIE INFECTEE ODEUR CARACTERISTIQUES DE LA PLAIE: Exsudats. Odeur. Réponses de lhôte face à linfection: douleur, rougeur, œdème. ACTION: Déterger. Absorber. Traiter. Charbon Argent RENOUVELLEMENT: Tous les jours. CHOIX DU PANSEMENT: Charbon+/- pansement absorbant: drainage des tissus nécrotiques et absorption des odeurs. Le cas échéant on choisit un alginate en tant que pansement primaire (hydrocellulaire et hydrocolloïde sont contre-indiqués en cas dinfection!) recouvert du pansement au charbon. On choisit un pansement de forme adaptée afin quil recouvre bien toute la plaie et agisse efficacement sur toute la surface infectée. Argent: action antimicrobienne afin de limiter la prolifération bactérienne pathogène.

14 14 Action auprès des soignants 2 SommaireSommaire <

15 15 CONNAISSANCE DU PANSEMENT Capacités dabsorption Hydrocolloïde < hydrocellulaire < alginate < hydrofibre La capacité dabsorption augmente avec lépaisseur. On trouve différentes épaisseurs parmi les hydrocolloïdes et les hydrocellulaires. Des formes variées Des formes variées vont permettre dadapter le pansement à la zone présentant une escarre. Objectifs: - contact du pansement avec toute la surface de la plaie pour une une meilleure efficacité. - éviter les décollements prématurés au niveau des zones de frottement. Les formes disponibles: sacrum, talon/coude, cavité, triangle, ovale, mèche. Des formes adhésives Pour un meilleur maintien et une application rapide du pansement. Pour permettre la douche (hydrocellulaires: couche externe imperméable à leau). talon/coudecompressesacrumTalon/coudemècheCompresse et mèche

16 16 Plaie infectée: alginate ou hydrofibre peuvent être utilisés. Hydrocolloïde et hydrocellulaire sont contre-indiqués (en raison de leur caractère occlusif). Hydrocolloïde et hydrofibre se délitent en une substance daspect purulent et dodeur nauséabonde: prévenir le patient! Alginate: retrait douloureux si plaie insuffisamment exsudative. Pas de relargage avec hydrofibre et hydrocellulaire: diminution du risque de macération. Hydrocellulaire: diversité des produits proposés en terme de capacité dabsorption des exsudats. Lhydrocolloïde nadhère pas à la plaie et adhère à la peau saine. Couche semi-occlusive pour: hydrocolloïde, hydrocellulaire, film PU imperméabilité à leau. Hydrocolloïde: peu deczéma de contact mais irritation et lésions de la peau si changements trop fréquents. Propriétés, avantages et inconvénients

17 17 UNE FORCE DE PROPOSITION La douleur Antalgie, préparation physique et psychologique du patient. Choix du pansement: - Pansement pouvant rester plusieurs jours sur la plaie ( fréquence de renouvellement). - Pansement confortable et non douloureux au retrait (silicone, hydrogel, hydrofibre, alginate, hydrocellulaire). - On évite les adhésifs (traumatisme au retrait, douleur, risque dallergie). - On fractionne la réfection des pansements par roulement si plaies multiples. - Jamais de compresse directement sur la plaie! (adhérence et douleur) - Irrigation systématique au sérum physiologique du pansement avant le retrait (surtout si adhésif). Lodeur Choix du pansement: pansement au charbon actif. Souvent odeur=infection: il faut donc adsorber les odeurs et surtout drainer les exsudats. On utilise un pansement charbon actif (+/- argent) directement sur la plaie ou en recouvrement dun pansement absorbant (alginate) sil ne possède pas cette propriété. Expliquer au patient (car incommodant et difficile à vivre). Confort olfactif (aération, diffusion dodeurs…). Linfection Choix du pansement: pansement au charbon actif (+/- argent) recouvert ou non dun pansement absorbant (alginate). But: drainer les tissus nécrotiques très rapidement avec détersion tous les jours, adsorber les odeurs. Traiter: antibiothérapie adaptée +/- antimicrobiens (povidone iodée ou argent) voire chirurgie. Un pansement adapté à la plaie

