La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

GESTION DE LA TRESORERIE ENCG SETTATAIF 2006 ANIMATEUR : H. SASSI.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "GESTION DE LA TRESORERIE ENCG SETTATAIF 2006 ANIMATEUR : H. SASSI."— Transcription de la présentation:

1 GESTION DE LA TRESORERIE ENCG SETTATAIF 2006 ANIMATEUR : H. SASSI

2 SOMMAIRE 1. LES APPROCHES DE LA TRESORERIE 2. LES NOTIONS FONDAMENTALES 3. L ENVIRONNEMENT BANCAIRE MAROCAIN 4. LA GESTION DE TRESORERIE 5. LE DIAGNOSTIC D UN SYSTEME DE GESTION DE TRESORERIE 6. LES PREVISIONS DE TRESORERIE 7. LES DECISIONS FINANCIERES A C.T

3 1- LES DIFFERENTES APPROCHES DE LA TRESORERIE APPROCHE STATIQUE DE LA TRESORERIE : –APPROCHE BILANTIELLE –APPROCHE RELATIVE APPROCHE DYNAMIQUE DE LA TRESORERIE : –TABLEAU DE RESULTAT –TABLEAU DE FINANCEMENT –TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE

4 A- APPROCHE BILANTIELLE BILAN, CIRCUIT FINANCIER ET ROLE PRIMORDIAL DES LIQUIDITES BILAN, STRUCTURE FINANCIERE ET REGLE D EQUILIBRE FINANCIER

5 CIRCUIT FINANCIER RESERVOIR DE L ENCAISSE DECISIONS FINANCIERES ACTIF IMMO ACTIF EXPL DETTES DE FIN CAPIT PROP OPERATIONS D INVESTISSEMENT OPERATIONS D EXPLOITATION OPERATIONSDEFINOPERATIONSDEFIN INVEST DESINV REINV FINAN FLUX EXP ENCA/ VENTES REMB : DETTES ASSOCIES ETAT

6 VALORISATION DE LA LIQUIDITE ACTIVITES DONT LE CYCLE D EXPLOITATION EST LONG: CAS DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES ENCAISSE MP MO MAT PROD TRANS STOCK CREANCES COMM ENCAISSE ACTIVITES DONT LE CYCLE D EXPLOITATION EST COURT: CAS DES ENTREPRISES COMMERCIALES ENCAISSE MDSES VENDEURS DISTRS STOCK CREANCES COMMER ENCAISSE

7 BILAN, STRUCTURE FINANCIERE ET REGLE D EQUILIBRE FINANCIER LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA STRUCTURE FINANCIERE : –FONDS DE ROULEMENT –BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT –TRESORERIE NETTE

8 FR = RESSOURCES PERMANENTES - ACTIFS IMMOBILISES

9 BFR = ACTIFS CIRCULANTS - PASSIFS CIRCULANTS

10 TN = FR - BFR

11 B- APPROCHE RELATIVE DE LA TRESORERIE

12 RATIO DE LA LIQUIDITE GENERALE STOCKS + CREANCES CLIENTS + TVP + DISPONIBILITES DETTES A COURT TERME

13 RATIO DE LA LIQUIDITE REDUITE CREANCES CLIENTS + TVP + DISPONIBILITES DETTES A COURT TERME

14 RATIO DE LA LIQUIDITE IMMEDIATE DISPONIBILITES DETTES A COURT TERME

15 AUTRES RATIOS DETTES BANCAIRES ACTIF CIRCULANT DETTES BANCAIRES VALEURS REALISABLES

16 C- APPROCHE DYNAMIQUE DE LA TRESORERIE TABLEAU DE RESULTAT TABLEAU DE FINANCEMENT TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE

17 PREOCCUPATIONS MAJEURES : COMMENT L ENTREPRISE DEGAGE- T-ELLE DE LA TRESORERIE ? QU EN FAIT-ELLE ?

18 ORIGINE DES INFORMATIONS NECESSAIRES : LE COMPTE DE RESULTATS : –EBE –BENEFICE NET –CAF LE TABLEAU DE FINANCEMENT : –AUTOFINANCEMENT –VARIATION DU BFG –VARIATION DE LA TRESORERIE

19 CORRECTIONS NECESSAIRES AUX APPROCHES BASEES SUR LES FLUX: AU NIVEAU DES OPERATIONS COURANTES L EXPRESSION DE LA LIQUIDITE PEUT S ECRIRE COMME SUIT: EXCEDENT DE TRESORERIE SUR OPERATIONS DE GESTION = CAF - BFR LA LIQUIDITE DE L ENTREPRISE EST ASSUREE SI : CAF - BFR - REMBOURSEMENT DES DETTES FINANCIERES > 0

