La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE PROJET D’UNE EUROPE POLITIQUE DEPUIS LE CONGRÈS DE LA HAYE EN 1948.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE PROJET D’UNE EUROPE POLITIQUE DEPUIS LE CONGRÈS DE LA HAYE EN 1948."— Transcription de la présentation:

1 LE PROJET D’UNE EUROPE POLITIQUE DEPUIS LE CONGRÈS DE LA HAYE EN 1948

2 Introduction Le projet d’une Europe politique depuis le congrès de La Haye en 1948 Quelle indication nous est donnée ? À quel repère la rattacher Quel rôle joue le congrès de La Haye dans ce sujet ? Quel sens a le terme « projet » en lien avec « depuis » ? Quelle contradiction dans l’association de ces deux mots ?

3 Quelle introduction en retirer ?  Lendemain de la 2 e GM : retour de l’idée d’une union des pays européens  Double volonté :  En finir avec les désastres  Reconstruire l’Europe et sa puissance  Congrès de La Haye : début d’une idée originale et complexe : contradiction entre Europe et rôle des États  Processus long et toujours inachevé

4 Problématiques  Quelles étapes le projet européen a-t-il suivi ? Ont-elles été une progression vers l’union ?  A-t-on construit en Europe un nouveau modèle de gouvernement ? Peut-on concilier un projet européen et la souveraineté des États ?

5 I-Le temps de la renaissance et les premiers débats ( )

6  RU = refus au départ, mais crainte d’isolement  1 ère candidature en 1961 par H. McMillan  But = simple zone de libre-échange + alliance USA  Refus de DG = crainte de domination US + perte d’influence française  1967 = nouvelle candidature, nouveau refus = tensions  Processus lancé après le départ de DG = intégration RU, Danemark, Irlande en 1973  Fin années 1960 = communautés organisées, mais fonctionnement toujours intergouvernemental = comment aller plus loin ?

7 C- Élargissement et approfondissement, des chemins difficiles  1973 = 1 er élargissement  Fixation de critères :  Signer les 3 traités  Adapter sa réglementation au régime communautaire  Avoir un fonctionnement démocratique : Grèce en 1981, Espagne-Portugal en 1986  1990 : 12 États, 320 millions d’habitants

8  Autre évolution = approfondissement du projet éco  But : une vraie union éco et monétaire  1979 = création du système monétaire européen + monnaie de compte, l’ECU (european currency unit)  Mais nouveaux problèmes :  Tensions entre les États avec la crise pétrolière  Problèmes de la PAC, victime de son succès

9  Domaine politique = volonté de démocratiser  1979 = première élection du Parlement au suffrage universel (doc 1 p 332)  Naissance du Conseil européen : rassemblement régulier des chefs d’État et de gouvernement  Face aux difficultés liées à la crise, volonté de relancer la construction euro : projet d’Acte unique de J. Delors  Achever le marché unique en 1992  Aller vers la monnaie unique  Donner un contenu politique : citoyenneté euro, accords de Schengen

10  Résultat de ces travaux : le traité de Maastricht en 1992  Mais multiples oppositions  Ceux qui trouvent l’Europe trop libérale  Les souverainistes  Ceux qui rejettent l’intégration politique  Adoption du traité en 1992 (parfois difficilement) = avec la fin de la GF, changement d’époque

11 III-Depuis 20 ans, de nouveaux défis, quelle Europe politique ? A-Un élargissement sans précédent

12

13  Fin de la guerre froide = nombreuses candidatures des anciens pays communistes  1995 = intégration Autriche-Suède-Finlande  2004 = élargissement bien plus lourd = 10 pays, + Bulgarie et Roumanie en 2007  2013 = entrée de la Croatie = début des Balkans  Grande valeur symbolique, mais énorme élargissement  Enfin, autres question importantes =  où s’arrête l’Europe ?  Quelles limites (Ukraine, Turquie) ?  Comment fonctionner ?