18 18 La macération Eviter les pansements secondaires « américains ». Recourir à un pansement plus absorbant. Utilisation de pâtes « barrières » en périphérie de la plaie pour protéger la peau saine. Changer de pansement plus fréquemment. Au stade de la rougeur: protection de la peau par hydrocolloïde ou film PU transparent. Contrôler un œdème éventuel: hypoalbuminémie, anémie… Traitement AB per os sil y a une infection. Le décollement Si macération: choix dun pansement plus absorbant. Si frottement: choix dune forme adaptée à la zone (sacrum, talon, coude, formes ovale, rectangle, triangle) ou découpage adapté du pansement, choix dun pansement adhésif. Pour la douche Hydrocellulaire: formes adhésives. Hydrocolloïde. Film PU transparent en pansement secondaire. Lirritation Eviter les formes adhésives. Bonne hygiène. Si macération: recourir à un pansement plus absorbant. Utilisation de pâtes à loxyde de zinc (choix dun produit neutre afin de réduire le risque dallergie). Le maintien du pansement Gaze + bande non adhésive Bande non adhésive Filet de maintien Film PU transparent ou hydrocolloïde mince transparent

19 19 Action auprès du patient et de son entourage 3 SommaireSommaire <

20 20 IMPLICATION DU PATIENT Expliquer le rôle joué par le pansement sur la cicatrisation: protection de la plaie, maintien dun milieu chaud et humide, drainage des exsudats. Repérer les signes déventuelle infection: rougeur, chaleur, induration, douleur, augmentation de lexsudation, odeur, aspect purulent (Hydrocolloïde et Hydrofibre: aspect purulent au délitement) Tous les jours par une infirmière si infection ou si détersion. Tous les 3 jours si bourgeonnement. Tous les jours à saturation du pansement sinon. Si macération et décollement: choix dun pansement plus absorbant. Hygiène rigoureuse des mains (eau+savon) voire utilisation de gants chirurgicaux. Nettoyage-irrigation au sérum physiologique. Sécher le pourtour de la plaie (compresse stérile). Appliquer le pansement. Utiliser un moyen de fixation adapté (gaze + bande de fixation non adhésive, filet de maintien, film PU). Expliquer quand changer le pansement Expliquer comment nettoyer une plaie et changer un pansement

21 21 RAPPELS SUR LA PREVENTION ET LE TRAITEMENT DE LESCARRE Décharger les zones à risque Observer létat cutané Signes à repérer: rougeur ne disparaissant pas à la pression du doigt, induration, chaleur. La technique de leffleurage du bout des doigts au niveau des zones à risque permet de surveiller chaque jour lapparition de rougeur. Produits utilisés: huile damande douce, Sanyrène®…qui vont hydrater la peau et la protéger des frottements. Surveillance de la peau à toute occasion et notamment lors des soins dhygiène corporelle. MOYENS DE PREVENTION: Supports anti-escarre: matelas, surmatelas, coussins, mousses. Retournement toutes les 2-3h. Alternance positions allongées/positions assises (au fauteuil si possible). Marches répétées. Bonnes positions couchées: décubitus semi-latéral oblique, position semi-assise à 30°. Bonnes positions assises: cuisse à plat sur le fauteuil, corps symétrique (bonne répartition du poids), appui des bras (accoudoirs) ou du dos. Eviter le cisaillement (macération, humidité, plis de la literie, matières synthétiques).