20 CORRECTIONS NECESSAIRES AUX APPROCHES BASEES SUR LES FLUX : AU NIVEAU DES OPERATIONS D EXPLOITATION L EXPRESSION DE LA LIQUIDITE PEUT S ECRIRE COMME SUIT: –EBE - BFRE - CHARGES D INTERETS - REMBOURSEMENT DE DETTES - IS >= 0 OU : –ETE - CHARGES D INTERETS - REMBOURSEMENT DE DETTES - IS >= 0

21 ETE = ESO - ENCOURS COMMERCIAUX ESO = PRODUITS D EXPLOITATION (AUTRES QUE STOCKS) - CHARGES D EXPLOITATION (AUTRES QUE STOCKS) ENCOURS COMMERCIAUX = CREANCES D EXPLOITATION - DETTES D EXPLOITATION

22 TRESORERIE GLOBALE TG = EXCEDENT SUR OPERATIONS DE GESTION + EXCEDENT DE TRESORERIE SUE OPERATIONS D INVESTISSEMENT ET DE FINANCEMENT OR : ETOG = CAF - BFR ET ETOIF = FR – CAF DONC: TG = FR - BFR

23 2. LES NOTIONS FONDAMENTALES IMPORTANCE DE LA GESTION DE TRESORERIE ROLES ET FONCTIONS DU TRESORIER SYSTEME DE GESTION DE TRESORERIE

24 A- IMPORTANCE DE LA GESTION DE TRESORERIE * POIDS DES FRAIS FINANCIERS DANS LE RESULTAT NET DE L ENTREPRISE * SOUPLESSE DE LA GESTION DE TRESORERIE * FINANCEMENT DE L ENTREPRISE AU MOINDRE COUT

25 B- ROLE DU TRESORIER OPTIMISER LES FLUX D ENCAISSEMENTS ET DE DECAISSEMENTS ET GERER LES SOLDES BANCAIRES ASSURER LA LIQUIDITE AU MOINDRE COUT ET D UNE MANIERE PERMANENTE GERER LES RISQUES FINANCIERS

26 GESTION DES RISQUES DE FINANCIERS QUOI? RISQUE DE TAUX, DE CHANGE, DE LIQUIDITE, DE CONTREPARTIE ETC... COMBIEN? EVALUATION/SENSIBILITE COMMENT ? CHOIX DES INSTRUMENTS, SUIVI DES COUVERTURES

27 ROLE DU TRESORIER NEGOCIATION/RELATION AVEC LES BANQUES GESTION DE CHOIX DES LA POSITIONCREDITS GESTION DES RISQUES FINANCIERS TRESORIER

28 C- LE SYSTEME DE GESTION DE TRESORERIE INTERNES INFORMATIONS EXTERNES ORGANISATION DE TRESORERIE DECISIONS FINANCIERES

29 3. L ENVIRONNEMENT BANCAIRE MAROCAIN LES CONDITIONS DE BANQUE LE COUT REEL DES CREDITS LA NEGOCIATION BANCAIRE

30 A- LES CONDITIONS DE BANQUE LES TAUX ET LES MARGES (TJJ, MARCHE INTERBANCAIRE, MARCHE DES TCN) LES COMMISSIONS LES JOURS DE BANQUE L HEURE DE CAISSE LE CONTRÔLE DES CONDITIONS DE BANQUE

31 LES CONDITIONS STANDARD DES OPERATIONS DE CREDIT VERSEMENT ESPECESJ+1 (O) RETRAIT D ESPECESJ-1 (O) REMISE CHEQUE/PL.J+2 (O) REMISE CHEQUE HPBJ+12 (C) REMISE CHEQUES HPNBJ+15 (C) VIREMENT EMISJ-1 (O) VIREMENT RECUJ+1 (O)

32 LE CONTRÔLE DES CONDITIONS DE BANQUE LES PRINCIPAUX DOCUMENTS EMIS PAR LES BANQUE : - LES BORDEREAUX DE REMISE - LE RELEVE DES COMPTES - L ECHELLE D INTERET (DATE D OPERATION, DATE DE VALEUR, COMMISSION, TAUX, INTERETS MORATOIRES, ETC….

