La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’ ANTICOAGULATION QUE FAUT - IL SAVOIR ? Avril 2014 Présenté par Dr Jean BEISSEL & Marie-Noëlle MATZ.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’ ANTICOAGULATION QUE FAUT - IL SAVOIR ? Avril 2014 Présenté par Dr Jean BEISSEL & Marie-Noëlle MATZ."— Transcription de la présentation:

1 L’ ANTICOAGULATION QUE FAUT - IL SAVOIR ? Avril 2014 Présenté par Dr Jean BEISSEL & Marie-Noëlle MATZ

2 Indications des Anticoagulants Arteriel Prévention des Embolies arterielles Cérébrales Autres (Rein,MI,rate…) Chez les patients En FA Prothèses valvulaires Après certains infarctus myocard. Traitement de l’infarctus aigu +Antiagregants

3 Indications des Anticoagulants Veineux Traitement préventif des thromboses veineuses Chirurgie Immobilisation prolongée Malades Cancereux Traitement curatif des thromboses veineuses Prévention et traitement des embolies pulmonaires

4 AVC Causes Dans 80% des cas il s’agit de l’Obstruction d’un vaisseau a destinée cérébrale= Accident ischemique Dans 40-50% des cas une thrombose cérébrale par rupture d’une plaque d’atherome au niveau de l’artère en cause est responsable Dans 30% des cas un embol provenant d’une autre partie du corps est responsable Cœur,aorte,vaisseaux a destinée cérébrale Dans 20% des cas une hemorragie intracérébrale est responsable.Moins fréquent mais plus grave Parfois l’obstruction est transitoire et les symptomes disparaisent en moins de 24h.On parle alors d’AIT(accident ischemique transitoire)

5 Scanner cérébral montrant un accident vasculaire cérébral ischémique de l'hémisphère droit (partie sombre à gauche de l'image)

6 Selon l’OMS, 1 attaque cérébrale survient toutes les cinq secondes dans le monde Au Luxembourg, on compte environ 1400 accidents vasculaires cérébraux (AVC) par an ; soit 4 AVC par jour. Frequence de l’AVC

7

8 AVC Causes cardiaques Fibrillation auriculaire permanente ou paroxystique Valvulopathie mitrale Prothèse valvulaire cardiaque Infarctus du myocarde Foramen Ovale perméable

9 Prothèse valvulaire mécanique

10 Fibrillation auriculaire et AVC La fibrillation auriculaire augmente le risque d'accident vasculaire cérébral, surtout chez les personnes de 65 ans et plus, chez les personnes qui ont déjà subi un accident vasculaire cérébral, ou chez les personnes qui souffrent d'hypertension artérielle, de diabète ou d'insuffisance cardiaque congestive. Puisque le sang dans les oreillettes ne se vide pas complètement si vous souffrez de fibrillation auriculaire, il peut se coaguler. Il se peut qu'un caillot s'échappe et voyage jusqu'au cerveau et cause un accident vasculaire cérébral.

11 Fibrillation Auriculaire La Fibrillation auriculaire multiplie par 5 le risque d’AVC En France la FA est responsable d’un AVC toutes les 20 minutes

12 1.Dans la FA, le coeur ne pompe pas le sang Normalement 2.Le sang stagne dans le coeur, ce qui peut donner naissance à des caillots 3.Des caillots peuvent migrer dans la circulation sanguine 4.Le flux sanguin destiné au cerveau est interrompu Fibrillation auriculaire

13

14 Les antiagrégants plaquettaires Les antiagrégants plaquettaires sont indiqués dans la prévention des évènements liés à l’athérothrombose, à savoir : la réduction des évènements liés à l’athérosclérose (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, décès d’origine vasculaire) chez les patients ayant des antécédents de manifestations cliniques d’athérosclérose. l’artériopathie chronique oblitérante des membres inférieurs. l’accident vasculaire cérébral ischémique datant de plus de 7 jours et moins de 6 mois. le syndrome coronaire aigu sans sus-décalage du segment ST (angor instable ou infarctus sans onde Q) ; est utilisée dans ce cas l’association clopidogrel plus aspirine. l’infarctus du myocarde aigu avec sus décalage du segment ST, clopidogrel plus aspirine.

