La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE

Présentations similaires


Présentation au sujet: "OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE"— Transcription de la présentation:

1 OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE
Comprendre les calculs courants de la disponibilité nationale ; Connaître les méthodes actuelles d’estimation des récoltes ; Identifier les méthodes de calcul des niveaux de réserves alimentaires des ménages ; Prendre en compte des éléments clés à intégrer dans la planification des évaluations des disponibilités.

2 Qu’est ce que la disponibilité alimentaire ?
INTRODUCTION Qu’est ce que la disponibilité alimentaire ? C’est la quantité d’aliments physiquement présents dans un pays ou une région, sous toutes leurs formes –production nationale, réserves, importations commerciales et aide alimentaire. NOTES POUR LES FORMATEURS Une gamme de méthodes et d’outils a été créée pour évaluer la disponibilité alimentaire à l’échelle régionale, nationale et locale. Cette leçon introduit les méthodes et outils les plus communément employés. Il existe des méthodes et outils varier pour évaluer la disponibilité alimentaire…

3 BILAN ALIMENTAIRE Le Bilan Alimentaire est un outil essentiel utilisé pour analyser la disponibilité alimentaire à l’échelle nationale. Il décrit tous les facteurs constitutifs de la disponibilité alimentaire totale dans un pays donné, sur une période déterminée de 12 mois NOTES POUR LES FORMATEURS Les agriculteurs ainsi que les commerçants peuvent détenir des réserves alimentaires; le gouvernement peut aussi stocker des réserves qu’il rend disponible en cas de pénuries. Les aliments sont produits dans un pays puis récoltés tout au long de l’année. Le pays peut aussi en importer. On combine toutes ces sources pour obtenir la disponibilité totale. Voir Dossier de l’apprenant : Zone couverte par un Bilan alimentaire (page 2)

4 BILAN ALIMENTAIRE Tous les aliments disponibles d’un pays ne sont pas tous destinés à la consommation humaine. NOTES POUR LES FORMATEURS Une partie des denrées va servir d’aliments pour les animaux, ou de semences pour la saison suivante; une autre sera réservée à des fins industrielles, ou sera perdue lors du stockage à cause des parasites ou d’autres problèmes. Le Bilan Alimentaire inclut des évaluations de ces « pertes » dans les estimations des approvisionnements, pour obtenir la disponibilité alimentaire destinée à la consommation humaine.

5 DISPONIBILITES ALIMENTAIRES
BILAN ALIMENTAIRE L’alimentation disponible pour la consommation humaine est comparée avec l’alimentation nécessaire pour satisfaire cette consommation (besoins de consommation) sur la période donnée DISPONIBILITES ALIMENTAIRES BESOINS ALIMENTAIRES Le déficit alimentaire est la différence entre l’alimentation disponible estimée, destinée à la consommation humaine , et les besoins de consommation. NOTES POUR LES FORMATEURS S’il existe un déficit alimentaire, l’approvisionnement devra se faire grâce à des importations complémentaires (commerciales ou via l’aide alimentaire ou d’autres importations du secteur public) pour l’année prise en compte. Il est très important de se rappeler que cette différence estimée est une moyenne pour toute la population et ne reflète ni la disponibilité à l’échelle d’un ménage, ni la répartition des approvisionnements ou des déficits dans le temps, l’espace ou les groupes de population. Voir Dossier de l’apprenant : Tableau I – Différentes façons d’estimer les besoins de consommation (page 3) L’estimation d’un déficit est une moyenne sur l’ensemble de la population.

6 BILAN ALIMENTAIRE Sections du BA : Bilan Alimentaire Approvisionnement Production Variations des stocks Usages Besoins (consommation humaine) Pertes et semences Aliments pour animaux et transformation Importations prévues Commerciales (prévues) Aide alimentaire reçue/demandée Déficit alimentaire La plupart des Bilans Alimentaires (BA) fournissent des estimations sur une période de 12 mois. Le Bilan Alimentaire regarde en général vers l’avenir et peut être mise à jour au fur et à mesure des informations disponibles. NOTES POUR LES FORMATEURS La plupart des Bilans Alimentaires fournissent des estimations sur une période de 12 mois, qui correspond à une année culturale ou commerciale plutôt que calendaire. La plupart des pays du Sahel par exemple vont de novembre à octobre puisque la récolte principale démarre environ en novembre. Approvisionnement : L’approvisionnement inclut la production vivrière et les variations nettes des stocks privés et gouvernementaux. Ces variations correspondent à la différence entre les niveaux du début d’année et les niveaux de fin d’année. Usages : L’alimentation disponible pour la consommation humaine correspond à la disponibilité totale moins les pertes et les aliments destinés à d’autres usages. Importations prévues : Cette section identifie les volumes attendus en provenance du commerce extérieur ou de l’aide alimentaire. Voir Dossier de l’apprenant : Annexe 1 – Burkina Faso : Bilan céréalier définitif, campagne agricole 2006/2007 (page 22)

