La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Introduction à la Virologie :  Pourquoi travailler sur les virus ?  Qu’est ce qu’un virus ?  Interactions virus/hôte: (illustration a partir d’un exemple.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Introduction à la Virologie :  Pourquoi travailler sur les virus ?  Qu’est ce qu’un virus ?  Interactions virus/hôte: (illustration a partir d’un exemple."— Transcription de la présentation:

1 Introduction à la Virologie :  Pourquoi travailler sur les virus ?  Qu’est ce qu’un virus ?  Interactions virus/hôte: (illustration a partir d’un exemple : le virus HIV) • Comment le virus se réplique ? • Mécanismes de défense de l’hôte et échappement du HIV au contrôle par l’hôte. • Comment peut on mettre en place des stratégies antivirales efficaces ? Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE

2 Principales causes de mortalité dans le monde

3 > 9 virus ont « bougé » en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999) Nipah virus: Malaysia H5N1: Honk-Kong, Viet-Nam Rift-Valley fever virus: crossed the Red sea… Monkeypox: USA Marburg virus (Ebola): Angola Japanese encephalitis: India Chikungunya virus: La Réunion, Indian ocean SARS coronavirus NEW

4 Définition des virus Travail individuel : • en 5 minutes tenter de définir la notion de virus • identifier les étapes putativement ciblées par des antiviraux Travail collectif : •Définir la notion de virus

5 Définition des virus • Des objets biologiques, particulaires, de structure organisée. • Infectieux, subcellulaires, doués de continuité génétique. • Constitués au minimum d’un acide nucléique (ARN ou ADN) et de protéines. (soit l’ARN; soit l’ADN ; jamais les deux) • Ils sont des parasites intracellulaires absolus, et leur réplication dépend de la cellule hôte.  Ils ne possèdent pas d’appareil de traduction, ni de ribosomes.  Ils ne possèdent pas d’information génétique relative au métabolisme énergétique.  ils sont capables de perturber l’information génétique des cellules qu’ils infectent (mais ne provoquent pas obligatoirement la mort cellulaire).  Ce sont des organismes inertes en dehors d’une cellule vivante.  Ils sont capables de se transmettre de cellule à cellule. Tout être vivant est susceptible d’être infecté par au moins un virus (voie aérienne, cutanée, sexuelle ou par ingestion, par voie sanguine).

6 Corollaire Certains composants du monde vivant ne sont pas des virus, mais s‘en rapprochent : • les organites cellulaires (en particulier les mitochondries). • les éléments génétiques mobiles formés d’ADN ? (les plasmides et transposons) • les viroïdes responsables de pathologies chez les végétaux. • les prions (agents transmissibles non conventionnels).

7 Le virus HIV : • Rappel historique et quelques statistiques • Histoire naturelle de l’infection par le HIV • Organisation des particules virales • Le cycle réplicatif du HIV et cibles thérapeutiques

8 Le virus HIV : Introduction historique  1981 : CDC Atlanta 1983  L. Montagnier / R. Gallo : identification du rétrovirus (LAV/HTLVIII, HIV) –Biopsie ganglionnaires –Contrairement au HTLV1-1 qui immortalise les cellules (oncorétrovirus) il tue les Lymphocytes TCD4 (lentivirus)  Voie d ’entrée = récepteur CD4 (  des cellules CD4 + )  Découverte du HIV-2 (F. Clavel) (moins pathogène/ Afrique de l’ouest)  Pandémie mondiale (+ de 40 millions de personnes infectées). Pneumocystis carinii Sarcome de Kaposi Infections opportunistes  des cellules blanches (TCD4  500) Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d ’immunodéficience Acquise (SIDA)  1981 : CDC Atlanta 1983 

9 Etat actuel de l’épidémie (1)

10 Etat actuel de l’épidémie (2)

11 Etat actuel de l’épidémie (3)

12 Etat actuel de l’épidémie (4)

13 Etat actuel de l’épidémie en FRANCE (5) Situation en (source : rapport delfraisy) • Personnes vivant avec le HIV/SIDA : entre et • Nouveaux cas d'infection à HIV en 2001 : • Cas de SIDA déclarés depuis le début de l’épidémie : • Décès dus au SIDA en 2001: 409 • Décès dus au SIDA depuis le début de l’épidémie : • 60% des cas traiter = succes virologique

14 Alerte sanitaire aux USA « SIDA » Isolement du VIH-1 Premier anti-rétroviral, l’AZT Premiers cas de résistance à l’AZT Premiers anti-protéases Apparition de virus multirésistants Situation dramatique en Afrique 20 millions de morts du SIDA 40 millions de personnes infectées 20 ans de lutte contre le VIH