33 B- LE COUT REEL DES CREDITS LES TAUX D UTILISATION DES CREDITS SONT ASSEZ DIFFERENTS DES TAUX AFFICHES, GENERALEMENT SUPERIEURS. QUATRE SUR-COUTS AFFECTENT LE TAUX AFFICHE DES CREDITS A C.T : - LES JOURS DE BANQUES; - LES 360 JOURS BANCAIRES; - LE NET D ESCOMPTE; - LA CAPITALISATION DES AGIOS.

34 VALORISATION DES COUTS CACHES POUR EVALUER L IMPACT DE CHACUN DE CES QUATRE SURCOUTS NOUS RAISONNERONS SUR UN EXEMPLE SIMPLE : « UN CREDIT DE TRESORERIE MOBILISABLE DE 1 MDH, AU TAUX AFFICHE DE 10% ET RENOUVELLE TOUTES LES FINS DE MOIS PENDANT 1 AN, SOIT 12 FOIS DANS L ANNEE »

35 PREMIER SURCOUT : IMPACT DES JOURS DE BANQUES DIFFERENCE ENTRE LE NOMBRE DE JOURS D AGIOS ET LE NOMBRE REEL DE JOURS DE MISE A DISPOSITION DU CREDIT 31 MAI 30 JUIN

36 LE BILLET TOMBANT A ECHEANCE LE 31 MAI SERA DEBITE VALEUR 31 MAI. LE BILLET RENOUVELE SERA CREDITE VALEUR 31 MAI EGALEMENT NOMBRE DE JOURS D AGIOS = DUREE APPARENTE (31 JOURS) + 1 jour NOMBRE DE JOURS DE MISE A DISPOSITION DU CREDIT (30 JOURS) 1 jour de mai (31) + 29 jours de juin (date de valeur : 30 juin)

37 EN RESUME ON CONSTATE POUR CE BILLET : UN NOMBRE DE JOURS D AGIOS EGAL A 32 UN NOMBRE DE JOURS DE MISE A DISPOSITION DES FONDS EGAL A 30 CES DEUX JOURS DE BANQUE ONT UN IMPACT DIRECT SUR LE COUT REEL DU CREDIT. 10% x 32/30 = 10,67%

38 DEUXIEME SURCOUT : LE NET D ESCOMPTE SI LA SOCIETE EST DEBITRICE DE 1MDH SUR UN MOIS, LA MOBILISATION D UN CREDIT DE TRESORERIE DE 1 MDH NE SERA PAS SUFFISANTE POUR COMBLER LE DECOUVERT. EN EFFET L ENTREPRISE SERA CREDITEE D UN MONTANT EGAL A 1 MDH - AGIOS

39 CETTE PRATIQUE RENCHERIT DONC LE COUT AFFICHE DU CREDIT UTILISE. LE SURCOUT SE FERA DANS LE RAPPORT (1MDH /1 MDH -AGIOS). L IMPACT DU NET D ESCOMPTE SERA DONC DE (1 MDH/1MDH ) = 1,009

40 LE TAUX AFFICHE DU CREDIT DE TRESORERIE DE 10% PORTE A 10,67% PAR LE PREMIER SURCOUT DEVIENT DONC PAR L IMPACT DU NET D ESCOMPTE DE 10,67% x 1,009 = 10,76%

41 TROISIEME SURCOUT : LA CAPITALISATION DES AGIOS NOUS AVONS RETENU L HYPOTHESE D UNE SOCIETE QUI AVAIT UN BESOIN PERMANENT SUR L ANNEE DE 1 MDH. EN CONSEQUENCE ELLE MOBILISE DU 1èr JANVIER AU 31 DECEMBRE UN CREDIT DE TRESORERIE PAR DES TIRAGES A UN MOIS.

42 LE TAUX AFFICHE EST DE 10%. QUEL EST LE COUT REEL? POUR QUE LE TAUX SOIT UN TAUX REEL, IL FAUDRAIT QUE LE PRETEUR PERCOIVE LES AGIOS AU RYTHME ANNUEL. DANS NOTRE HYPOTHESE, LE BANQUIER LES PERCEVRA 12 FOIS (TIRAGES A UN MOIS). IL POURRA DONC LES REINVESTIR 12 FOIS POUR QUE CEUX-CI PRODUISENT ENCORE DES INTERETS.

43 LES AGIOS POUR 30 JOURS ET POUR 1DH SONT 0,10/12 = 0, CES AGIOS ETANT REINVESTIS 12 FOIS PRODUIRONT POUR LE BANQUIER UN RENDEMENT DE (1+0, ) A LA PUISSANCE 12 = 1, SOIT DU 10,4712% L AN ALORS QUE LE TAUX APPARENT EST DE 10%.