7 BILAN ALIMENTAIRE Très peu de régions disposent de toutes les données nécessaires pour estimer un Bilan Alimentaire complet incluant toutes les denrées alimentaires; c’est pourquoi il vous faudra peut-être vous concentrer uniquement sur les produits de base du pays. NOTES POUR LES FORMATEURS Dans un pays donné, il sera important d’identifier les principales denrées satisfaisant les besoins de consommation de base et de créer un Bilan Alimentaire à partir de ces éléments (PAR EXEMPLE : Dans la plupart des pays sahéliens, le mil est le produit de base de la région, complété par le sorgho et le riz. Dans le cas des pays sahéliens, on utilisera plutôt des bilans céréaliers.) D’autre part, il est important de prendre en compte le plus de produits possible car une chute dans la production d’une denrée peut être compensée par un surplus de production d’une autre, dans la mesure où les consommateurs substituent les denrées. Par conséquent, restreindre l’analyse à un seul produit génère une vision biaisée des déficits alimentaires. Voir Dossier de l’apprenant : Exemple – le Sénégal (page 4) D’autre part, il est important de prendre en compte le plus de produits possible, car restreindre l’analyse à un seul produit génère une vision biaisée des déficits alimentaires.

8 BILAN ALIMENTAIRE Un pays peut produire la totalité d’une denrée donnée dont il a besoin; on dit dans ce cas qu’il est “autosuffisant”. Toutefois, avec le recours au commerce extérieur, il existe de nombreuses autres sources d’approvisionnement. NOTES POUR LES FORMATEURS L’approvisionnement total peut être bien plus important que ce qui est produit et stocké. De plus, un déficit de la production ne signifie pas obligatoirement qu’il existe un problème de sécurité alimentaire. Il montre que les échanges commerciaux sont un élément important de la satisfactions des besoins. Voir Dossier de l’apprenant : Commerce et Bilan Alimentaire (page 5) Une politique d’autosuffisance peut s’avérer coûteuse pour un pays si, pour satisfaire ses besoins, il s’attache à produire à n'importe quel coût.

9 EXPLOITATION DU BILAN ALIMENTAIRE
Un Bilan Alimentaire (BA) peut se révéler très utile, mais il a aussi ses limites : Le BA aide Là où le BA n’aide pas - les gouvernements à comprendre la situation alimentaire. les gouvernements qui peuvent se servir des résultats pour l’élaboration de politiques commerciales internationales - les agences d’aide alimentaire à évaluer la faisabilité d’achats locaux de denrées pour les distribuer dans le pays ou ailleurs dans la région. - l’interprétation des fluctuations globales des prix. Si les prix changent, le BA ne peut intégrer: toutes les actions entreprises par les consommateurs. les changements concernant l’import/export. Puisque le BA est établi sur une période de 12 mois, il ne peut prendre en compte: la saisonnalité, les différences locales. NOTES POUR LES FORMATEURS Comment le BA peut aider : Un BA aide les gouvernements à comprendre la situation alimentaire et le besoin éventuel d’assistance ou d’une autre action. Par exemple… Les gouvernements peuvent se servir des résultats du BA pour l’élaboration de politiques commerciales internationales. Afin d’augmenter par exemple les importations du secteur privé ou pour lever les interdictions à l’exportation sur certains aliments et permettre d’exporter les surplus. Le BA peut aider les agences d’aide alimentaire à évaluer la faisabilité d’achats locaux de denrées pour les distribuer dans le pays ou ailleurs dans la région. Le BA facilite l’interprétation des fluctuations globales des prix, puisque la pression de la demande sur une offre limitée de denrées peut faire monter les prix (et vice-versa). Là où le BA n’aide pas : Le BA est fondé sur les connaissances et les prix du moment et sur les informations les plus récentes sur la consommation. Si les prix changent, le BA ne peut intégrer : toutes les actions entreprises par les consommateurs. Pour en savoir plus… les changements concernant l’import/export. Pour en savoir plus… Puisque le BA est habituellement établi sur une période de 12 mois pour un pays entier, il ne peut prendre en compte : la saisonnalité, les différences locales. Voir Dossier de l’apprenant : Comment est utilisé le Bilan Alimentaire (page 7); Saisonnalité (page 8) ; et Différences locales (page 8).

