La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Un modèle de rationalité orienté vers la coopération C. Sibertin-Blanc M. Mailliard.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Un modèle de rationalité orienté vers la coopération C. Sibertin-Blanc M. Mailliard."— Transcription de la présentation:

1 Un modèle de rationalité orienté vers la coopération C. Sibertin-Blanc M. Mailliard

2 1.La sociologie de laction organisée: la théorie sociologique qui inspire 2.Le jeu social 3.Système de règles pour modéliser la rationalité des acteurs sociaux 4.Adaptation orientée vers la coopération

3 La Sociologie de lAction Organisée (ou Analyse Stratégique) Héritière de la sociologie des entreprises Crozier 1962 : le phénomène bureaucratique, Friedberg 1993 : lacteur et le système Système dAction Concret : organisation dont les membres sont durablement engagés pour contribuer à la réalisation des objectifs Expliquer la nature du comportement des acteurs sociaux Rendre compte de la stabilité des rapports sociaux dans les SAC

4 La Sociologie de lAction Organisée Les acteurs sociaux ont un comportement stratégique : maintenir ou accroître son pouvoir sur les autres Le pourvoir sexerce par la maîtrise de Zones dIncertitudes (une ressource dont dautres ont besoin) dont on fixe les termes de léchange (la façon dont les autres pourront utiliser) Chaque acteur tout à la fois contrôle et est dépendant des autres Cette stratégie est mise en œuvre dans le cadre dune rationalité limitée

5 La Sociologie de lAction Organisée Grille danalyse très largement utilisée par les consultants en organisation, les sociologues dentreprise Essentiellement empirique Notre projet, en collaboration avec des sociologues du CIRESS : Formaliser cette théorie => laboratoire virtuel –Méta-modèle de la structure du jeu –Simulation du comportement des acteurs sociaux –facteurs endogènes de lévolution du jeu

6 Le jeu social : les données A = {a1, …, a N }, les acteurs R = {r1, …, r M }, les ressources Espace des états dune ressource : [-1, 1] te r, létat dune ressource [-1, 1] Espace des états du système : [-1, 1] M Maîtrise dune ressource, m : R A m(r) est lacteur qui fixe létat de la ressource r Action : déplacement de létat dune ressource, réalisée par lacteur qui maîtrise cette ressource Transition : Etat x Action Etat (e1, …, e M ) x (d1, …, d M ) : (e1 + d1, …, e M + d M )

7 Le jeu social : les données Impact de létat dune ressource sur la possibilité dy accéder pour un acteur : effet r (a) : [-1, 1] [-1, 1] état de r : la façon dont a peut accéder à r solde de a pour r = effet r (a) (te r ) : ce que lacteur qui maîtrise r octroie à a Chaque acteur place des enjeux sur certaines ressources, en fonction du besoin quil en a pour réaliser ses objectifs : enjeu : A x R [0, 10] normalisation des enjeux : a A, r R enjeu(a, r) = 10 La fonction dutilité de chaque acteur : satis(a) = r R enjeu(a, r) * effet r (a) (te r ) les moyens dont il dispose pour réaliser ses objectifs

8 Le jeu social : les règles Comportement dun acteur = valeur quil fixe aux termes de léchange des ressources quil contrôle fonctionnement du jeu social : chacun ajuste son comportement en fonction du comportement des autres Jeu stabilisé : les acteurs ne changent plus de comportement, ils jouent laction nulle, chacun accepte : –le niveau de sa propre satisfaction –le niveau de la satisfaction de chacun des autres Objectif du jeu : obtenir une forte satisfaction

9 Le jeu social : les règles On cherche un modèle de rationalité des acteurs tq : –le jeux itéré soit stationnaire (les comportements sont stabilisés) –la satisfaction de chaque acteur est « maximal » Pour ne pas faire dhypothèse sur les règles dun comportement social, –chaque acteur construit son propre processus de décision par apprentissage, –avec le minimum de connaissance sur la structure du jeu : ses enjeux, les soldes quil reçoit

10 Le jeu social : Exemple Jean et Marie prennent régulièrement lapéro ensembles, Jean détient le pastis, Marie les olives => A = {J, M},R = {p, o},m(p) = J, m(o) = M Chacun garde pour lui et donne à lautre une part +- grande de la ressource quil contrôle =>effet p (J)(te) = -te = - effet p (M)(te) effet o (M)(te) = -te = - effet o (J)(te) Marie préfère le pastis, Jean préfère les olives =>enjeu(M, p) = 8, enjeu(M, o) = 2, satis(M) = 8*te p - 2*te o enjeu(J, o) = 8, enjeu(J, p) = 2, satis(J) = - 2*te p + 8*te o Tout garder : te = -1 Tout donner : te = 1