44 LA CAPITALISATION DES AGIOS POUR DES TIRAGES A 30 JOURS ET POUR UN CREDIT A 10% MULTIPLIE LE TAUX AFFICHE PAR L IMPACT DE LA CAPITALISATION DES AGIOS PORTE LE TAUX A : 10,471 2/10 = 1, ,76% x 1, = 11,27%

45 QUATRIEME SURCOUT : LES 360 JOURS DE BANQUE LE DECOMPTE DES JOURS D AGIOS S EFFECTUE SUR UNE BASE DE 360 JOURS ALORS QUE L ANNEE EN COMPTE 365. CETTE PROCEDURE RENCHERIT LE COUT DU CREDIT DANS LE RAPPORT 365/ 360, SOIT 1, LE TAUX DU CREDIT AFFICHE A 10% PASSE DONC A : 11,27% x 1,013 9 = 11,43%

46 C- LA NEGOCIATION BANCAIRE LA NEGOCIATION BANCAIRE CONSTITUE UN VERITABLE IMPERATIF DE COMPETITION POUR L ENTREPRISE. LE BANQUIER N EST PAS UN ADVERSAIRE, MAIS UN PARTENAIRE, LES RELATIONS DOIVENT ETRE ECONOMIQUES : VENDRE ET ACHETER AU MEILLEUR MAIS JUSTE PRIX.

47 IL CONVIENT D ADOPTER AVEC SES BANQUIERS UNE ATTITUDE PLUS MARKETING DE SELECTION, DE RAPPORT QUALITE/PRIX ET DE LEUR DEMANDER DES JUSTIFICATIFS DE LEUR TARIFICATION. POUR NEGOCIER AVEC SON BANQUIER, IL FAUT BIEN PREPARER LA NEGOCIATION

48 CONSTITUER UNE EQUIPE QUI A DES COMPETENCES ET UN POUVOIR DECISIONNEL. CHOISIR LA BANQUE AVEC LAQUELLE VA S OUVRIR LA NEGOCIATION. FIXER LES AXES DE NEGOCIATION ET HIERARCHISER LES DEMANDES

49 4. LA GESTION DE TRESORERIE LES DIFFERENTS MODES DE GESTION DE TRESORERIE : * LA GESTION DE TRESORERIE COMPTABLE * LA GESTION DE TRESORERIE EN DATE DE VALEUR

50 LA GESTION DE TRESORERIE EN DATE DE VALEUR LES OBJECTIFS : - MINIMISER LES FRAIS FINANCIERS - MAXIMISER LES PRODUITS FINANCIERS - CONCEPT DE TRESORERIE ZERO

51 LES CONTRAINTES : - CONNAISSANCE DES CONDITIONS DE BANQUE - RELATIONS AVEC LES BANQUES - CHOIX DES PARTENAIRES BANCAIRES - SYSTEME D INFORMATION ADAPTE - COMPETENCES DU TRESORIER

52 L OUTIL A METTRE EN PLACE EST UN SYSTEME DE SUIVI DES SOLDES BANCAIRES EN DATE DE VALEUR. 1. ANALYSE DES FACTEURS INTERNES 2. MISE EN PLACE DU SYSTEME 3. POSITIONNEMENT DES FLUX

53 A- ANALYSE DES FACTEURS INTERNES A L ENTREPRISE * MOYENS HUMAINS DONT DISPOSE L ENTREPRISE * NATURE DES FLUX * NOMBRE DE BANQUES * BESOINS DE L ENTREPRISE

54 B- MISE EN PLACE DU SYSTEME 1. ANALYSE DES FLUX : INVENTORIER LES ENCAISSEMENTS/DECAISSEMENTS 2. REAFFECTATION DES FLUX PAR BANQUE 3. POSITIONNEMENT DES FLUX

55 C- LE SUIVI EN VALEUR L ELABORATION D UNE FICHE DE SUIVI EN VALEUR PERMET DE POSITIONNER LES MOUVEMENTS EN DATE DE VALEUR. A CHAQUE BANQUE CORRESPOND UNE FICHE IL FAUT CALCULER LE SOLDE DE DEPART EN VALEUR

56 SOLDE DE DEPART : * LES ECHELLES DINTERETS, * LE RELEVE BANCAIRE, * LE SOLDE COMPTABLE FICHE DE SUIVI EN VALEUR OU DAMIER