10 PRODUCTION TOTALE = RENDEMENT MOYEN * SURFACE TOTALE CULTIVÉE
MÉTHODES D’ESTIMATION DE LA PRODUCTION VÉGÉTALE Une estimation des récoltes et de la production animale facilite la compréhension de la disponibilité alimentaire. Grâce à l’équation suivante, on peut estimer la production d’une culture donnée. PRODUCTION TOTALE = RENDEMENT MOYEN * SURFACE TOTALE CULTIVÉE NOTES POUR LES FORMATEURS Le rendement est la quantité totale produite divisée par la surface, c’est une mesure de productivité de la terre. De nombreux facteurs peuvent jouer sur les rendements (parasites, pluviométrie, etc.) ou empêcher la récolte complète d’une surface cultivée. Il existe un éventail d’informations possibles que l’on peut utiliser pour créer un modèle de prévision de la production végétale, reposant sur les : données météorologiques données agronomiques et sur les stades de culture indice de végétation basé sur des photos satellites intrants agricoles données de référence données agricoles courantes En ce qui concerne votre pays, la première étape consiste à évaluer l’information déjà rassemblée, à l’échelle locale ou régionale, et la manière dont on peut l’utiliser pour déterminer la production. Le rendement est la quantité totale produite divisée par la surface, c’est une mesure de productivité de la terre.

11 MÉTHODES D’ESTIMATION DE LA PRODUCTION VÉGÉTALE
Il existe diverses méthodes d’estimation des rendements : Agents de vulgarisation Coupe témoin Analyse de régression NOTES POUR LES FORMATEURS Voir Dossier de l’apprenant : : Tableau III – Méthodes d’estimation des rendements (pages 9/10)

12 MÉTHODES D’ESTIMATION DE LA PRODUCTION VÉGÉTALE
Une méthode avancée s’appuie sur de la cartographie à l’aide de Systèmes d’information géographique (SIG) et de la télédétection à l’aide d’imagerie satellitaire en provenance de METEOSTAT et d’autres satellites. NOTES POUR LES FORMATEURS Ces dernières années, la cartographie via les SIG (Systèmes d’information géographique) et la télédétection via l’imagerie satellitaire de METEOSAT et d’autres satellites ont été développées pour mieux comprendre le climat et les cultures. Leur objectif: faciliter les prévisions de production et alerter en cas d’éventuels problèmes touchant cette production. La NOAA (Administration nationale océanique et atmosphérique) et la NASA (Administration nationale pour l’aéronautique et l’espace) aux Etats-Unis ainsi que le FAO/SMIAR font partie des agences qui ont concentré leurs efforts sur ces avancées technologiques. Comme ces méthodes sont plutôt coûteuses, on les associe à d’autres méthodes plus abordables. Voir Dossier de l’apprenant : Combiner différentes méthodes (11) Agences centrées sur ces avancées technologiques : NOAA NASA FAO/SMIAR