22 22 Assurer léquilibre nutritionnel Apport minimal en énergie: 30 kcal/kg/jr Apport protidique minimal: 1,5 g/kg/jr Favoriser la prise alimentaire orale par des mesures simples: Traiter la douleur, linfection. Interrompre un traitement anorexigène, émétisant, responsable de sécheresse buccale. Si manque dappétit: augmenter le nombre de repas et réduire la quantité proposée à chaque repas. Respecter les préférences alimentaires. Accroître la densité nutritionnelle. Apporter convivialité et inventivité aux plats proposés. Ergothérapie. Traiter une dépression. Si dénutrition: collations avec des compléments alimentaires riches en protéines et/ou en énergie (apport protidique supplémentaire favorable à la cicatrisation). On préconisera 2 éléments/jour proposés à au moins 2h des repas et présentés de manière conviviale, accompagnés de gâteaux, dun fruit (entier ou pressé), dune boisson par exemple. 3 REPAS ET 1 COLLATION CHAQUE JOUR: Au moins 5 fruits et légumes/jour: varier les formes (crus, cuits, liquides). Pain et autres aliments céréaliers, pomme de terre et légumes secs: à chaque repas et selon lappétit, favoriser les aliments complets (pain, riz et pâtes complets). Lait et produits laitiers (riches en protéines): 3 ou 4/jour, privilégier les produits naturels et les plus riches en calcium, les moins gras et les moins salés. Viandes, poissons et produits de la pêche, œufs (riches en protéines): 1 ou 2x/jour, poissons: 2x/sem, privilégier la variété des espèces et les morceaux les moins gras. Matières grasses ajoutées: en limiter la consommation et privilégier les matières grasses végétales (h. dolive, soja, colza, noix…). Produits sucrés: en limiter la consommation. Boissons: 1L à 1,5L/jour. Sel: en limiter la consommation.

23 23 Favoriser la participation du patient et de son entourage Traiter un diabète, réduire le tabac Maintenir lhygiène de la peau Toilette quotidienne, précautionneuse et soins dhygiène dès que la peau est souillée. Changer la literie. Produits dhygiène corporelle: lotions hydratantes, savons doux (produits neutres). Eviter les frottements sur les zones à risque.

24 24 Documents annexes 4 SommaireSommaire <

25 25 La pression entraîne lécrasement des vaisseaux sanguins, rapidement une hypoxie tissulaire puis une ischémie loco-régionale et enfin une nécrose cutanée et sous-cutanée irréversible. Le passage du stade dérythème (rougeur cutanée) à celui dulcère (plaie ouverte) peut prendre quelques heures. Lévolution est très rapide et le diagnostic précoce est donc très important.

26 26 1- MISE AU FAUTEUIL, VERTICALISATION et reprise de la marche aussi précocement que possible. De petites marches répétées valent mieux quune longue marche. 2- CHANGEMENTS DE POSITION toutes les 2 à 3 h, surtout si troubles de la motricité ou de la sensibilité afin de réduire la durée dappui. 3- ALTERNANCE POSITIONS ASSISE AU FAUTEUIL OU COUCHEE: Positions assises: Cuisse reposant à plat sur le fauteuil. Corps symétrique répartir le poids sur les deux ischions et non sur un seul. Un appui des bras (accoudoirs, table) et un appui dorsal (dossier). Auto-soulèvement ou repositionnement par les soignants pour éviter le glissement et le cisaillement de la peau. Positions couchées: Décubitus semi-latéral oblique. Position semi-assise, dossier à 30° pour réduire la pression ischiatique et jambes surélevées pour éviter le glissement du patient. 4- UTILISATION DE SUPPORTS daide à la prévention de lescarre (matelas, sur-matelas, coussins, mousses) qui vont permettre la répartition des pressions en augmentant la surface dappui. 5- CAS DES PATIENTS PARAPLEGIQUES: soulèvements réguliers et très fréquents, changements de position (appui sur le bras droit et gauche par exemple).

27 27 Comment enrichir son alimentation? On peut enrichir les préparations à partir de: lait en poudre, protéines en poudre, fromage râpé, fromage fondu, œuf, crème fraiche, yaourt, viandes maigres (blanc de poulet, jambon blanc…)… Quels sont les aliments riches en protéines? Lait et produits laitiers. Viandes, poissons et produits de la pêche, œufs. Des exemples de plats enrichis? Potage de légumes enrichi: Eplucher et laver les légumes (poireau, carotte, pomme de terre, potiron) puis les couper en morceaux. Dans un faitout, recouvrir les légumes deau avec une pincée de sel et faire cuire 30min. Mixer le potage avec la crème de gruyère. Ajouter le lait en poudre (1 cuill. À soupe), le jaune dœuf, la crème fraîche (1 cuill. à soupe) et mélanger le tout au fouet. Servir bien chaud. Compote de fruits enrichie: Eplucher les fruits frais et les couper en morceaux ou quartiers (1 petite banane, 4 tranches dananas coupés en dés). Emietter 4 biscuits à la cuiller. Mixer le tout. Ajouter selon la texture souhaitée le jus dananas. Servir très frais. Soupe de lentilles au lard maigre, salade de mâche aux dés de jambon et dés de gruyère. Comment sassurer dune bonne hydratation? Varier les liquides: eau pure, thé, café, tisane, sirop, potages et bouillons, fruits pressés, lait nature ou aromatisé. Mettre en évidence une carafe, une bouteille… Rappeler quil faut boire aux repas et en dehors des repas (1L à 1,5L/jour). Comment stimuler le patient et son entourage? Faire de lorganisation et de la préparation des repas un moment de partage et de convivialité: des menus préparés avec le patient et adaptés à ses goûts, faire participer le patient à la liste des courses et également à lélaboration des plats… Faire du repas un moment de plaisir et de convivialité: préparation de la table, choix de la vaisselle, partage du repas…