57 5.DIAGNOSTIC DU SYSTEME DE GESTION DE TRESORERIE LES ERREURS QUI PEUVENT ETRE COMMISES EN MATIERE DE GESTION DE TRESORERIE ET QUI SONT SOURCE DE GASPILLAGE DE FRAIS FINANCIERS SONT DE 3 TYPES : * ERREUR D EQUILIBRAGE * ERREUR DE SUR-MOBILISATION * ERREUR DE SOUS-MOBILISATION

58 A- ERREUR D EQUILIBRAGE ELLE TRADUIT L EXISTENCE SIMULTANEE D UN SOLDE CREDITEUR EN VALEUR DANS UNE BANQUE ET D UN SOLDE DEBITEUR DANS UNE AUTRE. L UN GENERE DES INTERETS DEBITEURS, L AUTRE N EST EN THEORIE PAS REMUNERE

59 EXEMPLE D ERREUR D EQUILIBRAGE SOLDE BANCAIRE MOYEN EN VALEUR : +5MDH (BANQUE A) SOLDE BANCAIRE : -7MDH (BANQUE B) TAUX D INTERET : 11% QUEL EST LE COUT DE CETTE ERREUR SUR 1 MOIS ?

60 5 MDH X 0,11 X 30/360 = , SOIT EN EXTRAPOLANT, DH POUR L ANNEE. OR CET ORDRE DE GRANDEUR CORRESPOND APPROXIMATIVEMENT A DES SOCIETES DE 300 A 500 MDH DE CHIFFRE D AFFAIRES, ET SONT EN RELATION AVEC 4 OU 5 BANQUES QUI NE GERENT PAS LEUR TRESORERIE EN VALEUR. CETTE ERREUR EST FREQUENTE. ELLE CONSTITUE LA SOURCE PRINCIPALE D UN GASPILLAGE DE FRAIS FINANCIERS.

61 B- ERREUR DE SUR MOBILISATION ELLE RESULTE DES SOLDES CREDITEURS A VUE NON REMUNERES. UNE FOIS LES ERREURS D EQUILIBRAGE DES COMPTES ELIMINES, L EXISTENCE DE SOLDES CREDITEURS TRADUIT SOIT UN RECOURS INUTILE AUX CREDITS (ESCOMPTE, CREDIT DE TRESORERIE, SPOT, …), SOIT UN DEFAUT DE PLACEMENT

62 EXEMPLE D ERREUR DE SUR- MOBILISATION SOLDE BANCAIRE : -5MDH (01/10/99) POUR COUVRIR CE DEBIT, LE TRESORIER DECIDE DE REMETTRE POUR 5 MDH DE TRAITES A L ESCOMPTE. OR LE 15/10/99 LE TRESORIER A UNE RENTREE NON PREVUE DE 5 MDH. QUEL EST LE COUT DE CET ERREUR ?

63 SI L ESCOMPTE EST FACTURE A 10,50% L AN, CETTE SUR MOBILISATION FAIT GASPILLER A L ENTREPRISE : 5MDH x 0,105 x 16/360 = DH.

64 C- ERREUR DE SOUS- MOBILISATION ELLE RESULTE D UNE UTILISATION DU DECOUVERT EN LIEU ET PLACE DE CREDITS ALTERNATIFS MOINS ONEREUX. SON IMPACT SUR LES FRAIS FINANCIERS EST DONC EGAL AU DIFFERENTIEL DE TAUX ENTRE LE TAUX DU DECOUVERT ET LE MEILLEUR CREDIT DE L ENTREPRISE.

65 L IMPACT DEPEND DES SOMMES CONCERNEES; IL REPRESENTE, EN EFFET, 5000 DH PAR AN POUR UN SOLDE MOYEN DEBITEUR DE 1 MDH

66 D- TRESORERIE ZERO L IDENTIFICATION DES TROIS TYPES D ERREUR EXPOSES VISE EN FAIT A VALORISER LA DISPARITE QUI EXISTE ENTRE LES SOLDES TELS QU ILS APPARAISSENT SUR LES ECHELLES D INTERET ET LES SOLDES TELS QU ILS DEVRAIENT ETRE A L OPTIMUM : EGAUX A ZERO

67 TOUT SOLDE CREDITEUR TRADUISANT UN SUR-FINANCEMENT; TOUT SOLDE DEBITEUR UN DEFAUT DE FINANCEMENT. DANS CET ESPRIT, LE SOLDE ZERO SE PRESENTE DONC COMME L OPTIMUM DE LA GESTION DE TRESORERIE.

