La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Stratégies de diagnostic et de dépistage du VIH au Burundi Par Juvent KINIGI M.S. Biotechnologie médicale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Stratégies de diagnostic et de dépistage du VIH au Burundi Par Juvent KINIGI M.S. Biotechnologie médicale."— Transcription de la présentation:

1

2 Stratégies de diagnostic et de dépistage du VIH au Burundi Par Juvent KINIGI M.S. Biotechnologie médicale

3 I.Introduction Séroprévalence au Burundi en 2002;9,4% 10,5% et 2,5% respectivement dans les zones urbaines,semi-urbaines et rurales. Pour lutter contre ce fléau, plusieurs actions ont été menées, y compris la mise en place des mécanismes de dépistage, de diagnostic et de suivi biologique.

4 II.Stratégies de diagnostic. 1.Organisation des laboratoires Existence des laboratoires Vih à tous les niveaux de la pyramide sanitaire: Niveau central ; Tests rapides. Niveau provincial; Tests rapides + ELISA.

5 Organisation des laboratoires(suite) Niveau régional; Tests rapides +ELISA+ WB. Niveau national; Tests rapides+ELISA + WB+ PCR. Existence des Centres de Dépistage Volontaire (100); Tests rapides.

6 2.Techniques utilisées Tests rapides: Determine(Abott). Génie II(Bio-Rad) Performances: °Sensibilité;100% °Specificité: 99,8%

7 Techniques utilisées(suite) Limites des tests rapides; -Un résultat négatif par un test rapide nexclut pas la possibilité dune infection par le Vih ; - Faible taux danticorps ant-Vih, - infection par un variant non détectable par ces tests, - Patient présentant des Ac anti-Vih qui ne réagissent pas avec les Ag spécifiques utilisés dans la configuration du test.

8 Limites(suite) Un résultat positif doit-être réanalysé en utilisant une autre méthode. Des échantillons de sang total ou de plasma prélevés sur aun autre anticoagulant autre quEDTA peut donner des résultats incorrects.

9 Techniques utilisées(suite) Les tests de confirmation. - ELISA, -Western Blot. Performances ; °Sensibilité:100% ° Specifité :99,98%.

10 Techniques de confirmation(suite) Limites; °Elisa: - Faibles taux danticorps peuvent ne pas être détectés, -la variabilité du virus Vih1(groupe M, groupeO) et Vih2 ne permet pas dexclure la possibilité de réactions faussement négatives. -Toute technique Elisa hautement sensible peut produire des réactions faussement positives.

11 Limites techn.conf.(suite) °Western-Blot; -Respect strict de la procédure technique, -Variabilité du virus Vih1(groupeM,groupeO)et Vih 2 ne permet pas dexclure la possibilité dune réaction faussement négative.

12 Centre de santé TEST RAPIDE A Test Rapide A+Test rapide A douteuxTest rapide A- Test Rapide BPrélever 3 semaines aprèsNotifier négatif Procéder comme à côtéTest A+ et B+ Test A+ et B- Notifier positif Refaire A et B sur le même prélèvement A+ et B+ A+ et B- A- et B- Notifier positifRéférerNotifier négatif

13 Référence régionale TEST RAPIDE A Test Rapide A+ Test rapide A douteux Test rapide A- Test Rapide BPrélever 3 semaines aprèsNotifier négatif Procéder comme à côtéTest A+ et B+Test A+ et B- Notifier positif Répéter A et B sur le même prélèvement A+ et B+ A+ et B-A- et B- Notifier positifELISA très spécifiqueNotifier négatif ELISA +ELISA douteuxELISA - Notifier positif Référer Notifier négatif

14 3.Algorithmes de diagnostic Niveau central. TEST ELISA 1 et ELISA 2 ELISA 1+ et ELISA 2+ ELISA 1+ et ELISA 2- ELISA 1- et ELISA- Not ifier positif Inolia ou Western Blot Notifier négatif Inolia + ou Western Blot+ Inolia – ou Western Blot- Notifier positif Notifier négatif

15 III. Suivi biologique Le suivi biologique porte sur: -Sérologie Vih positif confirmé, -Evaluation de la NFS et des plaquettes tous les 3mois, -Les transaminases et Créatinine tous les 6 mois, -La sérologie des hépatitites B et C tous les 6 mois,

16 Suivi biologique(suite) -Contrôle de la glycémie, des triglycérides et du cholestérol tous les 6mois, -Comptage des lymphocytes CD4 et CD8 circulants 2 fois par an, - Mesure de la CV 1fois par an.

17 IV.Conclusions Les points faibles: -Insuffisance des Techniciens de laboratoire, -Une rupture fréquente des réactifs et matériels, -Absence de contrôle de qualité dans la majorité des laboratoires, -Absence dévaluation des réactifs entrant sur le territoire burundais

18 Points faibles(suite) -Absence de RNL, -Manque de maintence préventive et défaillance de la maintenance curative, -Manque de motivation des personnels de Laboratoire,etc…

19 IV.Conclusions Les points faibles: -Insuffisance des Techniciens de laboratoire, -Une rupture fréquente des réactifs et matériels, -Absence de contrôle de qualité dans la majorité des laboratoires, -Absence dévaluation des réactifs entrant sur le territoire burundais

20 Conclusions (suite) Points forts; - Une importante production annuelle des Techniciens de Laboratoire, -Une gratuité des tests de dépistage,de diagnostic et de suivi biologique du Vih, -Une couverture nationale suffisante de CDV et des laboratoires Vih.


Télécharger ppt "Stratégies de diagnostic et de dépistage du VIH au Burundi Par Juvent KINIGI M.S. Biotechnologie médicale."

Présentations similaires


Annonces Google