14 B- L’UE, une puissance politique ?  Héritage de l’Acte unique = force et limites : l’Euro, Schengen  Idem pour la sécurité : double système = UE pour la paix, l’OTAN pour la force  Existence de la PESC, mais limites toujours vues :  Ex-Yougoslavie  Irak en 2003  Interventions au Mali, en Centrafrique

15  Du coup, une Europe puissance ?  Incontestable pour le commerce et l’éco  Volonté de dirigeants permanents = mais choix d’inconnus  Retour à la question entre l’Europe fédérale, l’Europe zone de libre-échange, ou de gestion entre gouvernement ?  Combinaison difficile à trouver

16 C-Quelle Europe aujourd’hui ?  Confronter deux documents : discours de T. Blair et J. Fischer + manuel p  Quelles questions poser pour comprendre les documents ?  Quelles visions de l’union de l’Europe retrouve-t-on ici ? Avec quelles traductions dans les institutions depuis ?  Qu’en conclure sur la situation de l’Europe politique depuis 10 ans ?

17 Conclusion  À partir de ce texte, soulignez ce qui permet de répondre à la problématique et qui caractérise le projet européen depuis sa mise en place Dans la tourmente, l’UE reçoit le Prix Nobel de la Paix L'Union européenne, représentée par une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement, dont François Hollande et Angela Merkel assis côte à côte, a formellement reçu, lundi 10 décembre, le prix Nobel de la paix qui lui a été décerné, le 12 octobre, pour son rôle dans la transformation "d'un continent de guerre en continent de paix". Paradoxalement, relève la presse internationale, cette récompense intervient alors que l'UE affiche un état d'effritement évident (Brookings). Ainsi le Britannique David Cameron, soucieux d'apaiser les conservateurs eurosceptiques favorables à une sortie de l'Union, a-t-il laisser le soin à son vice-premier ministre, Nick Clegg, de représenter la Grande-Bretagne à Oslo (The Independent). Le président tchèque, Vaclav Klaus, a lui qualifié la décision du comité Nobel de "farce tragique", preuve de la relation défectueuse et confuse de son pays avec l'UE (Press Europ). A Athènes, Ekathimerini revient sur le constat d'amertume des Grecs, qui voient coïncider les résultats du prix Nobel avec la très dure politique d'austérité qui leur est imposée par leurs partenaires européens. Des réformes que la societé a du mal à supporter et qui ont notamment provoqué la montée de l'extrémisme, de l'insécurité et de la peur dans le pays. Interpress service, qui conteste également la décision du comité Nobel, estime que les lauréats de ces dernières années "trahissent" la volonté d'Alfred Nobel. Dans son testament, explique le site, le Suédois avait souhaité que le prix pour la paix récompense la volonté de "libérer le monde du fléau de la guerre et de la militarisation", or la démilitarisation n'a jamais été un objectif de l'UE. Le comité Nobel s'est trompé de lauréat et d'époque poursuit Euractiv : c'est Robert Schuman qui aurait dû obtenir ce prix soixante ans plus tôt pour le projet pacifique qu'il avait pour le continent. Lors de la remise du prix, le président du comité Nobel norvégien, Thorbjorn Jagland, n'a pas éludé ce débat. "Nous ne sommes par rassemblés ici aujourd'hui avec la conviction que l'UE est parfaite. Nous sommes rassemblés avec la conviction que l'on doit résoudre nos problèmes ensemble", a-t-il déclaré. Cet europhile convaincu a appelé l'UE à "aller de l'avant" malgré la crise : "Sauvegarder ce qui a été gagné et améliorer ce qui a été créé pour nous permettre de résoudre les problèmes menaçant la communauté européenne aujourd'hui, c'est la seule façon de résoudre les problèmes provoqués par la crise financière", a-t-il encore plaidé. Le Monde, avec AFP, 14 décembre 2012


Télécharger ppt "LE PROJET D’UNE EUROPE POLITIQUE DEPUIS LE CONGRÈS DE LA HAYE EN 1948."

Présentations similaires


Annonces Google