15 Le virus HIV : • Rappel historique et quelques statistiques • Histoire naturelle de l’infection par le HIV • Organisation des particules virales • Le cycle réplicatif du HIV et cibles thérapeutiques

16 Histoire naturelle de l’infection HIV Evénements cliniques et biologiques se manifestant en dehors de toute intervention thérapeutique 4 phases : –La contamination –La primo-infection –L’infection asymptomatique –La maladie

17 I - La contamination •Le virus gagne les ganglions lymphatiques où il se multiplie. •Pas de test biologique capable de prouver la présence du virus. •En cas de contamination suspectée, il existe un traitement d’urgence: trithérapie devant être débutée dans les 24 h suivant l’acte contaminant et pendant un mois. Sexuelle Sanguine Mère enfant Voies de contaminations :

18 Résumé

19 Plusieurs années Histoire naturelle de l’infection Destruction continue des cellules CD4 + Elimination quotidienne des virus virus fabriqués/jour Régénération accélérée des cellules CD4 + IMMUNITÉVIRUS Destruction des cellules T CD4 + Apparition de maladies opportunistes IMMUNITÉ VIRUS Phase asymptomatique SIDA

20 SCHEMA SIMPLIFIE DU DEROULEMENT CINETIQUE DES REPONSES ANTIVIRALES Réponses Immunitaires innées Réponses Immunitaires adaptatives Rapides, peu diversifiées, spécificité dégénérée, efficacité restreinte pas de mémoire lentes, très diversifiées, spécificité haute, efficacité forte mémoire

21 Les responses immunitaires aux virus : –Immunité Intrinsèque •défenses antivirales cellulaires : restrictions –Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. –Immunité Innée immédiate •défenses antivirales cellulaires –interférence ARN (destruction des mRNA) –,Voies de la PKR (apoptose et inhibition traduction) –Voies TOL Mda5, de Rig-I et DAI … •émission de signaux de dangers –ligands de NKG2D, IFN-  /  … –Système immunitaire adaptif: •Lymphocytes T CD8 (lyse des cellules infectées), LT CD4, •Lymphocytes B: anticorps (neutralisants, facilitants, ADCC) –Effets néfastes pour l’hôte: immunopathologie

22 Plusieurs années Pathogénèse du HIV Phase asymptomatique SIDA VIRUSDéfenses de l’hôte VIRUS Défenses de l’hôte • Efficacité réplicative du virus • Echappement au SI • Cellules cibles : CD4 • contrôle de la variabilité • hyper glycosylation • AC facilitants • Latence • Disfonctionnement du SI • Contrôle de l’immunité innée • Effet cytopathogène • cyncitas • Nef • Contrôle par le SI •Anticorps •Cellules T cytotoxiques • Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) • Apobec 3G • contrôle de l’uracilation de L’ADN VIRUS Défenses de l’hôte

23 Le virus HIV : • Rappel historique et quelques statistiques • Histoire naturelle de l’infection par le HIV • Organisation des particules virales • Le cycle réplicatif du HIV et cibles thérapeutiques

24 Structure du virion

25

26 Le virus HIV : • Rappel historique et quelques statistiques • Histoire naturelle de l’infection par le HIV • Organisation des particules virales • Le cycle réplicatif du HIV et cibles thérapeutiques

27 Cycle d’infection par le HIV

28 Cycle de réplication du VIH-1 Noyau Cytoplasme Fixation au récepteur et au co-récepteur

29 Identification du récepteur CD4 : •L’infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+ •Des anticorps monoclonaux dirigés contre le CD4 bloquent l’infection in vitro •La GP120 co-immunoprécipite avec le récepteur CD4 •L’incubation du virus avec du CD4 recombinant titre l’infection HIV •Des cellules HeLa ne sont pas infectables par le HIV-1; elles le deviennent après transfection du gène codant pour le récepteur CD4 Une énigme subsiste : •Des cellules de souris qui ne sont pas infectables par le HIV-1 restent insensibles après transfection du gène codant pour le récepteur CD4 •Certaines cellules CD4+ humaines sont non infectables par le HIV IL DOIT EXISTER UN CO-RÉCEPTEUR

30 Comment inhiber l’entré du virus T20

31 Cycle de réplication du VIH-1 Noyau Cytoplasme Fixation au récepteur et au co-récepteur Décapsidation

32 Cycle de réplication du VIH-1 Noyau Cytoplasme Fixation au récepteur et au co-récepteur Décapsidation Rétrotranscription

33 La rétrotranscription Mécanismes d’action des inhibiteurs de la RT 2 types d’inhibiteurs (modes d’action différent) Analogues de bases = Terminateurs de chaînes Exemples : les inhibiteurs nucléosidiques (NRTI) Les nucléotidiques (NtRTI) Inhibition par par modification du site catalytique de la RT Les inhibiteurs non nucléosidiques (NNRTI),

34 Mode d’action de L’AZT N3

35 Les analogues de base (NRTI et NtRTI) Les nucléosides (analogues de base non phosphorylés) Les nucléotides (analogues de base phosphorylés)

36 Inhibiteur non nucléosidiques de la RT RT + Inhibiteur Non nucléosidique RT + ADN Les informations structurale permettent de comprendre leur mode d’action.