13 Déterminer les zones agricoles majeures du pays.
MÉTHODES D’ESTIMATION DE LA PRODUCTION VÉGÉTALE La FAO effectuent régulièrement des Missions d’évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires (Crop and Food Supply Assessment Missions - CFSAM), dont l’une des principales tâches est d’établir des estimations de la production pour les intégrer au Bilan Alimentaire. Étapes à suivre pour mener une CFSAM: 1 Identifier l’information et les méthodes déjà disponibles dans le pays. NOTES POUR LES FORMATEURS La FAO est ses collaborateurs effectuent régulièrement des Missions d’évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires (Crop and Food Supply Assessment Missions - CFSAM). Les directives établies pour ces missions traitent de nombreuses questions liées aux estimations des récoltes et aux nombreux éléments du Bilan Alimentaire. L’une des principales tâches de la CFSAM est d’établir des estimations de la production pour les intégrer au Bilan Alimentaire. Étapes à suivre pour mener à bien une CFSAM : La première étape consiste à identifier l’information et les méthodes déjà disponibles dans le pays. Puis, plutôt que de lancer une grande enquête nationale, les équipes déterminent en général les zones agricoles majeures du pays, à partir des caractéristique de production (rendements habituels, cultures pratiquées, technique de production) et des aspects agro-écologiques. Les équipes évaluent ensuite la production dans chaque zone, au moyen d’une série de techniques. Voir Dossier de l’apprenant : Sélectionner une méthode de prévision de rendement des récoltes (page 12) 2 Déterminer les zones agricoles majeures du pays. 3 Évaluer la production dans chaque zone.

14 ESTIMATION DES RÉSERVES DES MÉNAGES
La disponibilité peut aussi être évaluée au niveau des ménages, afin d’estimer la quantité d‘aliments de base que chaque ménage possède en réserve. L’évaluation peut se faire à l’échelle infranationale. NOTES POUR LES FORMATEURS Ce type d’évaluation peut fournir des informations utiles, en particulier pour les ménages agricoles. Elle consiste à évaluer la quantité d‘aliments de base que chaque ménage possède en réserve. Elle inclut ce qui peut être gardé dans un grenier, récipient ou abri, mais aussi les réserves dans le sol (comme le manioc). Veuillez noter que les réserves des ménages sont évaluées afin d’être incluses dans le BA, mais servent aussi d’indicateur de problème potentiel : par comparaison des stocks de l’année en cours avec les disponibilités des ménages en années ‘normales’. Une baisse de la production ou des réserves ne signifie pas nécessairement un problème en soi, mais nous renvoie à la question de l’accès. Puisque les changements saisonniers peuvent être très importants, l’information de base d’une ‘année normale’ est nécessaire pour interpréter les niveaux de stocks du moment.

15 ESTIMATION DES RÉSERVES DES MÉNAGES
Les méthodes d’évaluation des réserves des ménages sont : Les enquêtes auprès des ménages La production diminuée de la consommation estimée peut être utilisée pour une évaluation des réserves attendues. Evaluations rapides Des équipes sont envoyées pour parler aux autorités locales, aux groupements paysans ou aux experts locaux. NOTES POUR LES FORMATEURS 1) Enquêtes auprès des ménages Grâce aux enquêtes sur la production et la consommation des ménages, on peut évaluer les réserves attendues, en retranchant la consommation estimée de la production. Les enquêtes sur les ménages sont coûteuses et demandent du temps, du personnel qualifié ainsi que d’importantes ressources financières. Voir NOTES POUR LES FORMATEURS : Enquêtes auprès des ménages (page 13) 2) Évaluations rapides Lors d’évaluations rapides des réserves des ménages et des communautés, des équipes sont envoyées pour parler aux autorités locales, aux groupements paysans ou aux experts locaux. Ces évaluations rapides peuvent souffrir de biais, lorsque les enquêteurs se contentent de retrouver ce qu’ils pensaient trouver; une bonne évaluation rapide nécessite donc aussi des ressources humaines qualifiées. Voir Dossier de l’apprenant : Evaluations rapides (page 14) La combinaison des deux méthodes fournit la meilleure information.

16 DISPONIBILITÉ ET MARCHÉS
L’existence de denrées alimentaires n’implique pas leur bonne répartition dans l’espace et le temps. La plupart du temps les denrées nécessaires sont obtenues via le marché ou via les membres de la famille qui s’approvisionnent ailleurs. NOTES POUR LES FORMATEURS L’estimation de la disponibilité au niveau du pays et du ménage ne constitue qu’une première étape: l’existence de denrées alimentaires n’implique pas leur bonne répartition dans l’espace et le temps. Un ménage peut disposer de réserves pour deux mois, mais si la récolte n’arrive que dans quatre mois, l’approvisionnement pour les deux autres mois doit provenir de quelque part. Ce « quelque part » est le plus souvent le marché, c’est-à-dire les magasins locaux, le marché villageois ou les membres de la famille qui s’approvisionnent eux-mêmes ailleurs. Voir Dossier de l’apprenant : Disponibilité et marchés (page 15)