11 Le jeu social : Exemple Cest un dilemme du prisonnier, dès que chacun place davantage denjeux sur la ressource que lautre contrôle Matrice des paiementsJean pour les comportements extrêmes Marie Toute valeur de te p dans [-1, 1] correspond à un comportement de J, de même que pour te o et M donner te p = 1 garder te p = - 1 donner : te o = 16, 6- 10, 10 garder : te o = - 110, , - 6

12 Un modèle de rationalité : Système de règles Chaque acteur est muni dun système de règles de la forme {situation, action, force}, où : situation = liste des soldes quil reçoit pour chacune des ressources dont il a besoin, (état du système perçu par lacteur, via les fonctions deffet) action = liste des déplacements à appliquer aux termes de léchange de chacune des ressources quil contrôle, force : une valeur numérique qui évalue lefficacité de la règle. Cf. les systèmes de classeur

13 Système de règles

14 Renforcement - calculer la satisfaction courante et la comparer avec celle de létape précédente - renforcer en conséquence la règle précédemment appliquée : + - bonus - appliquer un facteur doubli à toutes les règles : - oubli - supprimer les règles dont la force est négative. Sélection - sélectionner les règles dont la composante situation est proche de la situation courante de lacteur - choisir la plus forte parmi elles - sil ny en a pas, créer une nouvelle règle : (situation courante, action au hasard, force initiale) Action - apliquer laction de la règle choisie, ou de celle créée

15 Système de règles : bilan Information dont dispose chaque acteur : –soldes qui lui sont attribués, –calculer sa satisfaction, et la comparer avec la précédente Expérimentations –différentes valeurs des paramètres du système de règles –variantes du jeu, avec des enjeux différents ne donnent pas de bonnes conditions: –jeu non stabilisé, –satisfaction peu élevée. Pour obtenir une bonne satisfaction, la coopération est essentielle dans les jeux à somme non nulle

16 Inciter à la coopération Permettre à chaque acteur de situer sa satisfaction courante dans le domaine de valeur de sa fonction de satisfaction satisfaction basse : priorité à lexploration satisfaction haute : priorité à lexploitation, garder le même comportement => stabilisation du jeu Explorer : –renouveler davantage les règles déterminé par bonus, oubli, force initiale. –actions plus énergiques Pb : où placer la frontière exploration / exploitation ?

17 Inciter à la coopération La frontière exploration / exploitation Critère 1 : elle doit être aussi haute que le niveau de satisfaction auquel chacun peut prétendre Critère 2 : pour que le système se stabilise, elle doit descendre suffisamment bas pour que chacun cesse dexplorer => Chaque acteur a son propre seuil, qui décroît progressivement seuil_sat := satisfaction_max initialisation seuil_sat n = seuil_sat n-1 + *(satis n-1 - seuil_sat n-1 ) avec = 1/Π a contrôle r nombre_d_état(r)

18 Inciter à la coopération : explorer / exploiter Oubli des règles - en-dessous de seuil_sat : proportionnel à ( seuil_sat – satis ) - au-dessus de seuil_sat : pas doubli Renforcement des règles tq satis n = satis n-1 - en-dessous de seuil_sat : pénalisée - au-dessus de seuil_sat : renforcée Intensité de laction des règles créées - en-dessous de seuil_sat : déplacement important des termes de léchange (modifie significativement létat du jeu) - au-dessus de seuil_sat : négligeable (stabiliser létat du jeu)

19 Inciter à la coopération : résultats Tout donner Optimum de Pareto

20 Conclusion Structure de jeu particulière, dont les propriétés restent à explorer Rationalité qui cherche à atteindre un optimum de Pareto, plutôt quun équilibre de Nash Etudier dautres rationalités : –loptimum global –écart type minimum (réduire les inégalités) –maximiser la satisfaction minimal

21

22 La Sociologie de lAction Organisée Organization individual actor interaction, balance build constraint build individual actor


Télécharger ppt "Un modèle de rationalité orienté vers la coopération C. Sibertin-Blanc M. Mailliard."

Présentations similaires


Annonces Google