15 Plaque rompue

16 Les Différents Antiagregants Aspirine Plavix Prasugrel Brilique

17 Anticoagulants et Antiagregants In patients with AF, CHA2DS2-VASc score of 3, and chronic stable CAD, do you use antiplatelet (AP) therapy in addition to oral anticoagulation (OAC)? Your colleagues responded: 32% No; OAC is sufficient and there is no evidence of benefit with added AP 21% I will occasionally add single AP in patients at higher risk of CV events 7% I will occasionally add dual AP in patients at higher risk of CV events 39% Yes, in most patients unless bleeding risk is high

18 A CTION DES ANTICOAGULANTS Ils ralentissent la coagulation Pour éviter la formation de caillots sanguins ( Thrombus)

19 L ES DIFFÉRENTS ANTICOAGULANTS Les héparines Les antivitamines K Les NOAC Forme injectableComprimé à avaler Clexane, Fraxiparine, Fraxodi, Inohep (s/c) Héparine ( par perfusion à l’hôpital uniquement) Sintrom Marcoumar Coumadine Previscan Marevan Pradaxa Xarelto Eliquis 1 ou 2 injections /jour à heure fixe suivant le médicament prescrit 1 prise /jour à heure fixe 1 ou 2 prises /jour à heure fixe suivant le médicament prescrit

20 L ES DIFFÉRENTS ANTICOAGULANTS Les héparines Les antivitamines K Les NOAC Contrôle efficacité dans le sang : antiXa Contrôle efficacité dans le sang : INR Contrôle efficacité dans le sang : aucune Adaptation dosage selon le poids, fonction rénale et résultat d’analyse de sang (antiXa) Adaptation dosage selon résultat d’analyse de sang (INR) Dosage unique selon prescription du médecin Antidote : oui (sulfate de protamine) Antidote : oui (PPSB ou Kaskadil- Konakion) Antidote : non Interaction médicamenteuse Interaction médicamenteuse et alimentaire Interaction médicamenteuse

21

22

23

24 P OURQUOI ET COMMENT SURVEILLER VOTRE TRAITEMENT ANTICOAGULANT 2 RAISONS MAJEURS 1. Efficacité : Le traitement doit ralentir suffisamment la coagulation pour éviter la formation de thrombus. Un traitement pas assez dosé ne sert à rien. 2. Sécurité : Un traitement trop dosé peut favoriser l’apparition d’hémorragies.

25 P OURQUOI ET COMMENT SURVEILLER VOTRE TRAITEMENT ANTICOAGULANT La valeur de l’INR est déterminée : 1. Par votre médecin 2. Selon votre problème de santé Valeurs d’INR recommandées (pour info) INR entre 2 – 3 pour la FA, AVC, TVP, EP, bio prothèse valvulaire INR entre 2,5 – 3,5 ou 3 – 4 pour les valves mécanique

26 P OURQUOI ET COMMENT SURVEILLER VOTRE TRAITEMENT ANTICOAGULANT La fréquence des contrôles de l’INR est prescrite par votre médecin. ( idéalement tous les 15j en situation stable ) On mesurer l’activité du médicament dans le sang en dosant régulièrement le taux de prothrombine exprimé en INR (International Normalized Ratio), valeur identique à tous les laboratoires Soit par analyse sanguine au laboratoire Soit en utilisant le coagucheck XS

27 E FFETS SECONDAIRES DE VOTRE TRAITEMENT ANTICOAGULANT  Les risques hémorragiques (1) Ils peuvent se manifester :  par des ecchymoses ou hématomes (« bleus » sur la peau),  un saignement des gencives ou du nez,  du sang dans les urines ou dans les selles.