17 LES COMPÉTENCES REQUISES LES RESSOURCES DISPONIBLES
ÉLÉMENTS CLÉS POUR PLANIFIER UNE ÉVALUATION DES DISPONIBILITÉS Éléments utiles pour planifier une évaluation des disponibilités LE TEMPS LA PRÉCISION LES COMPÉTENCES REQUISES NOTES POUR LES FORMATEURS LES RESSOURCES DISPONIBLES

18 ÉLÉMENTS CLÉS POUR PLANIFIER UNE ÉVALUATION DES DISPONIBILITÉS
LE TEMPS Dans les situations d’urgence, les populations peuvent avoir un besoin urgent d’approvisionnement alimentaire. Avec une enquête lourde, la population devra attendre avant la prise de décision d’envoi d’aide alimentaire. Les estimations et informations précédemment élaborées vous aideront à limiter les facteurs à prendre en considération pour une évaluation. NOTES POUR LES FORMATEURS Le temps est souvent l’un des facteurs les plus importants. Dans les situations d’urgence (après un tremblement de terre ou un ouragan par exemple), les populations peuvent avoir besoin d’être approvisionnées en nourriture le plus rapidement possible. Si on lance une enquête lourde, de nombreuses personnes affamées devront attendre avant qu’une décision d’envoi d’aide alimentaire soit prise. Les estimations et informations précédemment élaborées vous aideront à limiter les facteurs à prendre en considération pour une évaluation. Si vous disposez déjà d’informations sur une région, il est plus aisé de détecter des changements sur cette base et de prévoir ce qui peut arriver. L’élaboration d’un système d’information, quoique permettant une perspective à plus long terme, peut néanmoins entraver votre capacité à réagir rapidement. L’élaboration d’un système d’information à plus long terme peut entraver votre capacité à réagir rapidement.

19 ÉLÉMENTS CLÉS POUR PLANIFIER UNE ÉVALUATION DES DISPONIBILITÉS
LA PRÉCISION Définir le degré de précision est un compromis. Une caractéristique essentielle est l’honnêteté dans la restitution de l’information. Une première étape consiste à bien étayer vos hypothèses et la base de vos estimations. Les analystes se servent des estimations précédentes comme base de projection des valeurs de l’année à venir. NOTES POUR LES FORMATEURS Question essentielle : quel est le degré de précision nécessaire et quel est le degré de fiabilité de l’information actuellement disponible ? La définition du degré de précision tient du compromis. Une caractéristique essentielle est l’honnêteté dans la restitution de l’information, explicitant le niveau de précision et les problèmes éventuels d’estimation. Une première étape consiste à bien étayer vos hypothèses et la base de vos estimations. Les analystes se servent des estimations précédentes comme base de projection des valeurs de l’année à venir. C’est une approche pratique, mais périodiquement les besoins doivent être évalués à partir d’enquêtes de grande envergure ou d’autres méthodes plus précises. Pourquoi ? Parce que si vous vous trompez une année, c’est toutes les années à venir que vous utiliserez ces chiffres inexacts.

20 ÉLÉMENTS CLÉS POUR PLANIFIER UNE ÉVALUATION DES DISPONIBILITÉS
COMPÉTENCES REQUISES Sélectionner des méthodes appropriées inclut aussi une évaluation des compétences de votre unité ou agence statistique. Les différentes méthodes liées à la collecte de données et aux estimations requièrent de nombreuses compétences. NOTES POUR LES FORMATEURS Les méthodes d’échantillonnage de culture, les enquêtes auprès des ménages et d’autres méthodes liées à la collecte de données et aux estimations requièrent de nombreuses compétences. Voir NOTES POUR LES FORMATEURS : Compétences (page 17) Le Bilan Alimentaire est un outil clé dans les évaluations des disponibilités. Capacités techniques et connaissances de terrain font la différence entre l’estimation d’un déficit vivrier qui reflète la réalité et une estimation qui sur- ou sous-évalue l’offre. Le gouvernement dispose en général d’une unité en charge de la construction de ces bilans, et le personnel peut recevoir le type de formation et d’expérience garantissant la justesse de l’évaluation. Vous devrez vous entourer de personnes capables d’obtenir l’information et de l’interpréter. Voir Dossier de l’apprenant : Collaborateurs recherchés pour l’élaboration de Bilans Alimentaires (page 18) Vous devrez vous entourer de personnes capables d’obtenir l’information et de l’interpréter.