28 HYDROCOLLOIDES Propriétés/Mode daction: Propriétés absorbantes. Se délite en formant un gel au contact de la plaie, maintenant un milieu chaud et humide. Couche externe semi-perméable. Application: Réchauffer le pansement dans ses mains. Déborder de 2-3cm des bords de la plaie. Appliquer, centrer et lisser les bords. Avantages: Nadhèrent pas à la plaie. Formes anatomiques et épaisseurs diverses. Préférer les pansements transparents (visualisation de la plaie). Douche possible. Protection. Inconvénients: Se délite en un gel daspect purulent et dodeur nauséabonde. Irritation si changements trop fréquents. CI si infection.

29 29 HYDROGELS Propriétés/Mode daction: Hydrate les tissus nécrotiques secs et facilite la détersion mécanique. Application: Appliquer une couche de 1/2cm ou découper la plaque à la taille de la nécrose. Appliquer en quantité suffisante, en concentrant la dose au centre de la plaie pour éviter la macération en périphérie. Pansement secondaire: film PU transparent ou hydrocolloïde mince transparent, gaze possible mais humidifiée. Avantages: Ramollissement des plaques de nécrose. Inconvénients: Il faut protéger la peau péri-lésionnelle. Propylène glycol parfois: potentiel irritant et allergisant.

30 30 HYDROCELLULAIRES Propriétés/Mode daction: Haut pouvoir absorbant: 10 x leur poids. Absorption des exsudats par capillarité. Film externe semi-perméable. Maintien dun milieu chaud et humide. Application: Découper les plaques que lon peut se faire chevaucher. Laisser déborder de 2 ou 3cm des bords de la plaie. Recouvrir dun pansement secondaire si besoin (bande non adhésive, filet de maintien). Avantages: Pas de délitement. Peu de relargage des exsudats. Formes adhésives (douche possible) et non adhésives. Formes anatomiques et pour plaie cavitaire. Protecteur, confortable et atraumatique. Inconvénients: Diversité des produits proposés en matière dabsorption. Pansements honéreux. Allergies et irritations dues à ladhésif (colophane). CI si plaie infectée.

31 31 HYDROFIBRES Propriétés/Mode daction: Très haut pouvoir absorbant: 30 x leur poids. Drainage vertical et latéral maintenant les fluides à lintérieur de la fibre. Gélification au contact des exsudats maintenant un milieu chaud et humide. Application: Appliquer la compresse ou la mèche en débordant dau moins 1cm. Dans le cas dune plaie profonde, le ruban est plié et appliqué dans la cavité de façon pas trop serrée car la gélification augmente la taille de lhydrofibre. Recouvrir dun pansement secondaire (gaze et bande non adhésive, filet de maintien). Avantages: Très grand pouvoir absorbant. Peu de relargage des exsudats. Formes mèches pour plaies cavitaires. Utilisation possible sur plaie infectée. Inconvénients: Ne procure pas un équilibre au niveau du fluide de la plaie comme peut-être le cas des hydrocellulaires. Odeur désagréable et aspect purulent au retrait.