37 Cycle de réplication du VIH-1 Noyau Cytoplasme Fixation au récepteur et au co-récepteur Décapsidation Rétrotranscription Transport au noyau

38 Cycle de réplication du VIH-1 Noyau Cytoplasme Fixation au récepteur et au co-récepteur Décapsidation Rétrotranscription Intégration Transport au noyau Cellules infectée est un « provirus »

39 L’intégration •Lorsque la RT est finie, l’intégrase se repositionne aux extrémités du LTR, un dimère par LTR. D’autres protéines (NC et protéines cellulaires sont associées). •Elle enlève 2 bases à l’extrémité 3’OH (3’ end-processing). •Le 3’OH de chacun des brins fait une attaque nucléophile sur l’ADN cellulaire et coupe en quinconce. •Des activités cellulaires (flap endonuclease, polymerase, ligase) réparent et dupliquent les 4 à 6 bases du quinconce. •L’intégration se fait au hasard dans le chromosome (débat sur région + ou - transcriptionnellement active)

40 Structure de l’intégrase •Structure cristalline recherchée depuis 15 ans sans succès. Seul des domaines isolés sont connus. Protéine native quasi-insoluble et partiellement active. •3 domaines, Zinc binding en N-term, Core catalytique central et C- term domaine qui est plus variable •Anti IN en phase II et I prochainement

41 Cycle de réplication du VIH-1 Noyau Cytoplasme Fixation au récepteur et au co-récepteur Décapsidation Rétrotranscription Intégration Transport au noyau Régulation latence post integrative/expression des virus

42 Fonctions promotrices du LTR 5’ •Certains facteurs de régulation sont spécifiques d’espèces et/ou de type cellulaires. Donc, outre le récepteur, les facteurs de transcription déterminent aussi la réplication virale dans une cellule/tissu/ou espèce. •La concentration intra-nucléaire de ces facteurs est très contrôlée par l’état d’activation cellulaire. Le niveau d’expression du virus sera aussi très dépendant de l’activation et/ou la différentiation cellulaire

43 Transactivation par des facteurs viraux

44 Cycle de réplication du VIH-1 Noyau Cytoplasme Fixation au récepteur et au co-récepteur Décapsidation Rétrotranscription Intégration Transport au noyau Traduction assemblage

45 Maturation protéolytique de Gag Inhibiteurs ?

46 Les inhibiteurs de la protéase virale • Premier inhibiteur de la protéase disponible en 1997 • La protéase clive les protéines virales précurseurs en protéines matures • Fixation des IP sur le site catalytique  inhibition réversible de la protéase

47 Maturation des particules virales Le clivage protéolytique des précurseurs viraux permet de résoudre le paradoxe de l ’encapsidation/décapsidation

48 Les inhibiteurs de la protéase

49 Maturation de la particule HIV-1

50 Cycle de réplication du VIH-1 Noyau Cytoplasme Bourgeonnement Fixation au récepteur et au co-récepteur Décapsidation Rétrotranscription Intégration Transport au noyau

51 La machinerie de bourgeonnement Ub ESCRT-III Ub Tsg101 ESCRT-I Virus Ub Ubiquitine Ub ESCRT-II MVB Ub Tsg101 Ub 4 4 Vps4 4

52 Résumé : Actions des anti-rétroviraux sur le cycle viral INHIBITEURS DE L’ENTREE INHIBITEURS DE L’IN ANTI-PROTÉASES INHIBITEURS DE LA RT

53 Résumé : Actions des anti-rétroviraux sur le cycle viral CIBLES des ANTIVIRAUX  Enzymes virales du complexe de réplication  Polymérases  Intégrases  capping  Autres enzymes virales  protéases virales  Neuraminidases  Fixation entrée  Protéines virales régulant l'immunité innées ou acquise  immuothérapies

54 Pourquoi les multithérapies sont elles plus efficaces? Probabilité de sélectionner un virus résistant (noir) Vitesse de réplication virale Concentration en antiviral nulle sub optimal optimal toxique dose a maintenir durant tout le traitement

55 Rappel immunité acquise


Télécharger ppt "Introduction à la Virologie :  Pourquoi travailler sur les virus ?  Qu’est ce qu’un virus ?  Interactions virus/hôte: (illustration a partir d’un exemple."

Présentations similaires


Annonces Google