21 RESSOURCES DISPONIBLES
ÉLÉMENTS CLÉS POUR PLANIFIER UNE ÉVALUATION DES DISPONIBILITÉS RESSOURCES DISPONIBLES temps ; transport du personnel pour se rendre sur le terrain ; financement des voyages et autres dépenses en liquide ; ordinateurs et personnel pour conduire l’analyse ; logiciels pour l’analyse des données. Vous devez savoir quelles sont vos ressources en : NOTES POUR LES FORMATEURS Identifiez les ressources régionales disponibles qui pourraient compléter vos ressources locales. Dans de nombreuses régions du globe, des organisations ou agences régionales peuvent avoir créé des outils pour accéder à les disponibilités alimentaires. Grâce à Internet, l’information est plus disponible que jamais. Identifiez les ressources régionales disponibles qui pourraient compléter vos ressources locales. Utilisez Internet.

22 Il existe différentes méthodes d’évaluation des rendements
RESUMÉ La disponibilité alimentaire est la quantité d’aliments physiquement présents dans un pays ou une région sous toutes les formes (production domestique, réserves, importations commerciales et aide alimentaire). Le Bilan Alimentaire décrit tous les facteurs constitutifs de la disponibilité alimentaire totale dans un pays et permet de différencier les volumes disponibles d’alimentation des volumes estimés d’alimentation. L’estimation des récoltes et de la production animale peut participer à la compréhension de la disponibilité alimentaire. Elle implique en général le calcul des rendements moyens. Il existe différentes méthodes d’évaluation des rendements La disponibilité au niveau des ménages est importante, particulièrement pour les ménages agricoles, et peut être évaluée au moyen d’enquêtes périodiques de grande envergure auprès les ménages et d’évaluations rapides. Lors de la planification d’une mission d’evaluation des disponibilités, vous devez tenir compte d’élèments clés tels que le temps imparti, le niveau de précision demandée, les compétences nécessaires et les ressources disponibles.

23 POUR EN SAVOIR PLUS... Ressources en ligne : FAO (2004). Bilans alimentaires : historique, sources, concepts et définitions - Formation sur les bilans – Disponibilité et utilisation des produits alimentaires et agricoles et les bilans alimentaires, Kigali, 12 – 14 Mai 2004 (http://www.foodsec.org/DL/course/shortcourseFA/FR/pdf/BA_historique_concepts_definitions.pdf) FAO (2004). Comparaison des méthodes et des résultats des bilans alimentaires et des enquêtes dans les ménages - Formation sur les bilans – Disponibilité et utilisation des produits alimentaires et agricoles et les bilans alimentaires, Kigali, 12 – 14 Mai 2004 (http://www.foodsec.org/DL/course/shortcourseFA/FR/pdf/BA_enquete_menage.pdf) FAO (2004). Les bilans alimentaires : leur exploitation et leurs usages - Formation sur les bilans – Disponibilité et utilisation des produits alimentaires et agricoles et les bilans alimentaires, Kigali, 12 – 14 Mai 2004 (http://www.foodsec.org/DL/course/shortcourseFA/FR/pdf/BA_exploitations_et_usages.pdf) InWEnt - Capacity Building International, Germany, Achieving Food and Nutrition Security : Actions to Meet the Global Challenge - A Training Course Reader. (http://www.foodsec.org/DL/course/shortcourseFA/FR/pdf/food_reader_engl.pdf)