28 E FFETS SECONDAIRES DE VOTRE TRAITEMENT ANTICOAGULANT  Les risques hémorragiques (2) Situations pouvant favoriser ces hémorragies : — dose trop forte du médicament (dans ce cas, le taux d’INR est supérieur à 5), — interaction avec d’autres médicaments : notamment antiinflammatoires !!! ne prendre aucun autre médicament sans l’avis de votre médecin. — certaines affections (diarrhée qui empêche l’absorption normale de la vitamine K)

29 E FFETS SECONDAIRES DE VOTRE TRAITEMENT ANTICOAGULANT  Le risque thrombo-embolique Il se manifeste par la formation d’un caillot, donc récidive d’un accident vasculaire : AVC, EP, TVP Situations pouvant conduire à ce risque : — dose trop faible du médicament (dans ce cas, le taux d’INR est inférieur à la cible fixée, souvent 2), — interaction alimentaire ou avec d’autres médicaments

30 E FFETS SECONDAIRES DE VOTRE TRAITEMENT ANTICOAGULANT Comment éviter ces risques ? Contrôler régulièrement l’INR ( idéalement tous les 15j en situation stable ). Signaler à son médecin la survenue d’accidents hémorragiques, même légers (ecchymoses, saignement des gencives, …). Ne pas prendre sans avis médical d’autres médicaments pouvant exposer à un risque de saignements (par ex. aspirine, laxatif, anti-inflammatoire) En cas d’oubli ou de doute de la prise du médicament, ne pas prendre de double dose, mais consulter son médecin.

31 I NTERACTIONS AVEC LES ANTICOAGULANTS TYPE AVK Pourquoi ? La vitamine K est synthétisée en grande partie par les bactéries du gros intestin ou apportée par l’alimentation. La vitamine K contribue aux phénomènes naturels de coagulation dans notre corps Les anticoagulant AVK sont ainsi appelé, parce qu’ils bloquent une enzyme qui permet l’utilisation de la vitamine K apportée par l’alimentation

32 I NTERACTIONS ALIMENTAIRES AVEC LES ANTICOAGULANTS TYPE AVK Alcool Cranberry Ginseng Pamplemousse Diminution de l’INRAugmentation de l’INR Aliments riche en vit. K Thé vert Millepertuis

33 I NTERACTIONS ALIMENTAIRES AVEC LES ANTICOAGULANTS TYPE AVK AlimentsVitamine K (mg vit.K/100gr) Qté inhibant l’activité de l’AVK (1/2à3/4 de cp Sintrom 4mg ou Previscan) Chou, choucroute chou- fleur, épinard, brocolis, persil 3,0mg30gr Tomates, carottes, salade0,8mg125gr Foie de veau, de porc0,6mg160gr Huile de tournesol0,5mg200ml Mûres, fraises, pêches0,3mg330gr Haricots, asperges, champignons 0,3mg33àgr

34 I NTERACTIONS ALIMENTAIRES AVEC LES ANTICOAGULANTS TYPE AVK Les anticoagulants AVK sont sensibles aux changements importants de l’apport en vitamine K. Il ne faut donc pas se priver des aliments qui en contiennent, mais plutôt avoir un apport constant en vitamine K, c-à-d en répartissant les portions d’aliments plus riche en vitamines K chaque semaine

35 I NTERACTIONS ALIMENTAIRES AVEC LES ANTICOAGULANTS TYPE AVK Quelques règles alimentaires à observer : Avoir une alimentation équilibrée Éviter de modifier vos habitudes alimentaire (ex. régime amaigrissant) Ne pas jeûner de façon prolongée sans consulter son médecin ( augmentation effet des AVK) Pas de consommation d’alcool en trop grande quantité, ( augmentation effet des AVK) 1verre/j est toléré

36 I NTERACTIONS ALIMENTAIRES AVEC LES ANTICOAGULANTS TYPE AVK Autres recommandations Certains produits de santé naturels peuvent interagir avec votre traitement anticoagulant Compléments de phytothérapie Compléments alimentaires, Suppléments vitaminiques

37 C ONCLUSION Les anticoagulants de la famille des AVK un traitement très efficace et utile, mais nécessite une SURVEILLANCE 1. Valeur de l’INR adaptée à votre problème de santé 2. Fréquences des contrôles de l’INR 3. Règles diététiques à respecter

38 MERCI De votre attention


Télécharger ppt "L’ ANTICOAGULATION QUE FAUT - IL SAVOIR ? Avril 2014 Présenté par Dr Jean BEISSEL & Marie-Noëlle MATZ."

Présentations similaires


Annonces Google