68 6. LES PREVISIONS DE TRESORERIE OBJECTIFS & LIMITES DES PREVISIONS LA CONNAISSANCE DES BESOINS FUTURS DE L ENTREPRISE PERMET: * DE VERIFIER LA COHERENCE DU BUDGET D EXPLOITATION/HORS EXPLOITATION *DE PREPARER LES DECISIONS DE FINANCEMENT/PLACEMENT

69 * D ABORDER DANS DE MEILLEURS CONDITIONS LA NEGOCIATION BANCAIRE; * DE METTRE EN PLACE LES INSTRUMENTS DE COUVERTURE DES RISQUES DE FLUCTUATION DES TAUX D INTERET/CHANGE; * AU NIVEAU D UN GROUPE DE MESURER LES BESOINS EXTERNES REELS.

70 HORIZONS & MODALITES DES PREVISIONS DE TRESORERIE

71 BESOINS D INFORMATION INFORMATIONS NECESSAIRES BUDGET D EXPLOITATION ET HORS EXPLOITATION (BUDGET DE TRESORERIE) TOUS LES FLUX AFFECTANT L ENCAISSEMENT (PLAN DE TRESORERIE) ENCAISSEMENT DECAISSEMENTS (GESTION EN VALEUR) INFORMATIONS FOURNIES FLUX MENSUALISES PAR NATURE FLUX PAR NATURE ET SUPPORT POSITION EN VALEUR PAR BANQUES DETAIL DES FLUX

72 7- LES DECISIONS FINANCIERES A COURT TERME ARBITRAGE ESCOMPTE – DECOUVERT ARBITRAGE PLACEMENT – DECOUVERT

73 A- ARBITRAGE ESCOMPTE - DECOUVERT C EST SANS DOUTE LA DECISION FINANCE IRE LA PLUS FREQUENTE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION DE TRESORERIE QUOTIDIENNE EXEMPLE: UNE ENTREPRISE SE TROUVE EN POSITION DE DECOUVERT D UN MONTANT M A LA DATE T. CE DECOUVERT PEUT ETRE COMBLE PAR UNE REMISE D EFFET A L ESCOMPTE VALEUR T ET DE MONTANT M. L ECHEANCE E DE CES EFFETS EST RELATIVEMENT ELOIGNEE. LA SOCIETE ATTEND L ENCAISSEMENT D UN GROS CHEQUE EMANANT D UN CLIENT C

74 PREMIER SCENARIO: GERER CE DECOUVERT JUSQU AU CREDIT C (FLUX D ENCAISSEMENT) COUT = (M*D*Td)/36000 DEUXIEME SCENARIO: REMISE A L ESCOMPTE DU PORTEFEUILLE EFFETS COUT = (M*(L+1)*Te/36000) (L+1) CORRESPOND AU NOMBRE DE JOURS, SOIT LA DUREE APPARENT MAJOREE D UN JOUR BANCAIRE L ARBITRAGE PEUT S EXPLIQUER COMME SUIT: L ESCOMPTE DES EFFETS SERA PREFERABLE AU DECOUVERT, SI LE COUT DE LA REMISE A L ESCOMPTE EST INFERIEUR AU COUT DU DECOUVERT c-à-d : (M*(L+1)*Te/36000) < (M*D*Td)/36000 L ESCOMPTE EST PREFERABLE AU DECOUVERT SI : D > (L+1)

75 B- ARBITRAGE PLACEMENT - DECOUVERT LA SOCIETE EN QUESTION DEGAGE UNE TRESORERIE DE 4MDH PENDANT LA MAJEUR PARTIE DE L ANNEE. ELLE SE TROUVE NEANMOINS EN DECOUVERT DE –2MDH DURANT PRES D UNE SEMAINE. LE PLACEMENT D UN MONTANT M SUR UNE PERIODE DE 30 JOURS GENERE DES INTERETS CREDITEURS CALCULES COMME SUIT: M*Tp*30/ LE BLOCAGE DU MONTANT M ENGENDRE UN DECOUVERT DONT LES INTERETS DEBITEURS SE CALCULENT COMME SUIT: M*D*Td/36000 LA SOCIETE AURA INTERET A BLOQUER UN MONTANT M SI LA DIFFERENCE : M*Tp*30/ M*D*Td/36000 > 0


Télécharger ppt "GESTION DE LA TRESORERIE ENCG SETTATAIF 2006 ANIMATEUR : H. SASSI."

Présentations similaires


Annonces Google