24 POUR EN SAVOIR PLUS... L'analyse de la campagne agricole par l'analyse du bilan céréalier, 2005 (Afrique Verte Niger) (http://www.afriqueverte.org/r2_public/media/fck/File/Documentation/Outils_information/FT_analyse_campagne_agricole_Niger_Sahel.pdf) Aube, T. (2005). Renforcement de la méthodologie des missions conjointes FAO/PAM d’évaluation de la production agropastorale et de la situation alimentaire - Estimation des importations commerciales. Rome, FAO, SMIAR. (http://www.fao.org/giews/french/tools/EstimatingCommercialImports_f.pdf) CEDEAO (2007), Sécurité alimentaire et échanges transfrontaliers, CSAO/OCDE, FEWS/USAID, Atelier de lancement officiel d’une opération pilote dans l’espace Kano-Katsina-Maradi (frontières Nigeria-Niger). (http://www.oecd.org/dataoecd/33/11/ pdf) Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (2006), Sécurité alimentaire et échanges transfrontaliers dans la zone de Kano-Katsina-Maradi (K2M), CILSS, CSAO, FEWSNET, OCHA, PAM, RESIMAO et UNICEF, Rapport de mission, WABI/DT/30/06 (http://www.afriquefrontieres.org/images/pdf/doc/fr/_dt30_securite_alimentiare_m2k.pdf) Donovan, C., M. McGlinchy, J. Staatz and D. Tschirley (2005). Emergency Needs Assessments and the Impact of Food Aid on Local Markets. Desk Review prepared for WFP/SENAC. Rome, World Food Programme, Emergency Needs Assessment Branch (ODAN). (http://documents.wfp.org/stellent/groups/public/documents/ena/wfp pdf)

25 POUR EN SAVOIR PLUS... Global Information and Early Warning System on Food and Agriculture (GIEWS) (2006). Crop Prospects and Food Situation in Southern Africa, April Rome: Food and Agriculture Organization (FAO), GIEWS. (http://www.fao.org/Giews/english/shortnews/SouthernAfrica24April06.pdf) FAO Division statistique, Site web sur les données offres et utilisation et les bilans alimentaire dans le cadre d’un système statistiques nationale. (http://www.fao.org/es/ess/fr/suafbs.asp) FAO (2000). Manuel de détermination et de mise en place d'un Système d'information pour la sécurité alimentaire et l'alerte rapide (SISAAR). (ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/003/X8622F/X8622F00.pdf) FAO (2003), les bilans alimentaires – Manuel, 94 p, X9892/F. (http://www.fao.org/DOCREP/005/X9892F/X9892F00.HTM) PAM Guatemala: Market Profile for Emergency Food Security Needs Assessments. Rome: WFP, ODAN Emergency Needs Assessments Branch. (http://documents.wfp.org/stellent/groups/public/documents/ena/wfp pdf) Terpend, N. (2006).  Bilan des connaissances sur le commerce et les marchés impliqués dans la sécurité alimentaire en Afrique de l’ouest . Etude conjointe FEWS NET et PAM. Rome: Programme Alimentaire Mondial (PAM). (http://mistowa.org/files/corpao1_2006/WFPVF_Rapport_bilan_des_connaissances_marches.pdf)

26 POUR EN SAVOIR PLUS... SISA, Le bulletin d’information sur la sécurité alimentaire au Burkina Faso - Sécurité Alimentaire N°9, mai (http://www.sisa.bf/cisa/IMG/pdf/bulletin_008.pdf) Système mondial d’information et d’alerte rapide (SMIAR) (1996). Guidelines for Crop and Food Supply Assessment Missions. Rome: Food and Agriculture Organization (FAO), GIEWS. (http://www.fao.org/giews/english/tools/CFSAME1996.pdf) Système mondial d’information et d’alerte rapide (SMIAR) (2004). Overview of Methodology on CFSAMs (PowerPoint presentation). Rome: Food and Agriculture Organization (FAO), GIEWS. (http://www.fao.org/giews/english/tools/CFSAM%20Methodology.ppt) Jacobs, K., and D. A. Sumner. (2002) The Food Balance Sheets of the Food and Agriculture Organization: A Review of Potential Ways to Broaden the Appropriate Uses of the Data. A Review Sponsored by FAO. Davis, California: University of California, Davis. (http://www.agecon.ucdavis.edu/uploads/grad_papers/fbs_review.pdf) Tschirley, D. (2006), Local and Regional Food Aid Procurement: An Assessment of Experience in Africa and Elements of Good Donor Practice. by David Tschirley MSU IDPW 91, East Lansing, Michigan. (http://aec.msu.edu/fs2/papers/idwp91.pdf) SAHIMS.NET - the website portal of The Southern Africa Human-development Information Management Network initiative. (http://www.sahims.net)


Télécharger ppt "OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE"

Présentations similaires


Annonces Google