32 32 ALGINATES Propriétés/Mode daction: Formation dune interface gélifiée au contact des exsudats. Haut pouvoir absorbant: 10 à 15 x son poids. Hémostatique. Application: Découper aux dimensions: laisser déborder un peu les plaques des berges de la plaie. Appliquer la compresse ou la mèche. Recouvrir dun pansement secondaire car ils sont perméables aux liquides (gaze et système de maintien ou film PU transparent). Réserver les mèches aux plaies cavitaires. Rincer au sérum physiologique pour éliminer les résidus au retrait. Avantages: A prouvé son efficacité lors de la détersion. Grande capacité dabsorption. Hémostatiques. Formes mèches pour plaies cavitaires. Utilisation possible sur plaies infectées. Inconvénients: Peuvent adhérer à la plaie si elle est insuffisamment exsudative.

33 33 CHARBON Propriétés/Mode daction: Absorption de nombreux composés (dont bactéries et odeurs). Absorption limitée des exsudats par porosité. Parfois associé à une compresse absorbante: drainage des exsudats. Application: Déterger les tissus nécrotiques avant application. Laisser déborder de 3cm des berges de la plaie. Humidifier le pansement en cas de plaie peu exsudative (eau stérile ou sérum physiologique selon les marques). Recouvrir dun pansement secondaire (gaze et bande non adhésive, filet de maintien). Associé à un pansement absorbant si nécessaire. Avantages: Utile sur plaie malodorante.

34 34 PANSEMENTS GRAS ET INTERFACES Propriétés/Mode daction: Protection de la plaie. Peu absorbant mais assure le drainage vers un pansement secondaire. Maintien dun milieu humide. Application: Humecter si plaie non exsudative. Enduire les tulles de vaseline stérile. Recouvrir dun pansement secondaire (gaze et bande non adhésive, filet de maintien). Avantages: Les interfaces nadhèrent pas à la plaie et sont atraumatiques (renouvellement à 3 jours maximum cependant). Inconvénients: Risque darrachage des bourgeons de la plaie à travers les mailles. Peu absorbants. Nécessitent un pansement secondaire.

35 35 FILMS Propriétés/Mode daction: Non absorbant. Protecteur. Semi-occlusif: perméable à la vapeur deau et à loxygène, imperméable à leau. Application: Se retire en étirant les bords afin de réduire les déchirures superficielles. Avantages: Adhérence à la peau saine mais pas à la plaie. Excellent pansement secondaire (maintien). Protection. Douche possible. Transparence permettant le contrôle visuel de la plaie. Inconvénients: Pas de pouvoir absorbant.

36 36 PANSEMENTS A LARGENT Propriétés/Mode daction: Bactériostatique. Parfois compresse absorbante associée: drainage des exsudats et maintien dun milieu chaud et humide favorable à la cicatrisation. Avantages: Semble être une réponse au concept de « colonisation critique » (le nombre de germes augmente au niveau de la plaie sans générer de réponse de lhôte). Inconvénients: Légère démangeaison parfois. Parfois coloration grisâtre ou décoloration temporaire de la peau semblant disparaître avec le renouvellement des kératinocytes. Risques de résistance bactérienne si applications répétées. Diversité des pansements proposés quand à leur efficacité.

37 37 UNIVERSITE DE NANTES – FACULTE DE PHARMACIE Thèse pour le diplôme détat de docteur en pharmacie par: Jean-Vincent LE NAY Date de soutenance: jeudi 04 juin Titre: « Les pansements de lescarre. Elaboration dun outil de travail pour le pharmacien et son équipe. » Jury: Président de jury: M. Alain PINEAU, Professeur de Toxicologie, Hygiène, Secourisme. Praticien attaché. Nantes. Directeur de thèse: M. Vincent OULD-AOUDIA, Dr en Médecine. Chef du service soins De suite gériatrique et soins de longue durée, Hôpital St Jacques et Maison Beauséjour. CHU de Nantes. Autre membre du jury: M. Xavier DESMAS, Dr en Pharmacie. Nantes. Photos : sites des laboratoires.www.escarre.fr Schémas : Recettes :


Télécharger ppt "LES PANSEMENTS DE LESCARRE Prise en charge du soin de lescarre Diaporama de formation pour le pharmacien et son équipe UNIVERSITE DE NANTES Année de la."

Présentations similaires


Annonces Google