La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Physique en TS. Les ondes Définition OMP : définition, transversale/longitudinale (exemples) retard, célérité exemple des ondes sonores OMPP : double.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Physique en TS. Les ondes Définition OMP : définition, transversale/longitudinale (exemples) retard, célérité exemple des ondes sonores OMPP : double."— Transcription de la présentation:

1 Physique en TS

2 Les ondes Définition OMP : définition, transversale/longitudinale (exemples) retard, célérité exemple des ondes sonores OMPP : double périodicité spatio-temporelle Dispersion Diffraction Les ondes lumineuses - preuve ondulatoire - couleur, fréquence et longueur donde dans le vide - diffraction : = / a - dispersion : indice de réfraction, prisme

3 La radioactivité Radioactivité de certains noyaux - structure de la matière, notation - définition - diagramme (N,Z) Lois de conservation de Soddy 3 types de radioactivité + désexcitation Activité Loi de décroissance radioactive Durée de demi-vie t 1/2, constante radioactive et constante de temps Applications de la radioactivité

4 Circuit RC série Le condensateur : définition, schéma, relations essentielles Réponse du RC série aux échelons montant/descendant de tension A B i C u AB E u KA A B K 1 2 R C i énergie stockéeConstante de temps

5 E u AB u KA A B R C i K Dipôle RC - réponse à un échelon montant : solution analytique Loi dOhm Loi des mailles Solution générale Cond. initiales Equa. diff. du circuit

6 La méthode dEuler La méthode dEuler permet dobtenir une valeur approchée dune valeur dune fonction en un point lorsque la fonction elle-même nest pas connue explicitement, mais en connaissant sa valeur en un autre point et sa dérivée (ce qui est déjà beaucoup). Elle permet alors également la construction dune représentation graphique approchée de la fonction étudiée. Concrètement la méthode dEuler repose sur lutilisation de lapproximation affine de la fonction : si f est dérivable sur un intervalle I, a et b des réels de I, b proche de a, alors : f(b) f(a) + (b – a) × f (a). donc si lon connaît f(a) et f (a), alors on obtient ainsi une valeur approchée de f(b). Plus concrètement encore, plus b est proche de a, moins lerreur commise sur f(b) est grande, ce qui, connaissant f(a), conduit à lidée dobtenir f(b), b étant fixé, par une suite de valeurs intermédiaires de f entre f(a) et f(b).

7 Le dipôle RL série L r L L,r Bobine idéaleBobines réelles Définition dune bobine ? Constante de temps : id. dipôle RC série (2 méthodes) énergie emmagasinée

8 L,r R K i A B E uLuL uRuR Rég. permanent Rég. transitoire Etablissement du courant

9

10 Oscillations libres dans le dipôle RLC série L,r RoRo r i C q K 1 2 E uCuC

11

12 L uCuC uLuL i i C amplitude phase phase à lorigine Résistance totale négligeable : circuit LC

13 Mécanique

14 vitesse = dérivée de la position accélération = dérivée de la vitesse vecteur position

15 Dans un référentiel galiléen, si la somme vectorielle des forces extérieures qui sexercent sur un solide est nulle (solide pseudo-isolé), le vecteur vitesse du centre dinertie est un vecteur constant, et réciproquement. On considère deux corps A et B en interaction. F A/B est la force exercée par A sur B, et F B/A la force exercée par B sur A. Quel que soit létat de mouvement ou de repos des deux corps, les deux forces vérifient toujours légalité vectorielle Dans un référentiel galiléen, la somme vectorielle des forces extérieures appliquées à un solide est égale au produit de la masse du solide par le vecteur accélération de son centre dinertie, Lois de Newton

16 Chute verticale dans un fluide

17 Un solide est en chute libre lorsquil nest soumis quà laction de son poids. Chute libre sans vitesse initiale (lâcher)

18 α x z v ox = v o cos α v oz = v o sin α O Chute libre avec vitesse initiale (lancer)

19

20 Dans le référentiel héliocentrique, la trajectoire du centre dune planète est une ellipse dont lun des foyers est le centre du Soleil. Le segment de droite [SP] (ou rayon- vecteur) qui relie le centre du Soleil au centre le la planète balaie des aires égales pendant des durées égales. Le carré de la période de révolution T dune planète autour du Soleil est proportionnel au cube de la longueur a du demi-grand axe de son orbite, Lois de Kepler

21 Mouvement circulaire Repère de Frenet

22 Cas des planètes autour du Soleil Loi de gravitation universelle de Newton

23 Cas des satellites géostationnaires 3 ème loi de Kepler

24 x 0 en labsence de frottements Le système solide-ressort

25 Phénomène de résonance

26 axe (Oz) vers le haut Travail et énergie

27 Evolution des énergies cinétique et potentielle de pesanteur lors du lancer de projectiles, a) Les frottements sont négligés b) Les frottements sont à lorigine de la diminution de lénergie mécanique Interconversion des énergies Conservation en labsence de frottements

28 Mécanique quantique

29 E3E3 E2E2 E1E1 E hν = E 3 – E 1 hν = E 3 – E 2 hν = E 2 – E 1 Cas du mercure Spectre démission atomique

30 E3E3 E2E2 E1E1 E hν = E 3 – E 1 hν = E 3 – E 2 hν = E 2 – E 1 Spectre dabsorption atomique Spectre dabsorption de latome Hg

31 - 13,6 eV (K) - 3,39 eV (L) - 1,51 eV (M) - 0,85 eV (N) - 0,54 eV (O) - 0,37 eV (P)


Télécharger ppt "Physique en TS. Les ondes Définition OMP : définition, transversale/longitudinale (exemples) retard, célérité exemple des ondes sonores OMPP : double."

Présentations similaires


Annonces Google